Articles

Actualité, sujets de réflexion

D'un monde à l'autre : celui d'avant 1990, celui d'après...

... Dans le monde d'avant 1990, et qui a été celui des années comprises entre la fin de la 2 ème guerre mondiale et la chute du mur de Berlin en 1989 suivi de la dislocation de l'URSS au début de la décennie 1990 ; les démocraties libérales et les économies de marché d'Amérique du Nord et d'Europe occidentale, où dominaient en puissance et en influence les Etats Unis d'Amérique, se trouvaient globalement menacées, dans un "climat" de "guerre froide" entre les USA et l'URSS, "guerre froide" qui, il faut dire, devenait aux "points chauds" de la planète (Vietnam notamment, et états Africains issus de la colonisation mais devenus dépendants de leurs anciens colonisateurs et gouvernés par des tyrans ou des dictateurs ou des personnages "fantoches" soutenus par les anciens colonisateurs), de véritables guerres locales, avec des massacres, des armées de mercenaires, de telle sorte que la tension permanente entre les USA et l'URSS, se traduisait par ces guerres "par procuration"...

Si les économies de marché en partie mondialisées (dans la sphère des démocraties libérales Amérique du nord-Ouest Européen) étaient menacées, ce sont les USA, "porteurs de vérité de liberté, de démocratie, de justice" -mais en "gendarmes du monde" puissamment armés... qui ont un temps, contenu la menace...

Dans les temps nouveaux en lesquels nous sommes entrés à partir du 9 novembre 1989 (chute du mur de Berlin) et de la dislocation de l'URSS dans les premières années de la décennie 1990, l'idée qui a émergé des sociétés et des politiques des états démocratiques libérés de l'emprise de lURSS et de leurs pays "satellites", fut l'idée désormais, d'une extension des démocraties libérales et surtout des marchés économiques devenus entièrement ouverts et pouvant se développer dans un potentiel immense d'opportunités exploitables et sans limite...

Selon cette idée, le monde "devait devenir meilleur, plus juste, plus humain, avec la liberté d'entreprendre, par le travail, l'intelligence, l'esprit créatif, le mérite et ce que l'on appelle "l'ascenseur social"...

Mais dans une réalité qui est devenue de plus en plus évidente et implacable, et qui commence aujourd'hui à la fin des années 2010, à être de plus en plus contestée par les peuples (du moins une partie des peuples), l'idée a dévié vers une menée en campagne tambour battant et avec en tête les majors des défilés, contre tout ce que le communisme -dans ce qu'il avait de bon- et contre tout ce que les acquis par les luttes sociales, avait pu être mis en place dans les sociétés...

De telle sorte que la nouvelle domination qui s'exerce sur les peuples et en particulier sur les "couches" les plus vulnérables de la société, sur les pays désormais soumis aux exigences de la gouvernance économique et financière, tous ces pays en dépit de ce que représente leur histoire, leur influence passée et présente, leur patrimoine culturel, qui ne peuvent plus décider par eux-mêmes de leur avenir et font l'objet de "remise obligée dans le droit chemin de cette dominance"... Devient encore plus insupportable que ce qui régissait le monde avant 1990, dans cette "guerre froide" entre les "deux grands blocs" USA/démocraties libérales/Europe de l'Ouest et URSS/pays satellites... Et dont les peuples subissaient les effets et les pressions...

C'est ce monde là, d'après 1990, qui a rendu la société plus violente, engendré les fanatismes religieux, les radicalismes exacerbés, agressifs et ostentatoires, de minorités revendicatrices, les crispations, les haines, le terrorisme islamiste (et d'autres terrorismes), la montée des partis d'extrême droite, le "nivellement par le bas, de la société", l'atomisation et la dispersion des révoltes et des oppositions, l'absence d'unité ou l'existence de liens aussi opportunistes que fragiles, dans la diversité des mécontentements et des actions menées de ci de là... En somme, le "bain de culture" le plus nocif qui soit, le plus destructeur de notre civilisation...

 

Le train de la mort

... Au nom d'un libéralisme et d'une démocratie de marché qui se définissent "éthiques et moraux", qui se targuent de défense des droits de l'homme, et où l'on dénonce les crimes dont sont coupables les régimes totalitaires ; ce sont en vérité les mécaniques perverses, bien rodées et organisées, d'une efficacité aussi durable que certaine, et cela pour le plus grand bénéfice des puissants et des dominants dans un "ordre mondial" mené par les pays des droits de l'homme et d'une économie libérale censée profiter à beaucoup de gens ; qui permettent à ces pays de "démocratie de principe", de justifier des politiques, des stratégies, des alliances, diamétralement opposées à ce qui est "éthique et moral"...

Et ce qui rend l'hypocrisie encore plus flagrante, encore plus révoltante, c'est ce "discours" qui est celui de l'ensemble des pays du monde -discours cependant, quelque peu "infléchi" on va dire, pour certains de ces pays... Discours en réunions et sommets pour l'avenir de la planète et l'urgence écologique... Discours en face duquel, une fois les réunions et les sommets passés, continuent de s'exercer les prédations, les pillages, les saccages, les pressions sur la vie des gens, les dommages irréversibles causés à tout ce qui vit et pousse sur cette planète...

Ne pas apporter d'aide médicale aux pays pauvres et s'approprier les richesses naturelles du sol et du sous-sol de ces pays il faut dire surexploités et sciemment maintenus dans la corruption, c'est aussi criminel que de vendre ou fournir du matériel de guerre, ou d'appuyer sur la gâchette d'une mitraillette pour tuer des gens...

Faut-il réagir par le silence, par le renoncement, par l'indifférence, ou par la dépression, par le cynisme, le fatalisme... Ou même par seulement en esprit/en pensée, l'espérance que "cela finira par changer" ? Ou même encore, seulement par de l'action qui n'est que personnelle, individuelle, aussi relayée qu'elle soit dans des réseaux sociaux mais ne débouchant pas sur une action d'une dimension collective d'ampleur planétaire ? ...

Seule, une opposition active, informée, organisée, et à grande échelle, peut arrêter le "train de la mort" où dans le wagon des dirigeants, se préparent ces crimes si énormes, si inhumains, que ceux qui les commettent méritent d'être éliminés...

Ces gens qui donnent des ordres, pointent des armes et appuient sur les gâchettes, payent des salaires de misère, font marcher des machines dont les rouages ne peuvent plus se mouvoir sans être reliés aux autres rouages, qui officient dans le wagon salon du train de la mort... Ces gens en fait, ont été comme "fabriqués" ou "modelés" sur ces "établis" que sont les institutions ou les "systèmes" que les sociétés humaines dans leur ensemble et individuellement, ont mis en place en les complexifiant et en les diversifiant de plus en plus...

 

Les éditeurs à compte d'éditeur qui acceptent les manuscrits envoyés par courriel

... Ils sont, selon les listes que j'ai pu voir, entre 20 et 50 en gros... Mais sur ce nombre, il faut dire que l'on ne voit guère trop de "grandes maisons d'édition" qui elles, presque toutes, demandent que l'on leur envoie les manuscrits rédigés manuellement, imprimés sur papier et expédiés par voie postale... Ce qui exige, outre le prix des cartouches d'encre à mettre dans l'imprimante ( environ 12 euro par exemple une cartouche noire HP de capacité 100/120 pages ) un travail répétitif et fastidieux, surtout si l'on envoie son manuscrit à plusieurs éditeurs... Sans compter le prix de l'envoi par la poste, en "économique", environ 15 euro la grosse enveloppe contenant les 200 feuilles du manuscrit...

Et ensuite, bonjour l'attente d'une réponse, qui ne vient qu'au bout de plusieurs semaines voire plusieurs mois, et généralement ainsi libellée " Votre manuscrit ne correspond pas à notre ligne éditoriale"...

Parmi les maisons d'édition acceptant les manuscrits sous forme de documents numériques en PDF, Word, Open office, Doc..., avec nom prénom, titre de l'ouvrage, adresse courriel, numéro de téléphone et brève présentation du livre ; la seule qui écrit "noir sur blanc" en plusieurs points précis sa ligne éditoriale, c'est "Encre Rouge"... Et dans l'un de ces points précisés, est suscité le recours à un correcteur (dont l'adresse courriel est d'ailleurs indiquée)...

Le problème avec les correcteurs, c'est qu'ils ne se réfèrent, ne se basent, que sur une conformité de langage (style, cohérence, grammaire, syntaxe, forme) et cela dans ce qu'il y a de plus "académique" en matière d'expression écrite)... Autrement dit, ton texte envoyé, après un certain nombre de retouches, de corrections, de modifications, ne sera jamais qu'un "très bon devoir de français" du genre "premier de la classe" (ou primé à un concours d'écriture)...

J'imagine Louis Ferdinand Céline dans les années 1930, ayant recours à un correcteur pour Voyage au bout de la nuit ou pour Mort à Crédit, ou pour Guignol's Band... Je n'en dis pas plus...

Le problème avec les correcteurs, c'est que quel que soit ton plus ou moins probable talent, ou ta "facture"... Ils trouveront toujours quelque chose à te faire rectifier, ils noteront toujours des mots, des termes, des tournures, à modifier, supprimer, arranger, etc. ...

Le résultat, alors, ne sera plus qu'un "excellent devoir de français"... Mais dans lequel "bon devoir" il manquera ce qui est tout aussi essentiel que la qualité de l'écriture, à savoir -comme on dit- le "coup de patte"... Je n'en dis pas plus...

Des quelque 40 ou 50 de ces éditeurs qui acceptent les manuscrits envoyés par courriel, les trois quarts d'entre eux lorsque l'on se rend sur leur site internet, affichent "Vu le nombre de textes reçus, nous ne prenons plus jusqu'à telle date, de manuscrits, veuillez donc attendre telle date pour votre envoi"...

 

... Je veux bien souscrire à cette idée assez répandue et il faut dire, très bien argumentée, de bon nombre de gens, idée selon laquelle "il y a beaucoup à jeter" dans tout ce qui est produit (de médiocre qualité)... Mais ce n'est là, qu'un débat sans issue, une polémique plus affligeante qu'utile, dans la mesure où la polémique ne "creuse" qu'en surface- ou dans la profondeur jusqu'où l'on veut bien creuser...

 

 

Les Kurdes

... Les Kurdes d'aujourd'hui, du nord de l'Irak, du nord est de la Syrie et de la partie orientale de l'Anatolie -Turquie, soit du Kurdistan géographique ; ainsi que ceux du 20 ème siècle et avant, ceux qui vivaient dans l'Empire Ottoman... Sont les très lointains descendants d'un peuple qui était celui du Royaume Mittannien, l'une des grandes puissances du monde civilisé (le monde Egéen-Minoen-Hittite-Mittanien-Egyptien de l'âge du bronze, de 1700 à 1200 AV-JC)... Ce royaume Mittanien s'étendait alors de l'est de l'Anatolie où il était voisin de l'Empire Hittite en Anatolie, jusqu'au delà de la rive nord du Tigre, et vers le sud, jusque dans le nord de la Syrie actuelle...

Après la disparition de la civilisation méditérranéenne-proche orientale à la fin de l'âge du bronze entre -1200 et -1150, les empires (Grec, Egyptien, Hittite, Mittanien et Babylonien) se sont scindés en une mosaïque d'états nations... Plus tard, à partir du 7ème siècle avant l'ère Chrétienne, il y a eu l'empire Perse et un temps, la présence Grecque (Avec Alexandre) au Moyen Orient ; puis l'Empire Romain à partir de -200 jusque vers 450, qui s'est étendu jusqu'au delà de l'Anatolie notamment dans une partie du Moyen Orient ; puis à partir de 1453, l'Empire Ottoman jusqu'en 1918...

Depuis 3200 ans, on peut dire que les Kurdes n'ont plus jamais eu d'état ou de nation constitué (avec frontières) après la disparition de ce Royaume Mittanien dont le peuple d'alors est en partie du moins aujourd'hui, le peuple dont ils sont originaires...

Il y a aussi un autre peuple, les Hébreux ou les Juifs de l'ancienne Palestine-pays de Canaan, qui, dispersés en diasporas de par le monde, n'ont pas eu de nation ou d'état constitué, jusqu'en 1948, l'année où fut établi un traité par lequel il leur a été défini un territoire... (Mais ce territoire ils l'ont étendu en colonies au delà de la frontière qui avait été définie par le traité) ce qui est à l'origine de conflits et de luttes armées depuis 1948...

Certes, ces Mittanniens de 1200 AV-JC, pas plus que les Mycéniens de Grèce, les Minoens de Crète, les Hittites, les Egyptiens et les Babyloniens... N'étaient pas -loin s'en faut- des "enfants de choeur" ... Et nous retrouvons dans le monde d'aujourd'hui, à peu près les mêmes problématiques liées à des alliances opportunistes, des traités commerciaux et échanges, des conflits entre grandes puissances, des stratégies, des dominations, des résistances, des révoltes, des migrations de populations, ainsi que des problèmes environnementaux (changement climatique)...

 

 

Comparaison entre diffusion sur internet et publication de livres

... Je fais une comparaison entre

 

-D'une part l'usage que l'on peut faire d'internet, d'un blog, d'un site personnel, d'un réseau social... En tant qu'écrivain, auteur, artiste, poète -ou en tant que personne s'exprimant sur toutes sortes de sujets d'actualité, témoignant de ce qui est vu et ressenti...

 

-Et d'autre part la publication de livres, d'œuvre littéraire, que ce soient des romans, des essais, des récits ... Sous forme de livre numérique ou de livre de librairie diffusé par soi-même ou par l'intermédiaire d'une maison d'édition prenant en charge le placement en lieux de vente ou de diffusion, en un certain nombre d'exemplaires pour un tirage initial (cela peut être par exemple quelques milliers d'exemplaires, disponibles pour la vente, dans les librairies et rayons de maison de la presse, dans toute la France)...

 

... Dans le cas de la production sur internet avec un blog, un site, ou sur un réseau social ; il peut exister "significativement" une "visibilité mesurable", avec des outils analytiques qui donnent au jour le jour le nombre et l'origine géographique des visiteurs... Bien qu'en réalité cette "visibilité mesurable et identifiable" soit illusoire dans la mesure où elle ne tient pas compte de tous les paramètres possibles -quand elle n'est pas faussée...

Et les visiteurs ou les lecteurs de tout ce que l'on produit et diffuse, qu'ils soient des inscrits ou des "amis" dans des groupes d'intérêts communs et sur des réseaux sociaux (notamment Facebook), qu'ils soient des visiteurs occasionnels disséminés un peu partout dans le monde qui consultent et ou suivent un blog, un site... Peuvent être identifiables du fait qu'ils réagissent -mais il n'y en a jamais à vrai dire "des milliers"- ou peuvent être ce qui est le plus évident, le plus probant, le plus fréquent, totalement inconnus, hypothétiques, inidentifiables... Sans compter ceux qui, encore bien plus nombreux, sont comme des acheteurs et lecteurs de livres qui ne sauront jamais que tel ou tel livre existe (et que s'ils le savaient tout à fait par hasard, ils ne l'achèteraient jamais, ce livre)...

 

... Dans le cas de la publication d'ouvrages notamment par l'intermédiaire d'une maison d'édition, la meilleure certitude c'est celle de voir jusqu'à 3000 exemplaires (dans le cas d'une diffusion initiale) de son livre, répartis dans une centaine de librairies en France et, sachant que la maison d'édition a fait "une étude de marché" qui se base sur le réseau de connaissances de l'auteur et sur les soutiens dont bénéficie l'auteur, les 3000 exemplaires seront quasiment tous écoulés -au pire cela ferait quelques centaines au pilon...

L'auteur, alors, n'aura, de la visibilité de son livre, que ce qu'il pourra en constater de la présence à la maison de la presse ou à la librairie de l'endroit où il habite (et dans les environs)...

Et de ses lecteurs, il n'en saura que de ceux qui lui diront l'avoir acheté -pour autant qu'ils aient lu livre ce qui n'est pas absolument certain...

Même si le livre -selon l'information reçue par "ouie-dire", par son éditeur, par quelque article de presse au sujet du livre ; même si le livre donc, s'écoule relativement bien de ci de là, l'auteur ne saura jamais qui sont ses lecteurs à tel ou tel endroit dans sa région ou ailleurs en France.

 

... C'est cette part d'inconnu, d'inidentifiable, d'aléatoire, de purement hypothétique, tout cela lié au fait que l'on n'a jamais les gens en face de nous (ou seulement quelques personnes de notre entourage que l'on voit et nous ayant dit avoir lu le livre)... Qui est "difficile à vivre" pour un écrivain, pour un auteur... "Dans les deux cas de figure" ( publication par une maison d'édition ou diffusion sur internet )...

 

... Mais quand je dis "difficile à vivre" je précise que ce n'est en fait, "difficile à vivre" que pour les auteurs qui souhaitent davantage (bien davantage) être lus et ou vus -et pouvoir s'exprimer devant un public- que d'être achetés, de recevoir des droits d'auteur donc de l'argent...

 

... Pour ma part, l'expérience qui m'a le plus satisfait (qui m'a en quelque sorte "comblé" si je puis dire) n'a point été celle du ou des jours où j'ai vu que mon blog avait eu 550 visiteurs, ni le jour où j'ai su que 500 exemplaires de mon livre avaient été écoulés... Ce sont les fois où je me suis produit devant 30/40 personnes dans une salle de café, pour lire mes textes à haute voix, et "les yeux dans les yeux" des gens qui m'écoutaient, et avec lesquels, après j'ai pu parler, échanger...

... Je ne sais pas si le terme que je vais employer pour dire ce que j'ai ressenti, est "approprié" mais j'ose quand même ici le dire : "c'était orgasmique!" (et partagé)...

 

... Et "ça", Facebook te le donne pas! Ni de voir sur Google analytics que tel jour t'as eu 200 visiteurs, ni de voir que ton livre s'est bien vendu dans le coin ! (rire)...

 

... Il ressort sans doute, de ce que je viens de dire au sujet de cette comparaison que je fais entre la diffusion sur internet et la publication de livres, que ce qu'il y a de mieux est de faire les deux, d'être présent sur internet et de publier des livres...

En effet, pour peu qu'un auteur, qu'un écrivain, ait un rayonnement d'une certaine dimension et que ses livres se vendent et soient lus ; il aura toujours davantage de visiteurs de son blog ou de son site, et sur les réseaux sociaux, il sera suivi, bien plus qu'il ne l'est en n'ayant pas publié de livre...

 

 

L'abandon des Kurdes

... L'abandon des Kurdes par l'Union européenne et par les Etats Unis d'Amérique, lors de l'intervention Turque en Syrie, intervention qui vise à éliminer les Kurdes du fait que l'armée turque dispose d'un matériel de guerre ne pouvant être comparé à celui dont dispose les kurdes et qu'en conséquence les kurdes ne peuvent qu'être complètement écrasés par le rouleau compresseur de l'armée turque... Ne fait pas honneur loin s'en faut aux gouvernements et aux peuples de l'Europe et des USA... D'autant plus qu'un désastre humanitaire est en passe de se produire, des dizaines de milliers de gens dans la zone des combats et des bombardements le long de la frontière turquo-syrienne, fuient vers d'autres zones où la guerre se poursuit en Syrie, là où déjà les conditions sanitaires, de survie, avec les hôpitaux détruits, les ambulances et les convois de ravitaillement bombardés, font que ces zones de totale insécurité ne peuvent plus être des refuges mais plutôt des camps de la mort... Les médecins eux-mêmes, ainsi que des gens d'associations humanitaires qui étaient encore présents sur le terrain, sont obligés de partir, puisqu'ils n'ont plus la possibilité d'exercer, manquant de tout, et de surcroît sont aussi des cibles lors d'attaques, de raids guerriers et de bombardements...

Plutôt que d'accueillir un million de réfugiés syriens, l'Union européenne a préféré donner six milliards d'euro au gouvernement Turc, pour que les réfugiés syriens soient "gardés" en Turquie...

Même si l'accueil d'un million ou plus de réfugiés syriens pose un réel problème à l'Union européenne, en termes de structures d'hébergement et de moyens de gérer cet afflux de populations ; il n'en demeure pas moins que donner de l'argent au gouvernement Turc pour que ce gouvernement prenne des mesures afin de contenir sur son territoire tous ces réfugiés... N'est pas non plus la "meilleure solution"... D'ailleurs, le gouvernement turc nous le fait savoir par le chantage qu'il fait subir à l'Europe, en ce qui concerne les réfugiés qu'il laisserait passer en Europe si on "l'emmerdait avec la question kurde" (en attendant, les six milliards profitent davantage au gouvernement turc, qu'aux réfugiés qui vivent dans la précarité dans des camps)...

A ma connaissance les Kurdes, historiquement parlant, n'ont jamais eu d'état avec frontières, et n'ont été qu'un peuple (une "nation virtuelle") réparti entre trois autres états : l'Irak, la Syrie et la Turquie, dans un espace géographique le Kurdistan... Et le Kurdistan n'a donc jamais été un pays au sens d'état ou de nation avec des lignes de frontière délimitées, comme l'est par exemple l'Irak... Ce qui est il faut dire à juste titre, un problème... qui date surtout du "partage" que se firent les alliés vainqueurs de la première guerre mondiale, en 1918/1919 (Britanniques et Français), entre zones d'occupation et de protectorat, après la chute de l'Empire Ottoman et l'émergence de la nation Turque dans ses frontières actuelles...

... Nous allons, les gouvernements et les peuples d'Europe -et aussi des Etats Unis d'Amérique- un jour où l'autre selon l'évolution des politiques et des stratégies des grandes puissances, selon des risques accrus de conflits... "payer très cher" l'abandon des Kurdes...

Que ferions nous, cinq cents millions d'européens que nous sommes, si nos territoires, de la côte atlantique jusqu'à la Pologne et à la mer Noire, devenaient "théâtre de guerre" dans le cadre d'un conflit mondial généralisé ? Dizaines de millions de réfugiés, de populations en déplacements et exodes massifs... Et pour aller où? Traverser l' Atlantique comme on traverse actuellement la méditerranée entre la Lybie et l'Italie?

 

... Je suis atterré (le mot est sans doute un peu fort) par le fait que depuis hier et tout aujourd'hui, il n'est question à la radio comme à la télé lors des bulletins d'information principaux de la journée, que du Brexit, et non pas-ou très peu- de l'intervention turque en Syrie contre les Kurdes...

Certes, le Brexit "c'est une affaire sérieuse" avec toutes les conséquences que cela va entraîner si le parlement du Royaume Uni ne valide pas l'accord conclu entre Boris Johnson et l'Union Européenne.

Mais le peu d'informations données au sujet de ce qui se passe ces jours-ci dans la zone limitrophe de la frontière turquo-syrienne, est bien le signe le plus évident du désintérêt de l'Europe pour les Kurdes... Un désintérêt qui "ne dit pas son nom" et qui se "barde" de "désapprobation" pour la forme, d'un aplatissement des gouvernements de l'Union européenne devant un président Turc qui se moque bien des remontrances adressées par les européens... Seulement des déclarations bien que la France et l'Allemagne suspendent la vente d'armes à la Turquie et que "quelques sanctions économiques" soient envisagées-ce qui reste à voir... Résultat, le gouvernement Turc ira jusqu'au bout c'est à dire l'écrasement des Kurdes dont la résistance ne sera qu'une lutte sans espoir... Désolant, et effrayant ! (Pour ne pas dire abject et d'une lâcheté révoltante quand on pense à la peur de populations de certains pays d'Europe, de voir leur quotidien de vie, altéré par l'arrivée de dizaines de milliers de migrants ; de voir leur tranquillité depuis 70 ans de paix, risquer d'être perturbée!)...

 

Envoi de manuscrit aux maisons d'édition

... Je n'ai recherché et visité les pages d'accueil de leurs sites, que les maisons d'édition à compte d'éditeur... J'ai donc éliminé de mes recherches, déjà, tous les éditeurs "en ligne" (il y en a de deux sortes : ceux qui ne demandent aucun engagement, avec lesquels on ne souscrit à aucun contrat, aucune obligation... Et où en fait, on fait soi-même la mise en page, la présentation, et tous les travaux typographie, format, etc. ... du moins lorsqu'existe cette possibilité pour l'auteur qui s'occupe entièrement de la mise en texte numérique de son ouvrage... Et ceux qui ont, comme par exemple EDILIVRE, un comité de lecture (juste pour vérifier si c'est publiable), qui offrent d'effectuer gratuitement tous les travaux, qui te font signer un contrat, te donnent un bon à tirer (le texte à relire et approuver) puis qui mettent ton ouvrage en ligne avec impression à la commande (en livre) ou envoi à la commande, du PDF... MAIS... "bonjour la diffusion, la promotion, le placement" etc. ... autrement dit "démerde toi" (sauf si tu souscris à un service qui te "booste" -soit dit en passant ça va chercher quelques dizaines voire centaines d'euro)...

 

Donc, tout cela, vous l'avez compris, c'est pas la "bonne solution -ou le bon projet", pour un auteur souhaitant faire publier son livre (d'ailleurs il n'y a pas de miracle quelque soit le "cas de figure" envisagé et ou essayé)...

Quant aux maisons d'édition "à compte d'auteur", il y en a "à la pelle", t'es sûr de voir ton livre publié (mais en 300 exemplaires, ou 500 grand maximum) et "ça te coûte un bras" ! (pour finalement te retrouver au bout d'un an avec 80% de tes exemplaires à devoir racheter -ou à faire mettre au pilon par la maison d'édition)...

 

... Reste le "bon vieux système traditionnel", envoi d'un texte imprimé (ou écrit à la main) en un manuscrit expédié par la Poste, à l'une ou l'autre des maisons d'édition que tout le monde connait (Gallimard, Le Seuil, Albin Michel, etc.)...

Le problème c'est que toutes ces maisons d'édition là, très connues, quand tu vas sur leur site ; leur page d'accueil, à "envoyer un manuscrit" ; tu lis ceci (ou à peu près) "Nous n'acceptons que des textes dactylographiés, envoyés par la Poste"... Suivent les détails pour la présentation... Donc, hors de question pour eux, d'accepter des textes sous forme de document numérique open office word ou PDF...

Je m'interroge sur ce terme "dactylographié" qui, aujourd'hui, avec les ordinateurs, l'écriture au clavier, me paraît complètement obsolète, du fait que plus personne n'utilise encore de machine à écrire...

Qui, en effet, de nos jours, quel auteur (peut-être Amélie Nothomb?) utiliserait encore une machine à écrire pour rédiger les textes de son livre? Bon, y'en a peut-être -très rares, qui écrivent à la main, au stylo, sur un gros cahier (mais dans ce cas, pour se faire plusieurs copies d'origine, avec du papier carbone ou en recopiant 200 pages 2 fois à la main... bonjour le travail!)...

 

Il existe cependant des maisons d'édition (à compte d'éditeur) qui acceptent de recevoir des manuscrits sous forme de document texte numérique en Word ou PDF : ces maisons d'édition ont un formulaire à remplir dans lequel tu t'identifies, tu donnes le résumé du livre, tu rédiges une courte biographie, et tu joins le fichier PDF ou Word de ton ouvrage... Tu reçois une confirmation de réception, où l'on te dit que 6 mois peuvent se passer avant que tu reçoives un avis favorable ou non... (Normal, vu le nombre de manuscrits qui sont envoyés ainsi)...

Voici une liste de ces maisons d'édition (à compte d'éditeur)... Liste incomplète :

 

Belfond

Denoël

Trois Colonnes

Presses de la Cité

Les Presses littéraires

 

 

... Dans les vitrines de quelques librairies j'ai pu voir des livres de la rentrée littéraire 2019, des romans pour la plupart, dont les titres et surtout les noms des auteurs, ne me disent absolument rien, et je me suis demandé pour quelle raisons, et quel intérêt je pourrais avoir, à acheter l'un ou l'autre de ces livres...

Ce qui m'a étonné, c'est que ces livres de tel ou tel auteur que je ne connais "ni d'Eve ni d'Adam", ont été publiés par des maisons d'édition telles que Gallimard, Albin Michel, Flammarion, toutes des maisons d'édition qui reçoivent en moyenne par an, environ 3000 manuscrits dont la plupart d'entre eux ne sont jamais lus en comité de lecture, détruits ou renvoyés à leurs auteurs avec pour motif "votre ouvrage n'entre pas dans nos programmes éditoriaux ou dans nos collections"...

Je me suis alors demandé ce qui a pu motiver Gallimard, Le Seuil, Flammarion entre autres, dans le choix de publication de l'un de ces "premiers livres" d'auteurs nouveaux... L'une des raisons qui me vient à l'esprit, c'est que l'auteur en question doit avoir autour de lui comme un réseau de soutiens, en somme, déjà un "rayonnement" de connaissances autour de lui, laissant espérer pour l'éditeur une diffusion, un potentiel d'achat de ce livre, d'environ 3000 exemplaires... Je ne vois pas d'autres raisons que celle là...

Nous ne sommes plus du tout au temps des années du milieu du siècle dernier, où les grandes maisons d'édition (qui étaient alors des entreprises de structure familiale) "avaient à cœur de découvrir des talents"...

Dans les milieux artistiques (musique, littérature, peinture) il n'y a plus de nos jours, de "chercheurs/découvreurs de talents", il n'y a plus que la "Loi du Marché", la Loi des modes et des engouements de saison...

Soit dit en passant, de tout ce qui se produit aujourd'hui, et qui n'est plus sur papier mais sous forme de document texte image numérique, ou diffusé sur internet... Que restera-t-il de tout cela d'ici 2 ou 3 générations... Et quels "biographes" ou quels chercheurs (sortes d'archéologues de l'Art et de la littérature) passeront une partie de leur vie à rechercher sur la Toile des productions dont les traces se seront perdues dans un immense tourbillon devenu aussi dense, aussi impénétrable, aussi disparate ?

 

 

Amazon, empire universel ? ...

... Si Amazon est devenu actuellement le plus grand marché du monde (la plus grande galerie marchande du monde)... Avec sa logistique, la réalité de sa présence partout dans le monde avec ses magasins de stockage, ses points relais, ses bâtiments, sa flotte d'avions, de camions, de navires porte-containers, ses véhicules de livraison en ville, ses quelque 600 000 salariés dans le monde, tout cela aussi visible et réel que les grands centres commerciaux des périphéries urbaines avec leurs parkings, leurs bâtiments, leurs enseignes...

Il n'en demeure pas moins que tout cela repose sur une base purement informatique, avec des ordinateurs, des réseaux, internet, téléphones mobiles et applications incluses, avec des dizaines de centres "data center" (traitement et gestion de données) répartis dans le monde...

C'est, en somme, comme une immense toile (d'araignée) dans la Toile (le Web) avec des ramifications... Une toile donc, d'une complexité et d'une diversité de fils reliés, gigantesque et dont les extrémités de tous ces fils entrent dans le quotidien de vie de chaque consommateur, soit environ 300 millions actuellement d'humains sur cette planète... Ils entrent, tous ces fils, par leurs extrémités, sur un simple clic que fait l'acheteur pour se connecter sur le site Amazon, à partir du moment où cet acheteur a un besoin précis, d'un objet, d'un service, d'un produit...

C'est donc cela le principal moteur, en fait un cerveau électronique, une intelligence artificielle dont le créateur, le concepteur, est un humain, à l'origine, qui s'est associé à d'autres humains (ses associés et collaborateurs, techniciens, ingénieurs)...

Amazon

... Sur la carte, on voit que (cercles en bleu) Amazon cherche à conquérir le marché de L'inde et de la Chine où il se heurte dans ces deux pays de chacun, plus d'un milliard d'habitants, à d'autres concurrents (dont Alibaba le géant Chinois) aussi "localement" gigantesques que lui (en terme de millions de consommateurs)... Mais c'est bien aujourd'hui l'Inde qui est pour Amazon, un marché "'plus accessible" -et en passe d'être conquis- avec une perspective de centaines de millions de consommateurs qui vont s'ajouter aux 300 millions actuels... Mais... "Ce n'est pas encore gagné"...

 

... C'est, Amazon, cependant... "Un colosse aux pieds d'argile"... D'ailleurs son fondateur et dirigeant Jeff Bezos, déclare lui-même " Nous pouvons disparaître un jour, nous ne sommes pas éternels, c'est le destin de toute entreprise quelle que soit sa taille" ... Et il est le seul, de tous les géants et lobbies de la planète, à tenir ce genre de discours, qui, dans une certaine mesure par la perception de la réalité du monde marchand, qu'il exprime ainsi ; "rassure" les financiers, et lui assure sa cote en bourse, puisqu'il trouve toujours des investisseurs qui lui font confiance...

 

Un "colosse aux pieds d'argile"... Pour, à mon avis, aussi, une autre raison, qui, celle -là, est "un peu moins évoquée" mais n'en demeure pas moins une réalité potentielle...

Imaginons quelque pirate de l'informatique et du Web, un génie en la matière, qui, à lui tout seul ou en collaboration avec des associés tout aussi férus de science informatique, parviendrait à paralyser, voire à détruire tout cet édifice construit sur une base purement informatique, à faire que ce "cerveau", que cette "toile dans la Toile", s'arrête du jour au lendemain et que donc, plus aucun avion ne puisse décoller, plus aucun navire porte container ne traverse les océans, que plus aucun transporteur ne puisse livrer, que les magasins de stockage et les points relais ne puissent plus être approvisionnés, que le site même d'Amazon ne soit plus accessible pour chacun des 300 millions de consommateurs...

J'imagine mal une autre logistique de remplacement, autrement qu'informatique et par internet, telle celle qui existait par exemple au début du 20 ème siècle et mise en place avec les moyens de l'époque, par les géants et les lobbies du début du 20 ème siècle (et même encore par les mêmes géants des marchés d'après 1950 jusqu'à 1990)...

 

... Et pour conclure, que penser d'un monde (celui dans lequel nous vivons aujourd'hui sur toute notre planète) qui, du jour au lendemain, administrations, comptabilité, transports, commerce, écoles, versements de salaires et de pensions, police, armée, et jusqu'aux arts et à la culture, et l'industrie, l'agriculture, les banques, l'argent au quotidien avec les moyens de paiement carte bleue visa ... Serait sans informatique, sans internet... Dans un "black-out" total ?

 

 

Le 30 ème festival international de géographie à Saint Dié Vosges

... Le thème cette année, du vendredi 4 au dimanche 6 octobre 2019, était "MIGRATIONS", et le pays invité, les Caraïbes ...

 

Dans une mondialisation du protectionnisme et de l'édification de barrières dressées afin de bloquer ou de réduire les flux migratoires, et où l'ouverture des échanges n'est plus ce qu'elle était encore il y a quelques années, du fait de la constitution et de la réorganisation du monde qui se profile à l'horizon des années 2020, en trois "blocs" ou puissances économiques en concurrence (Celui des Etats Unis d'Amérique et de leurs associés, celui de l'Iran dans l'aspiration à la reconstitution de l'empire perse et avec, en parallèle celui de la Turquie dans l'aspiration à la reconstitution de l'empire Ottoman, et celui de la Chine présente économiquement en Afrique et partout dans le monde)... Et de ce que va pouvoir devenir l'Europe (l'Union Européenne actuelle) prise entre les "feux croisés" des trois blocs et aussi de la Russie qui cherche également à devenir une puissance incontournable... Comment vont évoluer les flux migratoires dans un avenir proche ?

 

... L'Histoire nous apprend que les migrations (déplacements de populations d'un lieu à un autre, d'un pays à un autre) ont toujours été une réalité... En fait, depuis avant le Néolithique dans des temps très reculés où d'ailleurs le mode de vie migratoire était plutôt la règle, le mode de vie naturel des "chasseurs cueilleurs" qu'étaient alors les sociétés humaines (Néandertaliens et Sapiens du Paléolithique)...

A une époque (par exemple au 17 ème siècle ou entre 1550 et 1700 de notre ère) où il n'y avait que 500 millions d'humains sur notre planète, proportionnellement au nombre d'habitants de la Terre, les flux migratoires étaient plus conséquents en terme de mouvements de populations, notamment durant la guerre de trente ans qui a sévi en Europe de 1618 à 1648...

Et il y a eu aussi plusieurs époques par le passé, où, proportionnellement au nombre d'humains sur la Terre, les flux migratoires étaient encore plus importants qu'ils ne le sont aujourd'hui... ( Durant les grandes invasions à la chute de l'Empire Romain, et dans toute l'Asie, la Chine, l'Inde, les Amériques, l'Afrique, dans l'antiquité et les premiers siècles de ce qui est pour nous le "moyen âge")...

 

Aujourd'hui le changement climatique désormais certain et général sur toute la surface de la Terre jusqu'aux régions polaires, s'ajoute et se superpose, en tant que paramètre important, aux autres paramètres existants (diminution de ressources naturelles, misère, pauvreté, guerres, conflits, insécurité etc., dans beaucoup de pays du monde ne parvenant pas à se développer ou en guerre)...

 

La "recherche d'un monde meilleur" n'est plus dans le domaine du rêve, d'une aspiration, d'une idéologie utopique, pour beaucoup de gens qui partent de leur pays, du moins pour ceux qui croient encore à un "monde meilleur"... Car partir est devenu avant tout rêve, avant toute aspiration à quelque devenir que ce soit, une nécessité...

Soit dit en passant on peut se demander si partir de son pays, en 1650 ou en 1850, pour aller "aux Amériques", c'était du domaine du rêve dans l'idée d'un monde meilleur, vu déjà la traversée de l'Atlantique avec les navires de l'époque, l'arrivée sur une terre inconnue, et la réalité une fois sur le terrain avec tout à construire, à édifier, et cultiver la terre et tout cela dans l'insécurité, l'aléatoire... Et la violence des rapports humains...

 

... Quelques thèmes et sujets développés lors de cette 30ème édition du FIG de Saint Dié, en conférences, tables rondes, débats, entretiens (il y en avait environ 170 réparti en divers lieux dont des cafés géographiques, salles publiques) pour les trois journées :

 

-L'accueil dans l'exil

-Cartographier les migrations : représenter les routes ; quels enjeux ?

-Les conflits autour de l'accueil des migrants en France

-Nature des frontières? Sont-elles refuge, ouvertes ou fermées

-Caraïbes : perspectives géopolitiques d'une mosaïque de territoires continentaux et insulaires

-Génétique : ce que les métissages nous apprennent de l'humain

-Brexit, crises des réfugiés... Quelle Europe aujourd'hui?

-Récits d'immigration : du rêve à la réalité

-Quelles politiques migratoires?

-Les migrations au féminin

 

... A noter -et je crois bien que c'est là ce qu'il y a de nouveau (et d'émergeant) dans l'actualité du monde présent d'aujourd'hui et de demain proche, à savoir les années 2020, et qui va changer par rapport à ce que nous avons connu depuis la fin des années 1990 (une mondialisation de l'économie de marché et d'échanges selon le mode "occidental" avec la consommation de masse tous produits, des transports sur grande distance, des traités, accords commerciaux sur la base de règlements internationaux et de libre circulation)... Ce qui va changer donc, et sans doute durablement et selon un processus d'évolution encore incertain avec toutes les questions qui se posent... C'est la transformation -que l'on constate déjà- de ce monde de 1990 à 2018/2019, de libre échange et de marché planétaire, où les USA demeuraient la puissance dominante aux côtés d'une Europe sans vision politique globale mais encore puissante économiquement et culturellement ; en un monde se scindant en plusieurs "blocs" en concurrence, en situation de "guerre économique" voire probablement de conflits plus caractérisés... Ce qui va avoir une incidence sur nos modes de vie, de consommation, de déplacements et donc, à fortiori, sur les échanges commerciaux et sur les mouvements migratoires... Tout cela sur fond de changement climatique...

 

 

https://saintdieinfo.fr/2019/10/fig-30eme-festival-international-de-geographie-de-saint-die-vosges-images/

 

 

Le changement climatique

... Les scientifiques sont désormais formels en ce qui concerne le changement climatique, il est en effet absolument certain que d'ici la fin du siècle présent, le niveau des mers et des océans le long des côtes, partout dans le monde, aura augmenté de 40 cm au minimum et de 1,10 mètre au maximum (selon les projections ou les hypothèses les plus plausibles)...

Mais il faut dire que ces prévisions de 40 cm à 1,10 mètre, dépendent -entre ces deux chiffres- de ce que sera en réalité cette "transition écologique" dont on parle dans les "sommets", à savoir comment elle se fera, avec quels moyens, et surtout si elle parviendra à faire changer notre modèle économique et de développement... Notamment dans le domaine du transport des marchandises ( par voie aérienne, maritime et terrestre sur des longues distances actuellement ), des échanges commerciaux dans un marché mondialisé, du traitement, de l'exploitation des ressources, des matières premières bois et métaux, et bien sûr, de la pression croissante de l'activité humaine sur la planète, tout cela dans un actuel modèle de société de consommation de masse concernant environ les deux tiers de la population mondiale, soit 4,5 milliards d'humains... Dont un bon milliard à lui seul consomme (eau, équipements, nourriture, loisirs, déplacements) bien plus que les autres, un nombre croissant de ces autres, d'ailleurs, étant des "accédants"...

Outre le niveau des mers et des océans qui augmentera de 40 cm à 1,10 mètre, et dont on prévoit les conséquences désastreuses sur les côtes autant sablonneuses que rocheuses, avec l'avancée des eaux, l'érosion, l'effondrement de falaises, le déplacement de populations notamment urbaines puisque certaines villes en bord de mer ne seront plus habitables, envahies par les eaux ; il faut aussi prendre en compte la fonte des glaciers, la diminution des ressources en eau...

... Un scénario du futur proche donc, assez préoccupant et qui à mon avis, ne pourra pas être géré dans les "meilleures conditions"... Nul ne sait vraiment comment vivra, au quotidien, un jeune de 20 ans ou de 30 ans, en 2089 en France, par exemple, quand on fêtera le tricentenaire de la Révolution Française... Ni même quel sera l'environnement au quotidien, des personnes aujourd'hui âgées de 30 ans, en 2068, qui auront alors 79 ans, l'année où des historiens évoqueront les événements survenus en mai 1968 qui avaient eu un impact sur l'évolution de la société en France et en Europe...


 


 

Le futur et les questions qu'on se pose, certitudes et probabilités

... Le futur, en ce qui concerne les dix prochains siècles dont déjà les 22, 23, 24 et 25 ème siècle de notre ère... Et à plus forte raison au delà de quelques millénaires voire beaucoup plus loin encore, est difficile et quasiment impossible à prévoir, pour tout ce qui relève des événements, de l'évolution dans les domaines sociaux, culturels et politiques...

Quant à l'évolution des technologies, biotechnologies, des sciences, découvertes ; de ce que sera un humain, le monde, d'ici cent ans ou plus... Il n'existe aujourd'hui que des projections, de "possibles" pouvant être établis sur la base de ce qui se fait et qui évolue présentement...

Cependant il y a un futur certain ou au moins très probable, notamment d'ici une dizaine de siècles -on va dire jusqu'en 3019 en fonction de deux scénarios possibles (quasiment certains l'un ou l'autre) de l'évolution de la civilisation humaine.

Dans le premier cas, la civilisation humaine, telle que nous la connaissons aujourd'hui dans ses diversités culturelles, de mode de vie et de systèmes économiques et politiques -et avec ses technologies- disparaît soit brutalement, soit progressivement, à l'exception (naturelle et logique) de quelques survivants peu nombreux... Ce qui impliquerait alors comme un nouveau départ, une nouvelle histoire qui commencerait à partir des survivants... Une histoire qui, dans un déroulement selon le même principe d'évolution que celui qui a prévalu depuis un passé de plusieurs milliers d'années, serait cependant assez différente de l'histoire que nous avons connue (autres expériences, autres découvertes, autres connaissances acquises, autres technologies , autres modes de vie, autres cultures)...

Dans le deuxième cas, la civilisation humaine, du moins dans les cent prochaines années, évolue selon l'un ou l'autre des scénarios probables, selon les projections avancées par les scientifiques – sur la base de ce qui se réalise déjà aujourd'hui (autrement dit plus simplement parlant "selon ce qui est dans les cartons" et qui se concrétisera)... En supposant que ce que l'on appelle aujourd'hui "transition écologique" réussisse, et que la Terre arrive à supporter le poids de l'activité humaine ; cela bien sûr dans un environnement climatique qui aura changé (température moyenne plus élevée, paysages différents)...

 

-Si la civilisation humaine disparaît (brutalement ou progressivement) dans les cent ou deux cents prochaines années, toutes les constructions, bâtiments, maisons, ponts, barrages, routes, voies ferrées, autoroutes, parkings de surface bétonnée, édifices, monuments, se détérioreront jusqu'à leur disparition par effondrement, à l'exeption des constructions et bâtiments en pierre de taille qui eux, conserveront leur structure, leur armature, leur forme ; les voies de circulation dont les autoroutes seront peu à peu recouvertes par la végétation qui aura poussé... Il ne subsistera plus grand chose de tout ce que l'on voit aujourd'hui dans les paysages urbains... Les constructions et structures métalliques subissant l'usure par l'oxydation, la rouille, tomberont en poussière ( dans une période comprise entre 200 et 700 ans selon la qualité et la composition des matériaux ferreux ou d'alliage, à l'exception de l'acier galvanisé)...

Les survivants n'étant qu'en petit nombre, répartis sur toute la planète et très inégalement, ne seront plus en mesure d'entretenir quoi que ce soit et devront envisager, réaliser d'autres formes d'habitat, fabriquer ce dont ils auront besoin au quotidien à partir de ce qu'ils retrouveront autour d'eux...

 

-Si la civilisation humaine réussit la transition écologique et continue de se développer selon les scénarios et les projections des scientifiques (technologie, biotechnologie, modes de vie, habitat, transport...), dans quelques centaines d'années, avant même 3019, vu l'évolution de plus en plus rapide des langages, pas un seul mot, dans aucune langue, aujourd'hui utilisé, n'aura survécu.

En conséquence, tous les supports dont on se sert aujourd'hui à savoir les documents sur papier y compris ceux qui se trouvent dans les centres d'archives, les documents informatiques stockés dans des ordinateurs, des disques dur, des clé USB, dépendants de leurs systèmes d'exploitation Microsoft, Word, Exel, Open office etc. ... Qui, d'ailleurs, soit dit en passant, se détérioreront sans doute encore plus vite que les documents papier... Tous ces supports là dont on se sert aujourd'hui et qui sont les supports de nos langages, de nos écritures dans les différentes langues, n'existeront plus en 3019 (et même avant) et seront -s'ils le sont et de quelle manière- remplacés par d'autres supports...

 

... Le langage (et l'écriture) que nous connaissons aujourd'hui dans sa diversité de formes ( caractères latins, arabe, hébreu, chinois et tant d'autres encore) ne pourra subsister dans la durée (environ 1000 ans ou plus) tel qu'il existe de nos jours avec ses évolutions, qu'en cas de disparition incomplète de la civilisation humaine, avec les survivants disséminés à la surface de la Terre...

 

... A part cela...

 

L'étoile Gamma Cephi remplacera l'étoile polaire pour indiquer le Nord... En 3019...

Dans 240 millions d'années, le soleil aura accompli un tour complet de la galaxie par rapport à sa position actuelle (un endroit précis situé à 30 000 années lumière du centre de la galaxie, laquelle galaxie – Voie Lactée- a un diamètre ou une envergure de 100 000 années lumière).

Dans 4 milliards d'années ( "une paille"-rire)... Notre galaxie la Voie Lactée et Andromède sa voisine actuelle située à 2,5 millions d'années lumière de nous, dont le diamètre est de 200 000 années lumière et qui contient deux fois plus d'étoiles que la Voie Lactée... Fusionneront, ne formant plus qu'une seule galaxie...

 

 

Le monde médiatique

... Si ces journalistes qui incarnent le contre pouvoir lorsqu'ils enquêtent sur des personnages politiques ou autres, corrompus, "mouillés dans de sales affaires" ; font parfois tomber des membres du gouvernement, ministres ou conseillers, ou quelques élus locaux, ou des patrons de grosses entreprises ou un ou deux milliardaires "pour l'exemple soit-disant"...

Il n'en demeure pas moins, et c'est bien cela la réalité du monde (celui d'aujourd'hui comme celui d'hier)... Que le contre pouvoir exercé par ces journalistes chasseurs de scandales... N'a finalement plus aucun pouvoir réel en face des puissants lobbies et décideurs de l'économie marchande mondialisée dans les domaines de la communication, du transport, de l'agro-alimentaire, de l'industrie, du commerce... D'ailleurs le droit international pour tous ces personnages très puissants des lobbies, firmes et multinationales, assistés d'avocats et de conseillers, prime sur le droit des états, le droit particulier des personnes ; lequel droit des états et des particuliers que sont les citoyens d'un pays, doit s'adapter et se conformer au droit international (ne serait-ce déjà qu'en ce qui concerne la propriété intellectuelle , artistique et industrielle dans le domaine de la communication, des brevets,de la diffusion et de l'exploitation)...

Autrement dit, en très haut lieu, dans ce que l'on appelle "le saint des saints", si corruption il y a, et si même la santé et la vie de millions de gens est impactée, altérée... Si des milliards et des milliards de dollars ou d'euro nous passent par dessus la tête, nous les citoyens de tel ou tel pays dont la plupart gagnent à peine de quoi vivre sinon survivre... Ces personnages les plus puissants du monde, eux, ne sont jamais inquiétés par quelque justice que ce soit, ni jamais non plus par quelque "horde" de journalistes farfouilleurs"... Et, plus patent encore, l'opinion publique ne se soucie vraiment que des "affaires" dans lesquelles sont impliqués tel ou tel ministre, tel ou tel élu, tel ou tel patron du Cac 40...

Finalement, durant le temps (la saison, l'actualité du moment) où aboient, vocifèrent, dénoncent, mettent à jour preuves ou pseudo preuves à l'appui, les journalistes et les médias incarnant le contre pouvoir (un contre pouvoir en réalité apparent et illusoire, même s'il a pour effet de faire tomber quelques têtes).. Les affaires des dominants, des vrais et puissants dominants, prospèrent au détriment de la santé de la planète et du bien être des gens...

Le monde médiatique en général se préoccupe davantage de ce qui se délite dans la société, de justice, de morale, de comportements de gens censés donner l'exemple... Plutôt que d'enquête sociale, de reportage -économique, historique, géographique- ou de témoignage dans l'authenticité des faits...

Le monde médiatique est l'auxiliaire des grands meneurs de marche menant le monde et la civilisation à leur perte... Avec, brandis de temps à autre dans les rangs de ses officiants, quelques "chiffons rouges pour la forme"...

 

 

Progressistes et conservateurs, fossoyeurs de la civilisation?

... Les progressistes et les conservateurs sont les fossoyeurs de la civilisation.

 

... Les uns, les progressistes, font de la tolérance et de la bienveillance -ou plus exactement de la conciliance- des vertus sacrées, mais dont on mesure les effets produits, délétères, et contribuant à permettre une multiplication et une diversification de toutes sortes de "chapelles" avec leurs officiants et leurs fidèles, toutes sortes de communautarismes, et par là même, les conflits, les exacerbations, les violences, jusqu'aux radicalismes les plus virulents, jusqu'à la haine, jusqu'au rejet de ces autres dont on ne supporte pas la présence dans un environnement de vie quotidienne citadin ou rural...

Cependant, les progressistes, par leur civisme bienveillant, par la culture qu'ils portent en eux (du moins pour certains d'entre eux), par leur mode de vie axé sur la relation, sur la communication, sur un rapport au monde qu'ils ont dans la vision qu'ils ont de ce monde... Précisément sont des gens sans haine qui ne hurlent pas, n'invectivent pas, n'insultent pas, n'ont pas de propos violents sur les réseaux sociaux... L'on peut tout juste leur reprocher, parfois, cette condescendance, ce "regard de haut" qu'ils ont à l'égard des "gens du commun" qui eux, n'ont pas leur culture, et surtout, ont un quotidien de vie moins confortable voire difficile... Un quotidien de vie dont ils sont "à cent lieues", eux, ces progressistes des catégories "relativement privilégiées" de la société...

Pourquoi, alors, eux qui n'ont pas la haine, font qu'il y a la haine ? ... Peut-être parce que, ne la pratiquant pas, la haine, ils la dénoncent plus qu'ils ne la combattent ?

 

... Les autres, les conservateurs, sont moins tolérants, moins bienveillants, plus axés sur des valeurs qu'ils défendent dans l'idée et dans la vision qu'ils ont du monde (la propriété, la liberté d'entreprendre, les biens acquis par le travail et par l'initiative, l'ordre social hiérarchisé, la morale, la religion...). Mais du fait de leur attachement à ce qu'ils possèdent et au mode de vie qui est le leur dans des habitudes de confort, de consommation, au souci qu'ils ont de leur apparence, de leur réussite dans ce qu'ils entreprennent (travail, activité), de l'héritage qu'ils vont transmettre à leurs enfants (biens matériels)... Ils contribuent directement et indirectement, au maintien de la civilisation consumériste basée sur l'économie de marché... Dont on mesure les effets délétères (pression de l'activité humaine, épuisement des ressources compensé par des technologies de production, inégalités grandissantes entre riches et pauvres...)

 

... Mais il faut dire aussi que bon nombre de progressistes (et autant de conservateurs) sont finalement, les uns ou les autres, pour partie dans le progressisme et dans le conservatisme... Ce qui "arrange encore moins les choses" !

En somme, nous sommes quasiment tous ou presque, sur cette planète, d'une manière ou d'une autre – ou de plusieurs manières en même temps- par notre mode de vie consumériste et dans l'idée d'un "développement durable en rapport avec l'écologie", sans "retour en arrière" possible mais aussi sans "bond en avant" vraiment novateur... Les fossoyeurs de la civilisation...

 

Des êtres humains sans identité, sans état civil

... Et donc sans existence reconnue...

 

Je me suis demandé s'il existait dans le monde d'aujourd'hui, des êtres humains nés sans avoir été déclarés, sans identité, sans état civil... Comme le sont des animaux sauvages dans la nature, ou des animaux domestiques (des chiens et des chats) sans livret ou document spécifiant leur naissance ni présentés dans un cabinet vétérinaire pour les vaccinations d'usage.

Dans des pays d'Europe, en France notamment, aux USA, en Russie, enfin dans tous les pays du monde de civilisation occidentalisée, où il y a des lois, des polices, des contrôles, où tout est identifié, répertorié, formaté, administré ; où rien de ce qui se fait et existe ne peut passer inaperçu... Est-ce possible ? Sinon dans des groupes sociaux vivant dans une clandestinité totale ?

C'est une réalité, dans le monde de ce premier quart du 21ème siècle, en 2019, 230 millions d'enfants de moins de cinq ans, n'existent pas officiellement ! N'ont pas été déclarés à leur naissance ! Principalement dans les pays d'Afrique subsaharienne et en Asie du sud...

Peut-on imaginer ce que peut-être la vie d'un jeune enfant en France, dont la naissance n'aurait pas été déclarée? Cela paraît surréaliste ! Même en admettant que des groupes sociaux puissent vivre dans une clandestinité totale, pouvant échapper à tout contrôle!

La seule explication possible à une telle réalité aussi inimaginable que celle de l'existence d'êtres humains sans identité, n'ayant pas été scolarisés, totalement privés de tout droit en matière de protection sociale, n'ayant d'existence que purement physique (comme l'existence d'un animal dans la nature)... C'est celle liée au fait que ces êtres constituent un "réservoir" de main d'oeuvre corvéable et exploitable à merci, dans lequel puisent en dehors des règles établies, les grands groupes dominants de l'économie marchande, industrielle, agro-alimentaire et productrice de services et d'équipements... Ainsi que les mafias et les traficants... Et de l'intérêt qu'ont ces groupes de l'économie marchande à laisser exister de par le monde, ces êtres humains sans identité, non déclarés à leur naissance.

L'on peut se demander, d'ailleurs, dans quelle mesure "seulement" quelques centaines de millions d'humains sans identité et sans existence officielle, cela peut-être "si productif" pour une humanité d'aujourd'hui un peu plus de sept milliards de représentants !

Reste de toute évidence, tous ces êtres humains (entre deux et trois milliards) qui ont une existence officielle-aussi sommaire qu'elle soit- mais qui constituent, eux, bel et bien, le plus grand "réservoir" de main d'oeuvre corvéable et très peu payée, de l'ordre de 1 à 2 euro par jour de travail...

https://www.unicef.fr/article/enfants-fantomes-sans-identite-en-proie-tous-les-dangers

 

 

Le droit international, le droit propre à un pays...

... Je n'ai que fort peu de connaissances en matière de droit, je sais juste qu'il y a le droit Français, le droit Européen et le droit international...

Est-ce que le droit international "prime" sur le droit Français ? Ou bien est-ce que le droit international régit les rapports entre les pays? (pour les relations économiques, le Marché, la Justice, la diplomatie, la politique, la culture, l'agriculture, l'industrie...) ?

Que reste-t-il de l'indépendance ou de la souveraineté d'un pays, dans l'environnement du droit international, dans la mesure où le droit international impose des règles en matière de relation économique, culturelle et de Justice ; soit des règles qui ne s'accordent pas avec certaines règles particulières appliquées dans un pays ?

Le droit Européen, notamment, est plus contraignant pour les pays de l'Union Européenne, que ne l'est le droit international, lequel droit international est déjà contraignant pour tous les pays...

En matière par exemple, de droit de propriété intellectuelle (droit d'auteur, droit de celui ou celle qui produit -de l'écrit, de l'image, de la photographie, du cinéma, une oeuvre artistique, de la musique)... Et d'une manière générale toute création, invention, fabrication... Que garantit réellement le droit international par rapport au droit Français par exemple ? (Je perçois que la garantie n'est pas la même – qu'elle est plus restrictive- avec le droit international dans la mesure où dans le droit international, intervient une notion différente de celle du droit Français, de la propriété notamment intellectuelle). En effet, pour le droit Français le producteur ou le créateur est le seul propriétaire en tant que personne physique et particulière ; tandis que pour le droit international, le producteur ou le créateur partage la propriété qui est la sienne, conjointement avec ce dont il fait partie qui est international, et avec les partenaires de ce dont il fait partie... Il ne peut plus alors, le producteur, dans le droit international, arguer du fait qu'il est le seul et unique propriétaire...

Or, afin d'assurer la diffusion et la connaissance autour de lui, de ce qu'il produit ou crée lui-même, le producteur ou l'auteur, doit -c'est difficile voire quasi impossible de faire autrement- passer par "quelque chose où il doit entrer en tant que membre, adhérent, abonné, inscrit... Et cela au sein d'une communauté d'intérêts communs et partagés...

Je pense par exemple, aux réseaux sociaux du Net, aux plateformes de blogs, de sites et de forums, qui tous, font état et règlement de CGU (conditions générales d'utilisation), conditions auxquelles il faut obligatoirement souscrire -être d'accord- afin de "faire partie" et donc, de pouvoir diffuser, faire connaître ce que l'on produit...

Ainsi dans le droit international, les conditions générales d'utilisation -de ce dont on fait partie- font clairement apparaître que le producteur, que le créateur, est bien, oui, le propriétaire... Mais pas le seul propriétaire, puisqu'il partage la propriété qui est la sienne avec ce dont il fait partie (un réseau social, un hébergeur de blog ou de site), et avec les partenaires associés de ce dont il fait partie, qui peuvent dans l'intérêt qu'ils ont, utiliser ce qui a été produit (du texte, de l'image, de la photographie, de la musique)...

 

... C'est la raison pour laquelle toute production "en direct" -de texte, d'image, de photo, d'une oeuvre, d'une création quelconque- sur internet (Facebook, Twitter, Viadeo, Linkedin, Instagram, etc. ) devrait -pour celui ou celle qui produit et diffuse- au préalable figurer originellement soit en document réalisé de sa propre main (un dessin, un texte, un enregistrement), soit en un document informatique de type word, open office, fichier, dossier -tout cela dont on peut prouver que l'on en est bien l'auteur, le créateur...

 

... Quand je pense à tout ce qu'on voit sur Facebook, Instagram, de photos, de vidéos qui a été diffusé et dont l'original au moment de la prise de vue ne figure plus dans aucun album à soi parce qu'effacé, non conservé... Je me dis que ça en fait, là, de la matière à exploiter, pour les patrons et dirigeants et gestionnaires des réseaux sociaux, plateformes de blogs, sites et forums !

 

... A présent, en ce qui concerne l'utilisation faite par Facebook, Instagram, Linkedin, Viadeo, etc. ... Et les plateformes hébergeurs de sites, de blogs et de forums... Peut-on parler de morale, de bien ou de mal -dans la mesure où ce qui est utilisé, l'est dans une "politique utilitaire publique " (certes liée à un aspect commercial)? C'est discutable...

Après tout, les réseaux sociaux, les hébergeurs, à partir du moment où ils offrent un service, ainsi que des possibilités pour un utilisateur, ne sont-ils pas en droit de demander quelque chose en contre partie ?

D'où l'utilité -et la nécessité- de la jurisprudence (le travail des avocats)...

L'essentiel n'est-il pas, pour le producteur, pour le créateur, au fond, de pouvoir prouver qu'il est l'auteur de ce qu'il produit ? Même s'il doit partager la propriété qui est la sienne, avec des tiers identifiés et agréés?

Personne au monde, n'est tout seul sur Terre ! Il faut bien faire avec les autres ! Et s'arranger dans un "principe de relation"...

 

https://www.avocats-mathias.com/cyberespace/photos-twitter-propriete

 

 

a href="http://www.hebdo-landes.com" target="_top">Référencé sur Hebdo Landes !