Billets de yugcib

guy sembic

Localisation :
Tartas
Profession :
Retraité de la Poste
Centres d'intérêts :
Ecriture, littérature
Citation préférée :
Administrateur de ce site : modifiez votre profil dans votre zone membre.

À propos de l'auteur :

Guy, dit "yugcib", le pirate vivant dont l'écriture est plus proche du langage du coeur que du langage des intellectuels... Mais cette écriture de pirate a plusieurs registres cependant...

Billets de yugcib

A propos des discussions à l'assemblée nationale sur la loi travail...

... L'une des premières sinon même la première des décisions, c'est d'inviter "en premier lieu" le Médef à la discussion...

Qu'est-ce à dire, au vrai, au réel, au "tragique" cette "loi travail" ? Sinon une prise de mesures par ordonnances dont l'effet sera non pas comme cela devrait être le cas, de créer davantage d'emplois (quoique de l'emploi effectivement il pourra y en avoir "un peu plus") mais quel genre, quelle sorte d'emploi ?

C'est bien là la question : quelle sorte d'emploi ?

D'abord des emplois (reste à savoir d'ailleurs avec quel niveau de rémunération) pour les "battants", les développeurs de start-up, ceux qui réussissent, qui ont pu faire "les études qu'il faut"... En gros pour les "du bon côté de la barrière" ! Pour les futurs consommateurs qui "feront tourner la boutique" ! (la "boutique du Système")...

Ensuite -mais c'est pas sûr encore que ça marche- (même si déjà ça marche pas trop mal l'affaire là)... une généralisation/extension/normalisation des emplois précaires (selon le principe "mieux vaut un emploi précaire que pas d'emploi du tout"), d'emplois à temps partiel plus ou moins imposé, de 20, 30 heures par semaine, par contrat court (simplification de procédure en établissant ces contrats sur smartphone), sur la base d'un smig horaire... et ces dispositions là de toute évidence vont peut-être permettre à des jeunes de trouver un job... Mais un job qui jamais de la vie ne leur permettra par exemple de verser une caution pour un loyer, ou d'obtenir un malheureux crédit de 6000 euro pour acheter une voiture d'occasion, et encore moins d'obtenir un crédit immobilier à l'âge de 30 ans, marié avec 2 ou 3 gosses ! Quant à soutenir une consommation intérieure (alimentation, équipements, loisirs...) avec quel budget ?


 

L'accueil du pape François à accueillir les migrants...

... Selon la parole de Jésus...

Les temps que nous vivons ne sont plus ce qu'ils furent du temps de Jésus...

Déjà pour une raison de démographie : 300 millions d'humains au 1er siècle de notre ère, 800 millions au 17 ème siècle, 1 milliard 300 millions au 19 ème siècle, 1 milliard 700 millions au début du 20 ème siècle, 2 milliards 520 millions en 1950 et 7 milliards en 2012...

Les flux migratoires naturels (déplacements ordinaires de populations pour des causes personnelles) d'une part ; et surtout les flux migratoires liés à des causes de guerre, de famine, de climat, de manque de ressources d'autre part ; ont toujours augmenté avec un nombre croissant d'humains sur la Terre. D'où une "pression" migratoire de plus en plus forte.

Au 1 er siècle de notre ère dans le monde Romain qui englobait une partie de l'Europe Occidentale des Iles Britanniques jusqu'à la péninsule Ibérique et tout un pourtour élargi du bassin méditéranéen jusqu'aux confins du Moyen Orient et de l'Asie... Et de même de 1453 jusqu'en 1919 avec l'Empire Ottoman il a existé durant ces deux époques de l'Histoire, une "unité politique" (politique, économique et sociale) mais une "unité" cependant dans laquelle ont pu coexister des peuples sous des gouvernements autonomes liés à la puissance romaine au 1 er siècle, à la puissance ottomane de 1453 à 1919...

Les flux migratoires dans un espace tel que fut celui de l'Empire Romain au 1 er siècle, ou dans l'espace de l'Empire Ottoman étaient donc davantage des mouvements naturels de populations pour toutes sortes de raisons personnelles, de métiers, de commerce... que des mouvements pour cause de crises parce que les crises que furent par exemple les désordres, les guerres civiles, les révoltes, la famine après une mauvaise année de récoltes, n'étaient jamais des crises dont la durée s'étendait sur des dizaines d'années...

Il a fallu que survienne le déclin de l'Empire Romain à partir du 4 ème siècle d'une part ; que survienne l'éclatement et la chute de l'Empire Ottoman en 1919 d'autre part avec la "gestion" (et la politique menée) des Anglais et des Français en matière de partage des zones d'influence et d'intérêts économiques, de pays artificiellement créés avec des frontières non naturelles et des peuples de cultures et de religions différentes (soit dit en passant ces peuples de cultures et de religions différentes entre autres les Juifs les Chrétiens et les Musulmans coexistaient bien ensemble dans l'Empire Ottoman)...

Il a fallu que survienne le déclin de l'Empire Romain à partir du 4 ème siècle pour que toute l'Europe Occidentale devienne un espace d'invasion la plupart du temps brutale avec l'arrivée de peuples venus d'Asie eux mêmes poussés par d'autres peuples venus d'encore plus loin en Asie...

Il a fallu que survienne l'éclatement et la chute de l'Empire Ottoman en 1919, pour que tous les pays du Moyen Orient soient désormais sans cesse à feu et à sang, d'autant plus que la seconde guerre mondiale de 1939 à 1945 et ses conséquences après 1945 "n'a guère arrangé les choses" ! Et que les flux migratoires alors sont devenus des exodes, et ont eu pour principales causes les guerres, les conflits...

Lorsqu'une "unité politique, économique et sociale" s'étend et dure le temps de plusieurs générations d'humains, et même pendant plusieurs siècles, comme du temps de l'Empire Romain entre -200 et 400, comme du temps de l'Empire Ottoman de 1453 à 1919, ou encore comme du temps des Hans en Chine de -200 à 1905 ; dans le vaste espace géographique qui est celui d'un ensemble de peuples dans un même système politique économique et social, dans une même organisation centralisée, de lois, d'administration... (Cela avait été aussi le cas durant deux mille ans dans l'ancienne Egypte des pharaons, durant cinq siècles dans la Grèce ancienne)... Les flux migratoires alors, n'exercent pas (n'exerçaient pas) cette pression que l'on connaît aujourd'hui dans le monde du 21 ème siècle avec une population de 7 milliards d'humains, et dans une déliquescence, dans un éclatement, dans une dislocation des systèmes politiques économiques et sociaux...

C'est pour cela, pour ces raisons de déliquescence et de dislocation des systèmes politiques et des sociétés, que le principe selon la parole de Jésus, de l'accueil de l'étranger, dans le contexte historique que nous connaissons aujourd'hui, de violences, de terrorisme et de guerres en Syrie, en Irak et de tensions internationales entre grandes puissances à la limite d'un affrontement pouvant évoluer en guerre mondiale... Devient un principe de plus en plus difficile à appliquer, à être accepté par des peuples notamment Européens, qui, soit dit en passant, ont vu après la dislocation de l'empire romain d'occident, déferler sur leurs territoires (de l'Atlantique à la Pologne et aux Balkans) des hordes d'envahisseurs et de pillards ayant exercé une domination prédatrice de ci de là...

Les quelque 70 ans de paix que nous connaissons en Europe depuis 1945 (à l'exception de la guerre dans les Balkans -ex Yougoslavie- de 1992 à 1995), le mode de vie qui a été et est encore le nôtre dans toute l'Europe Occidentale depuis 1945, ne nous ont en aucune façon "préparés" à ce que nous subissons aujourd'hui, à savoir le terrorisme, les attentats, l'insécurité, et la venue dans nos sociétés traditionnellement chrétiennes depuis le Moyen Age, d'un "Islam de masse" (de masse parce que forcément, les flux migratoires d'aujourd'hui sont pour plus de 50 % des exodes de populations musulmanes fuyant les guerres de Syrie et d'Irak, ou venant d'Afghanistan (un pays aujourd'hui dominé à 60% par les Talibans)...

A cela, s'ajoute la pression démographique elle même dans son ensemble, la situation politique et économique des pays du Sahel en Afrique, le chômage et la précarisation du travail notamment en France, impactant les jeunes de moins de 30 ans... Enfin hélas "tout ce qu'il faut" pour accélérer, amplifier ce qu'il faut bien appeler "la terreur migratoire".

La parole de Jésus sur l'accueil de l'étranger, mise en avant par le pape François (soit dit en passant comment ce "Chrétien, ce vrai Chrétien de la première heure" pourrait-il avoir "un autre langage"?) ... La parole de Jésus s'inscrit aujourd'hui dans le contexte le plus difficile qui ait jamais été sur Terre... Et implique de la part de chacun de nous, à tous les degrés de l'échelle sociale, une réflexion grave excluant tout fanatisme, tout parti pris, toute "idée reçue", tout radicalisme... Mais aussi en même temps, toute compromission, toute démission, tout fatalisme, toute hypocrisie, toute irresponsabilité, toute soumission à un ordre de pensée ou de culture...


 

L'avant-gardisme dans les réalisations artistiques...

... Toute forme d'art (littérature, peinture, scupture, musique) qu'elle soit et s'affirme "contemporaine" ou "avant gardiste" ; ou qu'elle soit ancienne, ayant été définie "classique" ou de "quelque autre genre" par exemple "romantique"... Toute forme d'Art, dis -je, si elle ne se fonde pas sur une authenticité, sur une "essence des choses et des êtres", sur une "vérité intemporelle" transcrite et exprimée par son auteur non pas en dépendance de ses seules émotions et de sa seule sensibilité mais sur la réalité de l'ensemble des composantes d'un contenu au delà des apparences ; non pas mon plus en dépendance de ce que les "autres" peuvent penser, ou en dépendance d'une "morale" ou d'une mode, ou d'un courant... Toute forme d'Art dis-je... Est alors une supercherie...

Il n'y a -à mon sens- que dans l'authenticité, que dans "l'essence même des choses et des êtres" transcrite et exprimée sans aucune dépendance de quoi que ce soit (en particulier la dépendance aux apparences)... Que l'on peut dire d'une oeuvre qu'elle est "avant-gardiste"...

Il y eut de "l'avant-gardisme" dans des réalisations artistiques du temps des Solutréens et des Magdaléniens il y a seize ou vingt mille ans ; il y eut de l'"avant-gardisme" à l'époque de l'Art classique au 17 ème siècle ; il y eut de l'"avant-gardisme" chez les Surréalistes de la fin du 19 ème et du début du 20ème...

Pierre Auguste Renoir a été un "avant-gardiste" (sans doute à mon avis l'un des plus grands et des plus novateurs, et surtout des plus "voyants")...

Il n'y a que dans l'authenticité, que dans l'essence même des choses et des êtres transcrite et exprimée sans aucune dépendance ni des apparences ni de quoi que ce soit... Qu'il y a de "l'avant-gardisme"...

De l'Art, en somme...

... Un tableau qui représenterait une truie bleue avec un pis de vache et une queue de cheval, une truie bleue juchée au dessus d'une cabine de téléphérique et pissant violet... Serait-ce une supercherie ? Même "très travaillé", ce tableau ?

Une interrogation me vient à l'esprit :

Oui ou non une telle représentation, en l'occurrence un "travail de peinture surréaliste" (le fait d'avoir imaginé cette composition d'une truie bleue avec un pis de vache et une queue de cheval, juchée sur une cabine de téléphérique et pissant violet, et d'en avoir réalisé un tableau de peinture)... Est-elle une supercherie ?

Cette question ainsi posée peut-elle avoir une réponse catégorique, un oui ou un non, en somme cette question est-elle "ouverte", impliquant une réflexion ; ou bien est-elle une question dont la réponse est un oui ou un non "évident" (et indiscutable) ? Il me semble que la "radicalité" d'un oui ou d'un non, ne peut être qu'une réponse "partisane et engagée" ne pouvant impliquer qu'une discussion d'ordre polémique et donc sans issue...

Si l'on considère par exemple, un tableau de peinture tout à fait classique, représentant une chasse à courre, ou bien le portrait d'un personnage ou encore un paysage, l'on ne peut dire de ce tableau de peinture qu'il est une supercherie alors qu'il est bel et bien, par le travail effectué, une oeuvre d'art...

Mais que penser d'une oeuvre de quel genre et de quel travail que ce soit, qui devient un effet de mode, qui est mise en avant par des décideurs ou des officiels, relayée par les médias, par des intellectuels et des critiques en vue et qui surtout, devient un "produit" de consommation en matière de culture et d'art ?

Que penser, aussi, de toute production d'image, de photographie, d'écriture, enfin de tout ce que l'on expose de soi-même, de ce que l'on voit ou même de ce que l'on imagine et que l'on diffuse maintenant dans cet espace virtuel qui est celui d'Internet avec les blogs et les réseaux sociaux ?


 


 

Manifestation contre un projet d'enfouissement de déchets nucléaires...

... Une manifestation d'opposition au projet Cigéo à Bure, une localité meusienne, a tourné en un affrontement violent entre forces de l'ordre et manifestants...

Ce projet Cigéo accueille des travaux d'enfouissement de déchets radioactifs !

L'on comprend la colère des habitants de Saudron, un village voisin. Deux blessés ont été recensés du côté des forces de l'ordre, un manifestant, un jeune homme, a été touché à la jambe par un projectile (sans doute une balle en caoutchouc)... Cris, insultes, jets de pierre, grenades lacrymogènes lancées par les gendarmes, une barricade séparant les deux camps s'enflamme...

Des gens venus d'Aquitaine et de la baie de Somme sont venus se joindre à la marche d'opposition, par solidarité.

Ce projet d'enfouissement de déchets nucléaires est un projet scélérat, et cette manifestation est justifiée, l'enjeu étant très sensible car lorsqu'il s'agit de nucléaire, en l'occurence de se débarrasser par enfouissement dans le sol, de déchets radioactifs dont les effets sont désastreux à long terme (sur la santé des gens, sur les sols désormais pollués et inexploitables)... Une opposition active regroupant un maximum de gens et impliquant forcément et à juste titre, des violences exercées contre les forces de l'ordre et les puissances des gouvernants et des lobbies ; s'impose alors, devenant nécessaire car il n'y a d'autre solution que celle d'un combat acharné. Toute "négociation" en fin de compte se soldant toujours, dans un tel enjeu, par la prise en compte de la loi du plus fort, donc, des lobbies soutenus par le gouvernement...

Lorsque les forces de l'ordre sont au service des lobbies et du gouvernement en place, elles ne peuvent plus être considérées -à mon sens- comme "défendant les citoyens", comme c'est le cas lors d'événements (agressions, attentats, sécurité publique) où des personnes se trouvent en danger, leur vie étant en jeu...

Ne défendant donc plus les citoyens, mais des lobbies et des puissances d'argent et les intérêts des dominants prédateurs et pollueurs ; un garde mobile, un gendarme, un CRS, alors, ne peut que s'attendre à être, tout comme l'une ou l'autre des personnes qu'il repousse par la force, une victime, blessée ou tuée... Et, je vous le demande, au nom de quoi et de quel "idéal" (sinon celui de la défense des intérêts des dominants et de la culture, de la pensée officialisée), cette victime qui est un agent chargé de défendre les intérêts des lobbies, blessée ou tuée... devrait-elle faire l'objet d'une mise en scène cérémoniale en hommage à son dévouement à défendre la "bonne cause" (la cause des décideurs) ?

Les forces de l'ordre défendant les citoyens contre les agressions et les attentats terroristes ou autres : OUI !... Et, une mise en scène cérémoniale pour l'un de ses agents blessé ou tué : OUI !

Un agent des forces de l'ordre victime (blessé ou tué) défendant les lobbies et les dominants et leur allié le gouvernement : NON à la mise en scène cérémoniale !

A noter que dans le cas des pompiers, la "question" ne se pose jamais, puisque "toujours" les pompiers défendent les gens et les sauvent, et sont toujours à chaque fois sans exception, des victimes malheureuses dans l'exercice de leur activité... Donc, s'attaquer à des pompiers, c'est "sacrilège", c'est un délit à coup sûr !

... Cela dit il est bien hélas une question sans réponse : celle du traitement des déchets radioactifs, ainsi d'ailleurs que de tous les déchets hautement toxiques...

Que peut-on faire en vérité, de tous ces déchets, sinon de s'en débarrasser en des lieux "choisis" (mais "choisis" selon quels critères?), en les enfermant dans des fûts que l'on précipite dans le fond des océans -par exemple en Atlantique nord sur la plate-forme continentale par à peine 200 m de profondeur (ce que l'on a fait durant les 40 dernières années) ou encore creuser des cavités en dessous de la roche primaire par 2000 m de profondeur ; ou même les "satelliser" dans l' espace, le plus loin possible de la Terre ?

En matière de nucléaire et donc de ce que produit le nucléaire en déchets radioactifs, il n'aurait jamais fallu commencer ! Tout ce que l'on peut faire en matière de nucléaire, c'est d'arrêter de faire du nucléaire... Autant dire qu'il est impossible, absolument impossible, d' "effacer" (de faire comme si le nucléaire n'avait jamais été utilisé) ! Déjà parce que le "retour en arrière" qui consisterait à démanteler les installations et à en traiter leurs composants, représente un travail et un investissement considérables et surtout, surtout, implique forcément le traitement des matériaux et des composants contaminés (que faire de ces matériaux et de ces composants sinon les traiter comme des déchets, les déchets déjà produits ? )...


 

Les attentats en Catalogne 17 et 18 août 2017...

... Du 18 au 21 avril 2017, je me trouvais sur la grande rambla de Barcelone, depuis la place Catalogne... Au beau milieu d'une foule de gens, de promeneurs, touristes, et de Barcelonais... Une artère très passante tout au long de l'année...

... Si il est possible de protéger des lieux tels que des marchés, des rues et des places où se tiennent des manifestations locales festives ou d'animation commerciale vide greniers brocante etc. ... Par des barrières et surtout de gros blocs de béton empêchant les véhicules de pénétrer... En revanche comment sécuriser des lieux, des rues, avenues, qui sont des lieux de passage permanent (comme par exemple l'avenue des Champs Elysées à Paris, la rue de Rivoli ; ou les ramblas de Barcelone, ou tout autre axe de circulation important, de piétons sur les trottoirs, sans interdire totalement toute circulation de véhicules?)

Il y a là un risque, avec tous ces lieux de passage permanent, difficile à gérer, à sécuriser efficacement ! En effet dans tous les lieux touristiques de centre ville, de quartiers pourtant piétonniers, aux abords des plages (promenades et grandes terrasses proches et galeries attenantes) l'on voit des restaurants et des cafés qui disposent de nombreuses tables dehors sous des parasols ou des abris, ces tables occupant les bords de rue, aux heures de grande consommation de menus, de boissons... Comment "protéger" oui, tous ces lieux là ? ... Et si -en plus des terroristes islamistes- l'on compte de surcroît les quelques "détraqués" de ci de là en mal de ceci de cela, qui, pris de folie meurtrière ou de rage de destruction, foncent en bagnole sur des gens à une terrasse de pizzéria ou de café... Il y a vraiment de quoi s'inquiéter !

Ce qui m'interroge le plus dans toutes ces affaires de terrorisme ou d'attentats où les auteurs n'utilisent pour ainsi dire pas d'armes de guerre genre gros calibre, fusil mitrailleur ou kalachnikov mais plutôt des véhicules en mouvement, des couteaux, des "armes blanches"... C'est le fait que quasiment à chaque fois, ces gens auteurs d'attentats et d'agressions étaient "inconnus" des fichiers de la police, n'avaient "pas d'antécédents" ! Ce qui veut dire en clair, d'une part, que "n'importe quel trou du cul en mal de ceci de cela, en déshérence, en dépression" peut du jour au lendemain foncer avec sa bagnole sur des gens, planter un couteau dans le ventre d'un passant ; et que d'autre part, "n'importe quel fanatique se revendiquant comme un fou de dieu, un djihadiste, un anti la société occidentale, non forcément affilié à un groupe, et pas comme les autres plus organisés armé jusqu'aux dents... et pas encore inquiété par la justice... Peut lui aussi avec une bagnole, un couteau, tuer des gens" ...

Ainsi, les "fichés", les "repérés", les "suivis" souvent on les arrête, on les met hors d'état de nuire, on arrive à les "loger", les cerner, de telle sorte que pas mal d'actions de terrorisme sont empêchées... Mais en revanche que faire de tous ces gens, de tous ces fadas, de tous ces tordus dangereux qui courent les rues les quartiers, dont ne sait pas qui ils sont vraiment et dont on n'a aucun renseignement ? ... Et qui sont des assassins en puissance ? Des "êtres" que l'on n' a jamais pu repérer et que l'on ne peut abattre que lorsqu'ils attaquent, blessant ou tuant ? (si l'on se résout à les abattre dans l'action)...


 


 


 

... Le terme "abattu" utilisé pour dire et écrire que un ou des auteurs d'attentats meurtriers ont été tués lors d'une opération menée contre eux aboutissant à leur élimination physique, est le terme -à mon sens- qui convient le mieux et qui s'impose en tant que ce qu'il veut dire : "abattu" tel un animal malfaisant et dangereux... En effet, comment "considérer" un auteur d'attentat meurtrier, en tant que "personne humaine" ? Sinon comme une bête féroce que l'on abat ?

Que d'hypocrisie, d'écoeurante, de révoltante hypocrisie, que celle qui consiste selon une "morale" ou une "éthique", à définir des "droits", une "dignité", un "statut" à un être parce qu'il est "humain" alors qu'il n'est même plus une bête ?

Bien sûr on ne va pas refaire le siècle de Philippe Le Bel où l'on pendait, exposait au gibet de Montfaucon, où l'on écartelait, où l'on rouait, où l'on brûlait vif, où l'on écorchait... Soit dit en passant le siècle de Philippe Le Bel était celui d'une France que l'on craignait et respectait dans toute l'Europe de l'époque. Un siècle de civilisation, d'art de vivre, de littérature, de poésie, de culture, d'architecture... Les gibets, les bûchers, la roue, les geôles sordides, la torture, tout cela n'étaient en fait -j'ose le dire- que des "taches ou des accrocs" sur la trame de l'Histoire...

Car à côté de ces "taches ou accrocs sur la trame de l'Histoire", il y avait nul ne peut le contester, une grandeur, une civilisation !

De nos jours, on parle, on légifère, on "éthiquise" sur des idéaux de droits de l'Homme... Mais l'on tue aussi tout autant avec autant de cruauté, de violence, et la barbarie a changé de visage, elle s'est bardée de masques caramélisés et horreur absolue, avec ses masques de belle apparence elle se permet de donner des leçons de morale !


 

... Notre civilisation à laquelle on est si attaché pour ses valeurs (en apparence) de démocratie et de liberté, périra par les "droits de l'Homme" que nous chérissons ! ... Et cela, les terroristes en particulier islamistes radicaux, ne le savent que trop bien !

Sous Philippe Le Bel, il n'y avait pas les "droits de l'Homme"... Mais la civilisation alors, celle du Royaume de France et celle des princes et des ducs et des maisons royales d'Europe et des sociétés de tous ces royaumes, n'a eu pour ennemi radical en 1348... Que... La peste noire, qui, soit dit en passant, a certes été une rude épreuve pour les peuples et pour les royaumes... mais a en quelque sorte "redistribué les cartes" (ou "rééquilibré" l'ordre naturel des choses en faisant le ménage) -si l'on peut dire !

... Les fanatiques assassins, les fous de Dieu, eux, ne vont pas contribuer à une "redistribution des cartes" ni à un "rééquilibrage de l'ordre naturel des choses"... Ils vont déclarer "atout" les cartes d'une même couleur qu'ils tiennent en main, et éliminer de la partie, tout ce qui n'est pas atout (ou se l'approprier)... Et "l'ordre naturel des choses" ne sera rien d'autre que l'ordre qu'ils instaureront...


 

... Chaque fois que l'on évoque ( à l'école, dans les conversations, sur la base de tout ce que l'on a appris de l'Histoire ) ces périodes dites "sombres -et qualifiées de "barbares" que sont par exemple la Terreur (1793/1794), l'Inquisition, les guerres de religion, enfin tous ces temps du passé où l'on torturait, où l'on brûlait vif élevant des bûchers, où l'on décapitait ou pendait... Quelle que soit notre vision ou sensibilité personnelle -si l'on est "de droite ou de gauche"- et quelle que soit notre culture (culture historique, culture humaniste) étendue ou seulement "basique".... Chaque fois que l'on évoque ou que nous sont présentées, décrites, ces périodes dites "sombres" de l'Histoire (de notre Histoire), tous Français d'aujourd'hui que nous sommes... Nous sommes tous ou presque horrifiés, et nous "déplorons"... Mais jamais, jamais un seul instant dans notre réflexion, dans notre entendement, dans nos propos, dans nos jugements, nous ne prenons en compte le contexte historique, social, autrement dit la réalité de l'époque en question. Nous jugeons, évoquons, uniquement en fonction de la culture d'aujourd'hui qui est la nôtre avec ses valeurs, sa morale, son évolution... Tout cela dans une "pensée officielle, unique, orchestrée, construite"...

... Au temps des gibets, des écartèlements, de la roue, des décapitations à la hache ; si, oui effectivement de pauvres gens innocents et quelques "esprits éclairés mais contestés" ont été éliminés hélas... Il n'en demeure pas moins que sur le nombre de ces décapitations et traitements infligés, il y a tout de même pas mal de salauds, de vrais salauds, petits et gros, riches ou pauvres, mais tous des êtres malfaisants et des prédateurs, qui ont été éliminés ! Et de même du temps de la Terreur en 1793 et en 1794, y-a-t-il eu des salauds, pas mal de salauds, oui, qui ont été "raccourcis" ! (Et pas que des Madame Roland, pas que des Camille Desmoulins, que je sache, ou tant de "pauvres bougres",  ayant eu le tort de ne pas adhérer aux vertus révolutionnaires du comité de salut public, ou même ayant été déclarés trop mous)...

Avec les droits de l'Homme et avec les "grands principes moraux" d'aujourd'hui, les "vrais/vrais salauds" ne sont plus raccourcis, ils peuvent même écrire des bouquins et acquérir de la notoriété ! Et, malheureusement et ce qui à mon sens ne nous horrifie pas suffisamment, beaucoup de pauvres gens eux, crèvent dans l'anonymat, dans la misère ou victimes d'une société profondément inégalitaire, victimes de toutes sortes d'agressions !  


 

Et si le silence était une amitié dont on ne sait rien ? ...

... Le silence peut être celui d'une amitié dont on ne sait rien, ni du lieu où se tient cette amitié, ni de qui est cette amitié...

Il faudrait pouvoir prendre le silence, dans la certitude d'une amitié dont on ne sait rien, dont on ne sait où elle se tient, dont on ne sait de qui elle est... Pour la meilleure, pour la plus sûre de toutes les réponses au pourquoi d'un silence, d'un silence dont on ne devrait pas déplorer l'existence, d'un silence que l'on ne devrait pas interroger avec autant d'insistance et parfois de colère ou de dépit...


 

Disparition d'espèces, un constat alarmant et effrayant !...

Cover lynx pardelle 560x336

... Ce magnifique minou, un lynx pardelle qui vit dans le sud de la péninsule Ibérique , est en voie de disparition... Ainsi d'ailleurs que bon nombre d'autres lynx en Europe, et animaux dans le monde...

Au parc animalier, zoo d'Amnéville près de Metz, où vivent environ 2000 animaux, l'on peut lire sur chaque fiche descriptive, 2 fois sur 3 pour chaque animal, que cet animal figure sur la liste des espèces en voie de disparition ou d'extinction. Les causes principales de toutes ces disparitions d'espèces sont liées à une culture intensive, aux pesticides, à la déforestation, à l'extension des zones urbanisées et surtout péri urbaines que sont ces ZAC, ces ZI autour de toutes les villes... Les paysages durablement et profondément modifiés par l'activité humaine, par le mode de vie des humains, par l'étendue et la densification des infrastructures routières ( surfaces bitumées, ronds points, parkings, autoroutes et voies ferrées pour trains à grande vitesse avec leurs emprises clôturées)... Ne permettent plus à bon nombre d'animaux sauvages de se nourrir, de se reproduire...

Non seulement les paysages sont de plus en plus urbanisés et cela sur d'immenses surfaces, non seulement les cultures intensives prennent de l'ampleur, non seulement les grandes forêts de l'Amazonie et des régions tropicales et équatoriales perdent chaque année l'équivalent en étendue, de centaines voire de milliers de terrains de football ; non seulement de plus grandes quantités de pesticides sont déversées sur les cultures, non seulement la pollution des sols, de l'air, des cours d'eau et des océans se poursuit en s'intensifiant... Mais en plus, et par voie de conséquence due à l'activité humaine, les climats locaux, les vents, les précipitations, sont bouleversés, la tendance à un réchauffement général du climat devient perceptible d'une année à l'autre...

Cependant l'on observe tout à fait paradoxalement, mais cela s'explique... Une prolifération de certaines espèces animales qui elles, "profitent" de l'activité humaine, en fait de ce que les humains rejettent, ou produisent ; une prolifération de rongeurs, de prédateurs, de "nuisibles", d'insectes, de toutes sortes d'espèces vivant, se nourrissant et se reproduisant en partie dans le voisinage de l'humain et dans l'environnement modifié par l'humain... Toutes ces espèces là, proliférant au détriment des autres espèces...

Nous avons d'un côté les défenseurs des espèces menacées, qui s'organisent et agissent, et cela dans de nombreux pays du monde... Mais nous avons aussi la pression exercée par les lobbies de l'agriculture et de l'alimentaire ; d'une telle importance et surtout d'une telle domination sur l'ensemble de la planète, que cette pression et que cette domination sont bien plus fortes que toutes les actions menées par les défenseurs des espèces menacées. C'est "le pot de terre contre le pot de fer" pour ainsi dire !

Notre mode de vie, d'alimentation, de consommation de produits marchands, généralisé et commun à l'ensemble des populations de la planète, en majorité des populations urbaines de grandes mégapoles, qui est celui d'au moins déjà, plus de trois milliards et demi d'humains, même s'il n'est pas ou peu celui des deux milliards d'humains les plus pauvres et donc de ceux qui consomment beaucoup moins ; notre mode de vie et le nombre d'humains ayant ce mode de vie, ne sont guère compatibles avec ce qu'en économie et en politique on appelle "développement durable" (par exemple avec la production bio des grandes enseignes et des lobbies du bio)... Il est en effet difficile voire "surréaliste" de concilier "développement durable" (sans changer grand chose à notre mode de vie) et préservation/protection des espèces, des sols, des ressources naturelles... C'est comme si l'on essayait de maintenir à flots, une embarcation prenant eau par le fond !

Certes, produire de la nourriture (viande d'animaux d'élevage, céréales, légumes, fruits,

poissons) n'est pas "une mince affaire" et cela chaque jour... Pour plus de sept milliards d'humains et sans doute neuf milliards bientôt... Mais l'une des réalités quotidiennes en habitude de consommation alimentaire, est que dans un pays de 66 millions d'habitants, la France, l'on consomme par an rien qu'en viande bovine, 1,55 million de tonnes de cette viande ! (Ou... 50 kilogrammes PAR SECONDE de viande bovine en France !)...

... Les voyez vous donc défiler, par centaines, par milliers, à la chaîne, en immenses troupeaux longs comme plusieurs kilomètres d'autoroute, les bovins, à l'entrée des abattoirs !

Hallucinant !

Je suis donc assez pessimiste en matière de préservation et de protection des espèces menacées en dépit de tout ce qu'entreprennent les défenseurs (associations, organisations, initiatives individuelles ou collectives) du fait que rien ne change vraiment dans le mode de vie qui est le nôtre et que les lobbies d'ailleurs poursuivent leurs objectifs de production, d'extension des cultures, d'utilisation des pesticides, de déforestation, de modification de l'environnement naturel, d'exploitation sans limite des ressources... Tout cela nous dit-on, nous martèle-t-on, pour soit disant "pouvoir nourrir encore plus de monde" et "permettre à un plus grand nombre d'humains encore démunis d'accéder à une consommation comparable à celle des mieux pourvus et des "un peu plus riches" !

Cette civilisation qui est la nôtre et que l'on veut à tout prix sauvegarder et autant que possible, rendre meilleure, plus juste, plus ceci/cela... Si l'on la représentait par un graphique tel celui par exemple de l'évolution de la Bourse, l'on verrait une "courbe" avec des hauts et des bas, qui en certains espaces serait plus ou moins ascendante, en d'autres espaces plus ou moins régulière, et parfois, plus ou moins descendante, mettant en évidence des creux... Et tout ce qui est mis en oeuvre (en activité humaine) sans qu'il soit question ni de "morale", ni de "bon ou de mauvais") à partir du moment où, comme la "courbe de la Bourse" sur du "moyen long terme" ça "enfle" (avec les hauts et les bas)... à force d'enfler, cela finit par une crise très grave, à vrai dire un "trou" dans lequel tout s'effondre et disparaît en quasi totalité... C'est ce qui va finir par se produire... par "trop plein, étouffement, asphyxie, pénurie, empoisonnement"...


 

La grande mode des hôtels à insectes...

... L'on voit depuis environ 2 ans, et cela de plus en plus un peu partout dans les jardineries, notamment dans les grandes surfaces de jardinage loisirs... Toutes sortes d'hôtels à insectes, des gros, des moyens, des petits, à installer (parfois après les avoir montés soi même)... C'est "la grande mode"! Le grand engouement du temps présent!

Je suis sidéré que tant de gens (souvent demeurant en lotissement urbanisé) puissent croire que des centaines d'insectes vont ainsi venir loger dans ces "cabanes" dont certaines d'un bon mètre de hauteur et de presque autant de large, sont vendues dans des "Botanic" jusqu'à des 200 euros !

Comment voulez vous (par quel "miracle") ... (rire)... que les insectes en réalité, vont venir par centaines voire par milliers, s'installer dans ces structures faites de bouts de bois troués, de paille, de brindilles, de morceaux de tuiles etc.?...

Ridicule !

... Bien sûr, "ça fait joli dans le jardin, ça en jette" ! Mais quelle gabegie dans la consommation de masse loisirs équipements jardinage, cette folie d'hôtels à insectes !

Je voudrais bien rencontrer quelqu'un qui sera en mesure de me prouver par A plus B que ces hôtels à insectes attirent des centaines d'insectes... Alors même qu'on le sait il y a des études scientifiques montrant que de nombreuses espèces d'insectes sont en voie de disparition en se raréfiant du fait des pesticides et de toutes les vacheries qu'on fout dans la terre...

D'ailleurs, la vérité c'est que les espèces les plus nuisibles et les plus prédatrices dans le mauvais sens, elles, s'adaptent aux pesticides et que les survivants donnent des générations plus résistantes, ce qui pousse les lobbies (Bayer, Monsanto) à produire sans cesse des pesticides encore plus forts...


 

Pourquoi dit-on que le temps passe si vite ?

.. L'on entend dire souvent que plus l'on avance en âge, l'on trouve que le temps passe vite...

A vrai dire le temps passe déjà tout aussi vite ou presque lorsque les gens sont plus jeunes, et cela depuis la fin de l'enfance, depuis la fin de l"adolescence, depuis "l'entrée dans la vie active"...

Cette impression que le temps passe vite, je crois qu'elle vient du fait que nous ne prenons pas en nous, que nous ne ressentons pas, la dimension et la densité de l'instant présent, du moment vécu... Sans cesse préoccupé que nous sommes de "nous projeter en avant", dans le moment d'après, dans ce que nous avons à faire ou nous voulons faire, dans le jour du lendemain, dans un temps ultérieur avec un ou des projets (projets de toute nature)...

Ainsi en nous pojetant en avant, même dans un en avant tout proche, celui de l'heure suivante, du jour de demain... Perdons nous de vue, de ressenti, le moment ou l'instant que nous vivons qui déjà "s"enfonce dans le temps" (et ce qui peut sembler paradoxal, nous paraît "trop long" voire parfois "ennuyeux" à vivre)...

Une fois perdu en partie ou quasi totalement, en nous, cette dimension et cette densité de l'instant vécu, dès lors même que l'on s'en rend compte et que l'on aimerait bien retrouver au moins en partie... Il s'avère très difficile, cela demande un effort considérable, de la retrouver cette dimension et densité de l'instant présent...

Il me paraît certain que "le temps passe moins vite" lorsque l'on conserve en soi la capacité de ressentir, de percevoir, de vivre, de toucher, de voir, de sentir, d'entendre, d'appréhender... Dans la mesure même, dans la dimension et dans la densité qu'il y a dans le moment vécu, l'instant présent... Sans avoir la moindre préoccupation, le moindre souci du moment à venir, et donc, de ce que pouvons avoir envie de faire ou de prévoir...


 

Le bon sens des choses et des êtres...

     Ce qui manque à la plupart des gens de ce monde, des gens du "commun" tout comme peut-être aussi des gens dont on dit qu'ils sont "hors du commun"... C'est le "bon sens", le sens naturel, authentique et intemporel des choses, des êtres, que l'on peut avoir en soi...

Le "bon sens" s'acquiert davantage par le toucher, par le voir, par l'entendre, par le sentir et cela dans toutes les nuances... Que par le raisonnement, la pensée, l'idée ou la logique que l'on se fait tout à fait personnellement, des choses, des êtres...

En ce sens, Pierre Auguste Renoir le peintre, né en 1841 et mort en 1919, fut, bien plus que l'ensemble de ses contemporains, hommes et femmes du commun comme du "hors commun" y compris les génies, les savants, les littérateurs, les grands penseurs de son temps, un être qui avait du "bon sens", un "bon sens " inné, aigu, lucide, de toutes choses...

Souvent ce sont les gens simples, de la campagne, qui ont ce "bon sens" des choses et des êtres, un "bon sens" qui leur vient tout naturellement de ce qu'ils observent autour d'eux, qu'ils regardent, entendent, sentent, touchent de leurs doigts... et qui leur donne ce "savoir", cet entendement, cette compréhension, que les intellectuels avec leurs connaissances, leur raisonnement, leur "vision du monde", leur langage, leur pensée, et tous les livres qu'ils ont lu, tout ce qu'ils ont appris à l'école puis au collège puis au lycée puis encore à l'université... N'ont pas ou ont perdu en partie...

Le "bon sens" en effet, ne s'apprend pas à l'école, ne s'apprend pas comme on apprend la géométrie, la philosophie, l'astronomie, le calcul, l'économie... Il n'est pas non plus selon l'idée de Rousseau, le fait que les hommes naîtraient en sachant tout, comme s'ils avaient en eux dès la naissance et même avant en tant que foetus, le "germe" du savoir qui va peu à peu se développer au fil de l'expérience de la vie dans tel environnement familial et social... Car nous naissons bel et bien en ne sachant rien...

En ce sens, soit dit en passant, nous sommes, nous les Sapiens, différents des Néandertaliens qui disparurent il y a trente mille ans et qui avaient, eux, à l'arrière de leur cerveau, une "zone d'acquis" (en revanche les Néandertaliens n'avaient pas comme nous les Sapiens, dans le lobe frontal du cerveau, suffisamment développée, cette "zone siège de la capacité d'adaptation, de la créativité et de l'invention" si déterminante pour l'évolution et la perpétuation de l'espèce humaine (homo Sapiens Sapiens)...

Certes, handicapé -si l'on peut dire- par cette absence d'acquis générationnel venu du fond des âges qui est le propre de bien des espèces vivantes en particulier des néandertaliens qui vécurent pendant 250 000 ans ; Homo Sapiens en naissant, puis dans les toutes premières années de sa vie, devait "tout apprendre" mais il avait en revanche cette capacité à s'adapter, à entreprendre, à découvrir, à créer, imaginer, que Néandertal n'avait qu'en partie...

... Voici quelques réflexions relevées par Jean Renoir au sujet de son père Pierre Auguste Renoir, dans le livre qu'il a écrit "Pierre Auguste Renoir, mon père" :

"La démocratie a supprimé les titres de noblesse pour les remplacer par des distinctions tout aussi puériles"

"Moi, du génie? Quelle blague! Je ne prends pas de drogues, n'ai jamais eu la syphilis et ne suis pas pédéraste! Alors?..."

"Il faut une sacré dose de vanité pour croire que ce qui sort de notre seul cerveau vaut mieux que ce que nous voyons autour de nous. Avec l'imagination on ne va pas loin tandis que le monde est si vaste. On peut marcher toute une vie et l'on n'en voit pas la fin."

"Un bouchon : il faut se laisser aller dans la vie comme un bouchon dans le courant d'un ruisseau."

"Ce qui se passe dans mon crâne ne m'intéresse pas. Je veux toucher...au moins voir...!"

"On savait à la fois lâcher un pet en société et accorder les participes. Aujourd'hui, les Français ne pètent plus mais parlent comme des illettrés prétentieux."

"Tu suis le courant... ceux qui veulent le remonter sont des fous ou des orgueilleux, ou pire, des destructeurs. De temps en temps tu donnes un coup de barre à gauche ou à droite, mais toujours dans le sens du courant."

"Les choses sont ce qu'elles sont. L'analyse du sang ne m'aide pas à donner avec mon pinceau l'idée de la circulation."

"C'est très gentil la découverte par Newton de la loi de la chute des corps. Mais ça n'empêche pas que la découverte par une maman de la façon de tenir un bébé existe aussi."

... De ces réflexions là, de Pierre Auguste Renoir, il y en a presque à chaque page du livre, et le livre en collection "poche" a 507 pages...


 

Quelques personnages dont je me souviens, du temps où je travaillais au Tri Postal du PLM à Paris

... Quelques personnages dont je me souviens, du temps où je travaillais au centre de tri postal du PLM à Paris, de 1967 à 1976...

Si mes connaissances sont exactes, c'est en 1923 que les PTT (Postes Télégraphe Téléphone) ont loué (un bail de 50 ans) à la SNCF, les locaux nécessaires à l'exercice du tri postal. Ce bail ayant expiré en 1973 il fut renouvelé juqu'au moment de la fermeture définitive en 1996...

Le PLM fut en fait le dernier centre de tri postal parisien à fermer en 1996, tous les autres ayant cessé leur activité quelques années auparavant...

http://yugcib.forumactif.org/t518-quelques-personnages-dont-je-me-souviens

La pensée commune en matière de culture...

... La culture qui fait réfléchir, qui permet de prendre du recul, d'avoir des ancrages et suscite en la développant, une critique lucide et nuancée... Cette culture là, dis-je, n'est en aucune façon celle par exemple, de la corrida, des fêtes et des festivals et des spectacles de musique qui foisonnent durant la saison estivale en France, toutes manifestations qui dans l'ensemble, en dépit de ce qu'elles peuvent apporter à un public diversifié, parfois "averti" et dans une certaine mesure "cultivé" (ou sensibilisé), n'en demeure pas moins (cette culture)  assujettie, conditionnée, formatée dans une société de consommation loisirs culture ressemblant davantage à un marché ; et "mise à la mode" et dont la finalité n'est autre que celle, principalement, des "retombées économiques" attendues par les pouvoirs publics, les lobbies du loisir et du spectacle...

Et même les "petits festivals" et les manifestations culturelles locales en matière de spectacles, se "coulent dans le moule" (plus ou moins) dans la perspective de ces "retombées économiques" où le tourisme joue un rôle déterminant en des lieux de vacances privilégiés par des dizaines de milliers de gens, de la région, de France, et de pays étrangers ; faisant travailler "plein pot" les restaurateurs, les hôteliers, les boutiquiers, les cafés... sans compter les taxes perçues pour le stationnement des véhicules, les locations de salles...

Pour tout cela, dans cette "finalité" il faut forcément une culture à la portée du plus grand nombre, une culture qui puisse se fondre dans la diversité des sensibilités, répondre à des attentes particulières, lesquelles attentes sont supposées réelles et être "dans l'esprit du temps" ...

... Je ne pense pas que ce soit "cela", la culture ! (c'est à dire un monde qui tourne comme un manège dont les chevaux de bois ont été remplacés par des nacelles volantes, un monde qui jette des clowns et des comédiens et des musiciens dans la rue, davantage pour "faire tourner le monde" en amusant et en émotionnant les gens, que pour contribuer à ce que le monde change ...


 

La complexité de l' Œuvre...

"Les religions sont comme les vers luisants : pour briller, il leur faut de l'obscurité"

 

[ Arthur Schopenhauer ]

 

... Mais si les religions pouvaient disparaître – un jour viendra je pense, où elles finiront par disparaître en tant que telle ou telle de ces religions – et que seule et universelle demeurera la croyance et même la foi en un Dieu créateur... Ou encore la croyance en une intelligence, en une force, en une énergie, en une mécanique de la vie (en somme en "quelque chose qui ressemble à Dieu")... Alors la croyance, et plus fort encore que la croyance, la foi... pour briller, n'auront plus besoin de l'obscurité mais au contraire, de la lumière, pour autant que la lumière se révèlera supportable aux yeux à mesure qu'elle éclairera davantage...

Car la croyance en un Dieu créateur, déjà même du temps d'aujourd'hui des religions, est compatible avec la science, avec la connaissance...

La complexité de l' Œuvre dans sa conception, dans son développement, dans son évolution, dans ses manifestations, dans sa diversité, dans sa "programmation", dans son "destin"... La complexité de l' Œuvre a sans doute nécessité une explication par le Livre, par l'Ecriture ou par la Parole, qui puisse être accessible à l'Humain...

L'athéisme lorsqu'il n'est pas lui aussi une religion, reconnaît la complexité de l' Œuvre, reconnaît tout le questionnement qui demeure encore au delà de chaque avancée de la science, au delà de chaque avancée dans la connaissance...


 

La dématérialisation d'un objet, d'un être vivant...

... Il était impensable en 1950 et même encore jusque vers 1980/1990, d'envisager que l'on pourrait un jour "dématérialiser" en un fichier informatique de l'image (une photo), une séquence filmée (un film familial réalisé avec une caméra telle qu'il en existait dans les années 1960/1970)...

Il n'y avait alors d'autre possibilité de transmission, d'exposition, d'envoi à un destinataire, que celle par exemple de mettre des photos dans des albums à couverture et pages cartonnées, d'envoyer la photo dans une lettre, ou encore de visionner à l'aide d'un appareil de diapositives et d'un projecteur sur un écran, les photos de tel été, de tel événement familial, le film en bobine dont il fallait joindre les morceaux en vue de sa projection...

Ce qui était impensable en 1950 ou même encore en 1980, est devenu possible, réalisable, grâce à la numérisation, un procédé qui consiste en gros à décomposer l'image fixe ou animée en un ensemble de petits points ou éléments lumineux appelés "pixels", lequel "ensemble de points" (de milliers de points) apparaît en image fixe ou animée en un fichier joint dans un "courriel" (messagerie électronique, internet, réseaux sociaux)...

En somme la numérisation c'est une sorte de "dématérialisation" de l'image réelle... Et "dématérialisation" cela fait penser à "téléportation" : l'"objet image" (ou séquence filmée) une fois "dématérialisé", en quelque sorte se "rematérialise" ailleurs (ailleurs c'est à dire là où l'on souhaite qu'il se rende et qui peut être vu)...

... Nous en sommes aujourd'hui au stade technologique de l'impression en trois dimensions, c'est à dire que des imprimantes sont aujourd'hui capables de reproduire un objet physique (mais pas cependant dans sa matière et composants d'origine)...

Et quand je dis "matière et composants d'origine" je pense à ce qui est encore "impensable" aujourd'hui -mais à mon avis ce sera un jour réalisable- c'est à dire à la "dématérialisation" d'un objet physique, d'un objet animé ... et même d'un être vivant, par un procédé qui "ressemblera" à la numérisation ( sauf qu'au lieu de "pixels" ça sera "d'autres sortes de points ou éléments")...

C'est alors que sera devenu réalisable la "téléportation" d'un objet, d'un être vivant, de tout ce qui est composé d'éléments de matière...

 

 

a href="http://www.hebdo-landes.com" target="_top">Référencé sur Hebdo Landes !