démocratie

La démocratie, serait-elle un leurre ?

     Le monde actuel, avec ses pays et ses peuples, avec la diversité de ses cultures, de ses croyances et de ses modes de vie ; n'est pas encore, loin s'en faut, prêt pour la vraie démocratie...

Nous ne savons pas, d'ailleurs, ce qu'est la vraie démocratie.

Le mot vrai a-t-il même un sens ? N'est-il pas, ce mot vrai, un mot vide de sens, un mot creux, un mot qui ne veut rien dire et tout dire ?

Qu'est-ce qui est vrai, et qu'est-ce qui ne l'est pas ?

Le mot démocratie vient de deux mots du Grec ancien : dêmos le peuple, et kratos le pouvoir.

D'où le pouvoir par le peuple.

Mais le peuple n'est pas un, le peuple est pluriel et divers... Ou, plus exactement, il est un en un grand nombre d'exemplaires et chacun de ces exemplaires est différent de l'autre.

Alors comment le pouvoir peut-il être, peut-il se manifester, exercé par autant de un(s) si différents les uns des autres ?

La démocratie serait-elle un leurre ?

La démocratie, telle que nous la voyons et telle qu'elle semble instaurée dans un certain nombre de pays, est-ce que cela ne serait pas... « de l'anarchie organisée n'ayant rien à voir avec l'anarchie » ? L'anarchie qui serait la forme la plus élaborée, la plus évoluée, la plus avancée, de « gouvernement  et de pouvoir » ? … (Soit dit en passant, le monde, et chacun d'entre nous, on est très loin d'être prêt, d'avoir le niveau -d'esprit et de culture- pour « cette forme la plus avancée et la plus évoluée de gouvernement et de pouvoir)...

Ce que l'on appelle démocratie aujourd'hui (et hier aussi) n'est autre que de l'anarchie organisée, autrement dit une triste parodie de l'anarchie...

C'est un « ordre » dont la structure est identique à celle d'un ordre non démocratique.

Toutes les révolutions ont été « récupérées » par des malins, par des profiteurs ou par des extrémistes ; et n'ont jamais engendré que des conflits, qu'une confrontation d'intérêts et de sensibilités, que de la violence...

Les « petits » veulent « singer les gros » et sont les premiers à s'asseoir sur les valeurs fondamentales et sur la justice. Ce sont d'ailleurs les « petits » qui ont « fait » les gros, les gros qui, sans ce que font les petits dans leurs vies pour devenir plus gros sur le dos des autres petits, n'auraient jamais pu devenir gros...

Présidentielles 2012, bilan réel

46 millions d'inscrits sur les listes électorales pour un pays de 65 millions d'habitants.

9,2 millions d'abstentionnistes.

2 millions de bulletins blancs ou nuls.

Suffrages exprimés Hollande/Sarkozy : 34,8 millions.

Suffrages exprimés Hollande/Sarkozy/blancs ou nuls : 36,8 millions.

Hollande : 18 millions.

Sarkozy : 16,8 millions.

Le vote Hollande comprend : 10,5 millions de "pur Hollande" ; 1 million de voix Marine Le Pen ; 3,2 millions de voix Mélanchon ; 1,3 millions de voix Bayrou, et 2 millions autres (Eva Joly, Cheminade, Poutou, Arthaud, Dupont Aignan et indéterminés).

Le vote Sarkozy comprend : 10 millions de "pur Sarkozy" ; 3,8 millions de voix de Marine Le Pen ; 1 million de voix de Bayrou ; 1,2 million autres et indéterminés.

Hollande est donc élu par 18 millions de personnes en France, dont 10,5 millions de ce que j'appelle les "pur Hollande"...

En face, juste en face de ces 10,5 millions de "pur Hollande", et l'on peut dire frontalement opposés, l'on y trouve "naturellement" les 10 millions de "pour Sarkozy" (il y a là à mon sens une véritable fracture, mais une fracture qui, selon les développements de l'actualité politique, évènementielle, sociétale et économique, est soit "à l'état latent" soit "en l'état de conflit")...

En face, aussi, de ces 10,5 millions de "pur Hollande", l'on y trouve les 7,5 millions de personnes qui ont voté Hollande mais constituant en réalité deux forces d'opposition (l'une d'un million de personnes et l'autre d' 1,3 million) et une force de vigilance prête à se manifester, de 3,2 millions de personnes... Sans compter les 1,2 million "autres et indéterminés"...

... La démocratie est une expérience difficile et périlleuse, mais qui néanmoins, est essayée en tant que système de gouvernement et d'organisation de la société, depuis des temps immémoriaux, par quelques peuples sur notre planète, et cela en divers pays.

Je pense que la démocratie ne peut évoluer vraiment "dans le bon sens", qu'au prix d'une expérience difficile et périlleuse... d'autant plus difficile, d'autant plus périlleuse...

Nous sommes en 2012, après cette élection, en France... "dans une expérience difficile"...

« Il y a dans la dureté du monde en dépit de sa violence et de tout le poids dont elle pèse sur nos existences, une certaine beauté.

Cette beauté réside dans la faculté qu’ont les êtres vivants à survivre, s’adapter, évoluer, établir entre eux une relation intense et durable dans un environnement hostile.

Qu’elle soit une fatalité ou non, la dureté du monde dans toute sa réalité est une nécessité. Sans elle, il n’y aurait jamais cette espérance si belle et si enthousiasmante d’un avenir meilleur, ni cette capacité qu’ont les êtres vivants à évoluer et à se perpétuer. »

a href="http://www.hebdo-landes.com" target="_top">Référencé sur Hebdo Landes !