Chroniques et Marmelades diverses

Textes généraux, atypiques ou particuliers, cri du coeur...
  • Les "esprits" d'il y a 35000 ans

    … Il y a trente cinq mille ans, il n'y avait pas de Bible, pas de Coran ni aucun « livre saint »... Pas d'églises, pas de mosquées ni de temples ni de cathédrales ; pas de Chrétiens, pas de Musulmans ni de Juifs..

    … Mais il y avait les Esprits !

    Ah, les Esprits, bons ou mauvais, qui régissaient la vie des communautés humaines éparpillées sur les continents de la Terre d'alors... !

    Les humains de ces époques lointaines observaient les viscères des animaux morts et en déduisaient à quoi servait tel ou tel organe, ils connaissaient les vertus de toutes sortes d'herbes et de plantes... Mais la bactérie, le virus, le pus, le gonflement, la douleur, l'empoisonnement, tout cela c'était « les esprits »…

    Et les tremblements de terre, la foudre, le vent, la pluie, l'incendie, l'inondation, l'éboulement de roches... Cela aussi c'était « les esprits »…

    Et les esprits s’immisçaient dans la relation des humains entre eux et avec les plantes, les animaux, les objets...

    Et, entre les humains ordinaires vaquant à leurs occupations quotidiennes et les esprits, il y avait les sorciers ... Qui n'étaient que des humains, mais investis de pouvoir et d'autorité… Et sans doute en abusant…

    … En somme les esprits, c'était la Science, la science encore inconnue et comme un paysage dont on voit tout ce qui le compose dans le détail et dans son ensemble ; la science en l’ état de ce qui se voit et se ressent mais que l'on ne peut expliquer autrement que par l'existence des esprits…

    … L’on faisait dire aux esprits, il y a 35000 ans, « tout ce qu'on voulait qu'ils disent » selon les aspirations ou les intérêts du moment des uns ou des autres...

    … Avec la Bible et les curés, avec le Coran et les Imans, il s'est avéré que les intérêts et les aspirations du moment, soutenus ou confortés par la « révélation », l'écriture et le prêche, se sont affirmés avec plus de force et plus de violence... Dans un but de domination…

    En définitive les esprits d' il y a trente cinq mille ans... Quoiqu'ils m'eussent pompé l'air si j'eus vécu en ce temps-là... Je les trouve « plus crédibles » ou « mieux fondés » que nos religions et cultes actuels… Pour la simple raison qu’ils étaient pressentis comme étant des manifestations, des forces naturelles…

     

  • Les œuvres à venir

    … Dans les correspondances de Gustave Flaubert, dans une lettre à Louise Colet en date du 24 avril 1852, on lit ceci :

     

    "Aucune pensée humaine ne peut prévoir, maintenant, à quels éblouissants soleils psychiques écloront les oeuvres de l'avenir. En attendant, nous sommes dans un corridor plein d'ombre, nous tâtonnons dans les ténèbres. Nous manquons de levier, la terre nous glisse sous les pieds. Le point d'appui nous fait défaut, à tous, littérateurs et écrivailleurs que nous sommes. A quoi ça sert-il ? A quel besoin répond ce bavardage? De la foule, à nous, aucun lien. Tant pis pour la foule, tant pis pour nous surtout."

     

    ... En 1852... "Il ne croyait pas si bien dire" Gustave Flaubert, en ces temps d'une modernité en marche qui commençait à rendre possible l'accession du bavardage sur des tribunes devenant plus nombreuses, plus diverses, plus  libres, et toutes  soucieuses de visibilité...  

    Notre époque est semblable – mais en bien pire : le bavardage sied à une foule qui, certes, va plus à l'école qu'en 1852, mais n'est plus éduquée que par des faiseurs d'opinions, des personnages de télévision, et des producteurs de novellas...

    Le "point d'appui", celui qui fait la force, l'âme, la grandeur, la culture d'un peuple dans son ensemble, et qui était comme autrefois la fontaine à eau sur la place d'un village, fait de nos jours défaut parce qu'on lui a préféré des "points branlants » pour tous qui cependant sont loin de branler tout le monde et ne font pas de liens dans la foule"...

    Les faiseurs d'opinion, les personnages de télévision, les producteurs de novellas, forment une Nomenklatura sans aucun lien avec la foule mais vivant aux dépens de la foule et "en vivant fort bien" d'ailleurs...

    Et tant pis, donc, pour une foule dont on se fout… Et qu’hélas soient les porteurs de lumière plus préoccupés de l'éclairage de la scène que de la lumière qu'ils portent…

     

     

  • Faillite de la civilisation

    … Simplifier une langue vivante, une langue parlée et écrite, réduire sa grammaire, sa syntaxe et son orthographe, c’est comme vouloir planter un arbre qui n'a qu'un tronc et pas de branches, ou vouloir traverser une forêt dont les arbres sont comme des poteaux tout droits ou tout tordus sous un ciel uniformément bleu ou gris ou blanc...

    … Faillite de l'école, entendons nous dire...

    Je dirais plutôt : faillite de la civilisation... D'une civilisation qui, de l'arbre aux branches étendues et au feuillage bruissant au vent, est passée au tronc sans racines dont le haut est la tête éclatée d'un obus face au ciel, et béant de ses deux trous, l'un devant et l'autre derrière... Un trou pour avaler, un trou pour évacuer...

    Nos civilisations présentes (l'occidentale et les autres), du tronc sans racines et sans branches avec deux trous l'un devant et l'autre derrière, passent désormais à l'oursin qui lui, n'a qu'un seul trou, bouche et anus…

     

  • Le religieux dans la vie publique

    … Comment ne pas avoir la haine du religieux lorsque le religieux s’impose et régit la vie des gens au quotidien ?

    Le religieux, rappelons le, c’est une continuité dans la religion : le Judaïsme avec l’Ancien Testament et la Torah, puis le Christianisme avec la Bible et le Nouveau Testament – qui, il faut le dire ne désactualise pas l’Ancien Testament, puis l’Islam avec le Coran…

    L’on retouve dans la Torah, dans la Bible et dans le Coran, les mêmes directives, les mêmes préceptes, les mêmes interdits… Et le même statut de la femme dans la société…

    Comment ne pas avoir la haine du religieux lorsque dans le monde d’aujourd’hui du 21ème siècle (le monde politique et social des états, des républiques, des royaumes, partout sur la planète), ce sont les intégrismes religieux qui se développent et envahissent de plus en plus, l’espace public ?

    Catholiques, Protestants, Évangélistes, Musulmans, Juifs, tous dans vos intégrismes je vous hais !

    Politiques, les unes de droite traditionnelle, les autres de gauche libérale et sociale, d’autres encore d’une gauche plus engagée à gauche ou d’une droite plus engagée dans une droite de la Chrétienté… Toutes je vous hais pour vos complaisances, pour vos tolérances, pour vos abdications ou vos compromissions en face du religieux qu’en aucune façon vous combattez et ne combattrez jamais quoique vous prétendez notamment lorsque le religieux assassine, pose des bombes (ce qui bien sûr vous choque et vous fait donner de vos polices… Mais ne disparaît pas pour autant)…

    Honte aux législateurs des États Unis d’Amérique qui envisagent de retirer le droit à l’avortement ! … À ce propos, est-ce qu’un fœtus de 6 semaines peut-être considéré comme un être vivant avec du ressenti, des émotions, alors qu’il n’est qu’un organisme en formation sans rien encore de ce qui fait, caractérise, identifie un être vivant ? Qu’un fœtus de 4 mois soit réellement un bébé bien vivant dans le ventre de sa mère, cela oui, c’est évident ; mais pas un fœtus de 6 semaines ! ( j’attends vos objections, vos scrupules, vos morales, votre sens de « l’éthique de la vie », les « ceu’s zé celles » qui, sans être des croyants en une religion, ne sont pas moins à leur manière selon l’idée dominante du moment, des intégristes autant que des intégristes religieux )…

    Honte à toutes les sociétés, à tous les pays, à tous les états ; honte au monde du Travail et de l’Emploi , qui n’ont pas instauré l’égalité des salaires entre les hommes et les femmes !

    Le statut de la Femme dans les sociétés Chrétiennes, Juives et Musulmanes intégristes ou le devenant, est un statut ignoble, totalement indigne d’une civilisation ! Je hais ce statut ! Je hais les intégrismes religieux ! Je hais les religions parce qu’au bout du compte, qu’on le veuille ou non, elles se font complaisantes et abdiquent en face des intégrismes en laissant croire qu’elles combattent les intégrismes…

     

     

  • Quel intérêt pour un auteur d'ouvrage ...

    … Quel intérêt pour un auteur d’ouvrage (de type « souvenirs, anecdotes, mémoires », ou de roman, d’essai, de récit)… Y – a – t’il, de publier un livre à compte d’auteur, ou même en format numérique « en ligne » ?

    Sachant que, dans le meilleur des cas, le livre ou l’ouvrage, publié à compte d’auteur, ne le sera vraisemblablement qu’en 300, 500 exemplaires dont un certain nombre de ces exemplaires au bout d’un an, finiront au pilon, ou seront remis à l’auteur en expédition colis à ses frais, pour être rangés dans un carton en quelque pièce de débarras ?

    Sachant, pour le même ouvrage en format numérique, qu’il ne sera téléchargé (et vu et ou lu) que par quelques éventuels lecteurs ?

    L’intérêt réel n’est-il pas celui de voir sa production écrite, vue et lue par – non pas en un an par à peine 10 à 100 lecteurs – mais en 1 jour, en 1 semaine, en 1 mois, en 1 an ; par au moins 10 fois plus de lecteurs, sur la Toile, donc sur un blog, sur un site, sur un forum, sur une page Facebook ?

    En effet, même dans le cas d’un auditoire ou d’un lectorat limité à 100, 200, 300 abonnés ou « amis », ce que l’on produit sera toujours au moins 10 fois plus vu ou lu – sur une période d’un an par exemple – que l’ouvrage à compte d’auteur, publié et en étalage 3 mois à la Maison de la Presse du coin… Que les « gens du coin » d’ailleurs, ne remarqueront qu’à peine, indifférents qu’ils sont…

     

  • Le courant de la modernité présente et en devenir

    … Dans les domaines de l’habitat et des aménagements intérieurs de maisons et d’appartements, de l’habillement – féminin surtout mais aussi presque autant masculin ainsi que des adolescents, jeunes adultes et « seniors » jusqu’à plus de 75 ans - , des modes de vie et des loisirs, de la culture, de la consommation en particulier alimentaire ; du travail, des activités professionnelles dans leur environnement (espace, relation, rapports entre salariés et cadres et patrons)… Tout cela donc évoluant dans le courant de cette modernité ambiante… Diverses, parfois en opposition, sont les manières des uns et des autres, d’appréhender, de considérer, de s’intégrer ou non, dans le courant de la modernité ambiante.

     

    Les différences – peut-être – les plus marquées, sont visibles dans le domaine de l’habitat et des aménagements intérieurs… Où en majorité dans les pays développés, la modernité ambiante est celle des grands espaces à vivre avec équipement de cuisine et salon sans séparation, des maisons à l’architecture géométrique avec de grandes ouvertures… Cette modernité ambiante «tranchant très nettement » avec les habitats « à l’ancienne » ou « ne payant guère de mine » ou encore sans aménagement déterminé, « de bric et de broc », sans le moindre esthétisme, et de surcroît peu pratique…

     

    Les jeunes adultes, notamment ceux vivant en couple et avec des enfants, privilégient ces habitats de grands espaces à vivre, ces maisons et appartements aux aménagements intérieurs actuels dans le courant de la modernité… Ainsi d’ailleurs que des personnes plus âgées vivant seules ou en couple…

     

    Il y a aussi dans le courant de la modernité présente et en devenir, celui qui est le plus évident, le plus marquant, le plus différent de ce qui, avant, entrait dans la vie quotidienne des gens ; c’est la modernité liée à la présence sans cesse croissante des technologies de la communication avec les téléphones portables, l’internet, l’informatique, le numérique, la robotique, et tous les nouveaux équipements, appareils connectés…

     

    Je ne fais jamais de discrimination, n’émets jamais de critique négative, à l’égard des personnes, jeunes ou moins jeunes, qui dans les domaines de la modernité actuelle et ambiante, que ce soit au sujet de l’apparence de leur habitation et de leur aménagement intérieur, du fait qu’ils n’ont pas d’internet, n’utilisent pas de smartphone, ne disposent chez eux d’aucun appareil technologique nouveau et en vogue ; ont fait le choix délibéré et assumé (ou tout simplement parce qu’ils n’ont pas adhéré aux nouvelles technologies), pour certains d’entre eux, de se passer d’internet et de tous ces appareils.

     

    Personnellement, le rapport qui est le mien à la modernité, demeure pour l’essentiel celui que j’ai avec l’internet et, en général, avec tout équipement technologique nouveau, accessible et dans un but utilitaire… En revanche je suis indifférent et sans motivation en ce qui concerne l’apparence (extérieure et intérieure) d’une habitation… Mais curieux, observateur, reconnaissant, cependant, lorsque je me trouve occasionnellement dans un environnement de modernité…

     

     

  • Les histoires de robots, en vogue

     

    … « Paraît-il » - c’est ce que j’ai entendu vers 13h à la radio (France Inter je crois) le 22 juin – qu’au cinéma dans le genre science fiction, les histoires de robots ayant des sentiments et des émotions, avec lesquels une relation quasi amoureuse serait possible, feraient un tabac notamment chez les jeunes adultes et adolescents… Des réalisateurs s’étant investis dans ce créneau là, soutenus par de « grands intellectuels et penseurs et personnalités de milieu culturel « avant-gardiste »…

     

    Cette « nouvelle » m’horrifie, je nie, rejette absolument toute possibilité à un robot d’éprouver « par la grâce de l’intelligence artificielle purement technologique » le moindre sentiment, la moindre émotion, ainsi d’ailleurs que tout droit à être reconnu comme un humain, comme un être vivant qu’il n’est, de toute évidence, pas du tout… Car quel que soit le niveau atteint de perfectionnement et de développement technologique (jusqu’à égaler et dépasser les capacités du cerveau humain), un robot reste un robot, une machine, une entité non humaine et ne peut en aucun cas faire l’objet de reconnaissance avec des « droits » (merde quels « droits »?)…

    Complètement déroutant, indécent, absurde, cette « affaire là » !

     

    « Ça », c’est bien dans « l’esprit » (dégénéré) du monde de la culture (de l’art cinématographique en particulier), d’un « progressisme sociétal avant-gardiste » très à la mode du jour et plébiscité par en général les moins de 40 ans…

     

    « Ça », devrait être totalement censuré, interdit de production et de diffusion, ce « genre là » de « science fiction de merde » ! C’est la négation de l’humain, et les adorateurs et fans de ce « genre là », sont des crétins ! C’est aussi, ce « genre là », de l’obscurantisme au même titre que la sorcellerie, les diableries, la « fantasy » (en littérature et cinéma), les religions, l’ésotérisme, l’horoscope !

     

    En fait – et de fait lorsque ça se produira vraiment – les robots seront tellement technologiquement avancés en intelligence artificielle, que le plus froidement du monde, sans le moindre sentiment ou émotion, tels les machines à réduire qu’ils seront devenus, feront des humains des sortes de limaces – à l’exception des concepteurs formés dans de grandes écoles, au service des dominants qui eux, « relationneront entre eux et avec leurs subordonnés privilégiés » en « comités réduits » à quelques millions d’humains… Et non pas avec des robots et des machines, qui ne seront que des objets technologiques accomplissant telle fonction dans le pragmatisme le plus commun, le plus banal, le plus utilitaire…

     

    Un robot pourra – t – il (il le peut déjà?) « singer » une manifestation d’émotion, de dépit, de « souffrance intérieure », de déception, de joie… Et qui plus est, « partager » son émotion avec un partenaire humain ?… Et en conséquence, aller jusqu’à « revendiquer » un statut d’être vivant, afin d’être reconnu, considéré, avoir des « droits » ? « Singer » oui, mais artificiellement et par la technologie de l’intelligence artificielle… Mais en aucun cas, en véritable être humain ! D’ailleurs, ce qui me semble absolument certain, c’est que les concepteurs de ces robots au service des dominants et des décideurs, ne seront jamais eux-mêmes les partenaires « partageant » (les émotions imitées) des robots… Et que la croyance en « l’humanité du robot » par de nombreux humains conditionnés et médiatiquement sensibilisés dans cette croyance, sera largement exploitée par les dominants, c’est ce qui existe déjà, souvent à notre insu et entrant dans nos habitudes en matière de consommation de produits « de service » (culture, loisirs)…

     

    J’imagine déjà, une résistance, une révolte, une opposition plus ou moins organisée, « tout à fait humainement intelligente, cette résistance »… Une révolte avec des « casseurs de robots » bien déterminés !

     

     

     

  • L'écriture

    … Pour une personne, femme ou homme, accomplissant toute sa vie durant, œuvre d’écriture, les moments les plus difficiles sont peut-être – pour certains – ceux lors desquels on se souvient de personnes disparues, que l’on a connues et aimées, et qui depuis leur disparition d’autant plus ancienne dans le temps, n’ont en conséquence pas eu connaissance de tout ce que l’on a écrit, jour après jour… Pour autant cependant que, du vivant de ces personnes que l’on a connues et aimées, ces dernières nous aient suivi, ne serait-ce qu’occasionnellement.

     

    L’écriture peut-être pour qui en accomplit œuvre, comparable à un « acte d’amour » par lequel, comme pour une femme dont on rêve et que l’on désire connaître, dont on espère être aimé, l’on donne ce que l’on porte en soi depuis son enfance, que l’on croit de meilleur, de plus sincère, de plus authentique, de plus vrai, et, en somme, comme je dis « du cœur même de son réacteur » - ou du moins « assez proche du cœur de son réacteur »…

    Cette « femme » en quelque sorte, toujours « idéalisée » (même avec une bonne part de réalisme) c’est en fait l’interlocuteur, l’Autre, le lecteur, celui, celle qui voit, qui lit… Et la relation qui s’établit entre la personne accomplissant œuvre d’écriture et celui ou celle qui prend connaissance de ce qui est produit, s’apparente à une relation amoureuse…

    Alors, dans ces moments difficiles où l’on se souvient d’un proche, d’un ami, d’une de nos connaissances disparu ; vient la certitude que l’autre a cessé d’avoir connaissance de tout ce que l’on a exprimé depuis le jour de la disparition…

    Une douloureuse certitude…

    C’est ce que je ressens lorsque je pense à ma mère et à mon père, ainsi qu’à bien des personnes que j’ai connues et aimées, et qui depuis tant d’années – ou depuis hier à peine (un hier plus long qu’un jour en réalité) – n’ont plus vu, plus su, plus lu ce que j’ai continué jour après jour d’exprimer…

     

    Certes il y a bien les autres, tous les autres, ceux et celles qui sont vivants, qui voient, qui ont connaissance, qui lisent… Mais tous ces autres ne remplacent pas ces interlocuteurs privilégiés que furent notamment une mère, un père, un ami, une amie très proche… Auxquels on a donné sans doute, autant que l’on l’ a pu, le meilleur et le plus vrai de soi-même… Et « un peu moins sinon pas du tout » ces « choses exprimées, moins belles » dont on se rend auteur (parfois à son « corps défendant)…

    Car « ces choses moins belles » que l’on exprime, que l’on écrit, que l’on publie au vu et au su de tout le monde, procèdent d’une nature en soi dont on ne peut se défaire, imparfaite qu’elle est, et, par moments « brute de coffrage »…

    Des « choses moins belles » aussi, qui sont produites dans la colère du moment, ou par défi, ou, délibéremment, pour s’autodétruire, ou par dérision, ou par provocation, ou encore – il faut le dire aussi – par absence en l’occurrence de maîtrise, de travail, de savoir dire…

    Tout cela les vivants le voient, le constatent bel et bien !

     

    Reste tous ceux et celles avec lesquels est survenu un jour, ce que j’appelle « une fracture relationelle » qui a interrompu définitivement un rapport d’amitié, un lien « de longue date » et qui, à la suite de la rupture, ont cessé de voir, de savoir, de suivre, de lire ce que nous avons continué de produire…

    À l’égard de ceux et de celles là, ce que l’on peut ressentir est différent – ou plus exactement si je puis dire « difficile d’une autre manière » - et donc, ne peut être comparé à ce que l’on ressent pour les personnes n’étant plus vivantes qui ne peuvent plus nous lire…

     

     

  • Les "vieux démons"

    … Il n’est pas du tout dans mes habitudes de pensée, d’attitude, de comportement, que de tenir compte de l’apparence des gens (et de le manifester ouvertement en public), par exemple si une personne a un « défaut physique » (dans son visage, sur son corps) ou est atteinte d’un handicap et donc en conséquence, de me moquer de cette personne, de l’éviter, de lui nuire de quelque manière que ce soit, délibérément à cause de son défaut, de son apparence, de son handicap…

     

    Mais j’avoue cependant que, lorsque cette personne est fortement soupçonnée de quelque chose « qui fait scandale » ou qu’elle s’est rendue coupable d’un acte très réprouvé par l’opinon publique (ou « n’entrant pas dans le cadre de ma morale personnelle ) par exemple un acte de pédophilie, d’abus sexuel, de viol… Alors si cette personne a un handicap, un défaut physique, eh bien d’une manière quasi instinctive (comme on dit une sorte de « vieux démon surgissant du fond des âges) je vais donc « faire ressortir » délibérément le défaut physique en question, ou le handicap et je vais être « cruel », iconoclaste, irrespectueux, agressif (tout cela contre ma volonté naturelle liée à l’éducation que j’ai reçue, à mes « principes moraux »…

     

    Bien sûr je demeure absolument persuadé au fond de moi, qu’une personne, handicapée ou non, quelle que soit son apparence physique, n’est jamais « plus répréhensible ou plus condamnable » parce qu’elle a un défaut physique lorsqu’elle est l’auteur d’un acte de pédophilie, d’abus sexuel, de viol…

    C’est juste ce « vieux démon issu du fond des âges » et qui, je crois, existe chez quasiment tous les humains depuis l’origine des sociétés et qui est « non éradicable », inhérent à la nature humaine…

     

    Il n’y a que par un niveau d’intelligence atteint, hors du commun peut-on dire ; que par l’habitude et par le travail de toute une pensée, de toute une réflexion sa vie durant, que l’on arrive, que l’on peut arriver à « tordre le cou » de ce « vieux démon » issu du fond des âges…

    Je n’ai pas la prétention – pris en défaut que je peux l’être – d’avoir atteint ce niveau d’intelligence hors du commun que seuls sans doute, dans toute l’histoire de l’humanité, quelques rares, très rares humains ont pu atteindre…

     

    S’il existe toujours aujourd’hui en dépit de quelques évolutions de la société, de la civilisation, du racisme ambiant ou « larvé », toutes sortes de discriminations relatives à une origine ethnique, sociale, à des différences de culture, d’éducation, de modes de vie, de mœurs, de traditions, de religions… Cela tient de la nature humaine – depuis des temps immémoriaux – et cela tient aussi (malheureusement encore plus qu’avant, de nos jours) de la vitesse à laquelle se répand l’information « toxique » et du nombre de personnes impactées par la circulation des idées, des paroles, des écrits, par les canaux actuels de la communication que sont les réseaux sociaux, l’internet et la voie publique avec les lieux de rencontre.

     

    Plus encore que la nature humaine dans sa réalité intemporelle, c’est la circulation des « nouvelles », de l’information, des idées, des propos, des écrits, des images, dans la rapidité, dans la simultanéïté, dans l’étendue et impactant les personnes – isolées ou rassemblées et en nombre- qui empêche ou retarde l’atteinte du niveau d’intelligence qui fera disparaître les « vieux démons »…

     

     

  • Législatives 2ème tour

    … Le « seul point positif » -si j’ose dire et je le dis, de Gauche que je suis mais d’une Gauche qui n’existe pas – de l’arrivée à l’Assemblée Nationale de 85 députés du Rassemblement National ; c’est que dans les 85 circonspections d’élus RN, au moins – c’est à peu près sûr – les voyous, les dealers, les délinquants, les petits caïds du coin et leurs bandes d’apaches ; ainsi que les islamistes et les femmes voilées (dont les jeunes filles musulmanes à l’école revendiquant le port du voile en classe), tout « ce monde là » va « faire profil bas »…

    Cela dit, avec un exécutif et avec des forces gouvernementales et des lois et des dispostions et un cadre juridique appuyés par une police et une gendarmerie nationales ; les élus du RN dans leurs circonscriptions, arriveront -ils à imposer la fermeture des mosquées salafistes, à empêcher d’aller à l’école les jeunes filles voilées, à « nettoyer » les cités et les quartiers « difficiles » de tous ces voyous, racketteurs et autres « racailles » (dont ces casseurs fils de famille en godaces à 300 euro qui pourrissent les manifs) ?

    Ce qu’aurait pu faire une « Gauche dure », « Robespiériste sans la guillotine (mais avec de gros moyens de coercition), de Salut Public », anti voyous/anti islamistes mais en même temps anti riches dominants gros possédants/milliardaires/actionnaires, rateau grandes fortunes, anti lobbies et multinationales agro-alimentaire industrie et pharmacie… Une Gauche dure qui aurait, avec l’argent pris aux très riches dominants, aux milliardaires et aux actionnaires, pu améliorer la condition de l’Hôpital Public, des écoles et de la qualité de l’enseignement, et favoriser le développement de la Culture et de la connaissance scientifique, avec des budgets importants pour la recherche… Et assécher, en un mot « faire crever » les religions et leurs pratiques, les supersticions, les obscurantismes !

    Le Rassemblement National ex Front National ex/ex Ordre Nouveau ex/ex/ex Régime de Vichy Pierre Laval … « Mange dans la main des gros riches grands propriétaires » en faisant croire qu’il s’occupe des intérêts et du bien être du peuple…

     

    … Le RN dans ces 85 circonspections (ou 89) sera en grande partie empêché d'agir avec suffisamment d'efficacité, par toutes les dispositions et cadre judiciaire qui bloquent ou tempèrent trop... Cependant, il faut dire aussi que le RN n'est pas "si net que cela" notamment en ce qui peut concerner des "alliances" opportunistes (ou des "porosités) avec la Mafia et quelques "pourris" sous façade et apparence de légalité... Mais soit dit en passant, il n'y a pas QUE le RN qui est, par quelques uns de ses élus, "mouillé" dans des "affaires" louches... Donc, hélas mille fois hélas, les "gros voyous", les mafias, et les dominants, les prédateurs, et d'une manière générale la "racaille" (petite et grosse et moyenne)... Ont "de beaux jours encore devant eux"!

     

  • Les civilisations du 21ème siècle

    … Toutes les civilisations aujourd’hui – au 21ème siècle – présentes sur notre planète, ont en commun une même caractéristique : elles ne pratiquent plus à grande échelle c’est à dire de manière fréquente et en nombre important, de sacrifices humains rituels ou religieux. Ce qui fut le cas dans les civilisations néolithiques d’il y a plusieurs milliers d’années, ainsi que dans l’Antiquité et jusqu’au Moyen Âge…

    Ainsi les Vikings, les Aztèques, les Incas, les Mayas, les Celtes et les Grecs anciens, pratiquaient des sacrifices humains rituels – en général de jeunes hommes et femmes…

    Cependant au 21ème siècle, il existe encore des cas isolés de sacrifices humains, en lien avec des sectes, par exemple en 2012 au Mexique (secte de Santa Muerte) et en 2003 dans l’ouest de l’état d’Uttar Pradesh (un état du Nord dans l’Inde), en 2013 dans l’état de Chhattisgarth district du Bijapur en Inde, en 2009 en Ouganda… Sacrifices rituels de jeunes garçons et filles, cas signalés de moins de 5 victimes…

    En revanche au 21ème siècle il existe encore à grande échelle dans les populations du Burkina Faso, du Mali, de la Guinée, du Sierra Léone, de l’Égypte, du Soudan, de la Somalie et de l’Indonésie ; la pratique de l’excision des filles, pratique portant atteinte au corps humain puisqu’il s’agit d’une mutilation… À noter cependant que l’Islam interdit la pratique de l’excision des filles (Coran) dans les pays musulmans d’Afrique et notamment en Indonésie, sans toutefois avoir pu éradiquer cette pratique, du fait de rites ancestraux de peuples africains et océaniens d’avant la venue de l’Islam à partir du 7ème siècle…

    L’on peut donc dire , sans cependant l’affirmer totalement, qu’au 21ème siècle d’une manière générale, partout sur notre planète, les civilisations humaines, les peuples, les sociétés, ont évolué en ce sens qu’elles sont « un peu moins barbares » c’est à dire avec les sacrifices humains en moins… On ne peut pas en dire autant en ce qui concerne les guerres et les violences, ainsi que de tout ce qui porte atteinte à des vies humaines, le travail forcé, entre autres atteintes…

    Quoi qu’il en soit, il peut à juste titre paraître certain (je dis bien « paraître ») que la civilisation dite « occidentalisée » regroupant USA – Canada – Union Européenne – Australie - Royaume Uni de Grande Bretagne et pays associés économiquement du « bloc occidental » serait celle des Droits Humains, de la Liberté, de la Démocratie et des valeurs auxquelles nous sommes tous attachés en tant que citoyens de ces pays (dont la France) , ce qui n’est point le cas dans les autres pays, les autres civilisations, peuples, sociétés non occidentales notamment la Russie, la Chine, l’Iran, les pays du Moyen Orient sauf Israël, et beaucoup de pays Africains et certains en Amérique du Sud…

    Il est certain (et là je ne dis plus « il paraît certain ») que nier, rejeter, exclure de toute relation pour des raisons « morales » ou pour des raisons d’incompatibilité de « vivre ensemble », de trop grande différence de mode de vie, de religion, de pensée… Telle ou telle civilisation, société, peuple, et le faire savoir autour de soi… Ne peut que « nous pourrir la vie » à tous sur cette planète, nous inciter à la haine, à des discriminations, à des communautarismes, à des crispations…

    La civilisation occidentale avec ses Droits de l’Homme, ses démocraties, ses libertés, ses valeurs, sa pensée – qui sont en fait plus théoriques que réels – n’a pas de « leçons de morale à donner aux autres civilisations, sociétés, peuples » ni non plus les autres civilisations et sociétés, aucune d’entre elles, à l’égard des pays occidentaux…

    La seule réalité c’est que nous ne pouvons que prendre en compte, les uns et les autres, nos différences culturelles, nos différences de mode de vie et de pensée, et donc, devoir intégrer dans notre esprit l’existence de ces différences, l’existence des contraites, des difficultés de relation et de parvenir à gérer tout cela « au mieux » mais sans compromission, sans soumission, en toute indépendance et dans l’affirmation de sa liberté sans recours à la violence et à l’agressivité – sauf dans le cas où notre vie et la vie de nos proches sont menacées et en danger d’être perdues (situation de guerre, d’invasion)…

     

     

  • Un été 22 de tous les dangers mais d'hyper consommation loisirs vacances

    … Le long de la côte Aquitaine, de Biarritz jusqu’à Arcachon, non seulement autour des stations balnéaires que sont Hossegor, Seignosse, Capbreton, Mimizan, Biscarrosse (les plus « courues ») mais aussi sur une distance de 30 à 50 km à l’intérieur des terres depuis l’océan… Les hôtels, maisons d’hôtes, campings, lieux de séjour de vacances, locations à la semaine, affichent complet pour les mois de juillet et d’août 2022…

     

    Ce qui m’amène à m’interroger au sujet du « pouvoir d’achat » des gens en général, vu la flambée des prix des hébergements, des prix des menus de restaurants, et même des prix pratiqués en « restauration rapide » (pour ne pas dire des fast-foods à burgers, paninis et pizzas)… Sans compter la profusion (absolument énorme) de gadgets, souvenirs, objets d’artisanat de provenance « pas forcément locale », de vêtements d’été, d’équipements de plage, tout cela sur des « kilomètres » de boutiques, avant l’accès aux plages, dans les rues de centre ville (par exemple Hossegor, Mimizan)… Et, sans oublier non plus, les spectacles festifs, « toro piscine », villages aquatiques, manèges, confiseries, festivals locaux, fêtes foraines, courses de vaches et de taureaux, et autres lieux de loisirs… De quoi dépenser beaucoup d’argent… En couple, en familles de 2, 3 enfants, en groupes de jeunes…

     

    Un « pouvoir d’achat » qui, il faut le dire parce que c’est la vérité, n’est absolument pas le même pour tous, loin, très loin s’en faut, puisque ce que l’on ne voit pas, déambulant en foules dans les rues d’ Hossegor, de Biarritz, de Capbreton, de Mimizan ; ce que l’on ne voit pas aux terrasses de restaurants bondées et débordant dans l’espace public, ce que l’on ne voit pas les uns sur les autres sous les parasols sur les plages, ce que l’on ne voit pas dans les festivités de ces lieux si courus de vacances, ce que l’on ne voit pas dans les hôtels ou dans les chambres d’hôtes et dans les campings 4 étoiles… Ce que l’on ne voit pas donc, ce sont les millions de gens qui eux, ne sont pas partis en vacances, et que l’on retrouve – du moins quelques uns d’entre eux – dans les espaces publics et jardins de cités, de quartiers d’immeubles, à leur balcon le soir, ou devant leur maison de lotissement, en famille ou entre voisins ou amis autour d’un barbecue de modestes grillades achetées au supermarché du coin…

     

    Je pense à cet été qui vient, un été caniculaire, de tous les records de température, d’orages dévastateurs, notamment dans les régions Aquitaine, Languedoc, Provence côte d’azur, côte vendéenne, bretonne et même jusque dans le Nord Pas de Calais, où tant de gens en vacances vont déambuler par plus de 40 degrés à l’ombre (du coup pour les femmes, les lunettes dans les cheveux ça sera juste à l’intérieur des boutiques)…

     

    La brutalité et la rapidité du changement climatique avec succession de périodes caniculaires de plusieurs jours à chaque fois, et répétées fréquemment, avec orages et tornades, grêle, inondations, sécheresses prolongées, de plusieurs mois dans l’année, et surtout (le pire sans doute) les incendies de massifs forestiers et de zones d’habitat… Tout cela nous impactant dans notre vie quotidienne, avec de probables pénuries notamment d’eau, de fruits, de légumes, de certains aliments de consommation courante (par suite de désorganisation, de difficulté de transport et de conditionnement)… La brutalité et la rapidité du changement climatique, oui, m’inquiète plus encore que la crainte d’une « guerre atomique » ou d’une « troisième guerre mondiale » (qui, soit dit en passant, a déjà bel et bien commencé – mais dans une forme et dans un développement tout à fait différents de ce qui s’est passé dans les grandes guerres précédentes)…

     

     

  • La ouat'e - la nup's ...

    … En 84 – ou en 86 je sais plus – c’était « la ouat’e » … En 22 c’est « la nup’s » …

    Ah ! C’est que l’Adrien il en a de l’argumentation !

    Mais quoi qu’il en s’ra, nup’s ou pas nup’s, c’est trop tard pour la « transition écologique ».

    Ça veut pas dire qu’il faut rien faire, mais la transition écologique selon le modèle de croissance « verte », « éthique », « consumériste responsable » et sauvegardant en les modifiant, nos habitudes, notre niveau de vie, nos modes de déplacement (avec la voiture et le vélo électrique), avec nos équipements technologiques (ordinateurs, tablettes, smartphones, domotique, GPS etc.), nos loisirs, nos vacances dans les mêmes lieux de prédilection… C’est vraiment pas « très raisonnable » tout ça !

    À vrai dire nous sommes dans une civilisation qui « botte en touche » l’idée de sa prochaine et inévitable disparition, mais qui s’accroche à tout ce dont elle jouit, profite… Tant qu’elle le peut encore, du moins pour les « pas trop pauvres » et à plus forte raison pour les riches…

    Le « symbole » de cette civilisation de la croissance et du développement durable compatible avec le changement climatique, c’est bien la voiture électrique, véritable arnaque du siècle ! Plus du tout de CO2, plus de pot d’échappement, oui, mais bilan énergétique – matériaux – composants – batteries, bien plus lourd pour un véhicule électrique que pour un véhicule thermique jusqu’à – paraît-il – 30 ou 40 mille kilomètres d’utilisation (au delà, toujours « paraît-il » le bilan est meilleur pour un véhicule électrique)… Mais avec l’évolution très rapide de la technologie, la succession de modèles de voitures plus performantes, mieux adaptées etc. … Qui va conserver plus de 2 ou 3 ans ou au-delà de 30 mille km, une voiture d’un modèle devenu obsolète ? Et avec ça « je pollue plus donc je roule davantage » !

    L’arnaque du siècle, oui, la bagnole « ilectrouque » !

     

     

  • La 3ème circonscription des Landes

    … Les résultats des élections législatives au premier tour ce dimanche 12 juin 2022, dans la 3ème circonscription des Landes, me portent à m’interroger au sujet de la cohérence (s’il y en a une) du vote des électeurs…

    En particulier (et surtout) pour la commune de Tartas ainsi que pour les communes de Rion des Landes, de Morcenx, et de quelques bourgs de Chalosse… Qui avaient voté au premier tour des présidentielles le 24 avril, à 50 % (des votants) pour Marine Le Pen…

    Je m’étais dit le lendemain de ce 24 avril, qu’à Tartas, à Morcenx, à Rion et dans d’autres localités environnantes, que dans ces 50 % de votants pour Marine Le Pen, il devait y avoir une majorité de « gens de gauche ayant la trouille des voyous, des islamistes, des « venus d’ailleurs » (des étrangers donc) indésirables, fauteurs de troubles… Et qui « en avaient marre » de la politique de Macron et du LREM et des Socialistes et du LFI, jugés « trop complaisants » à l’égard des voyous et des « indésirables venus d’ailleurs », et qu’en conséquence ces électeurs là avaient préféré voter pour Marine Le Pen… (et quelques uns pour Éric Zemmour)…

    Soit dit en passant – à Tartas en particulier – il n’y a pas d’Arabes, pas d’Islamistes notoires, Mais… Mais il y a… Les Gitans !

    Quoi qu’il fut, lors de ce premier tour des élections présidentielles du 24 avril, dans la 3ème circonscription des Landes, c’est, cette fois au premier tour des législatives le 12 juin, Boris Vallaud (de la NUPES) qui arrive en tête avec 40,16 % devant Jean François Broquères ( de ENSEMBLE) 24,86 %…

    À noter qu’à Tartas c’est Jean François Broquères (le maire de Tartas) qui obtient 36,47 % devant Boris Vallaud 32, 72 %…

    Ainsi, les électeurs de Tartas et de la 3 ème circonscription des Landes, qui avait voté à 50 % pour Marine Le Pen, n’ont-ils pas pour autant voté dans le même pourcentage (de 50%) pour le candidat du Rassemblement National… (de 50 % on passe à 20%!)…

    Faut-il voir là un manque de cohérence de la part des électeurs – à Tartas en particulier ?

    En somme, la « pensée unique » bien consensuelle, bien politiquement correct, d’un « rose légèrement bleuté » voire « un peu mâtiné de rouge »… Prendrait – elle le dessus sur la trouille des Gitans, des voyous, des islamistes, des incivilités dont on se plaint ?

    C’est quand même « pas très clair » tout ça ! Ça sent un peu le cornichon vinaigré, la mayonnaise éventée, la crevette ammoniaquée ! … (rire iconoclaste)…

    Cela dit, les Gitans à Tartas et dans le pays landais, c’est vraiment les indésirables, les voleurs, les auteurs de méfaits « forcément », depuis « des temps immémoriaux », sous les municipalités précédentes en général socialistes, sous Jean François Broquères à Tartas… Et je ne pense p as qu’avec Sylvie Franceschini, la candidate du RN, « ça aurait beaucoup changé »… Cependant, les masques par terre, les poubelles qui débordent, les coups de klaxon rageurs à chacun des deux ronds points au bout de la ville, les disparitions de fleurs au cimetière, quelques maisons « visitées »… ça, c’est pas forcément à chaque coup les Gitans !

     

     

  • Législatives 2022

    … Au vu des résultats du premier tour des élections législatives du dimanche 12 juin 2022, j’établis le pronostic suivant pour dimanche prochain le 19 juin 2022 :

     

    -Un sursaut de mobilisation à se rendre aux urnes, l’abstention passant de 52 à environ 40 % voire moins. En cause la projection de la composition de la nouvelle assemblée nationale, qui interpelle, et surtout montre que le temps de la « pensée unique » est révolu, et que donc, les partis que furent avant 2017 le PS et le LR ; et entre 2017 et 2022, le LREM très majoritaire, partis (mouvement pour le LREM) ayant tous en dépit de leurs divergences et de leurs courants internes, un même langage consensuel (comme le ronronnement d’un moteur), une même pensée, une même vision de la société ( progressiste, libérale, et se fondant sur des compatibilités, s’accommodant de complaisances )…

    Avec ce nouveau visage prévisible de la nouvelle assemblée de 2022 à 2027, il apparaît que le temps du « ronronnement », de la « pensée unique », est révolu et je crois que c’est cette constatation que l’on fait au vu des résultats du premier tour, qui va déterminer beaucoup d’électeurs qui s’étaient abstenus, à voter au second tour…

     

    -Un recul assez net du LREM, le parti (ou mouvement) autour du président Emmanuel Macron (pour ainsi dire presque un effondrement puisqu’en comparaison avec 2017, l’on passe de plus de 50 % à moins de 25 % - pour le LREM)…

    Et le second tour devrait confirmer ce recul du LREM.

     

    -Une coalition ENSEMBLE censée représenter une majorité d’élus autour d’Emmanuel Macron ( LREM – CDI -MODEM -HORIZONS ) qui, probablement ne parviendra pas à 289 élus, qui risque de n’obtenir qu’entre 250 et 280 élus, se trouvant ainsi en face d’une opposition (tout ce qui n’est pas ENSEMBLE) composée de LFI, EELV, PS, Communistes (NUPES), divers gauche d’un côté ; et LR, RN, divers droite de l’autre côté, tout cela en nombre, celui là, de un peu plus de 289 élus (surtout du fait de la poussée du RN qui devrait à lui seul obtenir une cinquantaine de sièges)…

     

    -La coalition NUPES à elle seule ne parviendra pas à obtenir 289 élus, de telle sorte qu’il est impossible à Jean Luc Mélenchon d’être nommé premier ministre (opposition à ENSEMBLE, majoritaire globalement mais trop radicalement partagée – on imagine mal Jean Luc Mélenchon premier ministre dans une opposition majoritaire où il y a un fort groupe RN)…

     

    … J’imagine la difficulté – de taille- pour Emmanuel Macron, de choisir un premier ministre qui arriverait à gérer une opposition aussi diversifiée, aussi radicalement partagée notamment entre la Gauche radicale et le Rassemblement National, et avec entre les deux, un groupe LR non négligeable…

    À moins de conserver Élisabeth Borne ? …

     

    Dans un certain sens (certes le contexte historique n’est pas du tout le même) cela me fait penser aux assemblées constituantes de la Convention entre 1792 et 1795, avec d’un côté les Montagnards et de l’autre les Girondins, et le Marais au milieu (en ce temps là, les élus se rendaient à la Tribune avec un pistolet dans une poche de leur veste)… Et, « ça ne faisait pas dans la dentelle » les « discours », propos, interventions des uns et des autres !…

     

     

  • Connaissance scientifique, et obscurantisme

    … Un phénomène, une apparition, un fait… Observé, par une ou plusieurs personnes en un lieu, en une situation particulière liée à un environnement dans lequel on ne se trouve pas habituellement et en même temps à ce que l’on peut ressentir ( de la peur, de l’insécurité, un fort étonnement, du souvenir, de la peine, un imaginaire en soi )… Ne peut être expliqué autrement que par la science, ou, plus exactement, la connaissance scientifique (que l’on a, si on l’a)…

     

    Toute explication par la religion, par la croyance en une divinité (ou des divinités), par la magie, par l’occultisme, par la sorcellerie, par une manifestation d’un au-delà, par une (ou des) « force inconnue de quelque ailleurs ou autrement »… N’est PAS RECEVABLE…

     

    Ainsi les « fantômes », les « esprits », les apparitions et phénomènes étranges, irrationnels, les « visions », n’ont jamais de réalité physique et donc, matérielle…

    Ou, plus exactement, la réalité ou la matérialité de ce qui est vu ou entendu, ne peut être perçue qu’impalpable, subjective, imaginaire…

    Ce qui est alors aperçu dans une forme, en une image, et cela autant que cette forme et cette image sont précises, aussi précises, aussi « réelles » que si elles avaient une vraie réalité matérielle, ne peut être expliqué que par la connaissance scientifique, mais en l’occurrence au moment où le fait, la chose, est observé, la connaissance scientifique nécessaire à la compréhension du phénomène, du fait, de la chose vue ; fait défaut parce que cette connaissance n’a pas encore été acquise.

    La vue et l’ouïe sont des sens parmi les cinq que nous avons, qui ne nous donnent pas la preuve effective, totale et absolue, de la réalité, de la matérialité de ce que l’on voit, entend… Ce que peut faire le toucher ou l’odorat…

     

    La connaissance scientifique, totale et absolue, n’existe pas (et n’existera probablement jamais) ; elle n’est que partielle, incomplète, et augmente en fonction des découvertes, des expériences, des recherches effectuées dans tel ou tel domaine, des faits observés dont plusieurs témoins ou acteurs font état et peuvent reproduire à l’identique ou avec des variantes, des perfectionnements, technologiquement…

     

    Un « fantôme », une apparition ou un ensemble d’apparitions (de personnes, d’objets, d’êtres vivants )… Ne peut jamais, absolument jamais, être perçu par le toucher (cela ne s’est jamais vu, n’a jamais été observé, n’a jamais été témoigné, attesté, prouvé… Sauf… Par des croyants en une religion dont le premier homme (prophète) déclare « avoir vu et touché de ses mains » (mais le problème dans ce cas, c’est que ce premier visionnaire n’a pas à côté de lui, de témoin qui a lui aussi, vu ET touché)…

     

    Un phénomène, une apparition, peut avoir plusieurs observateurs, déclarants ; mais ces observateurs, ces déclarants, s’ils ont pu voir et ou entendre ensemble, ils ne peuvent avoir tous chacun d’entre eux, touché ensemble…

     

    Certains croyants disent ceci : « si vous voulez être sûr que c’est vrai, touchez avec vos doigts, avec vos mains, ce sera bien la preuve de l’existence de ce que vous voyez »… Et ils font de cette déclaration, un « principe fondateur », un « axiome », une « vérité faite  » reçue par la communauté des mêmes croyants qu’eux…

     

    Lorsque l’on prend conscience de l’état actuel (dans son avancement, dans sa diversité accrue, en son degré atteint d’évolution) de la connaissance scientifique, et du nombre de gens du commun sur Terre qui ont accès à la connaissance scientifique, qui ont été dans les écoles, ont acquis des savoirs) – état qui n’a rien de comparable avec celui d’avant le 18ème siècle, et même d’entre le 18ème et le 20ème siècle – l’on ne peut que s’étonner, à vrai dire être horrifié, en observant à quel point l’obscurantisme (par la religion, par les superstitions, par l’occultisme, la magie, la sorcellerie, par tant d’idées reçues, de légendes, d’irrationalité, de croyances ancestrales ou nouvelles) exerce son emprise, prend même une vigueur accrue, au sein de sociétés dont certaines apparaissent développées ou évoluées !

     

    C’est bien cela l’un des paradoxes les plus étonnants de notre civilisation du 21ème siècle : d’un côté un niveau bien plus élevé que par la passé, de la connaissance scientifique ; mais d’un autre côté un obscurantisme qui n’a peut-être jamais atteint un degré aussi élevé !

     

     

  • Plus de véhicules à essence en 2050 ?

    … La Commission Européenne annonce, pour 2050, la décarbonation totale du secteur des transports, et en conséquence l’arrêt, imposé aux constructeurs, de la production de véhicules à essence et diesel…

    À partir de 2035 et jusqu’à disparition complète, seuls pourront encore circuler, avec des moteurs thermiques essence et diesel, les véhicules encore en état de marche ; et tout véhicule mis sur le marché par les constructeurs à partir de 2035, devra être à moteur électrique.

    Le secteur des transports c’est en réalité dans la totalité de son parc de véhicules, toutes les voitures particulières, les camions, les autobus, les trains, les métros, les tramways, les motos, les cyclomoteurs ; c’est aussi le transport fluvial et maritime, le transport aérien des personnes et des marchandises… En somme tout ce qui circule sur les routes, les voies ferrées, les rivières, les fleuves, les mers, et dans l’espace aérien…

    Tout le monde ou presque pense en premier lieu en matière de véhicule à moteur électrique, à la voiture particulière avec laquelle on circule au quotidien pour se rendre à son travail, en courses, en vacances, etc. …

    Tout le monde sait qu’il y a aussi les camions, les bus, mais l’on ne voit que les voitures, l’on ne parle que des voitures…

    Or pour faire rouler un camion par exemple de 35 tonnes, il faut de 30 à 40 litres d’essence (diesel) par 100 km. Alors que pour une voiture c’est environ 4 ou 5 litres parfois moins, pour 100 km.

    Donc pour un camion de 35 tonnes c’est dix fois plus d’énergie motrice qu’il faut…

    Imaginons alors la taille de la batterie d’un camion à moteur électrique, et la puissance que doit avoir cette batterie… Déjà pour une voiture l’on n’est plus dans le même dimensionnement, d’une batterie, que pour un vélo électrique…

    Imaginons la quantité de métaux et de matières, nécessaire à la fabrication d’une batterie, sachant que, pour une voiture il faut 160 kg de métaux (graphite, aluminium, nickel) dont aussi plusieurs kg de lithium, de cobalt, de manganèse… (1600 kg pour une batterie de camion 35 tonnes)…

    Et multipliez ces 160 kg et 1600 kg par (rien que pour la France) 40 millions de voitures et 600 000 camions…

    Les gisements, notamment en Afrique pour le cobalt et dans des régions peu étendues en surface en seulement quelques endroits du monde, pour l’exploitation de tous ces métaux… N’ont de toute évidence, pas la capacité nécessaire, pour la production d’un si grand nombre de batteries.

    Rien que pour les batteries, c’est déjà, à terme, un énorme problème…

    Mais il y a encore d’autres problèmes :

    Celui du réseau et du nombre de stations énergétiques avec bornes de rechargement rapide (en par exemple 2h), ou avec échange de batterie, qu’il faut implanter, créer, partout sur le territoire Français (et Européen). Un réseau et des points de distribution qui sont de l’ordre encore aujourd’hui de 4 % de stations équipées…

    Celui du « recyclage » (on se demande comment – à part broyer, fondre les tôles et les moteurs et réusiner – les vieux véhicules retirés du marché), du « recyclage » donc, de tout ces parcs de véhicules qui ne circuleront plus à partir de 2035, voitures, camions, bus, etc. ?

    Que fera-t-on de 40 millions de bagnoles hors service, de 600 000 camions hors service ?

    Celui de la construction du nouveau parc de véhicules (autant sinon plus encore, que les 40 millions de voitures en circulation d’aujourd’hui)

    Celui du coût de fabrication pour ce nouveau parc automobile.

    Tout cela en trente ans ? En l’espace quasiment d’une génération d’humains ? Cela donne le vertige rien que d’y penser !

     

    … Lorsque plus d’un milliard de chinois vivront et consommeront, auront un niveau et un mode de vie égal à celui de l’européen ou de l’américain moyen (actuellement, en 2022, ce n’est le cas que pour 300 millions de chinois)… La Chine, alors, exercera une pression sur l’environnement et sur les ressources de la planète, qui s’ajoutera (en la doublant) à la pression qui existe déjà sur l’environnement et sur les ressources de la planète, de un milliard d’humains américains et européens et pays occidentalisés…

    Et comment la Chine, dans son seul territoire et avec sa seule population dans son territoire, pourra-t-elle supporter le poids énorme de ses activités humaines ?

    Si la Chine nous bouffe, nous les européens, et le monde entier dans la foulée, alors la Chine fera crever la planète – à moins que la planète ne crève avant, avec l’épuisement des ressources, le changement climatique et ses conséquences…

     

  • "En gros" ...

    … En gros, pour simplifier, schématiser en quelque sorte ; les « gauche de longue date » qui votent pour La Panthère (Marine Le Pen) et pour le RN, ce sont ceux qui ont la trouille des voyous et des islamistes…

    En effet la « gauche mélenchonienne » et la « gauche très à gauche NPA, Lutte Ouvrière et autres… Et jusqu’aux « pseudo anarchistes » (notez les guillemets)… Ne sont pas assez sévères, assez durs, ou trop conciliants avec les voyous et les islamistes… C’est pour ça que cette gauche là n’arrivera jamais au Pouvoir…

    Soit dit en passant la « droite classique », les socialistes à la Hidalgo, et même le LREM d’Emmanuel Macron (ou son « Ensemble »)… Ne font guère trop « si mieux que ça » question anti islamisme et anti voyoucratie…

    Moi ce que je veux, ce que j’appelle de tous mes vœux (et qui n’existe hélas pas encore) c’est une Gauche anti islam radical, anti voyous, et anti lobbies anti dominants prédateurs, anti actionnaires (soit dit en passant les « gauche » qui votent pour la Panthère, oublient tous que la Panthère elle est pour les lobbies, pour les dominants, pour les gros riches, et que sous couvert du « bien pour tous », de la « volonté du Peuple » et de la « véritable démocratie », elle endort en faisant croire qu’elle ne « graissera pas la patte » aux gros riches !

    Et quand je dis « une gauche anti islam radical » je dis – par extension - « une gauche anti religions, anti obscurantisme, et qui met en avant de la scène, outre bien sûr la justice sociale, des salaires corrects, la démocratie et tout le tremblement ; la Culture, la connaissance scientifique, la Littérature, la liberté d’expression axée sur la responsabilité autant collective qu’individuelle »…

    Qu’on se le dise !

     

  • Le "chaînon manquant", dans les "anti-isme"

    … L’antisémitisme actuel en France dont on sent la présence, alimenté qu’il est par des « gauchisants » mettant inévitablement en avant Israël qui persécute, opprime, agresse les palestiniens, dont (les colons Israéliens ) s’approprient les territoires… Mais… Pas seulement car il n’y a pas « que des gauchisants »… Me hérisse, me met en colère…

    Bon, oui, c’est vrai, les colons qui s’installent et dominent, et exploitent, ça me fait gerber, aussi…

    Et, cette bienveillance à l’égard des musulmans, des femmes voilées dans l’espace public, prônée par les gauchisants (du moins une partie d’entre eux, plus quelques autres d’une « gauche de Grand Soir ») me gonfle…

    Bon je ne « prêche » pas un anti islamisme de même niveau de violence que l’antisémitisme, mais je déplore, oui, cette « trop grande bienveillance » de la Gauche NUPES, à l’égard des musulmans dont ils disent (les NUPES) qu’ils sont ciblés, stigmatisés et qu’il faut arrêter la « haine des musulmans »…

    Quelle haine véritablement ? (« Ils » - les NUPES – en font un fromage de cette affaire là… Soit dit en passant – rire – est-ce que ça existe des fromages qui sentent le trou du cul des cochons?)…

    Les deux tiers des musulmans « paisibles » donc loin d’être des fanatisés du Djihad, sont néanmoins « assez silencieux » (sauf quelques chefs religieux courageux en phase avec la République Française et le faisant savoir à leurs risques et périls) et font sortir leurs femmes hors de chez eux voilées… Et puis, la cohabitation au quotidien avec des musulmans pratiquants, c’est tout de même difficile il faut le reconnaître…

    Quoi qu’il en soit, antisémitisme ou anti islamisme… Ce qui manque vraiment comme « anti-isme » dans le contexte social actuel depuis le début de la guerre en Ukraine… C’est de l’anti orthodoxisme russe !

    Non, mais vous les avez vus, ces hauts dignitaires de l’église russe orthodoxe, avec leurs képis à la con hauts comme des pendules couverts de pierreries et de diamants et d’or, vêtus comme ils sont, de chasubles rutilantes, empanachés… Ces guignols de merde, tous à encenser, à bénir le Poutinisme, l’armée russe et ses chars et ses bombes ! Ça c’est révoltant, abject, ne mérite aucun respect, rien que de l’insolence, et d’être rejeté en bloc, haï !

    Merde, foutez la paix aux Juifs, mais sus aux orthodoxes pro Poutine !

     

     

  • La transition écologique

    … Les gouvernants, les partis et mouvements, avec tous les acteurs que nous sommes chacun, de la vie sociale au quotidien ; voudraient rendre compatible la transition écologique jugée nécessaire, avec le mode de vie « à l’occidentale » qui est le nôtre depuis la 2ème moitié du 20ème siècle…

    C’est à dire adapter notre mode de vie consumériste à la nécessité de la transition écologique ; adapter notre développement économique, la croissance de notre population sur la Terre, et nos activités collectives et individuelles, à la transition écologique.

    Une gageure que tout cela !

    Et ce sont des « têtes pensantes », des intellectuels, des personnalités du monde politique, des économistes et jusqu’à des scientifiques, qui tiennent, catastrophe après catastrophe, réalité après réalité, un même discours articulé sur la compatibilité de la transition écologique avec un mode de vie et de consommation qu’il faut sauvegarder…

    La véritable transition écologique n’est pas du tout compatible avec notre mode de vie au quotidien, avec nos activités dans tous les domaines (sauf peut-être dans les domaines de l’art et de la littérature ainsi que dans les domaines de la connaissance scientifique)…

    La véritable transition écologique nous impose des choix difficiles et radicaux en ce qui concerne nos habitudes de consommation, de déplacements, cela même dans un mode de vie totalement différent n’ayant rien à voir avec ce que fut ce mode de vie dans le passé ni dans celui imaginé ou pressenti dans le futur…

    La transition écologique n’est pas compatible avec l’accroissement actuel de la population mondiale sur notre planète.

    Il faudrait que durant un temps nécessaire, le nombre de décès soit supérieur à celui des naissances, et que diminuent les activités humaines notamment celles que notre planète ne peut plus supporter.

    Afrique et régions du monde à fort accroissement de naissances, cessez de faire encore des bébés en pagaille !

    La transition écologique vue sous l’angle aussi large ouvert qu’orienté, des discours et des projets en perpétuelle gestation, est « à mille lieues » du pauvre bougre qui vit avec 1000 euros par mois et qui roule dans une bagnole pourrie…

     

  • C'était le temps ...

    … C’était le temps d’hier, de hier qui devait durer tel un jour sans matin et sans soir et sans lendemain…

    C’est devenu un temps d’aujourd’hui, un temps de rien où tout ce qui fut et qui marqua, a disparu…

    « Il » commit « en ce temps là », d’hier, des publications d’ouvrages qui ne le portèrent point aux nues…

    Et pour cause…

    « Cherchez l’erreur » - la cause…

    Elle vient de lui, l’erreur, de lui seul et non pas de ces autres qu’à l’époque il fustigea de ses imprécations…

    Et ce ne furent guère deux ou trois parutions de ses « articles » dans le Grand Journal de la région, qui interpelèrent et furent remarquées, par entre autres personnes de Sainte Tarte des Oies , « Mesdames l’une la bouchère et l’autre la chausseuse »… Qui « rectifièrent l’erreur » …

    L’erreur s’étant faite boulet qu’il traînera à son pied jusqu’à la fin de ses jours…

    De surcroît, pour qui connaît bien son « mauvais côté » tout de colère brutale fait, et de surprenantes, désolantes, inconoclastantes réactions à chaud sur des questions sensibles et divisantes, eh bien pour la « postérité locale » sinon la « postérité tout court », « c’est rapé » !

    En conséquence dans ce « temps de rien » ( de plus rien) devenu, « il » ne fait et ne dit plus rien du tout…

    C’est sûr « on va pas aller le chercher » !

    Dans le « temps d’hier », le temps de ces murs le long des allées de passage, de ces murs qui avaient des oreilles et répercutaient des échos ; « il » y était, sur ces murs, « il » y était, inévitable, assidu, « inspiré »… Et – il faut le dire : répétitif…

    Mais… Avec le temps (ce temps qui passe, de Léo Ferré), le temps qui dissout, le temps qui dilue, le temps qui gomme, le temps tout autre qui se fait (de plus grand’ chose celui là)… Les murs, ils se sont défaits, ils ont disparu ainsi que leurs tagueurs…

    Un « temps de rien » devenu…

    Enfin, de rien… De « patates/salades/politicaille/potins du jour et du coin » à vrai dire…

     

     

  • Le prix des carburants

    … Le prix « normal/normal » de l’essence, tous carburants confondus, en moyenne, donc hors toutes crises et toutes conjonctures le rendant, ce prix, volatil notamment à la hausse ; est d’environ, si l’on prend « tout en compte » (tout ce qui fait son prix « normal/normal ») … 1 euro à 1 euro 20 le litre…

    Dans le contexte de la guerre en Ukraine et des conséquences relatives aux produits énergétiques, donc du pétrole en l’occurrence ; le prix moyen de l’essence tous carburants confondus, devrait, selon la vraie réalité conjoncturelle, être compris entre 1,50 et 1,60 euro…

    Nous observons que partout, en France, en Europe et dans la plupart des pays où circulent de nombreux véhicules sur les routes et autoroutes, l’essence coûte actuellement 2,10-2,20 euro le litre, soit entre 0,50 et 0,70 centimes d’euro de plus que « justifié »…

    « Cherchez l’erreur » ! …

     

    Cela dit, dans les secteurs de l’alimentation, des biens de consommation, des services, des équipements, du logement… Il y a aussi, un prix « normal/normal » hors toutes crises et toutes conjonctures… Qui, dans un contexte économique et de marché défavorable – en l’occurrence la guerre en Ukraine plus quelques aléas climatiques, est naturellement et forcément au dessus de « normal/normal »…

    Nous observons que partout, en France, en Europe et dans le monde entier, dans tous ces secteurs de l’alimentation, des biens de consommation, des services, des équipements… Nous sommes très au dessus de « au dessus du normal/normal » ! … Et que les promotions annoncées par les grandes enseignes commerciales notamment pour les produits alimentaires, ne changent pas grand-chose à la tendance générale, haussière…

    Là aussi, « cherchez l’erreur » ! …

     

     

  • Villes élues capitales européennes de la culture

    … Jack Lang ancien ministre socialiste de la culture, soutient la candidature de Saint Denis (93), capitale Européenne de la Culture…

    Je suis totalement et absolument contre !

    Marseille en 2013, une ville de mafias, avait été élue capitale européenne de la Culture…

    De… QUELLE CULTURE parle – t – on d’aujourd’hui à vrai dire, à « tristement dire » ?

    Une « Culture » qui se revendique, selon les « Grands Intellectuels » en vogue, médiatisés, invités sur les plateaux de télévision et tous écrivant des bouquins ;  multi ethnique, diversifiée, plurielle, représentative de notre époque (premier quart du 21 ème siècle et en même temps futuriste, novatrice), une « culture » de mangas, de tags, de langages spontanés , de musiques évoquant un battement arythmique de cœur de pieuvre, de scènes atypiques, de peinture éclatée, de rap, de toutes sortes de créations censées « faire sens », d’innombrables « courants artistiques » en manifestations festives de rue, de places publiques, de foires et de marchés… Une « culture » dissonante, cacophonique, dérégulée, « socialo – gauchisante » voire sur fond d’anarchisme (ou plutôt de « pseudo anarchisme »), une culture qui  rassemble des gens qui n’ont en fait aucun contact réel entre eux, ne se regardent même pas…

     

     

  • "Saint Denis ce n'est pas la France" dit Patrick Jardin

    … Dans l’émission d’André Berkoff sur Sud Radio ce jeudi 2 juin, entre midi et 14h, Patrick Jardin, candidat du Parti Reconquête, était l’un des deux invités dans cette émission d’André Berkoff…

    Patrick Jardin, interrogé sur ce qui s’est passé au Stade de France le 28 mai, disait : « Saint Denis ce n’est pas la France » …

    Juste une « remarque » au sujet de cette réponse « Saint Denis ce n’est pas la France » :

    Lorsque l’on regarde une carte de la France, avec les régions et les départements, les villes… L’on s’aperçoit que Saint Denis près de Paris, et que le département de la Seine Saint Denis, sont bien situés, oui, en France…

    Donc si l’on voulait « donner du sens » à cette réponse « Saint Denis ce n’est pas la France », il faudrait alors présenter (c’est sans doute ce qu’a fait Patrick Jardin) une « lecture sociale à faire » de la société du lieu nommé, en l’occurrence le territoire de la commune de Saint Denis…

    N’adhérant ou n’étant sympathisant – loin s’en faut – en aucune façon au Parti Reconquête d’Éric Zemmour, ni au Rassemblement National et à Marine Le Pen ; et n’étant d’autre part que très peu enclin à adhérer à des « théories complotistes »… Il faut tout de même « voir la réalité en face » telle qu’elle est en 2022 (en fait telle qu’elle a évolué « dans le mauvais sens » depuis le début du 21ème siècle non seulement en France, mais aussi dans les autres pays européens et dans le monde).

    La réalité, donc, au quotidien, jour et nuit, à Saint Denis 93, dans certains quartiers et périphéries de grandes villes telles que Lille, Strasbourg, Lyon, Grenoble, Marseille, Bordeaux, Toulouse… (Et il en est de même dans les grandes villes européennes Bruxelles, Hambourg, Amsterdam, Rome, Naples, Berlin, Londres…), la réalité c’est que, question violence et insécurité, à Saint Denis 93 ou à Marseille, la situation est équivalente à ce que l’on voit à Johannesburg, à Mexico ou à Rio de Janeiro…

    Et même dans nos villes moyennes et gros bourgs, en France aujourd’hui, se sent - on en sécurité lorsque l’on sort d’une séance de cinéma à 23h 30 pour se rendre jusqu’à sa voiture garée à 500 mètres ?

    Est-ce qu’une jeune femme, serveuse dans un restaurant à Saint Denis ou à Marseille, qui finit son service à 23h, envisage pour rentrer chez elle d’utiliser un transport public ?

    Est-ce qu’un touriste américain ayant son smartphone dans une poche de pantalon, un petit sac en cuir en bandoulière, après avoir assisté à une représentation culturelle, à Lille, Lyon ou Grenoble, envisage à 23h de se rendre à pied à son hôtel situé à moins d’un kilomètre ?

     

  • Le blé Ukrainien

    … Les pays qui dépendent le plus du blé Ukrainien sont :

    La Tunisie, la Mauritanie, la Libye, l’Égypte, le Yémen, le Congo, le Botswana, le Liban, Israël, la Géorgie et l’Azerbaïdjan.

    Puis « un peu moins » si l’on peut dire – mais dans une mesure importante tout de même :

    L’Afrique du Sud, la Tanzanie, l’Éthiopie, la Guinée, le Maroc, la Grèce, l’Irak, la Syrie, la Malaisie et la Corée du Nord.

    La population de l’ensemble de tous ces pays est de 603,5 millions d’habitants…

    Les États Unis d’Amérique – par la voix de son président Joe Biden et de son entourage – brandissent le « spectre de la famine » dans le monde, du fait de l’arrêt des exportations de blé Ukrainien depuis le début de la guerre (blocus total de toute une zone de la mer Noire au large d’Odessa, avec mines sous marines et des navires de guerre stationnés)…

    Ce « spectre d’une famine mondiale » agité afin que le monde (la plus grande partie possible du monde) se ligue contre la Russie responsable de cet « état des choses » (pénurie alimentaire)…

    De son côté la Russie Poutinienne agite aussi ce même « spectre de la famine », arguant du fait que ce sont les occidentaux (USA, Union Européenne et Ukraine) qui sont responsables de cet « état des choses », et cela afin que les pays dépendants du blé Ukrainien, se liguent contre le « bloc occidental » USA -Union Européenne…

    Qu’en est-il vraiment, de ce « spectre de la famine » ?

    603,5 millions d’humains, c’est à peine plus qu’un demi milliard de ces mêmes humains – qui sont sur cette planète, aujourd’hui 8 milliards en tout…

    Soit 1/16ème de la population mondiale réellement menacée par la famine, du moins et pour l’essentiel en ce qui concerne entre 80 et 90 % de ces 603,5 millions d’humains…

    Très cyniquement on a envie de dire « y’a pas de quoi fouetter un chat » (ce qui sous entendu voudrait dire que les USA de Joe Biden ne sont pas prêts comme « ils » le laissent entendre, à engager une force militaire considérable en mer Noire, pour faire sauter le blocus russe… Pour « sauver » 1/16ème de la population mondiale menacée de famine…

    Tout aussi cyniquement, la Russie de Poutine « n’en a rien à foutre » de ce 1/16ème de la population mondiale (soit dit en passant l’Ogre du Kremlin et ses proches et états majors, ont un mépris profond et une déconsidération manifeste de cent millions de russes qui vivent pour la plupart dans la misère – dans les villes et dans les campagnes jusqu’au fin fond de la Sibérie)…

    Les autorités Ukrainiennes avancent la possibilité de faire sortir par voie terrestre jusqu’à 50 % du blé stocké (avec des convois de camions, et des trains)… Ce qui est irréalisable et de toute manière reviendrait trop cher en logistique, transport, acheminement etc. …

    Et à quel prix – forcément très élevé – en supposant que 50 % du blé Ukrainien pouvait être exporté ; les pays dépendants Africains et du Moyen Orient, pourraient ils acheter ce blé ?

    Il devient assez clair que « dans cette affaire » de guerre en Ukraine, sur fond de grande peur nucléaire, de grande peur d’une conflagration mondiale, de peur de pénurie alimentaire, de déstabilisation des marchés, d’augmentation des prix de denrées alimentaires et de biens de consommation, de services, de produits énergétiques ; en gros sur fond de « catastrophisme planétaire » agité en épouvantail… Les gagnants dans « cette affaire là » sont plus que jamais et dans des proportions encore plus démesurées, les grands lobbies de l’armement, des énergies, de l’agro alimentaire, des industries, de la pharmacie, des matières premières, de toutes les ressources de la planète entre les mains des dominants…

    Cela avait déjà commencé, cette domination et ces profits croissants, dès la fin du siècle dernier, avec la mondialisation économique et le libéralisme dérégulé, et cela fut accentué avec la crise du covid qui a affecté toute la planète en 2020 et en 2021, et cela est encore plus présent et renforcé avec la guerre en Ukraine…

    Bien sûr on dit tous – ou à peu près ceci : « qu’est-ce qu’on va en baver avec l’inflation, le pouvoir d’achat qui diminue, les pénuries à venir, l’insécurité et la précarité ambiantes, les conséquences de la guerre en Ukraine, etc. ... » … Sûr, oui, sûr… Mais ce qui est sûr aussi (mais dont on parle moins) c’est que ce sont encore et toujours les mêmes qui s’enrichissent et dominent, et exploitent à leur profit les conjonctures (même les plus défavorables)…

     

     

  • Les restaurants cet été en France

    … L’on entend dire aux infos notamment à la télé, que le secteur de l’hôtellerie et de la restauration manque de personnel servant et – ou – officiant…

    Encore faut-il différencier – en ce qui concerne la restauration essentiellement – deux types ou deux sortes d’établissements :

    -Ceux qui fonctionnent comme de véritables entreprises commerciales et de services, avec soit un propriétaire patron et gestionnaire de son établissement, soit un ou des propriétaires gérants de plusieurs établissements regroupés sous une dénomination (des établissements situés dans une même grande ville ou dans une région voire le pays tout entier)…

    -Ceux qui sont de petites entreprises personnelles, familiales, d’implantation locale, dans un village, une petite ville.

    Les premiers sont généralement d’une capacité de 60 à 100 couverts, servent le midi et le soir, présentent plusieurs menus et une carte très diversifiée ; les autres, d’implantation locale dans un village ou dans une petite ville, ne servent parfois qu’un menu unique le midi.

    Les « gros », les importants, les très fréquentés par les nombreux touristes, vacanciers, dans les lieux privilégiés en bord de mer, en région bien visitée, à l’égard de ceux là je n’ai aucune compassion particulière, aucune sympathie, au mieux de l’indifférence et autant que possible, j’évite de me rendre dans leur établissement. Surtout ceux qui étendent de grandes terrasses en extérieur, débordant dans les rues piétonnes, en bord de rue, jusqu’au milieu même de places publiques (« bouffer en bord de rue, au vu et au su de tout le monde de passage, devant par exemple un énorme plateau de fruits de mer, ou dans de grandes assiettes carrées, triangulaires, rectangulaires avec coins recourbés, au contenu plantureux et ensaucé… Ce n’est point mon genre ») - rire …

    En général, au sujet de leur carte « très diversifiée » « il ne faut guère se leurrer » : ce sont forcément des préparations congelées, ainsi d’ailleurs que pour leurs menus lorsqu’il y a le choix entre plusieurs d’entre eux.

    Tout ce qu’ils servent est dans l’apparence, dans le surfait, dans le « consensuel », dans un art de la présentation laissant supposer qualité…

    Le service est interminable, du fait, effectivement, d’un personnel réduit, de serveurs et de serveuses souvent en contrats CDD à temps partiel, ou à temps « plus que complet » c’est à dire travaillant des dix douze heures d’affilée pour un salaire à peine égal à un SMIC… (il faut vraiment être « motivé » pour ce travail pénible et surtout au service de gens dont le comportement est désagréable, individualiste ; pouvoir supporter les exigences de clients « pointilleux et jamais satisfaits »)…

    « Pas étonnant » donc, que les patrons de ces grands établissements se plaignent du manque de personnel… Mais de toute manière, ce sont ceux là (et pas les « petits ») qui ont bénéficié des aides de l’état durant les deux ans de covid… Et qui aujourd’hui comme par le passé, n’ont pas financièrement à se plaindre…

     

    Alors, pour la prochaine saison touristique et vacancière qui s’annonce, en cet été 2022, je souhaite « bien du plaisir » à tous ces gens en vacances qui vont prendre place le midi et le soir aux terrasses de ces établissements « renommés », attendre des un quart d’heure/une demie heure avant d’être servis, tout cela dans les relents de plats, de sauces, de restes dans les assiettes non débarrassées…

     

     

     

  • Stade de France

    … Je n’ai aucune idée du prix d’un billet d’entrée au Stade de France pour assister à un match de foot tel que celui qui a eu lieu le 28 mai 2022…

    Ayant essayé quelques recherches j’ai trouvé toutes sortes de prix, de moins de 100 euro jusqu’à environ 3000 au marché noir, mais à vrai dire en moyenne dans une fourchette de 200 à 600 euro…

    « Il paraît » que pour une coupe du monde, pour par exemple une demi finale, ça serait de l’ordre de quelques milliers d’euro… (Donc, soit dit en passant pour le Mundial de foot au Qatar en 2022, ça irait chercher dans les trois à cinq mille euro – en ajoutant en plus le billet d’avion aller retour depuis une capitale européenne, ou depuis ailleurs dans le monde… Sans compter l’hébergement en hôtel sur place au Qatar… On imagine l’investissement à réaliser pour un passionné de foot qui déjà, a fait le voyage lors de précédentes coupes du monde)…

    Pour un « petit » match (plus ou moins important cependant) de foot ou de rugby au stade de France, j’ai « cru voir » que c’était, pour assister, entre 15 et 90 euro…

    Cela dit, lors de grandes finales, de foot ou de rugby, avec la transmission en direct à la télé (accessible depuis chez soi ou dans un bar, par tout un chacun) ou même aussi comme c’est le cas sur une place publique d’une ville moyenne, assis sur chaise devant un écran géant… Là c’est entièrement gratuit, on se prend pas la tête pour se procurer sur internet deux mois à l’avance, un billet qui coûte 200 ou 300 euro ou plus… (qui peut être un faux billet, d’ailleurs)…

    Et puis, surtout, en plus d’être gratuit, à la télé ou devant un écran géant en place publique, ou dans un bar en consommant avec des copains… On y voit bien mieux, bien plus dans le détail, en gros plan, avec des ralentis, plus toutes les explications et commentaires des reporters ! Ce qui n’est absolument pas le cas, pour la vue de ce qui se passe sur le terrain, de très loin, depuis quelque gradin en hauteur à l’arrière, avec plein de têtes devant soi… Au stade de France qui fait 80 000 places…

    À noter aussi que l’implantation du Stade de France à Saint Denis dans le 93, une zone résidentielle de populations très diversifiées, très « mélangées » où règne violence, insécurité, « problèmes sociaux » etc. … Ce n’est pas ce qu’il y a eu de mieux, question localisation choisie, pour un stade d’une telle envergure internationale sous la dénomination de Stade DE FRANCE …

    Bon, peut-être (et même « très sûrement ») pour ce match du 28 mai 2022, l’organisation n’a pas été – c’est le moins que l’on puisse dire - « à la hauteur », ainsi que la gestion, la sécurité assurée, etc. …

    MAIS – et cela il faut le dire aussi – ces hordes de hooligans et de voyous (Anglais et autres « bien d’chez nous ») ; ces trafiquants vendeurs de faux billets, et ces très nombreux supporters venus sans billet… Y’a pas qu’en France qu’on voit ça dans les grandes villes et à Paris lors de grandes rencontres notamment de foot… Et question morts et blessés, je pense tout de même que les Anglais en ont eu quelques uns par le passé, lors de grandes rencontres… Et, le 28 mai, ils (les Anglais) nous en ont envoyé des wagons, de ces supporters que nos autorités n’attendaient pas en si grand nombre !

     

  • Alors, ça craint ou ça baigne ? Merde !

    … Parmi les expressions les plus courantes, entendues, lues, dans le langage d’aujourd’hui en France :

     

    Être en phase (ou ça baigne)

    Ça fait du sens (ou ça fait sens)

    asap – sans A majuscule - ( j’attends ton retour asap)

    La To Do

    Au jour d’aujourd’hui

    Faire un retour

    À date

    Merci de… (soit dit en passant : très autoritaire)

    Drafter (pour « modifier »)

    Prés’ (abréviation de « présentation » par exemple « envoie moi ta prés’)

    Revenir vers

    Mutualiser

    Googliser

    Updater

    Brief, briefer

    Clivant

    Confusant

    Itération, itérative ou itératif

    Ça craint

     

    … Et tant d’autres…

     

    Si l’on s’évertuait à dresser une liste qui s’apparenterait à un petit dictionnaire, de tous ces mots, de toutes ces expressions du langage actuel ; assurément cette liste serait plus conséquente en nombre de termes, de mots, d’expressions, qu’une liste des 500 mots (vraiment du Dictionnaire Larousse ou Robert) que de nombreux Français (pas forcément rien que des adolescents et des jeunes adultes) utilisent pour parler, pour écrire…

    Rappelons que le Robert fait état d’environ 90 000 mots…

     

    … Dans la liste ci dessus, je les déteste toutes, ces expressions du langage d’aujourd’hui… Mais « Palme d’Or » (Palme de caca ) pour :

     

    « Ça baigne » et pour « Ça craint » …

     

    Cela dit (encore)…

    Sur le plan du comportement au quotidien dans la rue, à la terrasse d’un café, en un lieu public tour à tour ensoleillé et ombragé… Pour une femme (plus souvent que pour un homme) : les lunettes de soleil dans les cheveux…

    Et pour -en général – les gens qui portent des lunettes : les lunettes en sautoir sur le haut du pull, ou posées sur le front ou crâne dégarni, ou encore, à table, bras écartés à côté de l’assiette ou de la bouteille de vin…

     

    C’est fou, finalement, dans le monde, dans la société d’aujourd’hui, le nombre de gens (jeunes ou vieux ou « entre les deux ») qui adoptent un langage, des attitudes, des comportements, gestes… «  très consensuels »… (j’ai envie d’écrire ou de dire « consensuaux »)… Rire…

     

     

  • Vacances à la mer

    Vacances a la mer

    … Si « ça s’ra ça » les vacances à la mer en été 2022 – c’était déjà ça avant le covid sur la côte d’Azur - …

    Avec le prix du pain bagnat (saucisse dedans) passé de 2,20 euro en 2002 à 5,50 euro (le même) en 2022 ; la glace « biboule » à 4,50 euro ; l’essence à 2,40 euro le litre ; le péage autoroute Vinci à 60 euro pour 400 km ; la nuitée Formule 1 à 45 euro (c’était encore 29 en 2019) ; une place de camping bagnole plus tente à 25 euro… Et la moindre location mobil home 8 mètres carrés à 700 euro la semaine…

    Plus les embouteillages sur la quatre voies menant sur 10 km à la grand’plage grand standing tourisme de masse, plus encore le Toro Piscine du Coin à 20 euro adulte/12 euro moins de 12 ans…

     

    Enfin sans le masque…

     

    Et les soirées disco tortillage de cul drague et shoute et musique battement de cœur de pieuvre…

    Banane sur le ventre bermuda à fleurs et grand panama sur le crâne torse à poil…

    Ces dames et demoiselles et mémés relookées lunettes de soleil dans les cheveux le long de la promenade du front de mer…

     

    Oui si « ça s’ra ça » les vacances à la mer en 2022 à Capbreton, à Hossegor, à Biscarrosse ou à Royan ou à La Baule…

     

    « c’est pas ça qui m’fait rêver » !

     

     

  • Mouvements et partis

    … Les mouvements ont remplacé les partis…

    C’est bien là, l’une des caractéristiques de l’époque en laquelle on vit, où l’on ne croit plus en rien, où les repères ont disparu, laissant la place à des enseignes, à de grands panneaux publicitaires, à des mobiliers urbains aux normes internationales…

    Et, outre les enseignes et les panneaux publicitaires, les repères sont aussi des rumeurs, toutes les rumeurs du monde, et les nuisances médiatiques véhiculées le long de toutes les voies de passage fréquentées…

    Quand on vote pour Emmanuel Macron, pour Marine Le Pen, pour Éric Zemmour, pour Jean Luc Mélenchon… On ne vote pas pour la République en Marche, pour le Rassemblement National, pour la France Insoumise, pour la Reconquête… On ne vote même plus pour un mouvement…

    On vote – quand on vote… - par défaut, par adhésion (souvent tacite) à un « ordre du monde », à un « consensus de pensée », ou on vote « pour mais à vrai dire contre qui on ne veut pas voir arriver »…

    Ou on vote aussi, influencé que l’on est par ce que l’on entend autour de soi ; et en fonction de la situation où l’on se trouve personnellement, souvent difficile et que peut-être tel choix de vote changera quelque peu en mieux…

     

     

  • L'école et la société

    … L’école progressiste de ces « barbarismes » que sont le « savoir de ceci de cela » dans un apprentissage en dehors de la classe et dans une pléthore de projets, de planifications et d’expériences «innovantes »… Et qui s’articule désormais et de plus en plus, sur la personnalisation, sur une diversification « éclatée » des savoirs (mais plus sur une transmission des savoirs)… Est à l’image de la société toute entière, de la fin du premier quart du 21ème siècle.

    La société actuelle en effet, fonctionne dans tous ses domaines, notamment celui du travail, celui de la relation à l’autre, celui de la famille, celui de toutes les activités humaines, celui de toutes les « façons de faire », des modes, des comportements… Sur le modèle de l’école progressiste.

    L’école et la société sont devenues « massivement inégalitaires », et cela même alors qu’elles se veulent, qu’elles se proclament, s’affichent, se revendiquent « égalitaires »… Mais « égalité » en fait – et de fait – s’apparente ou se confond avec « nivellement » (nivellement plutôt par le bas que par le milieu et encore moins le haut)…

    Cette école et cette société progressistes ne produisent plus que des « héros du jour » qui font tous chacun à leur façon « un carton sur Facebook, sur Instagram, sur les réseaux sociaux » ; ne produisent plus que des banalités montées et arrangées en événements…

    Une école et une société de « likes »…

    Et de « manoufs », de criailleries, de haines, de violences, de négations, de « mal être », de contre – façons, de lapins sortis de chapeaux…

    Et d’œuvres étouffées dans l’œuf…

     

     

     

  • Amour, désamour

    … Peut – on se « désamourer » d’un pays, de ses gens, de ses paysages, comme l’on se « désamoure » d’un ami, d’un amant, d’une femme, d’une ou de plusieurs de ses connaissances que l’on a un temps apprécié ?

    A – t – on cependant été réellement amoureux de ce pays, de ses gens, de ses paysages, comme l’on a été amoureux d’un ami, d’un amant, d’une femme ?

    Parce que si l’on n’a jamais été – croyant l’être – amoureux de ce pays, de cet ami, de cet amant, de cette femme, l’on ne peut alors, se « désamourer »…

    Est – ce que « se désamourer » c’est – ou serait – voir ses émerveillements se décolorer ?

    Et, lorsque s’installe le désamour, que reste – t – il de notre capacité d’aimer encore et de nous émerveiller ? Pour un autre pays, d’autres gens, d’autres paysages ; pour un autre ami, pour une autre femme ?

    Dans le monde d’aujourd’hui tel que l’on y vit, mais surtout tel que l’on nous y fait vivre, ce sont les envies, ce sont les engouements, ce sont les attirances, ce sont les apparences, c’est ce que l’on à gagner sans devoir payer un prix élevé (pas forcément un prix en argent) qui fait que l’on aime…

    Et ce n’est plus, alors, du « désamour » qui s’installe – quand on n’aime plus …

    Et ce ne sont plus des émerveillements qui se décolorent (quand ils nous sont venus, ces émerveillements)…

    Puisque « aimer » c’est devenu « ennemourer » c’est à dire « aimer parce que... »

    Vous m’direz « on a toujours aimé parce que... » (Dans le monde d’avant, dans le monde présent)…

    Mais la différence entre « aimer parce que... » dans le monde d’avant et « aimer parce que... » dans le monde présent ; c’est que, dans le monde présent, le « parce que... », dans notre intériorité (ou notre moi ou « bulle ») s’est « métastasé »…

     

     

  • L'eau et l'huile ne peuvent former ensemble agitées, qu'un précipité, non une solution

    … Ce que l’on appelle « islamo gauchisme » (je n’adhère pas à ce terme) ressemble – ou s’apparente – en essayant de l’expliquer par une image – à un « précipité » c’est à dire un « mélange qui n’en est pas vraiment un) d’eau et d’huile, donc de deux produits liquides ne pouvant s’amalgamer en une seule « solution »…

    En effet, si l’on agite ou remue, d’autant plus fort, avec d’autant plus de vigueur, dans le verre ou dans la bouteille, l’eau et l’huile, chacune en une certaine quantité – pas forcément égale – l’on obtient, non pas une « solution » car l’eau et l’huile ne sont pas solubles, ne se fondent pas en un seul liquide différent fait de deux composants, mais un « précipité » dans lequel par agitation l’huile s’est émulsifiée en très fines gouttelettes, de sorte que l’on ne voit qu’un seul liquide d’une couleur différente (jaune lavasse)…

    Et dès lors que l’on laisse reposer – sans plus agiter – les gouttelettes d’huile se rassemblent, et l’huile, plus légère que l’eau, se place en surface dans le verre ou en haut dans la bouteille.

    Donc, l’islamo gauchisme est un « précipité », non une « solution »…

     

    De même, l’Islam et l’islamisme sont comme l’eau et l’huile, et aussi, toutes les religions, chrétienne et judaïque entre autres, et leur « en isme »…

    Lorsque l’islamisme et le christianisme s’invitent dans la politique, dans la Cité, dans l’État, se liant ou s’immisçant à « quelque chose de politique en isme » par exemple le gauchisme, cela ne fait jamais du bien à la société, cela génère des tensions, des crispations, des communautarismes, des séparatismes…

     

    La religion – les religions – sans leur(s) « religion en isme », c’est à dire la religion - les religions – à l’état brut en tant que croyance, foi partagée par leurs fidèles… C’est comme un prisme dont les facettes sont multiples, le prisme étant UN et dont chaque facette reflète la lumière – mais la lumière reflétée par la facette est celle qui est réfléchie en fonction de l’orientation de la facette et non pas du prisme tout entier par toutes ses facettes à la fois…

     

    La religion – les religions – avec leur(s) « religion en isme » sont des visions de la société se fondant sur des textes, des écrits tels que la Bible ou le Coran, sur des règles, des rites, des prescriptions, qui, notamment pour l’Islam ou pour le Catholicisme « pur et dur » , sont censés tous ces textes et prescriptions, être « la loi au dessus ou delà de la loi des hommes, des gouvernements, des états »…

     

     

  • Le racialisme

    … Le racialisme est un courant de pensée pseudo scientifique prétendant expliquer des phénomènes sociaux liés à des différences ethniques, culturelles et de mode de vie.

     

    C’est aussi une doctrine qui affirme – sans cependant le déclarer officiellement – l’existence de « races humaines » différenciées, et non une espèce humaine unique - ce qui est vrai (une unique espèce humaine) - puisqu’il n’y a sur Terre depuis 200 000 ans, qu’une seule espèce « Sapiens » originaire d’Afrique de l’Est ( Éthiopie) dont les premiers représentants avant leur départ d’Afrique étaient tous noirs ou foncés de peau (les migrations vers des régions de la planète de climats moins ensoleillés, de latitude moyenne ou septentrionale ayant impliqué des changements de pigmentation de l’épiderme, et donc, des humains qui sont peu à peu devenus blancs ou clairs de peau, ou cuivrés, ou jaunâtres, ou halés selon la région d’installation, et cela en plusieurs générations d’humains, sur des milliers d’années).

     

    Il n’y a donc pas, scientifiquement et réellement, de « races » chez les Humains… Comme pour les chiens, les ânes, les chevaux, les bovins, les ovins par exemple… (D’ailleurs les « races » pour les chiens notamment, ont été créées par l’Homme dans des élevages, par des croisements, et de même pour les autres animaux domestiques)…

     

    S’il n’y a donc pas de races chez les humains, alors le mot (ou terme ou vocable) « race » devrait être retiré du dictionnaire (je dis bien « devrait ») parce qu’en réalité pour les animaux les races existent (même si elles ont été assez souvent créées par l’Homme dans l’élevage des animaux domestiques à des fins spécifiques).

     

    Quoiqu’il en soit, que l’on supprime le mot « race » des dictionnaires, ou qu’on le maintienne à cause des races d’animaux ; le fait de le radier, ce mot « race » du dictionnaire si on le fait dans l’idée de bannir l’idée de race ; cela n’empêchera jamais qu’il soit utilisé comme bien des gens l’utilisent aujourd’hui dans le sens « raciste » du terme, de manière péjorative, discriminatoire…

     

    En fait le « racialisme » est un concept « intellectuel » et il faut dire (je dis) « utilisé à toutes les sauces « arrangeantes et convenues ayant le vent en poupe et faisant référence »… Et, dans un tel contexte – de ces « sauces arrangeantes et convenues » ; il est « suspect » ce concept de « racialisme » (je n’y adhère pas du tout, je trouve qu’il pourrit, dénature ou pervertit la relation entre les gens, dans la mesure où il met en avant des différences ethniques, sociales, culturelles ; lesquelles différences générant forcément des situations conflictuelles, des polémiques épuisantes)…

     

  • La présomption d'innocence

    … La présomption d’innocence n’est qu’une disposition de justice, autrement dit un principe (un principe de fonctionnement de la justice – à mon avis en accord avec « une pensée républicaine »).

    Mais la présomption d’innocence n’empêche en aucune façon la suspicion de la faute, n’empêche pas non plus les langues de se délier, les préjugés de s’établir, la calomnie de se répandre, les médias d’information (presse et audiovisuel) de « prendre parti dans un sens ou dans un autre -souvent afin de discréditer »…

    La présomption d’innocence c’est toujours gênant pour celui ou celle qui en bénéficie. Car le doute subsiste.

    La présomption d’innocence ne « lave pas ». Dans l’esprit des gens en général, en relation de près ou de loin avec celui ou celle qui est incriminé, suspecté, mais qui bénéficie de la présomption d’innocence, la faute est « quasi évidente » aussi peu fondée sur des faits ou sur des preuves qu’elle soit.

    C’est donc « comme si »…

    Et ça pue, ça fait mal, ça court, ça vole de part en part, ça influence, ça s’incruste.

     

     

  • Le profil d'un "en symbiose avec le monde d'aujourd'hui "

    … C’est un homme ou une femme d’environ 30 à 40 ans d’âge en bonne santé donc n’ayant aucun handicap physique ou intellectuel.

    Il, elle est :

    Relativement aisé – sans forcément être « riche à crever » - disposant d’un revenu mensuel de l’ordre de 2500 à 3000 euro mensuel.

    Cadre, ou agent de maîtrise, professionnel ayant eu une formation spécifique.

    D’un niveau universitaire au moins BAC plus 3 ou 4.

    Demeurant dans un appartement en ville (en résidence) ou dans une maison en « zone rurale urbanisée » (en lotissement ou périphérie de bourg bien pourvu en commerces et services). Appartement ou maison dont il ou elle est propriétaire assez souvent, maison avec garage pour 2 voitures, portail doté de dispositif de fermeture automatique.

    Un chien en général « de bonne taille » et « montant la garde » dans le terrain clôturé autour de la maison. (Mais en fait, 1 habitant sur 2 en moyenne, en zone rurale urbanisée, pour le chien).

    La façade (et l’apparence de sa maison) « en jette quelque peu » et parfois, l’architecture (ultra moderne) de sa maison « dénote » avec le paysage (forme « tarabiscotée » ou cubique, géométrique, toiture terrasse…)

    Disposant de 2 voitures, une pour lui, une pour son conjoint car lui et elle travaillent, en général en deux lieux différents situés à 30/40 km de leur maison. (« On va dire » que par exemple l’une de ces 2 voitures est un « Dacia Duster » 17 000 euro neuf).

    Touriste ( en vacances estivales) une fois par an dans un pays tropical prisé (Seychelles, Bahamas, Thaïlande, Bali Indonésie- par exemple). Ou effectuant une croisière en Méditerranée.

    Touriste également, en « petites vacances scolaires et ponts de jours fériés » en quelque endroit de France « prisé », en chambre d’hôtes, location à la semaine (pas en camping).

    Très à l’aise avec les nouvelles technologies internet smartphone GPS domotique numérique informatique.

    Lisant (quand et si il ou elle lit) les derniers best - sellers » sortis, en général achetés au rayon multimédia d’une grande surface… Ou commandés en « livre papier » ou en « numérique » pour liseuse ou smartphone, sur Amazon.

    Regardant « The Voice » le samedi soir sur TF1 (ou une série TV ou une émission de variétés et à 23h l’émission « talk show » de Laurent Ruquier).

    Ne vote pas pour Jean Luc Mélenchon ni pour Marine Le Pen ( « quoique »…), votait « jadis » pour le PS (et en tant que parisien pour Anne Hidalgo) et vote à présent pour le LREM.

    A son vieux/vieux père ou sa vieille/vielle mère handicapée en situation de dépendance ou Alzheimer (de plus de 90 ans en général) en EHPAD ou « Village ».

    Très à l’aise en circulation automobile en zone urbaine et péri urbaine, en stationnement difficile, maîtrisant à fond la technique GPS (GPS intégré au tableau de bord).

    Très à l’aise avec les montages d’équipements mobiliers en « KIT » (n’a même pas besoin du mode d’emploi, a compris tout de suite).

    En fait très à l’aise partout et en tout, très sûr de lui, et très critique il faut dire, à l’égard de celui ou celle qui « ne comprend pas très bien, ne pas trop comment faire ».

    Souvent « assez individualiste » dans ses comportements et dans ses choix en tant que consommateur moyen relativement aisé.

    Est parfois un  spécialiste du coup de klaxon rageur dans les rond – points.

     

    … Bon, j’arrête là mon profil (certes « imaginaire » mais il faut dire « correspondant bien à une certaine réalité dans notre pays, la France rurale urbanisée et citadine)…

     

    Certains – s’ils lisent ça – (rire) se reconnaîtront peut-être, du moins en partie…

     

    Ma conclusion est la suivante :

     

    Pour celui ou celle qui n’est pas du tout dans ce profil là, et qui, d’autant plus s’en éloigne (notamment sur les questions des nouvelles technologies internet smartphone GPS numérique procédures en ligne ; mais aussi sur les questions de modes d’emploi et d’usage d’appareils spécifiques nouveaux, de circulation automobile en ville et « bien d’autres choses »)… Et qui de surcroît n’est pas en bonne santé, doit suivre un traitement médical long, est handicapé… Qu’il soit d’ailleurs âgé de 20 ans ou de 40 ou de 60 ans, donc pas forcément un vieux de plus de 85 ans… Eh bien le monde d’aujourd’hui disons le tout net c’est un enfer !

     

     

  • L'armée Russe

    … L’armée Russe est composée d’environ 700 000 soldats professionnels (engagés volontaires) dont les officiers et les gradés, et les encadrants ; et de 260 000 conscrits effectuant un service militaire obligatoire de 12 mois minimum…

    Ce qui représente un effectif global de près d’un million d’hommes et de femmes (ces dernières en minorité cependant)…

    La plupart des 260 000 conscrits sont des soldats de 2ème classe, issus de minorités ethniques (dont des musulmans) et surtout, de régions périphériques (jusqu’à la Sibérie orientale) économiquement défavorisées.

    La solde (revenu mensuel) d’un soldat professionnel, donc engagé volontaire, parmi les 700 000, est de l’ordre de 32 000 roubles soit 380 euros…

    Ce revenu de toute évidence n’incite guère les jeunes des villes, des classes moyennes ou aisées, à s’engager dans l’armée ; c’est la raison pour laquelle il y a dans les 700 000 soldats professionnels, beaucoup d’hommes issus de régions périphériques défavorisées économiquement.

    Il ne faut donc pas s’étonner que ces soldats disposés en formations et unités de combat de première ligne, donc, très exposés, mal encadrés, lorsqu’ils arrivent en Ukraine qui est un pays économiquement développé (avant la guerre), se livrent à des pillages, des vols, des viols, des exactions, des violences, des actes de barbarie (c’est « loin d’être la crème » ces soldats là… Mais soit dit en passant, ce n’est sans doute pas mieux de la part de certains officiers, encadrants et gradés)…

    Sur le plan de la « morale » on ne peut pas dire qu’il y a une différence entre la barbarie nazie et la barbarie de la soldatesque Stalinienne de la seconde guerre mondiale et la barbarie de la soldatesque Poutinienne en Ukraine en 2022.

    Cela dit, depuis 2014, l’armée Ukrainienne « n’a pas fait dans la dentelle » dans le Donbass…

    Qu’on ne me parle pas des « guerres modernes » par comparaison aux « guerres anciennes » dont celles de Louis XIV, celles de Napoléon, et la guerre de Trente ans 1618/1648 (pour ce qu’il en ait des guerres européennes)…

     

     

  • Le burkini à la piscine

    … La municipalité « écologique » et « de gauche » ? de Grenoble autorise l’usage, pour les femmes musulmanes, du burkini dans les piscines…

    L’Islam « normal » ou « modéré » c’est à dire non fondamentaliste radical, laisserait-il ainsi entendre qu’il a « évolué » en permettant aux femmes, voilées dans l’espace public (la rue, les marchés, les salles de spectacle, les cafés, les restaurants, les hôtels…) de pouvoir se rendre dans des piscines, en bord de mer, en burkini, vêtement « adapté » pour aller dans l’eau sans montrer son corps… Soit dit en passant, une femme musulmane qui ressort de la piscine complètement trempée, son burkini collé au corps, l’on voit bien les formes de son corps…

    Jadis, il n’y a encore pas si longtemps, je pense aux années de la seconde moitié du 20ème siècle, l’on ne voyait jamais de femme musulmane en piscine ou sur une plage, le burkini n’existait pas et dans l’Islam « normal » une femme ne sortait que portant un voile…

    D’autre part, une femme Chrétienne, même ne se rendant à l’église que pour les mariages, les enterrements et la communion des enfants, à rigueur pour Pâques et pour Noël ; dans les années avant 1970, ne sortait jamais dans la rue, sans un fichu lui couvrant les cheveux, et pareil pour se rendre au cinéma, au café, en un lieu public…

    Et les maillots de bains étaient en général, avant 1970, d’une seule pièce…

     

    Nous vivons « une drôle d’époque »… Qui ne ressemble plus à rien mais… Caractérisée par toutes sortes de crispations, d’arrangements qui font polémique, d’hypocrisie…

    Il est vrai que depuis quelques années, l’Islam radical progresse en Europe et notamment en France, Belgique, Allemagne ; en partie du fait d’une immigration venue du Moyen Orient, de pays musulmans, et que cet Islam radical s’invite et se cristallise, se politise et s’implante dans les quartier, les cités, les écoles, les jeunes adultes et les adolescents, ces derniers revendiquant leur appartenance à la religion dans les écoles, les collèges et les lycées… Tout cela dans un « climat social » de complaisance de la part des autorités locales…

     

     

  • La bulle d'à côté

    … La conscience de l’existence de l’autre, non seulement n’est pas innée en nous, mais surtout, en réalité, elle n’est que virtuelle en ce sens que l’on l’imagine possiblement présente en soi, et donc on fait comme si on avait cette conscience en soi, de l’existence de l’autre…

    Et dans l’idée que l’on n’a pas en soi, innée, la conscience de l’existence de l’autre, l’on se dit que l’on peut l’acquérir du moins en partie…

    Dans le « meilleur des cas » la conscience de l’existence de l’autre c’est quand on parvient à travers l’enveloppe de notre « bulle », à discerner les mouvements, les formes, les apparences, ce qui est visible, dans l’intérieur de « la bulle d’à côté »… Mais – c’est évident… On ne sera jamais à l’intérieur même de la « bulle d’à côté »…

    Ainsi notre destin est d’être toute notre vie durant, tout seul dans sa peau, et cela, une seule fois parmi d’innombrables êtres vivants, du temps de notre vie et du temps de toutes les vies depuis l’existence de la vie sur notre planète et – probablement – dans tout l’univers…

    Une seule fois dans toute l’éternité, une seule et unique expérience… Je ne crois pas en quelque « réincarnation » que ce soit, mais en un renouvellement de la vie des êtres vivants, permanent, immuable, et dans une évolution vers toujours plus de diversité et de complexité, depuis que ce que les astrophysiciens nomment « surface de dernière diffusion » très en avant par rapport au regard que l’on porte nous les humains avec nos télescopes les plus puissants, de 13,7 milliards d’années d’étendue ; « surface de dernière diffusion » qui n’est plus ni derrière ni devant, qui n’a pas un commencement ni une fin, qui semble être un passé lointain à force de regarder dans les télescopes toujours plus loin en avant… Mais « quelque part » le passé rejoint l’avenir ou se confond avec l’avenir, et avec les « préexistences » de ce qui sera…

     

     

  • Une définition de l'enfer

    … Pour certains Chrétiens l’enfer c’est la perte de la présence de Dieu.

    Plus généralement je dirais de l’enfer qu’il est la perte de la présence de ces autres qui sont nos interlocuteurs privilégiés.

    Notamment la perte d’un ami, d’un parent, d’une de nos connaissances de longue date, avec qui l’on a été bien, bu au même verre en sa compagnie, passé des moments heureux lors de rencontres et réunions renouvelées…

    Et que, suite à un énorme et regrettable malentendu, ou à un différend survenu au sujet d’une question sensible, l’on n’a plus jamais revu cet ami, ce parent, cette personne depuis si longtemps fréquentée…

    C’est ce que j’appelle « une fracture relationnelle », et c’est ainsi que je définis l’enfer : la perte de ce repère essentiel qui est celui de la présence de l’autre et de tout son accompagnement car l’accompagnement de l’autre s’en va lui aussi avec l’autre…

    Sans interlocuteurs privilégiés et même sans interlocuteur du tout, il ne reste en face et tout autour de soi, qu’un immense mur sur lequel tout ce que l’on y peut écrire ou dessiner ou inscrire dessus, ne sert à rien… À moins de croire en Dieu… Ou d’être comme un cosmonaute naufragé dans un petit canot spatial de survie, à des milliers d’années lumière de sa Téterre et de tenir un journal de bord en se disant que peut-être un jour des « êtres intelligents » venus d’une autre galaxie, découvriront le canot échoué dans la queue d’une comète, et à l’intérieur du canot, le journal de bord du naufragé…

     

     

  • Les russes et surtout les chinois en Afrique

    … Des mercenaires russes, sans doute du groupe paramilitaire Wagner, importent au Mali leurs méthodes meurtrières…

    Décidément, ces Maliens, qui depuis 2013 ou avant, ne cessaient de critiquer la France et son armée présente sur le terrain pour les défendre des djihadistes de Boko Haram, ils voient à présent ce qu’est la présence des russes dans leur pays !

    Et il ne manque guère de personnes « bien intentionnées/donneuses de leçons de morale » pour dire : « que feriez vous, Français, dans votre pays, si une puissance étrangère s’immisçait dans vos affaires ? »

    Dans le cas du Mali, il était clair que les gouvernements Français depuis 2013, envoyaient des troupes dans le cadre du combat contre les djihadistes, contre l’emprise de l’Islam radical et terroriste dans la zone du Sahel…

    Mais la présence française a été éliminée peu à peu d’Afrique, par ces puissances que sont la Russie et surtout la Chine, avec plus ou moins l’aval des gouvernements africains.

    Il faut croire que l’Islam radical et terroriste en Afrique ne doit « pas les gêner tant que cela », les Russes et les Chinois…

    Si, réellement, une action humanitaire avait été entreprise, au Mali ; avec par exemple la construction d’écoles et le creusement de puits… Cette action humanitaire a été contrée par une économie de marché mondialisé dont la conséquence, au Mali et dans d’autres pays du Sahel, fut l’arrivée en masse de produits de consommation européens (dont le poulet), produits qui par leur prix bas, concurrençaient les productions locales…

    Comme quoi ce qu’il est convenu d’appeler « ingérence » n’est autre et surtout que la colonisation par les dominants des marchés et de l’économie consumériste, à l’échelle de la planète et en particulier exerçant son emprise dans des pays « pauvres » ou « en voie de développement »…

     

     

  • "La" premier ministre Élisabeth Borne

    … Les « pressenties » étaient Audrey Azoulay et Marisol Touraine entre autres…

     

    … La « Gauche libérale » qui n’est ou n’était en fait, rien d’autre que le Parti Socialiste « bon teint » - et qui n’ a plus rien de gauche – et qui avait dans ses rangs, dans le gouvernement de François Hollande, Marisol Touraine, s’est ralliée à Emmanuel Macron et au LREM la République en marche…

    Cette « Gauche libérale » incarnée par le Parti Socialiste ne représentant plus que 1,7 % des électeurs en 2022, n’avait en fait aucune chance de voir arriver au poste de premier ministre,

    Marisol Touraine ou Audrey Azoulay, comme premier ministre après Jean Castex qui lui, était un pro Sarkozy…

    Rappelons que Marisol Touraine voulait faire passer le paquet de clopes à 600 euros, résolument anti tabac qu’elle est, mais néanmoins « préconisant » des « salles de shoot » pour les drogués…

    Du temps où elle était ministre de la Santé, je me demandais si, de temps à autre en réunion ou comité festif – par exemple à la Maison de la Chimie qui est le « pendant socialo bon teint » du Fouquet’s pour la Droite huppée, elle ne « se faisait pas un petit joint mine de rien » !

    Je la revois, Marisol Touraine, le 11 janvier 2015 après l’attentat contre Charlie Hebdo, en tête de la Grand Manif à Paris, en trench blanc chic et classe bien ceinturée et avec Anne Hidalgo à ses côtés…

    Je me suis laissé dire par l’une de mes amies de longue date, à l’époque, que Marisol Touraine – pour laquelle j’avais « presque un faible » (toujours à l’époque c’est à dire en 2015)- « avait une mauvaise haleine »… Si c’était vrai, c’était sûrement pas à cause de la clope…

     

  • Abandon du port du masque

    … Avec l’abandon du port du masque reviennent les exhalaisons d’haleines chargées dans les conversations rapprochées…

    C’est vrai qu’au bout de deux ans (et plus) l’on avait fini par s’y habituer, au port du masque.

    En conséquence, à force de voir des visages de femmes « habillés » de jolis masques en tissu avec des motifs, des fleurs, des dessins, enfin toute une « géométrie » de formes aux couleurs vives ; masques parfois « assortis » à la veste, à la robe, aux chaussures, au sac à main… L’on en arrivait presque à « fantasmer »… Mais , à vrai dire (plus déplorable), en arriver hélas aussi à se passer du sourire que l’on ne voyait plus… Bien que l’on puisse tout de même se laisser émerveiller par les yeux, par le regard…

    Finalement, pour beaucoup de choses dans la vie, souvent qui arrivent et nous forcent à de nouvelles habitudes, tout est une question de culture ou de lecture ou de regard porté, du moment, du temps … On n’adhère pas, on se rebiffe, on désobéit, ou on s’habitue, ou cela entre dans les mœurs… Et il y a tous ces après et tous ces avants, et tous ces présents… Et ces « peut-être que » dans un perpétuel « va – et - vient »…

     

     

  • Appeler, aller voir

    … Appeler, aller voir, se montrer, offrir, faire le premier pas… C’est ce qui – en principe – fait que l’on vient vers toi…

    Si tu ne fais plus tout cela – déjà pour expérience, pour voir – n’appelle plus, ne va plus voir, n’offre plus, ne fais plus le premier pas… Tu verras alors combien de tes amis, de tes connaissances, et même de tes proches à quelques kilomètres de là où tu es, viendront vers toi…

    Cela dit, appeler, aller voir, rencontrer, offrir, faire le premier pas, prendre l’initiative de…, se montrer, dire ce que l’on fait, s’exposer, produire afin que ce que l’on fait soit vu… Tout cela implique de se mettre en avant, de bien montrer et de faire savoir autour de soi, que l’on est présent… Mais cela ne garantit pas pour autant que l’on soit vu, écouté, recherché, suivi, apprécié, considéré…

    Si tu n’es guère de nature à te mettre en avant, en particulier au sujet de ce que tu fais, réalise dans ta vie de tous les jours, ce ne sont pas les autres autour de toi qui vont d’eux-même se préoccuper de ce que tu fais, qui vont te questionner, essayer de savoir…

    En général, lorsque l’on n’est pas de nature à se mettre en avant, dans une rencontre, dans un lieu d’échange, lors d’une sortie, d’une réunion entre plusieurs personnes… Ça n’arrange pas les choses…

     

    En fait l’ « histoire » - ton histoire – elle commence quand petit, à l’école, toi qui « voudrais bien  mais n’est point de nature à... » , tu écris ou dessines des choses dans les cabinets…

     

    Le petit renard des sables dans Le Petit Prince d’ Antoine de Saint Exupéry, il dit « s’il te plaît apprivoise moi »…

    Si tu es ce petit renard, dis plutôt « s’il te plaît, existe moi » …

     

     

  • Eurovision 2022

    … J’ai complètement « boudé/boudé » et donc « loupé/loupé » le Grand Eurovision de la Chanson sur France 2 samedi 14 mai 2022 à partir de 21h, durée 3h 35 de cette « daube » que, si j’avais dû – par exemple, invité que j’aurais pu être chez des amis – regarder en m’ennuyant à mourir, m’aurait « royalement bassiné de première » !

    En effet, 3h 35 cette « daube », pour moi quel ennui !

    Soit dit en passant, idem pour « The Voice » sur TF1, qui, souvent le samedi soir est regardé par des millions de Français, et qui « me bassine » tout autant, entre autres, que les « séries » et les émissions de variétés, les thrillers américains, et j’en passe de toutes ces productions à répétition, purs produits de consommation de masse loisiresques, « Koh Lanta, Ford Boyard... »

    J’ai « privilégié » et donc « pas loupé », sur ARTE, « Civilisations et Climat l’aube de temps » en 3 épisodes d’une heure chacun.

    Ce dimanche matin je ne me suis « pas foulé la rate » pour savoir qui avait gagné cet Eurovision 2022, en recherchant tout bêtement sur Google j’ai vu que c’était l’Ukraine avec le groupe Rap-berceuse Kalusch Orchestra…

    Et voir aussi que la France avec Fulenn, du groupe breton Alven et Ahez, figurait avant dernière du classement…

    Putain, ça me fait une belle jambe !

    Cela dit je « loupe royalement » cette année en mai tout comme d’ailleurs les années précédentes, le Festival de Cannes » que je « qualifie de « festival de canes » (de canes chic/joliment emplumées se dandinant au bord de la mare)…

     

     

  • Les libertés débarrassées de tout encadrement

    … Les libertés débarrassées de tout encadrement policé réglementé codifié, tout cela au nom d’une Loi Commune gouvernementale, sociétale ou autre de quelque autorité que ce soit… Annonce et instaure la fin, le délitement du Peuple politique (politique dans la mesure où la politique entre dans la vie des gens non pas pour exercer une pression dominante mais pour améliorer la vie des gens)…

    C’est, en dénonçant et en demandant la suppression de toute contrainte, que les anti ceci /anti cela, laissent s’installer les forces du Marché qui ne libèrent jamais l’individu.

    Ainsi, les mobilisations des Gilets Jaunes, des antivax et de toutes les minorités contestataires en « manoufs » revendicatives et violentes dans lesquelles s’invitent des hordes de « casseurs », sont les ferments actifs de la tyrannie…

    Alors que toutes ces minorités contestataires « anti ceci anti cela » prétendent « défendre » la démocratie directe, elles ne font, ces minorités, que détruire la démocratie, la souveraineté du Peuple.

    C’est, cet « ordre là », le plus déplorable, le plus malsain « erzatz » d’anarchie qui soit !

    C’est, la lutte du « Tous contre Tous », à terme, le maintien et le renforcement de l’oligarchie dominante…

     

    « L’anarchie est la plus haute expression de l’ordre » ( Élysée Reclus )

     

    … La Loi Commune dans l’expression et dans le sens même de loi universelle et intemporelle, dans sa réalité naturelle, et qui fait référence dans une société, pour un peuple, dans un pays… Et qui est celle dans un pays, d’un système de gouvernement démocratique, dont l’objectif de ce gouvernement élu par le peuple, est de rendre meilleure autant que possible la vie quotidienne des gens… C’est encore en dépit des dérives, des abus, des erreurs de ce gouvernement, entre autres dérives celle de complaisance et d’alliance avec les puissances financières et les géants des marchés ; c’est encore la loi la plus acceptable à défaut d’une loi qui n’existe pas dans la société humaine – sauf peut-être à l’époque d’avant les premières civilisations…

     

  • Archives secrètes, documentaire

    … Sur France 3, vendredi 13 mai 2022 à 21h10, durée 2h10…

     

    D’étonnantes et inédites archives de films, d’images, d’interviews, relatives à des personnages, artistes, chanteurs, réalisateurs, tels que par exemple Georges Brassens, Raymond Devos, Charles Aznavour, Eddie Barclay, Serge Gainsbourg, Jean Ferrat… Tous disparus soit dit en passant… Et qui évoquent un « monde disparu » de cette culture artistique de la seconde moitié du 20ème siècle…

    Un monde de copains, d’amitiés « légendaires », de fêtes et de réunions amicales, d’intimité, de moments de partage et d’émotions, de travail aussi… Un monde qui durant plusieurs dizaines d’années, a retenti et eu un impact dans la vie quotidienne des Français de 1950 à 1990 en gros…

    En ce temps là, dis-je, « c’était dans la vie de tous les jours, avec ces artistes, ces chanteurs, ces réalisateurs, que l’on allait voir en concerts, en spectacles, ou que l’on suivait sur les chaînes de télévision lors de grandes soirées d’émissions… C’était par ce qui entrait en nous et venant d’eux, de ce qu’ils produisaient, de ce qu’ils disaient, de leur présence ; comme si la vie devait demeurer intemporellement ce qu’elle était alors, dans une sorte de présent immuable excluant l’idée même d’un demain différent auquel personne ne pensait »…

    Ce demain, il a fini cependant par arriver vraiment, ce demain sans eux…

    Et me vient cette interrogation : dans le monde d’aujourd’hui, de la fin du premier quart du 21ème siècle, ce monde différent de celui d’avant, où dominent les réseaux sociaux, les nouvelles technologies notamment numériques, où tout se fond, s’agite plus que ne s’anime, dans un « bouillon de culture » de productions des uns et des autres, duquel rien ne sort de déterminant, de fédérant, de probant… Qu’est-ce qui peut « remplacer » ou « faire suite » à ce qui désormais n’existe plus, et donc, faire un autre monde tout aussi « consistant », tout aussi intemporel, tout aussi impactant dans la vie des gens ?

     

     

  • La connaissance scientifique ne peut être remise en cause par la religion

    … Il est absolument scandaleux, inacceptable, révoltant, que la connaissance scientifique puisse être remise en cause par la religion, et que des partis politiques complaisants notamment avec l’Islam, aient dans leurs rangs des élus qui admettent la remise en cause de la connaissance scientifique par les religions, en particulier par l’Islam, mais en réalité par toutes les religions…

    Il devrait être totalement inenvisageable (et interdit formellement) que dans les écoles et les collèges, l’on puisse encore au 21ème siècle technologique et des dernières découvertes scientifiques sur l’origine de la vie sur Terre, laisser dire par des jeunes en plein cours, à un prof d’Histoire ou de Sciences « Monsieur – ou Madame, c’est Dieu qui a créé le monde » !

    D’ailleurs, la religion en plus de nier la science, nie la culture, l’art et la littérature dans la mesure où ces dernières ne font pas l’éloge de Dieu et de l’« œuvre de Dieu créateur »… Comme si tout le beau, le vrai, ne devait que procéder de Dieu, et que seul Dieu, sa parole et son œuvre, et que la Bible et le Coran, tout cela serait LA culture, LE modèle, L’art (comme avant l’époque de l’âge classique artistique et littéraire du 17 ème siècle où depuis le haut Moyen Age tout l’art, la musique, la peinture, la sculpture, la poésie, la littérature, tout « tournait » et était articulé sur Dieu et le Sacré ! ( Merde!)

     

     

  • Pourquoi la Gauche est-elle devenue radicale ?

    … La « Gauche radicale » c’est celle qui depuis le quinquennat de François Hollande entre 2012 et 2017, avait eu dans ses rangs à l’Assemblée Nationale une partie des « frondeurs » (les plus déterminés dans leurs critiques et contestations à l’égard du Parti Socialiste « bon teint »), et plus généralement tous les « gens de gauche » qui trouvaient que « la gauche avait trop pactisé avec le libéralisme, l’économie de marché mondialisé ; et dont les intellectuels et personnages en vue et élus « snobaient » les composantes sociales les moins favorisées du peuple Français…

     

    Cette « nouvelle gauche » - en fait représentée par Jean Luc Mélenchon sous l’appellation de « France Insoumise » - s’est ainsi rapprochée (en partie) du Parti Communiste, de Lutte Ouvrière et du Parti anti capitaliste qui eux, n’ont pas pour autant rejoint lors notamment des campagnes des deux dernières élections présidentielles, Jean Luc Mélenchon qui qualifiait François Hollande en 2017 de « capitaine de pédalo »…

     

    Une « nouvelle gauche » donc, depuis 2017, qualifiée de « radicale » par les partis de droite et du centre (LREM et Modem), par les socialistes du PS « bon teint » et les « bobos », et par le Front National devenu Rassemblement National…

    Une « gauche radicale » d’environ 20 % de Français, ce qui n’était pas le cas avant 2012 et qui s’est constituée à partir de 2015/2016 autour de Jean Luc Mélenchon.

     

    Sur ce terme ou sur cette qualification de « radical » soyons net et « remettons les pendules à l’heure » :

    Qui est en réalité « radical » en France, en Europe et dans le monde ? Si ce ne sont les dominants, les milliardaires, les lobbies industriels agricoles pharmaceutiques, les géants de l’internet et du numérique, de la banque et des assurances, avec leurs états majors regroupés dans les City’s et leurs actionnaires toujours plus exigeants en dividendes…

     

    Car la « radicalité » dans la « vision du monde », de la société et du Marché libéral sans règles, elle est bien du côté des dominants, et de surcroît d’une extrême violence, d’une extrême prédation, et qui pèse de plus en plus lourd sur les populations, aidée qu’elle est, cette radicalité là, des dominants, par ces « grands événements » planétaires désastreux que sont la pandémie de covid en 2020/2021, et depuis le 24 février 2022 la guerre en Ukraine.

     

    Alors avant de qualifier de «radicale » la « nouvelle gauche » devenue, n’oublions pas de quel côté au vrai est la radicalité, de quel côté est la violence !

     

    Cela dit, la « Gauche radicale » l’est beaucoup moins, « radicale », en ce qui concerne les mouvances islamistes fondamentalistes s’implantant dans le « paysage social »… Et c’est la raison pour laquelle, la seule raison probablement, qui fait qu’elle n’arrive pas à rassembler une majorité de Français et à prendre le pouvoir…

     

    Seuls – et encore car dans l’absolu c’est « à voir » - le Rassemblement National de Marine Le Pen – et peut-être plus encore Reconquête d’Éric Zemmour ; sont « radical » avec les Islamistes dans la mesure où ces derniers envahissent l’espace public dans les lieux urbains et péri urbains où ils sont implantés…

    Le « problème » en ce qui me concerne, est que « anti islam fondamentaliste que je suis et par extension « anti religion dans l’espace public », je ne puis adhérer loin s’en faut, à la « vision du monde, de la France et de la société » de Marine Le Pen ou d’Éric Zemmour…

    Ni rejoindre sans restriction cette « nouvelle gauche » représentée par Jean Luc Mélenchon, les Insoumis et les communistes – dont la « vision du monde et de la société « de gauche vraiment de gauche » me convient… Mais que je trouve trop complaisante avec les Islamistes notamment les Islamistes « soit disant modérés », et trop « pour le voile musulman des femmes dans l’espace public » …

     

    J’imagine que ce que je ressens en l’exprimant comme je l’exprime, est partagé par bon nombre d’autres personnes – dans mon entourage et dans toute la France – qui sont « de gauche » (dont certaines ont voté pour Marine Le Pen à cause du côté « gauchisant » du Rassemblement National mais aussi à cause du côté « radical » anti islam envahissant anti voile dans l’espace public)…

     

    Autrement dit, une « gauche vraiment de gauche et en même temps anti islam politico social anti voile (et avec pas un brin d’antisémitisme), c’est ça qui manque terriblement, qui fait vraiment défaut dans le paysage de la France d’aujourd’hui !

     

     

  • Un nouvel ordre mondial

    … Une nouvelle « heureuse étape » dans le « processus » d’éloignement du covid, avec la suppression à partir du 16 mai 2022, de l’obligation du port du masque dans les transports bus, train, avion, métro, tram…

     

    Ce « putain d’covid » qui durant plus de deux ans nous a « pourri la vie », a impacté durement l’économie, le commerce, le travail (notamment le travail en équipe) ; a modifié (défavorablement) les relations familiales et sociales… Ne fait plus la Une de l’actualité.

    Il faut dire aussi que durant deux ans les « donneurs de leçons de morale » à propos des « irresponsables » que furent selon eux, pas mal de jeunes et de moins jeunes, égoïstes dans leurs comportements, contestataires, toujours en fête et désobéissants… N’ont cessé de nous bassiner par leurs discours notamment sur les réseaux sociaux…

     

    Et, outre les « donneurs de leçons de morale » il y eut (ce qui en fait fut encore pire, encore plus invivable que de supporter les discours des donneurs de leçons), les actions menées par les « anti vaccin », les contestataires en « manoufs » violentes et les « fractures relationnelles » en conséquence, cassant des amitiés de longue date (les anti vaccin déterminés dans leur refus accusant les pro vaccin de « faire le jeu du Gouvernement et des lobbies pharmaceutiques », sans compter jusqu’à ces mêmes « anti vaccin » qui se « victimisaient » en persécutés juifs de la seconde guerre mondiale, le « pass » vaccinal devenant « l’étoile jaune » …

     

    Cela dit, Shangaï en Chine ne sera point – c’est évident- en été 2022, une destination touristique privilégiée !

    Je me demande (rire) si les gens n’ayant pas contracté le covid durant ces deux ans 2020 et 2021 (dont je fais partie) ne devraient pas envisager de solliciter une médaille de « jamais covidé » !

     

    Cela dit, encore, de Shangaï, où tant de choses se fabriquent pour l’exportation, et d’où partent des milliers de porte containers vers les ports européens, africains, américains ; d’où plus rien ne part, il n’est guère étonnant que toutes sortes de pénuries de produits de grande consommation, pour les industries de toutes sortes, de pénuries de certains matériaux et équipements ménagers essentiels, affectent l’économie de marché dans le monde, en Europe et partout, à commencer par les Chinois eux mêmes pour leur consommation intérieure…

     

    Ainsi depuis 2020 et raison de plus avec la guerre en Ukraine depuis le 24 février 2022, l’ « ordre du monde » économique de marché, géopolitique, social ; se trouve complètement bouleversé, et à cela s’ajoutent, amplifiés et généralisés sur toute la planète, les effets du changement climatique avec de plus en plus de sécheresses, d’incendies, d’inondations, de tempêtes, de dérèglements dans la circulation des vents et des courants marins, de telle sorte que les productions agricoles notamment de céréales sont perturbées entraînant une hausse des prix des produits alimentaires, un risque accru de famines dans des pays en Afrique , Moyen Orient et Asie surtout (Inde) là où les populations sont les plus denses…

     

    C’est donc ce « nouvel ordre mondial » désormais fracturé, déstabilisé dans ses structures politiques et sociales, dans ses circuits marchands d’échanges, dans ses relations internationales entre grandes puissances, qui fait suite assez brutalement il faut dire, au précédent « ordre mondial » qui était celui en gros, de la période 1980 – 2020…

    Les deux ans de covid 2020 et 2021, question effets économie mondiale et sociaux, ne sont rien en comparaison de ce qui arrive depuis le 24 février 2022, avec la guerre en Ukraine et ses conséquences dont les principales sont l’arrêt des exportations de blé et la diminution significative des exportations russes de gaz et de pétrole du fait des embargos et des pays en guerre la Russie et l’Ukraine…

     

    Avant que la Russie attaque l’Ukraine environ un mois auparavant, je disais qu’en cas d’extension de la guerre (ce qui est déjà le cas depuis avril 2022 avec les livraisons massives d’armes offensives et lourdes à l’armée Ukrainienne), la vie quotidienne que nous connaissons en Europe depuis 1960, et surtout depuis les vingt dernières années, ne sera plus du tout la même…

     

     

  • Les femmes au pays des Talibans

    Burqa

    … La tolérance, l’écoute et la reconnaissance de l’Autre, la prise en compte des diversités culturelles et religieuses, des modes de vie différents des nôtres… Et toute la morale mise en avant pour prôner ces valeurs de tolérance, de reconnaissance des autres…

    NON, NON et NON… À la vue des femmes en burqa !

    J’ose dire ceci – au risque de choquer certains et certaines (que d’ailleurs je soupçonne d’hypocrisie troudebalique à la fragrance de mayonnaise éventée) :

     

    « On n’a jamais fait les génocides qu’il aurait fallu » entre autres qui eussent été à mon avis nécessaires, des Talibans…

    Ces « gens là », les Talibans, quand l’URSS (la Russie d’avant 1989) avait envahi l’Afghanistan, ont été armés par les USA et soutenus par l’Occident anti communiste contre l’armée soviétique…

    Et de même, en 2022 dans la guerre contre l’ Ukraine, l’Ogre du Kremlin recrute des mercenaires Tchétchènes (qui sont des musulmans intégristes fondamentalistes et fanatiques) pour son armée, alors qu’en 1999 le même Ogre du Kremlin avait rasé Grosny et combattu les Tchétchènes… Je me souviens qu’à l’époque, tout le monde en France, en Europe, en Amérique, était scandalisé de ces massacres de civils en Tchétchénie par les Russes ! (Avec le recul, Grosny en cendres et des milliers de tchétchènes tués, ça ne me choque plus du tout, au moins ceux là, liquidés, n’auront pas eu de descendance pour faire des soldats pour l’Ogre du Kremlin!)…

     

    Et dire que, selon ce « consensualisme troudebalique » de la reconnaissance de l’autre, de sa religion, de sa culture, de son mode de vie… La « Gauche » Française en particulier, une bonne partie de la « Droite », l’Extrême Gauche et d’une manière générale toute la société française dans son ensemble passée sous l’arrosage continu des médias… Ont abdiqué en face du fanatisme, des coutumes archaïques de communautarisme, de minorités agressives et revendicatrices… Ainsi on a toléré l’excision pour les filles, le port du voile au collège, au lycée et en Fac, les mosquées fondamentalistes, le statut de soumission de la femme !

     

    Si Voltaire du fond de sa tombe voyait ce que nous avons fait de la tolérance (un torchon sale brandi tel un étendard derrière lequel tout le monde doit courir) il se retournerait, désespéré !

     

    Le « Bien » (autant qu’il est « possible » de le définir, le Bien) n’est pas celui, loin s’en faut, de cette « tolérance sacrilège torchon sale étendard », n’est pas du côté de la complaisance à l’égard de ce qui nous « troue le cul » !

     

     

    … À plus de 60 % le peuple Afghan non « culturo – ethnique Taliban » - qui cependant il faut le dire « avait goûté à la culture occidentale durant 20 ans » - soutient ou adhère au Talibanisme.

    Dans ces conditions, oui, c’est vrai, pour « libérer l’Afghanistan de la domination des Talibans » une intervention dans le genre de celles qui ont eu lieu 2 fois, serait totalement inutile, ne serait d’ailleurs pas la bienvenue du peuple Afghan…

    Aussi, que ce pays, que ce peuple, tant pis pour lui, subisse son sort, puisque son sort il l’accepte (la majorité de la population)…

    En revanche ce que l’on peut faire c’est de les « voir crever » en l’absence de toute aide humanitaire, et donc ces femmes en burqa le ventre vide et battues par leurs maris, et tous ces gens qui n’ont aucune reconnaissance pour ce que notre culture occidentale (qui est ce qu’elle est c’est vrai) leur a apporté…

    Qu’un gigantesque séisme hyper meurtrier détruise tout le pays Taliban et ses habitants, ses imans, ses sorciers, ses égorgeurs, ses marabouts, ses dignitaires et ses fidèles !

     

    … Pour « changer de sujet sans en changer vraiment », en ce qui concerne le Mali, j’approuve vivement le retrait des troupes de l’armée française engagées depuis 2013 au Mali afin de « protéger et de défendre » ce pays, le Mali, de l’incursion des Islamistes de Boko Haran…

    Ces Maliens qui « trouvent que la France se mêle trop de leurs affaires » m’exaspèrent ! Qu’ils ne se plaignent pas de ces islamistes radicaux qui « font la loi » notamment au nord du Mali et même, s’incrustent dans les villes…

    Ils invoquent à hauts cris le colonialisme dominant de la France du temps de l’empire colonial Africain, de la France, mais les aides humanitaires, les bienfaits et les apports dont ils ont bénéficié, cela, ils l’occultent voire le nient…

    Alors, qu’ils se démerdent, à présent, avec leurs « voisins » islamistes, d’ailleurs, ils sont pour la plupart d’entre eux musulmans « mâtinés » de cultures ancestrales et de traditions obscurantistes, de sorcellerie et de gourous…

    Les intellectuels, en revanche, ceux qui reconnaissent ce que la France leur a apporté, les écrivains, les artistes, qui d’ailleurs sont venus en France faire des études, ne représentent qu’une infime partie de la population et ne sont guère trop suivis par des gens du peuple pervertis par les « mauvais côtés » de notre civilisation occidentale (consommation, domination des apparences et de l’argent)…

    Quant aux aides humanitaires, construction d’ écoles, creusement de puits etc. … Désormais, avec l’insécurité et les violences qui règnent au Sahel du fait des Islamistes djihadistes, elles deviennent très difficilement envisageables.

    Et il est regrettable (et ça c’est pas de l’aide humanitaire) que la France et l’Europe leur « largué » du poulet européen d’élevage industriel, qui coûte pas cher et qui concurrence déloyalement leurs productions locales d’élevage !

     

     

  • Projets de vacances, séjours touristiques été 2022

    … Dans les « projets de vacances, loisirs, séjours touristiques » de cet été 2022, par des Français ou par des Européens… J’ai du mal à « comprendre » un éventuel « engouement » pour par exemple, un séjour en Indonésie ou encore la perspective d’un voyage en Inde ou en Chine… Ces pays ayant manifestement soutenu la Russie et donc pas défendu l’Ukraine…

    D’autant plus de surcroît pour la Chine, avec le confinement « draconien » à Shangaï, ou bientôt fortement probable à Pékin (Beijing)…À cause du covid…

    D’une manière générale je ne vois guère « d’un bon œil » tout voyage ou séjour touristique en des pays « qui ne défendent pas l’Ukraine » ou sont « peu, moins, ou non occidentalisés » (donc proches ou neutres par rapport à la Russie)… Que penser de l’accueil (autrement que pour une question de devises, de commerce, de développement économique local dans ces pays là, soutenant la Russie ou neutres par rapport à la Russie), réservé aux touristes, aux étrangers, par les éventuels hôtes, hébergeurs ? « Faussement ou artificiellement chaleureux » dirais- je, l’accueil, en vérité, dans ces pays supposés « de rêve » pour leurs plages, leurs palaces, leurs paysages enchanteurs…

    Pour les USA, le Canada, là je « comprends mieux », d’ailleurs les compagnies aériennes proposent des billets aller/retour à des prix « intéressants » pour la prochaine saison 2022…

     

     

     

  • Agressivité sur la Toile

    … Il y a sur Facebook une autre forme d'agressivité que celle de propos violents, d’insultes et de raccourcis réducteurs ; c'est celle du silence associé à de l'indifférence dans la mesure où le silence laisse supposer à celui ou à celle qui subit le silence, que ce silence est un silence "condamnant", un "silence juge", un "silence de principe" qui se manifeste parce que ce silence est celui d'une "orthodoxie de pensée consensuelle de bon aloi" qui fustige, invalide, ignore sciemment, toute contrevenance à un ordre ou à un mode de pensée consensuel...

    Et, outre cette forme d'agressivité, perfide, invisible mais bel et bien présente mais "humable par ses fragrances en arrière plan du tableau", il en est encore une autre d'agressivité, celle là bien visible et "qui pète fort", c'est celle des apparences et des effets d'image et de langage, de ces "scoops" des uns et des autres en rapport avec leur vie privée, qui, tout cela plébiscité par des "like", envahit la page générale d'accueil de Facebook, et -c'est évident- "enterre" ce qui n'est pas dans l' "orthodoxie d'un mode de pensée" ou qui dénote ou devrait susciter réflexion, partage, être l'objet d'un minimum de considération (pas forcément d'adhésion cependant)...

     

     

  • Il n' y a pas de voie royale

    … Vu du monde (ou de la civilisation) de l’Occident – qui, soit dit en passant, n’atteint pas 1 milliard d’habitants à moins d’inclure l’Amérique Latine ce qui ferait 1,6 milliard de personnes sur la planète - « Tout le monde soutiendrait l’Ukraine, la Russie représenterait le Mal, et la civilisation occidentale serait donc dans le camp du Bien et de la Morale »…

    C’est pourtant loin, très loin d’être le cas, puisque déjà géographiquement parlant, la moitié de la planète soutient la Russie, et à plus forte raison 6 ou 7 milliards d’humains (à commencer par la Chine et l’Inde, et l’Indonésie et l’Iran)…

    Mais ce qui est sûr, absolument sûr et oh combien regrettable et d’une consternante, effrayante réalité, c’est que, autant du côté de la civilisation occidentale d’un milliard de personnes que du côté de la Russie et du pouvoir Poutinien, l’on est bel et bien et dans une domination absolue, dans une « pensée » (ou une vision) orchestrée, formatée, médiatisée, relayée, qui « doit » être partagée par tous…

    La seule différence entre la pensée occidentale et la pensée russe-poutinienne, c’est que les contrevenants en Occident ne sont que conspués ou critiqués ou considérés comme des parias sur les réseaux sociaux (mais ne risquent pas la prison), alors que les contrevenants en Russie poutinienne sont eux, poursuivis, censurés, battus, emprisonnés…

    Cette propension du monde de la civilisation occidentale, chrétienne, consumériste, à se considérer « détentrice d’une vérité fondée sur des valeurs de démocratie, de liberté, et de la Morale » et opposée donc, à un monde anti démocratique, irrite ce monde qui, bien sûr ne se fonde pas sur la démocratie et sur la liberté, mais est avant tout ce que l’on juger de lui, différent…

    Comme j’ai déjà dit et écrit : « il n’y a pas de voie royale, il n’y a que des bateaux – brûlots à perte de vue dispersés dans un immense océan, et chacun de ces bateaux – brûlots se veut l’Éclaireur »…

    Il n’en demeure pas moins – quoi qu’en disent les uns, majoritaires en population dans le monde « non occidental » - que démocratie et liberté pour autant qu’elles soient l’une et l’autre inséparables de la responsabilité de chacun et de tous ; sont un chemin ou une voie, ou un passage, ou un palier… Dans l’Histoire de l’évolution « accidentée » de l’espèce humaine…

     

     

  • Paysage politique de la France

    … Avec 1,7 % au premier tour de l’élection présidentielle, le Parti Socialiste n’existe pour ainsi dire plus dans le « paysage politique » Français…

    Et idem pour le Parti des Républicains (LR) avec 4,7 %…

    Ainsi les deux « grandes formations » politiques qui, jusqu’en 2017, dominaient dans le « paysage politique » de la France, avec l’une environ 25 à 30 % des électeurs (le PS) et l’autre avec à peu près autant – autour de 30 % des électeurs (le LR du temps de Hollande et l’UMP du temps de Sarkozy) ont dès 2017, disparu en grande partie au « profit » (si l’on peut dire) de trois autres formations « remplaçantes » : le Rassemblement National de Marine Le Pen, le LREM autour d’Emmanuel Macron et le LFI (la France insoumise) autour de Jean Luc Mélenchon…

    Cependant en 2017 avec l’élection d’Emmanuel Macron (dont bon nombre d’électeurs « par défaut »), c’est le LREM qui a obtenu la majorité à l’Assemblée Nationale (263 sièges)… Lesquels LREM il faut dire, ont vu arriver avec les LREM « convaincus » et donc ralliés à Emmanuel Macron, un certain nombre des Socialistes et des Républicains…

    Pour les élections législatives des 12 et 19 juin prochains, le PS étant réduit à « peau de chagrin » comment pourrait-il conserver encore ses 25 élus de 2017 et, à plus forte raison espérer pouvoir faire élire environ 70 de leurs prétendants « ralliés » aux Insoumis de Jean Luc Mélenchon ?

    En 2017 il y avait pour la Gauche en tout à l’Assemblée Nationale, 25 PS, 17 FI, 15 Gauche démocrate et républicaine soit 57 élus…

    « Pesant » seulement 1,7 % des électeurs, le PS n’est guère en « bonne posture » - loin s’en faut – pour revendiquer quelque indépendance et liberté et existence que ce soit, en face du bloc de 22 % des électeurs de Jean Luc Mélenchon…

    Quant au Rassemblement National, avec 23 % des électeurs de Marine Le Pen au premier tour, il est fort probable qu’à la prochaine Assemblée Nationale, ils soient au moins 40 ou 50 ou plus, d’élus (8 en 2017)…

     

     

  • L'armée russe en difficulté dans le Donbass

    … L’armée russe depuis le 24 février, aurait perdu 25 % de ses soldats… Soit dit en passant, bon nombre de ces soldats engagés (l’équivalent si l’on peut dire de nos « deuxième classe Français ») sont des jeunes et moins jeunes hommes en situation de précarité, de chômage, que les autorités militaires sont allé chercher dans les campagnes où règne une grande misère sociale, ou encore dans les quartiers les plus défavorisés des villes, autour de Moscou entre autres…

    Une solde d’environ 250 euros par mois en effet, permet à ces jeunes et moins jeunes hommes, de subvenir aux besoins de leur famille…

    Ces troupes en général d’infanterie, les plus exposées en ligne de combat, sont mal formées, mal encadrées, et le « pouvoir Poutinien », les chefs de corps, généraux, colonels etc. … En somme les états majors de l’armée russe en haut lieu, se foutent complètement du sort de ces soldats de « deuxième classe », et les méprisent, faisant peu cas de leur sort sur le champ de bataille…

    Ce sont ces soldats là qui, en très grande majorité, perdent la vie sur les terrains de combat.

    Certes il y a bien quelques généraux, un certain nombre de gradés, qui sont morts au combat, souvent brûlés vifs dans leurs engins, chars, avions, camions détruits par des missiles de l’armée ukrainienne… Mais ce sont bien les soldats de deuxième classe, issus du peuple, de ce peuple russe que méprise l’ogre du Kremlin, qui « en prennent plein la poire, le ventre, les entrailles »… Dont on ne retrouve d’ailleurs pas les corps…

    Il faut imaginer ces troupes composées de gens en situation de misère et de précarité dans leur vie quotidienne au fin fond de leurs campagnes ou dans les banlieues populaires de grandes villes, arrivant en Ukraine, autour de Kiev et ailleurs, un pays « riche » comparable à la France et l’Allemagne question commodités, accès à des produits de consommation ; quand ils voient ces belles maisons, toute cette richesse, ces magasins (tout ce dont ils manquent chez eux)… Que ne peuvent – ils faire d’autre que piller, saccager, s’approprier ?

    En ce qui concerne les atrocités, les brutalités, la barbarie, les viols, les violences infligées par les soldats de l’armée russe aux civils Ukrainiens, cela ne peut être pire que ce qui s’est passé en France 228 ans plus tôt en 1794 dans l’Ouest Breton, Nantais et vendéen lorsque les armées de la République Française ont exterminé des populations entières de villages, torturé, étripé, guillotiné, fusillé, brûlé des femmes et des enfants par dizaines dans de grands fours à pain, précipité des gens vivants dans des puits, ouvert des ventres de femmes enceintes et percé des fœtus à la baïonnette, écrasé des bébés sous les sabots des chevaux, et tanné la peau des victimes pour en faire des pantalons et des sacs à main !… Non, cela ne peut être pire – en fait, les atrocités commises par l’armée de la République dans l’ouest breton, nantais et vendéen en 1794/1795, sont parmi celles, de ces atrocités, les plus inégalées dans l’histoire de l’humanité…

     

     

  • De quelle "dictature" entendons nous parler ?

    … Dans la circonscription électorale du département des Landes (il y en a dans les Landes deux) où je vote, il est hors de question, le dimanche 19 juin 2022 au second tour, en cas de duel entre un LREM et un RN, que je dépose dans l’urne, un bulletin LREM – dans le cas d’un tel choix à faire entre LREM et RN, je déposerai un bulletin blanc – au risque de l’élection pour ma circonscription, d’un député du Rassemblement National…

    De toute manière en cas d’élection d’un RN, le pouvoir de cet élu du RN sera forcément limité, du fait d’un pouvoir exécutif (du Gouvernement) dirigé par le président élu Emmanuel Macron… En conséquence rien ne changera au sujet par exemple, de la liberté d’expression, donc pas de risque d’être censuré sur Facebook pour des propos ou pour des publications personnelles contrevenant à la pensée dominante, à la politique menée dans la circonscription, ou à quelque consensus que ce soit autour duquel se rallie une majorité de gens…

    Par le passé, dans les deux circonscriptions du département des Landes, du temps du Chiraquisme, puis du Hollandisme, où dominaient les socialistes – ou la Gauche en général- dans le département des Landes ; les artistes, les écrivains, les poètes locaux, notamment lors de manifestations culturelles et spectacles, festivals, salons du livre, etc. … « N’avaient déjà le vent en poupe », localement, que s’ils étaient « référencés », plus ou moins soutenus ou promus par les médias locaux… Ce qui excluait les marginaux, les « trop en dehors des clous »…

    Je ne vois guère, question médiatisation ou promotion éventuelle (très éventuelle) de quelque personnage peu connu produisant des œuvres de musique, d’écriture, de poésie… Ce que cela changerait avec un élu RN dans les Landes…

    « L’on » (les gens en général et toutes générations confondues) seraient comme d’ailleurs ils l’ont toujours été, toujours aussi indifférents, aussi « zappant »…

    C’était patent du temps où durant de longues années, les élus « de gauche » dominaient… Comme quoi la Gauche à l’égard des marginaux et des « en dehors des clous » n’a jamais fait « mieux » que la Droite, que le Centre, que ne l’aurait même fait une « Gauche plus à gauche » ou une « droite plus à droite »…

    Il faut dire, et c’est bien cela au fond le plus important, que, Droite, Gauche ou Centre ou LREM ou RN, dans notre pays la France, nous ne sommes question liberté d’expression sur les réseaux sociaux, les sites, les blogs, sur internet… Ni chez Poutine ni chez Erdogan ni chez Xi Jinping…

    Cependant il ne manque guère dans ce pays, la France, de gens sans cesse revendiquant, gesticulant, giléjaunant, pourfendant, manifestant, anti ceci/anti cela, criaillant, vociférant… Pour dire et jusqu’à affirmer que « nous sommes dans une dictature »…

    Dictature des médias, des lobbies, des géants de l’internet et du numérique, des banquiers, de la finance, de l’argent, des grands groupes pharmaceutiques, industriels, agricoles, équipementiers, dictature des géants de l’énergie (gaz, pétrole, électricité, eau)… Cette dictature là oui cent fois oui elle existe, elle est bien présente et dominante, partout sur la planète… Donc pas rien qu’en Chine, rien qu’en Russie, rien qu’aux USA…

    Mais la « dictature » (notez les guillemets) que l’on « subit » (renotez les guillemets) en France, cette « dictature » là nous laisse bien nous exprimer sur internet, que je sache ! Ainsi que dans la rue, au bistrot du coin, en place publique, en salle ou en extérieur !

     

  • L'évolution de la société "ne va pas dans le bon sens"

    … Lorsque l’on vit en de mêmes environnements de lieux, de connaissances, de famille, d’amis et que l’on rencontre chaque jour à peu près les mêmes personnes, l’on ne peut guère prendre la mesure exacte de l’évolution de la société, sinon en se fondant sur des « à priori » ou sur ce que l’on entend dire autour de soi, qui incite à penser que l’évolution de la société « ne va pas dans le bon sens »…

    Ce sont surtout et presque essentiellement les restaurateurs, les cafetiers, les hôteliers, les gérants d’établissements d’hébergement, les propriétaires de maisons d’hôtes, les commerçants, les forains, exerçant leur métier dans des lieux touristiques ou de passage assez régulièrement fréquentés, qui peuvent eux, témoigner, observateurs qu’ils sont des comportements des gens qu’ils rencontrent…

    Si je m’en tiens – sur disons les six derniers mois – aux déplacements que j’ai effectués, et donc aux personnes de ces métiers de restauration, d’accueil, d’hébergement, avec lesquels j’ai pu parler et que j’ai écoutés ; il ressort assez nettement que l’évolution de la société – de la société Française en l’occurrence – et cela toutes générations confondues (mais peut-être un peu moins parmi les gens de plus de 60 ans, ainsi que de jeunes couples avec enfants)… Que cette évolution ne s’opère pas vraiment dans le bon sens… Question comportements, réactions d’impatience, d’incivilité, d’individualisme, de propos, de gestes, d’attitudes… Cela jusqu’à de l’agressivité ou de l’arrogance, parfois générant des situations et des incidents où se manifeste de la violence.

    C’est là, bien là hélas, une tendance « lourde » depuis surtout début 2020 quoiqu’en fait cela s’observe en réalité depuis plusieurs années déjà…

    Les longs déplacements en voiture, en car, en train, en avion ; la fréquentation de lieux très visités où se déroulent des fêtes, des spectacles, toutes sortes de manifestations sportives ou culturelles en espaces ouverts notamment ; deviennent souvent des « parcours du combattant », avec de l’inquiétude, du stress, de la fatigue, tout cela sur fond de prescriptions, dispositions particulières, réglementations contraignantes, restrictives, complexes et générant des comportements des uns et des autres, d’impatience, d’agressivité, d’incivilité…

    Je suis assez perplexe au sujet de l’annonce faite en particulier dans un des derniers JT de 20h à la télé, sur la prochaine « grande saison touristique » de cet été 2022 en France, qui « devrait être bien meilleure » que les précédentes saisons d’été d’avant 2019…

    Si en effet dix millions de Français et plus, vont cet été « partir en vacances » il n’en demeure pas moins que dix millions d’autres dont les budgets sont très limités voire inexistants, ne partiront pas…

     

     

  • Avec 280 caractères au lieu de 140, le gazouillis de l'oiseau bleu va s'étoffer

    … Elon Musk, né le 28 juin 1971 à Pretoria (Afrique du Sud), qui vient de racheter Twitter pour 44 milliards de dollars ; milliardaire Américain (USA) dont la fortune est estimée à 273 milliards de dollars, est l’homme le plus riche de la planète, ayant dépassé Jeff Bezos le patron d’Amazon…

     

    Il a « sans sourciller » accepté de verser au Trésor américain 14 milliards de dollars et - je ne sais ce qu’il en sera réellement de sa politique de gestion et de réaménagement de Twitter – mais désormais l’on pourra « twitter » non plus seulement en 144 caractères mais en 280…

     

    Avis aux amateurs, donc, sur Twitter, pour de « petits textes un peu plus étoffés » !

     

    En comparaison – toutes proportions gardées – des autres milliardaires de la planète, dont Jeff Bezos, en fonction du montant de leur fortune en milliards de dollars, Elon Musk est disons, fiscalement parlant, « honnête »…

     

    Soit dit en passant, en ce qui concerne la popularité (en nombre d’utilisateurs) de Twitter , sur 435 millions d’utilisateurs dans le monde, la France est « significativement bien placée » puisque 16 millions de Français sur 68 millions ( 1 sur 4 ) utilisent Twitter – alors qu’aux USA 38 sur 336 millions (1 sur 10)…

     

  • Sud Ouest Landes 26 avril 2022

    … L’on pouvait lire en première page du journal Sud Ouest édition Landes, ce mardi 26 avril 2022 : « Le vote Le Pen fait tache d’huile en pays tarusate » … 50,2 % des personnes ayant voté à Tartas, pour Marine Le Pen…

    Le journal Sud Ouest a donc -à mon sens – intentionnellement et délibérément ? - « mis en avant » le fait qu’en pays tarusate, une majorité d’électeurs se soient prononcés pour Marine Le Pen au second tour des élections présidentielles le dimanche 24 avril 2022…

    Si c’est le cas, je pense que la direction de Sud Ouest pour son édition Landes, a « bien fait »…

    Et… Je ne pense pas que les électeurs de Marine Le Pen à Tartas et dans les communes environnantes, ont apprécié outre mesure ce titre en première page du journal « Le vote Le Pen fait tache d’huile en pays tarusate » … Sachant que, par ailleurs dans le département des Landes, notamment à Dax, Mont de Marsan et dans d’autres villes, c’est Emmanuel Macron qui obtient un peu plus de 50 % des voix…

     

    À Tartas il n’y a pas d’arabes, pas d’immigrés, juste quelques citoyens incivils comme partout en France… Mais il y a… Les gitans…

    Et les gitans, « dans le pays » « on ne les a jamais beaucoup aimés »… Tenus pour responsables de tous les méfaits, vols, chapardages, cambriolages, trafics divers…

     

    Je « subodore » donc que, à Tartas, l’on fait plus cas d’un rejet de « certaines populations jugées indésirables » (et de l’insécurité en cause)… Que du fait du mépris, de la condescendance, de l’indifférence manifestés par les gens du pouvoir en place (un « mélange de droite/gauche/LREM » jugé « trop laxiste » et surtout méprisant pour les « petits »)… Mais, soit dit en passant, les aides du Gouvernement pour les employeurs, pour les commerces, les entrepreneurs, les personnes ayant vraiment été impactées par la crise du covid avec les confinements et les pertes subies ; ces aides que je sache n’ont pas été négligeables ! (même si il y a eu « quelques ratés »)…

     

     

  • Accueil et hébergement de réfugiés

    … Quelques témoignages dont j’ai eu connaissance, au sujet de l’accueil et de l’hébergement de réfugiés Ukrainiens, m’incitent à une réflexion relative à ce qu’implique dans la vie au quotidien, le fait d’héberger chez soi, par exemple 4 personnes : une femme d’environ 35 ans avec ses deux enfants l’un 6 ans, l’autre 11 ans ; et la mère de cette femme, âgée elle, de 70 ans…

    Un « cas de figure » pour ainsi dire, tout à fait possible et qui doit être assez fréquent, puisque les réfugiés Ukrainiens sont en général et en très grande majorité, des femmes et des enfants ; en effet les hommes étant demeurés au pays pour combattre, intégrant l’armée Ukrainienne…

    Déjà, pour accueillir 4 personnes, il faut avoir de la place dans sa maison, au moins une pièce aménageable dans laquelle on peut installer 4 lits, quelques chaises, et de quoi ranger les effets personnels (vêtements et objets) des uns et des autres.

    Ensuite, et cela tous les jours, matin, midi et soir, il y a les repas, la nourriture à préparer, et donc, une quantité assez importante de produits alimentaires à acheter… Donc de la dépense d’une part, et du travail d’autre part… En supposant que les accueillants et que les hébergés, tous ensemble, participent aux tâches quotidiennes… En ce qui concerne cependant l’achat des denrées, des produits alimentaires, l’on imagine mal les hébergés, partis de chez eux en Ukraine avec tout juste des sacs de voyage, financièrement pourvus (par exemple de quelques centaines d’euro, d’une carte de paiement)…

    Ensuite, encore, il y a forcément le problème (d’une manière ou d’une autre posé) de la proximité et de ce qu’implique, dans la relation, au quotidien, surtout au bout de 2 mois, dans la perspective d’une durée longue, le fait de vivre en commun à plusieurs, par exemple 6 personnes dans une même maison… La communication, l’échange : les accueillants ne connaissant pas un seul mot d’Ukrainien ou de Russe (et en plus « ça s’écrit dans un alphabet différent, le cyrillique)…

    Nécessairement pour accueillir des réfugiés (Ukrainiens ou autres ) dans les meilleures conditions possibles, la bonne volonté seule des accueillants ne suffit pas : il faut en plus des aides financières (de l’État, de la collectivité territoriale, des Associations, etc.) et aussi, des gens qui aident, pour les tâches au quotidien…

     

     

  • La réalité du choix électoral

    … 48,7 millions de Français sont inscrits sur les listes électorales mais 34,96 millions d’entre eux ont exprimé un choix en déposant un bulletin dans l’urne.

    Sur ces 34,96 millions de bulletins déposés, 20,34 millions ont été des bulletins portant le nom d’Emmanuel Macron et 14,4 millions un bulletin Marine Le Pen.

    Et selon cette répartition entre 20,34 et 14,4 ; il y aurait 0,22 (220 000) bulletins blancs ou nuls.

    13,74 millions de Français ne se sont pas déplacés pour voter.

     

    Sur les 20,34 millions de personnes qui ont voté pour Emmanuel Macron, il n’y en a en réalité que la moitié – 9,98 millions – (du 1er tour), qui adhèrent à la vision de la France, de la société, d’Emmanuel Macron et soutiennent ou approuvent la politique de ce dernier…

    L’autre moitié, 10,36 millions de Français, ont voté pour bon nombre d’entre eux, non pas POUR Emmanuel Macron mais CONTRE Marine Le Pen.

    « On va dire » (je vais dire) que sur ces 10,36 millions de Français ayant voté Emmanuel Macron, 5 millions d’entre eux « acceptent quand même » 5 ans de plus avec Emmanuel Macron – sans être pour autant des convaincus loin s’en faut…

     

    Ce qui fait, en gros, d’un côté, une France toutes régions confondues, de 15 millions de personnes…

    MAIS d’un autre côté, une France de 28,14 millions de personnes qui n’ont pas voté, pas voté du tout , pour Emmanuel Macron (dont les 13,74 millions abstentionnistes)…

    Dans les 14,4 millions de personnes ayant voté pour Marine Le Pen, il y en a 6 millions qui viennent d’électeurs du 1er tour… Dont environ 1,5 million des partis de gauche…

    Ainsi d’un côté 15 millions dont 10 « sûrs » et d’un autre côté presque 30 millions dans une opposition ou contestation manifeste… C’est cela la composition en gros, de la société Française actuelle.

    Reste la question de la représentation à la prochaine assemblée législative : la pression (médiatique et officielle) déjà « orchestrée » par le pouvoir en place, soit une pression exercée afin qu’une majorité se dégage autour du président élu, peut-elle avoir pour conséquence le fait que seulement 10 millions (15 au plus) de Français soient représentés ? (cela est très possible)…

     

    Messe et contre messes n’ont pas fini d’être dites et redites…

    La messe de la grande orthodoxie s’articulant sur les 58,2 % pour Emmanuel Macron

    Les contre messes des schismes…

     

     

  • Les réseaux sociaux

    … Des trente réseaux sociaux les plus utilisés dans le monde, six d’entre eux seulement dépassent le milliard d’utilisateurs :

     

    Facebook 2,91

    Youtube 2,29

    WhatsApp 2,00

    Messenger 1,3

    Instagram 1,28

    WeChat 1,22

     

    Twitter n’arrive qu’en 17ème position avec 0,39 milliard ( 391 millions ) derrière Pinterest (15ème) avec 0,46 milliard ( 459 millions )…

     

    … Il est vrai que Twitter a un « assez gros défaut » par rapport - en particulier – à Facebook en ce sens que Twitter avec ses 140 caractères par post, ne permet en aucune façon de développer une pensée, une réflexion, de s’exprimer sur un thème d’actualité…

    En conséquence Twitter n’est pas fait, pas fait du tout, pour les poètes, pour les penseurs, pour les écrivains – quoique certains écrivains parmi les plus connus soient sur Twitter, produisant à l’occasion – comme d’ailleurs les politiques, les journalistes, les personnages médiatisés… leur « petite phrase »…

     

    Quoi qu’il en soit, de tous les réseaux sociaux, et donc des six d’entre eux les plus utilisés dans le monde, il faut dire que plus de 90 % des utilisateurs privilégient l’image, la photo, l’effet immédiat – en ce sens c’est Instagram le champion des champions…

     

    Le paradoxe, donc les deux faits contradictoires, des réseaux sociaux – et plus généralement de l’internet – c’est que, d’un côté les réseaux sociaux et l’internet permettent à chacun de s’exprimer librement sans avoir besoin de passer par un intermédiaire qui jadis, pouvait être par exemple la page lecteurs d’un quotidien régional, une maison d’édition (avec un livre, une œuvre, un document publié) ; de s’exprimer non seulement librement mais dans l’instant et étant visible partout – alors que jadis par un intermédiaire il fallait déjà être sélectionné parmi des dizaines d’expéditeurs et ensuite attendre d’être publié…

    Mais d’un autre côté, la part d’aléatoire qu’il y a dans la réalité, à être lu, à être vu, et à plus forte raison à être suivi par un certain nombre de personnes, est absolument considérable…

    Autrement dit avec les réseaux sociaux et avec l’internet, tu es effectivement libre et tu ne dépend de personne pour t’exprimer, mais si tu n’as pas – sur Facebook, sur Twitter, sur Instagram etc. … - un potentiel suffisant de gens abonnés à ta page (une « clientèle » en quelque sorte), ce ne sera jamais au grand jamais il faut le dire « Tartempète de Sainte Tarte de la Midoue » qui fera la démarche de recherche pour savoir si oui ou non tu produis quelque chose sur internet…

    En définitive la part d’aléatoire qui existe, à être vu ou à être lu sur la Toile, est peut-être plus grande encore que la part d’aléatoire qu’il y avait jadis à être publié dans la presse, dans un journal, dans une revue, ou par une maison d’édition…

     

    D’autre part, et c’est sans doute le plus grand défaut des réseaux sociaux et de l’internet en général… La facilité, l’immédiateté de la communication, avec toutes les innovations technologiques les plus performantes, dans la dépendance que l’on a aux appareils qui permettent de communiquer, de produire, de s’exprimer… Ne rapproche pas les gens entre eux, qui ne se voient plus, ne se parlent plus, ne se « visagent » plus…

    Bien sûr, avec WhatsApp et avec Messenger – ou Skype – on peut se « voir » alors que l’on est séparé par des milliers de kilomètres… Mais un visage même animé, sur un écran de smartphone ou d’ordinateur, ce n’est qu’une image, un reflet, que l’on ne peut toucher, qui n’est que virtuel…

     

    Il n’existe pas et d’ailleurs il n’existera jamais de chercheurs, d’explorateurs, des sortes d’archéologues de la Toile, s’attachant aujourd’hui ou qui demain, dans 20, 30 ou 100 ans, s’attacheront à « exhumer » ou à faire ressortir, mettre en valeur, des productions particulières des uns et des autres parmi tant de centaines de millions de posts, d’images, d’écrits divers… Il est difficile d’imaginer un tel travail de recherche se faire, pour autant qu’il existerait réellement des « sortes d’archéologues »…

     

    Les réseaux sociaux ont « le vent en poupe » - tant que la Terre et que l’humain dureront, et que les outils technologiques fonctionneront… Mais le « vent » de la relation humaine, à la proue du « navire Terre » se fait moins fort sur les visages…

     

     

  • Le saviez vous ?

    82182713 880254832393876 568957650595741696 n

    … À cette époque là, entre 1945 et 1950, en France l’on manquait de tout, nos villes étaient en ruines, il fallait tout reconstruire, les voies de chemin de fer, les routes, les ponts, les maisons, les bâtiments…

    Les salaires étaient très bas parce que la plupart des entreprises, privées ou d’état, ne gagnaient pas assez d’argent pour bien payer les gens et que dans les budgets des entreprises, la part dédiée à l’investissement était considérable par nécessité…

    Il y avait encore jusqu’en 1950 des tickets de rationnement pour les produits alimentaires…

    En gros, dans la France de 1945/1950, c’était pire encore question ruines, destructions, pénuries, que dans l’Ukraine de 2022…

    Et c’est pourtant dans cet environnement de pauvreté, de pénuries, de dévastations, de ruines, de reconstruction, de difficultés de vie au quotidien pour des millions de gens, qu’Ambroise Croisat ministre du travail de l’époque, et que le gouvernement de la France de l’époque, ont pu réaliser cette œuvre absolument gigantesque dans des conditions très défavorables, cette immense œuvre sociale, avec notamment la Sécurité Sociale, la médecine du travail, la retraite par répartition…

    Que ne pourrait-on point faire, alors, dans le contexte économique de 2022, qui n’a rien de comparable au contexte économique de 1945 !

    Depuis cette « époque héroïque » 1945/1950 ; notamment après 1960, l’on voit bien que les dominants, que les grands propriétaires, que les lobbies, que les trusts internationaux, que les marchands d’armes, que les trafiquants de toutes sortes, que les géants de l’industrie et de l’agriculture, de la pharmacie, de la chimie et du tourisme de masse, avec leurs capitaux et leurs actionnaires, auxquels il faut ajouter les géants du Web et du numérique… Ont raflé les mises et se sont gavés ! Et que même si le contexte économique actuel est « un peu moins favorable en 2022 » « Ils » (les dominants et les possédants) continuent de réaliser des profits et de rémunérer les actionnaires !

     

  • Populisme : définition, implication, conséquences ...

    … Le populisme est une attitude politique cherchant à attirer la sympathie du peuple par des mesures sociales populaires.

    C’est une idéologie mise en avant par certains partis politiques très engagés – autant de droite que de gauche – qui se fonde sur le peuple.

     

    Ce fut par exemple, à la fin du 19ème siècle en Russie, un mouvement politique qui, après la révolte du peuple à Moscou en 1905, durement réprimée, a mené en 1917 à la chute du Tsar Nicolas II en février, à une révolution plus bourgeoise que vraiment populaire au départ, puis à la révolution bolchevique d’octobre 1917…

     

    Dans un premier temps, comme d’ailleurs en France en 1789 et jusqu’en 1793, c’était, en Russie en 1917, une révolution qui a porté le peuple au pouvoir…

     

    Mais un peuple c’est un ensemble de milliers, de dizaines de milliers, de centaines de milliers, de millions de personnes qui, pour gouverner, doit forcément désigner – en principe par des élections – des représentants (par exemple des délégués, des commissaires de quartier, de ville, de zones de population ; ou encore des porteurs de parole et des représentants d’ateliers, de métiers, d’usines, ou des coopératives ouvrières, agricoles tenues par des assemblées… Parce que mille ou dix mille personnes ne peuvent siéger ensemble -il faut être un orateur, quelqu’un de très actif, un meneur, un personnage influent, pour « représenter »)…

    C’est ce qui s’est passé en 1793 en France ainsi qu’en 1917 en Russie, avec les comités, les commissaires du peuple et autres désignés… (Système de gouvernement « par le peuple » forcément différent d’un gouvernement par une Assemblée d’élus soit des députés de circonspections électorales pouvant constituer une majorité)…

     

    Dans le cas de Marine Le Pen et du Rassemblement National, c’est bien le peuple qui est appelé et qui – en principe – doit gouverner, doit décider de son destin, de ses affaires (et non une assemblée de décideurs composée de gens qui font peu cas du peuple)… Cela ressemble assez à ce que fut le mouvement national socialiste en Allemagne avec Hitler dans les années 1930 - quoi qu’Hitler concentra en fait le pouvoir autour de sa personne et de ses plus proches collaborateurs ; cela ressemble aussi à ce que fut l’idéologie Bonapartiste après 1799, avec le consulat, puis pour finir l’Empire de Napoléon… Cela avait aussi ressemblé – dans un contexte de violence et de menace d’invasion de la France par des puissances étrangères – au régime politique de 1793 débouchant sur la Terreur… Cela ressemble encore à ce qui s’est passé en Russie après 1917 et notamment avec Staline au pouvoir en 1924…

     

    Autrement dit le populisme mène en général à la dictature alors qu’au départ, il est un mouvement populaire et qu’il se définit « gouvernement par et pour le peuple »…

     

    Je ne suis pas surpris que 20 % - et peut – être plus – des électeurs de Jean Luc Mélenchon envisagent de voter dimanche 24 avril pour Marine Le Pen… Parce que, finalement, question mesures sociales (pouvoir d’achat, souveraineté du peuple) il y a des points communs entre Marine Le Pen et Jean Luc Mélenchon…

     

    Un système de gouvernement qui s’articule sur une assemblée d’élus (de députés) autour d’un président et de ministres formant l’exécutif de ce gouvernement ; s’il n’est pas plébiscité par une majorité de la population , conduit forcément à la domination d’une minorité de décideurs, une minorité n’étant plus représentative des composantes réelles et majoritaires, de la population…

     

    Un système de gouvernement qui s’articule sur une souveraineté du peuple faite de délégués, de représentants locaux, de comités de quartier, d’associations ou de cités – donc de personnes devant forcément être choisies et élues par les gens du « local » ou de la cité , conduit forcément à une domination de meneurs qui entraînent à leur suite les gens du « local » ou de la cité… De telle sorte que le pays, que la nation, se retrouve dans la même situation de dominance par une « caste » dirigeante s’attribuant des avantages, des privilèges…

     

    La démocratie est un exercice difficile qui nécessite la présence de deux facteurs absolument essentiels pour déjà qu’elle puisse exister et qu’ensuite elle puisse durer :

    -L’intelligence et la réflexion dans la relation

    -Le partage et la transmission du pouvoir

     

    Et l’on peut ajouter à cela, l’intérêt collectif plutôt que l’individualisme mais sans le rejet ou le mépris de l’individu en tant que personne humaine…

     

     

  • Entre la peste et le choléra

    … La peste et le choléra sont des maladies bactériennes, pas des maladies virales…

    Faire le choix – comme on dit à propos de l’élection présidentielle de 2022, entre la peste et le choléra peut importe de Marine Le Pen ou d’Emmanuel Macron qui est la peste ou le choléra – n’a pas de sens puisque la peste et le choléra sont des maladies sinon éradiquées du moins actuellement peu présentes sur notre planète…

    Cela dit, certaines bactéries, qui elles, sont présentes et actives sur notre planète, sont plus dangereuses que des virus (à l’exception bien sûr des virus du genre Ebola ou du sida, contre lesquels on cherche toujours un vaccin depuis bien des années)…

    Le Poutinisme, le Al Bacharisme, l’Erdoganisme, la Lobbytique, l’Islam radical… Sont des bactéries dangereuses… Ainsi que tous les fondamentalismes s’articulant sur des interprétations et édictant des règles (religions et idéologies) ; et que la dominance civilisationnelle et économique de marché autant occidentale USA Europe et monde, que non occidentale Chine Russie et leurs alliés dans le rejet de la démocratie…

     

     

  • Avant d'aller voter dimanche ...

    … Avant d’aller voter ce dimanche 24 avril 2022 – ou de ne pas voter ou de voter blanc ou nul – regardez votre portefeuille financier (si vous en avez un c’est à dire en plus de votre compte courant et de votre compte épargne livret A Codevi Plan épargne logement Livret populaire ; un compte en produits obligataires et actions tout cela dépendant de la Bourse et versant des dividendes ou un intérêt périodique)…

    Regardez bien alors, la composition exacte et détaillée (dans la notice informative du document que vous a remis votre banquier ou agent financier) de ce portefeuille en obligations et actions…

    Il se peut que le nom (ou le terme) qui apparaît pour désigner le fonds en question, ne soit pas explicite en ce sens qu’il n’indique pas clairement si ce sont là des actions de groupes pharmaceutiques, de groupes de maisons de retraite EHPAD – Korian/Orpéa/Domus – ou de grosses sociétés cotées en Bourse (Total, Vinci, Gasprom etc.) distribuant de confortables dividendes…

    Si cela est le cas, et si vous percevez de tels dividendes – ne serait-ce que de quelques centaines d’euros – alors, que vous ayez voté Jean Luc Mélenchon au premier tour, ou que vous votiez Marine Le Pen par rejet d’Emmanuel Macron au second tour ; vous êtes en « porte à faux » par rapport à vos convictions de « souveraineté d’un peuple auquel le Pouvoir rendrait son argent en, notamment, prenant sur les dividendes, les profits de ces sociétés pharmaceutiques et autres grands groupes produits énergétiques » …

    Cela dit, je ne pense pas que le gouvernement de Marine Le Pen (qui devra compter avec une Assemblée Nationale composite ) remettra en cause la dominance des lobbies et des très riches, grands possédants (pour cela il faudrait une vraie révolution mondiale, de tous les peuples se levant)…

    Cela dit, encore, ce sont dix millions de Français (ce n’est pas rien) qui n’ont pas, pas du tout, de « portefeuille financier » parfois même exclus par les banques, sans compte courant ou avec des cartes de crédit à débit immédiat fonctionnant comme des porte monnaies…

    Et ce sont autant de millions de Français sinon plus – de 10 millions – qui eux, peuvent toujours dépenser, consommer, même en calculant peu ou prou, et qui ont en plus d’un compte d’épargne – du moins pour certains d’entre eux – un « petit » portefeuille financier… Soit dit en passant personne ne regarde, ne lit la fameuse notice informative – si toutefois leur banquier la leur fournit – au sujet de la composition du fonds ou des produits désignés par un terme abstrait… ( J’ai été conseiller financier clientèle à la Poste du temps où la Poste n’était pas encore la Banque Postale et je sais ce qu’il en est des « politiques de développement » des organismes financiers ! )…

     

  • Réflexion sur l'abstention

    … Il est possible qu’au soir 20h du dimanche 24 avril 2022, lorsque tous les bureaux de vote seront fermés ; qu’environ 30 % des électeurs se seront abstenus ou auront déposé dans l’urne un bulletin blanc ou nul…

    Quelle légitimité, alors, avec un taux de participation plus proche de 60 % que de 70 %, pour le président – ou la présidente – élu(e) ?

    Notamment avec, deux mois plus tard, lors de l’élection des députés de l’Assemblée Nationale, la constitution d’une majorité parlementaire autour du président ou de la présidente élu(e)…

    En effet, quelle majorité, avec un tiers, par exemple, d’élus du Rassemblement National ; un tiers d’élus de la gauche de Jean Luc Mélenchon et un tiers d’élus de la République en marche ?

    Il y a bien à mon sens, deux argumentations aussi justes et aussi pertinentes l’une que l’autre, au sujet de l’abstention – ou du vote blanc ou nul :

    La première est celle qui s’appuie sur le fait évident que, si l’on se déclare indifférent ou opposé à la politique de l’un comme de l’autre, et qu’en conséquence l’on refuse de prendre parti et de s’abstenir ; alors dans la réalité comme dans le fait, la politique de l’un ou de l’autre s’intéressera forcément et obligatoirement à nous qui avions exprimé notre indifférence, ou notre « non choix »…

    La deuxième est celle qui se fonde sur l’idée que, si une partie des électeurs refuse de choisir en s’abstenant, le président ou la présidente élu(e) n’aura pas d’autre légitimité que celle conforme à la règle selon laquelle le président ou la présidente élu(e) obtient 50 % plus une voix, des électeurs ayant exprimé leur choix…

    La première argumentation implique que l’on doit faire un choix, parce que la politique menée aura un impact sur notre vie quotidienne.

    La deuxième argumentation implique une remise en cause de la légitimité de l’élection de l’un ou de l’autre… Mais il est certain que cette légitimité remise en cause dans le ressenti de la population, sera reconnue dans la règle qui prévaut, et ne pourra donc pas être contestée…

    Reste la question de la responsabilité ou de l’irresponsabilité de l’électeur en face du vote à exprimer…

    N’est-on pas responsable de son irresponsabilité ?

     

  • Les amis et les liens de fidélité

    … Les amis ne sont plus que des « amis » et les liens de fidélité se sont rompus, ont disparu ou se sont défaits ou se sont dénaturés…

    Ce sont là, deux des caractéristiques principales de l’époque où nous vivons.

    Mais il y a indéniablement, cette obstination de quelques uns sur cette planète, d’anciens comme de jeunes parmi les vivants d’aujourd’hui, à ce que les « amis » redeviennent des amis, et à ce que se rétablissent les liens de fidélité, et cela dans la conscience aiguë d’un retour possible du lien durable en dépit d’un environnement social hostile d’individualisme et de domination des apparences…

    Une obstination il faut dire, déterminée, agissante, souvent dispersée et inorganisée, ressentie par des anciens comme par des jeunes, comme étant indispensable ; aussi peu partagée qu’elle soit par la plupart des humains d’aujourd’hui…

    Il arrive que le combat mené afin que le lien se rétablisse et que les « amis » redeviennent des amis, soit un combat désespéré et comme d’avance perdu…

    Mais le combat ainsi mené, désespéré et comme d’avance perdu, n’est jamais vain parce qu’il aura toujours des spectateurs qui témoigneront… Et sans doute, poursuivront le même combat…

     

     

  • C'est l'intelligence qui fait le tri de ce qui est exprimé ...

    Liberte expression

    … Sans aucune restriction, sans aucune interdiction, sans aucune limitation – et cela quoiqu’il soit exprimé y compris le pire, le plus abject, et sous quelque forme de langage que ce soit – la liberté d’expression implique de par même son existence, l’acceptation de la confrontation de ce qui est exprimé en face d’un ou de plusieurs interlocuteurs…

    Refuser la confrontation, ou ne pas prendre le risque de la confrontation, en se taisant ou se limitant fortement à dire, à écrire ; c’est en quelque sorte, se résoudre à, comme sur une scène de théâtre, jouer le rôle d’un comédien dont le jeu convient à un très large public, ou à être un comédien dont le jeu n’a aucune portée réelle pour des spectateurs susceptibles de réagir en manifestant leur adhésion ou leur opposition…

    Ainsi, sans la liberté d’expression, soit parce qu’elle est très limitée par des règles et par des prescriptions ; soit parce qu’elle est interdite ou censurée, le pire ou l’abject étant tu ou rendu impossible ; ne peut être expurgé parce que tu ou rendu impossible, il est enfermé, étouffé comme sous le couvercle d’une marmite qui, sous la pression exercée à l’intérieur, finira par exploser…

    Cependant, la possibilité que le pire ou que l’abject soit expurgé en étant exprimé, est aussi lié à la possibilité que le pire ou que l’abject soit suscité en étant exprimé…

    Nous vivons dans une société – libérale et occidentalisée sur une partie de la planète – où la possibilité que le pire ou que l’abject soit suscité en étant exprimé, est rendue difficile par la présence de nombreuses barrières… Une autre partie de la planète ayant des sociétés muselées, où les couvercles sur les marmites sont soudés…

    C’est l’intelligence – dans la relation, dans la réflexion, dans la pensée, dans la perception profonde au-delà de la réalité visible et tangible des faits, des comportements, des paroles, des écrits… Qui va effectuer le tri de ce qui exprimé, ce tri étant davantage un travail complexe, nuancé et précis de ce qui est exprimé, qu’une opération simplifiée et immédiate de tri de ce qui est exprimé…

     

  • Il n'existe aucun travail minable ou honteux ...

    ... Il n’y a que les jugements de ceux qui se croient supérieurs.

     

    Mais il y a ces emplois ne nécessitant aucune formation spécifique, en général répétitifs, pénibles, tels que par exemple de ménage entretien, de manutention, de tenue d’une caisse en grande surface commerciale… Ces emplois étant ceux que l’on prend afin d’obtenir en échange du service rendu ou de la fonction à accomplir, un salaire – en général inférieur à 1500 euros mensuels – permettant de subvenir à des besoins essentiels (nourriture, logement)…

    Ces emplois ne sont pas « motivants » en ce sens que l’on ne les occupe pour ainsi dire jamais avec « cœur et passion », quoique cependant, l’on s’applique à les exercer « au mieux »…

    Il est « significatif » que jamais, absolument jamais, aucun sondage d’opinion ne fait état, sur 1000 personnes exerçant un emploi de tenue de caisse, de manutention, de ménage, du nombre de ces personnes sur 1000 qui sont favorables à la retraite à 65 ans… Je parie gros qu’il en aurait très peu, de ces personnes, peut-être à peine 10 ou 20 et encore !

    Je serais très curieux de connaître, d’entendre « l’argumentaire » d’une caissière de l’Intermarché de la ville où j’habite, « argumentaire » en faveur de la retraite à 65 ans, notamment si cette caissière est âgée d’une trentaine d’années…

    Et ce qui me désole ou me met en colère, c’est de constater que tant de « vieux », de « rassis », encore en assez bonne santé pour voyager, aller en croisière, effectuer des randonnées en montagne… Sont « pour » la retraite à 65 ans, eux qui ont cessé leur activité parfois avant 60 ans…

  • Poster, publier

    … Relire un texte que l’on vient d’écrire, avant de poster ce texte afin qu’il soit visible par plusieurs personnes, sur sa page Facebook par quelques amis de sa liste d’amis ou par d’autres personnes ayant vu apparaître ce texte ; sur son blog ou sur son site suivis plus ou moins régulièrement par quelques personnes…

    Hésiter sur tel mot, telle formulation, sur l’emploi dans le texte, du présent ou du passé ; se livrer ainsi à un exercice, à un travail d’écriture…

    Et pour finir, se décider à poster le texte – je ne dis pas « publier » parce que « publier » s’applique plutôt à une œuvre – récit, nouvelle, recueil de textes, roman – destinée à faire l’objet d’une diffusion sous la forme d’un ouvrage, d’un livre, par l’intermédiaire d’un éditeur, lequel ouvrage sera produit en un certain nombre d’exemplaires en des lieux où cet ouvrage peut être choisi, acheté…

    L’on est l’auteur de ce que l’on poste – qui vient de soi-même – l’on est l’auteur de ce que l’on écrit… Mais l’on n’est pas pour autant écrivain, puisque l’écrivain publie – quoiqu’il puisse aussi poster…

    Poster, et poster seulement, même si l’on publie occasionnellement (par l’intermédiaire d’un éditeur, notamment avec l’édition dite « en ligne » sous forme d’un document téléchargeable), ce n’est pas « être écrivain » mais « homme ou femme d’écriture »…

    Quoiqu’il en soit, écrivain ou homme/femme d’écriture, il y a oui ou non, travail d’écriture… Quoique le résultat d’un travail d’écriture ne soit pas forcément « une réussite » ou « réellement qualitatif » ou encore « si heureux que cela »…

    Un travail d’écriture comporte toujours à mon sens, une part d’incertitude et d’aléatoire. Déjà, l’on ne sait comment ce qui est posté (ou publié) est perçu… La seule certitude possible pourrait être celle de la lisibilité pour les autres, lisibilité dans le sens de la compréhension mais même dans ce cas, reste la lecture faite par l’autre…

    Il n’est donc pas sûr que la clarté dans le propos, implique forcément que l’autre perçoive le propos clairement exprimé, tel qu’il doit précisément être compris.

    Nous sommes tous dépendants de la lecture que l’on fait, de ce qui est exprimé… Et cette lecture est d’autant plus proche de celle qui doit être faite, que ce qui est exprimé l’est dans la grammaire, dans le vocabulaire, dans la structure et dans le rythme de la phrase, de la tonalité des mots… Tout cela « dans les règles de l’art » …

    Ce qui est sûr – et heureux quoique… - c’est que « poster » - sur internet, Facebook, un blog, un site… Est modifiable à volonté, alors que « publier » - un livre, un document numérique, un écrit dans un journal… Ne peut faire l’objet d’une modification, à moins de réécrire le livre, le document, en une deuxième version, une fois la diffusion et la distribution s’opérant, par l’intermédiaire de l’éditeur…

    Une œuvre écrite – et d’ailleurs toute production artistique- peut-elle être « achevée » ? Que peut-on entendre par « achèvement » ?

    Reste en définitive, la plus grande des inconnues, celle de la portée de ce que l’on poste ou publie…

    La portée en effet est entièrement dépendante du temps social, du temps de relation, du temps de la communication, du type de société avec son mode de vie, d’intéressements, du temps, de l’époque donc, où nous vivons…

    Il est évident que ce temps, que cette époque, est celui où domine ce qui est recherché, ce qui est demandé, et qui fait une majorité, en général conditionnée, de personnes ayant de mêmes besoins – de lecture notamment…

    Et dès lors que ce qui est produit, posté ou publié, n’est pas attendu, n’est pas demandé, et cela d’autant plus que cela surprend, déroute, dérange ou indiffère… Il n’y a plus, ou très peu, de portée…

    Toute la question alors, pour un écrivain, ou pour un homme ou femme d’écriture, réside dans l’adhésion ou non (ou en partie) à ce qui, dans le temps présent, domine…

     

     

  • Retraduction des résultats de l'élection présidentielle

    … En fonction de l’abstention de 26,31 % c’est à dire portant sur 73,69 % des votants.

     

    Emmanuel Macron 20,51

    Marine Le Pen 17,05

    Jean Luc Mélenchon 16,17

    Eric Zemmour 5,2

    Valérie Pecresse 3,52

    Yannick Jadot 3,41

    Jean Lassalle 2,3

    Fabien Roussel 1,68

    Nicolas Dupont Aignan 1,51

    Anne Hidalgo 1,28

    Philippe Poutou 0,56

    Nathalie Artaud 0,41

     

    Ainsi s’établissent

     

    Le bloc des abstentions 26,51 

     

    Le bloc autour d’Emmanuel Macron LREM 20,51 

     

    Le bloc de la droite dure populiste autour de Marine Le Pen – Eric Zemmour – Nicolas Dupont Aignan 22,88

     

    Le bloc des Gauches autour de Jean Luc Mélenchon – Fabien Roussel – Philippe Poutou – Nathalie Artaud – Yannick Jadot 22,83

     

    Le bloc des minorités sans aucun pouvoir Valérie Pécresse – Anne Hidalgo – Jean Lassale  7,1

     

    … Quelle légitimité (légitimité au sens de représentation avec pouvoir de décision) à l’issue du 2ème tour, pour Emmanuel Macron ou pour Marine Le Pen ? Sachant que le taux d’abstention au second tour (pour beaucoup de « ni l’un ni l’autre) serait à peu près comparable à ce qu’il a été au 1er tour ?

    … Quelle sorte d’Assemblée Nationale (avec 3 blocs disjoints donc sans majorité parlementaire) derrière le président élu ?

     

     

    … En gros l’on peut dire qu’un Français sur 5 est pour (ou favorable) à Emmanuel Macron, qu’un Français sur 5 est pour (ou favorable) à Marine Le Pen, et qu’un Français sur 5 est pour (ou favorable) à Jean Luc Mélenchon…

    Ce qui donne une image de la société française en 2022. Mais une image en fait, déformée, complexe, dont les formes et les couleurs se superposent et s’interpénètrent…

     

     

  • Pouvoir d'achat

    Le pouvoir d’achat…

     

    Qu’Emmanuel Macron, que Marine Le Pen et que Jean Luc Mélenchon, selon des vues différentes, défendent (ou déclarent vouloir défendre)…

    Le pouvoir d’achat est dépendant de deux pressions s’exerçant défavorablement à son encontre :

    La première, celle qui a toujours existé, c’est celle exercée par les dominants possédants profiteurs, et qu’une politique menée par un gouvernement en place (notamment si une politique « de gauche » ou une politique « pour le peuple ») peut être « un peu meilleure » pour le pouvoir d’achat (en limitant autant que possible le pouvoir et les appétits des dominants, la marge regagnée restant cependant très étroite)…

    La seconde est celle qui s’exerce par la pression d’événements conjecturaux défavorables qui forcément, contribuent à diminuer le pouvoir d’achat…

    Par la pression exercée par ces événements conjecturaux défavorables, les dominants « perdent un peu » (mais néanmoins profitent toujours)… Et les peuples toutes classes sociales confondues, sont forcément davantage impactés dans leur capacité au quotidien à se procurer ce dont ils ont besoin, et les plus pauvres sont alors encore plus pauvres qu’avant l’arrivée des événements conjecturaux défavorables.

    La volonté politique, en ce qui concerne le pouvoir d’achat, quelle qu’elle soit et aussi « sincère » qu’elle soit (ou s’efforce d’être sincère) est totalement impuissante en face des événements conjecturaux défavorables…

     

  • Ah, ou Oh... "France des Jours Heureux" !

    … Fabien Roussel et sa France des Jours Heureux… 2,3 % soit 799 334 voix pour 48 millions d’électeurs…

    Réduit à « faire barrage à Marine Le Pen » en appelant à déposer dans l’urne le 24 avril un bulletin Emmanuel Macron…

    Au moins, oui, au moins, celles et ceux qui ont voté Macron au premier tour, quand bien même certains d’entre eux n’adhèrent pas entièrement à la politique du gouvernement d’Emmanuel Macron et de son parti La République En Marche ; sont-ils logiques dans leur choix…

    La France des Jours Heureux ?

    Ou plutôt

    La France des Barricadés dans leurs maisons, derrière leurs clôtures

    La France des soirs ou fin d’après midi où il n’y a plus un chat dans les rues même dans les villes importantes, où l’on ne trouve plus que 1 ou 2 bistrots ouverts

    La France des pavillonnés en lotissement et de leurs « Je – monte – la – garde » hurlant au « vélo à sale tête » circuitant dans le lotissement

    La France des bals musette d’associations où l’on se tortille le derrière sur des airs de salsa

    La France des lotos et des repas de vieux et des promenades gourmandes

    La France des recettes de cuisine, des romans de terroir mélodramatiques, des ateliers associatifs où l’on « cause » bien plus « patate salade le temps qu’il fait ils nous emmerdent ces politiques y’en a marre de tous ces venus d’ailleurs, y’en a marre de tous ces assistés qui ne cherchent pas à travailler »

    La France de ce million et demi d’associations du genre « le Coin Accueille » où personne, absolument personne, dans l’association en question, ne te demande jamais qui tu es vraiment, à quoi tu t’intéresses dans la vie, et où les membres de la dite association se foutent complètement de ce que tu peux apporter autre que du pragmatique c’est à dire autre que tout ce qui a trait à de l’utilitaire au quotidien…

    C’est cette France là, qui vote pour Marine Le Pen, que souhaite voir arriver dans l’Union Européenne désunie, l’Ogre du Kremlin…

    Eh bien je vous le dis : « cette France là n’est pas ma France », je ne l’aime pas et je ne suis plus solidaire d’un bon quart de sa population quand il « arrive quelque chose de pas très drôle dans la vie quotidienne de cette population dérangée, perturbée »…

    Oh combien désormais je comprends encore mieux…

    Ce gros roux aux yeux verts

    Ce tigré à queue coupée

    Ce gris cendré à pattes planches

    Ce tigré de noir, de gris et d’orangé à poils longs et à queue touffue

    Ces minous « venus d’ailleurs » d’aucune maison

    Qui tous les matins dévorent les croquettes que je dépose dans une grande gamelle

    Qui font tous, en particulier plus que les autres ce gros roux aux yeux verts, trois pas en arrière quand j’en fais un vers l’un d’eux…

    Sauf peut-être le tigré à queue coupée que j’arrive à approcher de près…

    Ces minous se méfient des humains, sauvages, libres et indépendants qu’ils sont, et en aucun cas, ne se laisseront approcher et encore moins toucher.

    Ils « symbolisent » par la relation qu’ils ont avec l’humain que je suis, la relation qui pourrait désormais être la mienne à l’égard de mes semblables ( du moins un bon quart d’entre eux)…

     

     

  • Avoir ou ne pas avoir fait d'études

    … La façon dont certaines personnes dénigrent les gens qui n’ont pas fait d’études démontre que faire des études ne garantit pas l’intelligence.

     

    Parmi ces « certaines personnes » l’on trouve autant de gens qui ont fait des études, que de gens qui n’en ont pas fait…

    Et tous s’accordent sur le fait que pour réussir dans la vie, il faut nécessairement en tant que personnage reconnu et public, en tant qu’artiste, en tant que femme ou homme s’exprimant et écrivant et ayant autour d’elle, de lui, ce qu’il est convenu d’appeler des « followers »… Il faut donc « avoir du bagage » c’est à dire justifier d’un cursus universitaire, d’une formation spécifique, de références pouvant être par exemple une distinction (avoir gagné un prix, détenir un diplôme, avoir publié un ouvrage qui peut être vu en étalage dans une librairie), justifier d’un parcours soit professionnel soit personnel en tant que réalisateur d’une œuvre…

    Si vous n’avez rien, absolument rien, de tout cela, si vous ne pouvez compter que sur une somme de connaissances et de savoirs et de réalisations personnelles, tout cela acquit par vous même par du travail, par de la recherche et soutenu par du talent si possible… Alors vous ne réussirez pas au sens de ce que le monde tel qu’il est aujourd’hui, entend par « réussite »…

    Cela dit, dénigrer les gens qui n’ont pas fait d’études, n’est peut-être pas ce qu’il y a de pire… Aussi injuste, aussi regrettable que ce soit le dénigrement…

    Le pire étant que – et cela est une réalité – dénigrer s’apparente davantage à de l’indifférence en laquelle entre du mépris inconscient… C’est ce que l’on observe dans les familles où par exemple, tel cousin, tel frère ou sœur, tel parent, contrairement à un, à une autre de la famille, n’a pas fait d’études, n’a rien réalisé de reconnu et de loué publiquement dans la vie, sanctifié par une distinction, un prix, un diplôme…

    En somme il faut être « élu » ou entré dans la « Voie Royale », la « Voie du Monde »…

    Si « avoir fait des études » ne garantit pas l’intelligence, « avoir fait des études » devrait être associé à l’intelligence et être signe d’intelligence… Ce qui souvent, est loin d’être le cas…

    Si « ne pas avoir fait d’études » ne signifie pas ignorance et inculture, la conscience de « ne pas avoir fait d’études » devrait inciter à vouloir en faire… Ce qui souvent, est loin d’être le cas…

     

     

  • Baghera et Isidore

    … À l’idée qu’au soir du 24 avril 2022, Marine Le Pen – Baghera la panthère – obtienne 47, 5 % des suffrages, je suis effrayé et furieux… Et inquiet…

    Néanmoins, je n’en veux point pour autant à la société de mon pays, la France… Et rien ne changera – dans mon esprit, dans ma pensée, dans mon comportement - dans la relation que j’ai avec les personnes autour de moi, parmi mes connaissances… Quand bien même je supposerais que l’une ou l’autre de ces personnes parmi mes connaissances, aurait voté pour Marine Le Pen par adhésion réelle au Rassemblement National…

    … En revanche, me trouvant en face d’un sympathisant (homme ou femme) d’ Isidore le Tyrannosaure du Kremlin… Notamment à la table de petit déjeuner en maison d’hôtes, je lui fous la cafetière sur la tête !

    … Si la Panthère passait avec 50,5 %… Est-ce que la caissière du Carrefour du coin aurait sa retraite à 60 ans ?

    Et est-ce que je continuerais à ne pas être foudroyé par des algorithmes et les neunœils de Facebook revus et corrigés par les nouvelles autorités gouvernementales ? (rire)…

     

     

  • L'adhésion franche et délibérée des Russes à leur chef ...

    … Se perd ou se dilue dans une adhésion qui ressemble davantage à une acceptation tacite qu’à une adhésion réelle…

     

    … Si le peuple russe n’a rien à voir avec les décisions de son dirigeant, alors pourquoi, de manière aussi évidente en Russie depuis le 24 février 2022, autant de russes de toutes conditions sociales soutiennent ouvertement leur chef Vladimir Poutine ?

    Certes, une enquête d’opinion (en Russie, mais observée et étudiée par des étrangers à la Russie) faisant état de 83 % d’avis favorable à l’invasion de l’Ukraine par la Russie ; est, de toute évidence faussée par le fait que toute personne interrogée ne va pas dire qu’elle serait contre, au risque d’être découverte…

    Certes, l’on peut invoquer la propagande martelée par le Pouvoir poutinien depuis plus de vingt ans en Russie, axée sur le nationalisme, le patriotisme, l’Histoire (résistance et victoire en 1944/1945 de la vaillante et courageuse armée russe contre les nazis )… Propagande qui, oui bien sûr est en grande partie la cause principale de l’adhésion du peuple russe à la politique de son chef…

    Mais il ne faut pas nier qu’il existe une adhésion franche et délibérée, que l’on peut évaluer approximativement à environ au moins 30 millions de Russes sur 130 millions… Cent millions de Russes – toutes conditions sociales confondues mais en règle générale les gens dont les revenus sont inférieurs à 100 euro par mois – qui ne vont jamais ouvertement déclarer si on les interroge, qu’ils sont contre ou peu enthousiastes à la politique de leur chef… Autant dire que ceux là « approuvent » tacitement en se posant peut-être (pour certains) quelques questions…

    Il en était de même encore en 1944 en Allemagne : la population Allemande de l’époque était en grande partie « pour » Hitler ou « tacitement pour » ou pour certains moins nombreux, opposés (mais sans avoir la liberté de l’exprimer)…

    C’est d’ailleurs la raison pour laquelle personnellement je n’ai durant ma vie, jamais condamné les intensifs et dévastateurs bombardements sur les grandes villes allemandes en 1944/1945… (Je me suis donc souvent dit « après tout ils l’ont bien cherché, tant pis pour 6 millions d’Allemands victimes de la seconde guerre mondiale – 6 millions donc autant que les Juifs )…

    Aujourd’hui je ne suis pas solidaire d’un peuple russe qui en grande partie adhère à la politique de Poutine – ou « ne se prononcent pas par pétoche ou approuvent tacitement »…

    Je souhaite tout le malheur possible à ce peuple… Sans m’en sentir cependant « si heureux que cela »…

    Je ne suis pas sûr que si Poutine était renversé, cela changerait grand-chose et si cela arrêterait vraiment la guerre en Ukraine…

    Je ne suis pas sûr non plus que, dans toute guerre et quelque parti que l’on prenne pour les uns ou pour les autres, il y ait « les bons » et « les méchants » (ça serait trop simple)…

    Le problème du Bien c’est que le bien est lié au mal et que le bien et le mal ne sont pas comme on pourrait le croire les deux faces différentes d’une pièce de monnaie…

    Le problème du  Mal  c’est que le mal se sert du Bien  mais le mal en fait ne contient jamais le moindre bien… (L’Hitlérisme et le Nazisme et l’extermination des Juifs c’était le Mal sans le moindre bien dedans ; et idem le poutinisme, et idem le Bacharisme , et idem l’islam djihadiste !

    Le Mal se sert du Bien mais le Bien lui aussi, se sert du Mal, il va même mettre le Mal en scène en le faisant exister avec des comédiens et des opérateurs rompus à la mise en scène de ce qui va susciter de l’émotion et de la réaction… Et cela ne pourra être dénoncé que dans une lucidité tragique… Si cela peut être dénoncé car la volonté réelle de dénoncer est souvent absente ou partielle – ou partisane…

     

  • J'irai jamais

    … La liste des pays en lesquels je n’irai jamais, s’est considérablement allongée…

     

    En Août 2013 j’écrivais :

     

    J'irai jamais au Cameroun

    J'irai jamais au Nigeria

    J'irai jamais au Bangladesh

    J'irai jamais en palace 4 étoiles aux Seychelles

    Je ferai jamais du shopping en galerie marchande à Shangaï

     

    … En gros, ces pays en lesquels je n’irai jamais, en plus du Cameroun, du Nigeria, du Bangladesh, des Seychelles… Sont ceux qui n’ont pas voté à l’ONU la condamnation de la Russie pour avoir attaqué l’Ukraine, et ceux qui sont restés neutres…

    Et j’ajoute encore dans la liste de ces pays, la Hongrie, qui, pourtant faisant partie de l’Union Européenne et même de l’OTAN, est la « brebis galeuse » de l’Europe, avec son président Orban (un « cousin par idéologie de Jail Bolsonaro)…

    Que fait la Hongrie dans l’OTAN, et dans l’Union Européenne ? Peut-on être, se sentir solidaire de la Hongrie ?

    Je ne me vois donc pas, au petit déjeuner en chambre d’hôte, en face d’un touriste Hongrois présumé pro Orban…

    Ah, cette « ouverture d’esprit » prônée par les intellectuels de gauche Hidalguistes, de droite républicaine et du Centre – et de la pensée consensuelle dominante (mais pas partagée par tout le monde loin s’en faut) !…

    Est-ce que nous, citoyens des pays occidentaux, avec nos démocraties libérales et nos libertés d’expression, nos complaisances au nom de la tolérance, nos belles idées, nos Droits de l’Homme, nos grandes résolutions humanitaires, notre Convention de Genève au sujet des armes « non conventionnelles » et du traitement des prisonniers de guerre et des populations civiles… Nous « n’avons pas cherché le bâton pour nous faire battre » ?

    Le « principe démocratique » et son corollaire la liberté d’expression ont une exigence qui a été « laissée de côté » : l’exigence de dureté, d’intransigeance, de refus du compromis démissionnaire…

    En face de la barbarie, on a dit « pas de barbarie »… Mais soit dit en passant, les bombes au napalm au Vietnam et les mêmes bombes incendiaires dans les Aurès en Algérie en 1956, sont œuvres des Etats Unis d’Amérique et de la France…

    Hypocrisie

    Démission

    Compromission

    Dictature de l’argent et des puissances dominantes et des lois du marché

    Individualismes forcenés, arrogants et insolents

    Je ne me sens plus solidaire du « Terrien moyen » vivant dans l’un ou l’autre des pays en lesquels je n’irai jamais…

    Les catastrophes climatiques et autres, séismes, éruptions volcaniques, inondations, épidémies, crash d’avions, déraillements de trains, incendies etc. … Dans ces pays là, ne me suscitent désormais aucune compassion, et ne m’encouragent guère à souscrire par un don à une action humanitaire pour que soient secourus des gens dans ces pays…

    Je me désintéresse du sort du « Terrien moyen » des pays non démocratiques et dont les cultures ont pour projet de détruire nos cultures occidentales…

    Je me désintéresse tout aussi également du « Terrien moyen » occidental celui là, mais qui, dans une hypocrisie crasse, se complaît dans son individualisme forcené en ne voulant à aucun prix se voir arraché un iota de qu’il possède, de ce qui le conforte…

     

     

  • L'immigration Africaine

    … Quelle peut-être la « justesse » ou la « valeur » de l’analyse que j’entreprends de faire, de l’immigration Africaine provenant en particulier des pays du Sahel (Mali, Niger, Sénégal, Côte d’Ivoire…) ou des pays du Maghreb (Afrique du Nord), en somme des pays qui faisaient partie de l’empire colonial Français ?

    Il est assez clair que l’influence et que la présence de la France dans ces pays, a été « mise à mal » par l’arrivée et par l’installation de puissances étrangères à la France dans ces pays depuis 2014 voire depuis 2011, telles que la Russie et la Chine… Mais aussi par le développement d’un Islam fondamentaliste djihadiste…

    L’idée (le ressenti, la perception) que se font les gens « ordinaires » de ces pays, au Mali, au Niger, en Côte d’Ivoire et ailleurs en Afrique du Sahel et du Maghreb, a évolué je pense, dans un sens qui s’est porté jusque dans les communautés de gens « ordinaires » issus de ces pays ; communautés installées en France, autour de Paris et de grandes métropoles et zones de population dense… Là où l’on trouve – en principe- du travail…

    L’exemple le plus « marquant » on va dire, est celui du Mali où la population dans son ensemble mais surtout celle des zones rurales, ne « voit pas ou plus d’un bon œil » les Français dans leur pays, dont ils disent « qu’ils se mêlent trop à leur façon de leurs affaires »…

    Peut-être que le « passé colonial » pèse encore dans l’esprit des populations de ces pays (En Algérie notamment avec le drame que fut celui de la guerre de 1954 à 1962)…

    Mais le passé colonial n’explique pas tout à lui seul…

    Il y a l’occidentalisation du monde, avec son économie de marché, son mode de vie et de consommation ; la part d’activité que prennent les populations dans cette « occidentalisation » (il est clair que ce sont plutôt les privilégiés, dans ces populations, qui ont pu échapper au destin commun de ces populations, un destin « peu enviable » d’asservissement, de pauvreté)…

    Les gens « ordinaires » de ces pays sont d’une part (d’une très grande part) ceux qui sont restés au pays, dans une misère endémique, avec des revenus de 30 euro ou moins par mois ; et d’autre part ceux qui sont partis en Europe, en France, et qui vivent – souvent – en France, de revenus d’assistance ou de revenus d’activités peu ou mal rémunérées…

    En fait, seuls les « sortis du lot commun » que sont les intellectuels, quelques artistes, issus de grandes écoles et ayant pu avoir des formations universitaires, eux, se sont fondus dans l’occidentalisation du monde et de sa culture et de son mode de vie (mais pour certains d’entre eux, cependant, mettant en valeur et faisant découvrir des aspects ignorés de leurs cultures originelles) … Mais pas du tout les populations de gens « ordinaires » qui elles, se sont regroupées en formant des communautés…

    Le lien – déjà bien fragile après la décolonisation – qui unissait la France avec les pays Africains du Sahel (le meilleur et le plus fort du lien étant le lien par l’esprit et par la culture) s’est peu à peu distendu, d’abord sur place dans les pays même, et ensuite par report dans les communautés établies en France…

    Et, le lien distendu, le rapport de relation s’est détérioré ; les « venus de ces pays africains » s’étant sentis marginalisés et de plus en plus mal perçus… Et d’autres de ces venus de pays Africains, qui eux, se sont crispé autour de leurs valeurs, de leurs cultures ancestrales, de leurs valeurs, en partie influencés par l’Islam fondamentaliste, ont versé dans un « racisme anti blanc » - qui était il faut dire déjà latent en eux depuis fort longtemps…

     

     

  • Les sondages sont trompeurs et ils condamnent

    … L’on sait bien que les sondages sont trompeurs et que parfois même ils annoncent de probables résultats très différents de ce que sera la réalité au jour d’une élection… Voire inattendus…

    Les sondages devraient donc être abandonnés, du fait – évident – qu’ils influencent le choix des électeurs et qu’ils pèsent sur les opinions, des opinions d’ailleurs, qui peuvent changer…

    Il n’en demeure pas moins que, créditée de 1 à 3 % d’intention de vote par les Français à l’élection présidentielle de 2022, Anne Hidalgo n’a absolument aucune chance d’obtenir de 15 à 20 % des voix au premier tour de l’élection le 10 avril…

    Et idem les candidats et candidates n’étant crédités que de moins de 5 % d’intention de vote…

    L’on voit mal, même si les sondages sont trompeurs, l’un ou l’autre des candidats si peu crédités, obtenir, inattendu ou « renversant » ou au-delà de toutes prévisions, un score les portant en 2ème ou 3ème position au soir du premier tour…

    Les sondages condamnent toujours les candidats peu crédités, à être forcément éliminés ; de telle sorte que l’on peut se demander s’ils n’auraient pas dû abandonner dès le départ de la campagne…

    Et non seulement les sondages condamnent, mais ils contribuent à rendre inaudibles des idées, des vues, des pensées exprimées ; ou à susciter de l’indifférence, du mépris, de la condescendance…

    Or, la « vocation première et essentielle » d’une campagne électorale, en démocratie républicaine, c’est de permettre à des gens de divers partis et notamment de partis très minoritaires, de pouvoir exprimer publiquement leurs idées, leurs vues, par le biais de la radio, de la télé, de réunions publiques locales…

    Aussi les sondages lorsqu’ils font état de 1 % pour l’un, de 3 % pour un autre… Attentent-ils à la « vocation première et essentielle » d’une campagne électorale, puisque, à l’exception de réunions publiques où les gens se déplacent et assistent par eux-mêmes volontairement ; les gens ne vont pas être forcément « à l’écoute » à telle heure tel jour, d’un candidat auquel est accordé un temps de parole de 10 minutes, un candidat qui sera éliminé, pour lequel à peine 2 % des suffrages exprimés lui sera attribué…

     

     

  • Frontière entre deux mondes ou deux époques

    … La frontière entre deux époques- ou deux mondes – qui fut celle du jour où est tombé le mur de Berlin, le 9 novembre 1989 séparant :

    Le monde d’avant que nous avons connu avant 1989 et en lequel nous avons vu passer, les nés après la fin de la 2ème guerre mondiale, une bonne moitié de notre vie ; et les nés dans les années 1980, notre enfance…

    Et le monde d’après, celui dans lequel nous sommes entrés, nés avant 1989 et nés depuis 1990 – que ces derniers, nés après 1990 n’ont connu que par ce qui leur a été raconté…

    Cette frontière entre deux mondes si elle existe toujours et demeure aussi marquante, n’est plus la seule puisqu’elle a été en quelque sorte revue, ou retracée, et qu’elle peut donc être redéfinie…

    Devenant une frontière encore plus marquée, encore plus déterminante entre deux mondes ou deux époques…

    À quel moment précis se situe cette nouvelle frontière ?

    Lorsque s’est terminée l’année 2019 et qu’a commencé l’année 2020 avec le début de la pandémie de covid, et -si l’on veut – précisément – à partir du 17 mars 2020 date du commencement du premier confinement qui a duré jusqu’au 11 mai 2020 et a radicalement changé notre vie au quotidien notamment en rendant la vie sociale quasi inexistante du fait d’un isolement imposé…

    Depuis ce 17 mars 2020, deux ans se sont écoulés durant lesquels la vie au quotidien, la relation (entre proches, parents enfants grands parents, connaissances, amis… La relation au travail, dans l’espace public)… Ainsi que les modes de vie, de consommation, les habitudes, n’ont plus été les mêmes qu’avant 2020… Le symbole le plus représentatif de cette vie différente d’avant au quotidien étant le masque porté sur le visage par tous, à partir du 20 juillet 2020…

    Deux ans se sont écoulés et voici que survient, le 24 février 2022, le début de la guerre en Ukraine, territoire géographiquement situé en Europe (l’Europe de l’Atlantique à l’Oural)…

    L’Europe qui n’avait connu de guerre depuis 1945, qu’entre 1995 et 1998 dans les Balkans…

    L’on peut dire – c’est ce que je dis – qu’à partir du 24 février 2022, la frontière entre deux mondes ou deux époques (celle d’avant 2020 et celle d’après 2020) qui s’était tracée – le 17 mars 2020 si l’on définit une date précise - s’est élargie et renforcée à partir du 24 février 2022…

    Nous sommes, surtout les générations vieillissantes c’est à dire les nés entre 1945 et 1970, en face de ces années nouvelles de la fin du premier quart du 21ème siècle, qui désormais, nous sont – dirais-je - « des années étrangères » en lesquelles nous nous sentons « exilés »…

    C’est la douceur de vivre qui a disparu, ce sont les « valeurs » auxquelles nous croyons (qui viennent de notre éducation reçue et transmise) qui se sont délitées en étant remplacées par d’autres « valeurs » différentes de celles que nous avons connu (et d’ailleurs l’on peut se demander si ces « valeurs » sont vraiment des valeurs)…

    Les femmes ne sont plus des femmes en ce sens que beaucoup d’entre elles ont perdu leur féminité (par leur manière de s’habiller « unisexe » ou « homme ou garçon » ou encore dans une « féminité dévoyée »…

    La mémoire des hommes (des Humains) est devenue floue, quand elle ne s’est pas réduite à l’hier et l’avant – hier ou à la saison précédente…

    Ne reste, d’ailleurs, de la mémoire, des souvenirs, que des images dont on ne fait plus de grands albums familiaux (mais des albums numériques sur des disques durs internes d’ordinateur)…

    Cela dit – et tout ce qui peut être dit – du monde d’avant, du monde d’après – l’est, dit, en vérité, de l’hier, de l’aujourd’hui – et du demain – par « des millions d’historiens » dont aucun de ces historiens n’est un Historien…

    Alors, ces frontières entre des mondes ou des époques, existent -elles vraiment ? Y en a – t -il une, de ces frontières qui n’a jamais été atteinte ?

     

     

  • La fin du règne de l'Ogre du Kremlin, est-elle proche ?

    … Selon quelques experts militaires dont certains même Russes, Vladimir Poutine pourrait d’ici une à deux semaines au plus près et à six mois au plus tard, être déchu, renversé ou être tué…

     

    Bernard Lecomte, écrivain, spécialiste du Kremlin

    Michel Roche, professeur de Sciences Politiques à l’Université du Québec

    John Kirby, porte parole du Pentagone

    Michel Goya, historien militaire et ancien colonel

    Un collectif de 664 chercheurs et scientifiques Russes ayant publié une lettre ouverte contre l’invasion de l’Ukraine et ses conséquences pour la Russie

    Une note de la Fondation pour la Recherche Stratégique, du 15 mars 2022 rédigée par Philippe Gros, maître de recherche et par Vincent Tourret, chargé de recherche

     

    Font état de la situation de la guerre en Ukraine…

    Il faut cependant noter que d’autres experts ne sont pas du même avis, ou laissent à penser que le conflit risque de durer plusieurs années, ou se terminer par une amputation de l’Ukraine (Donbass et Crimée finissant par être reconnues Russes par la communauté internationale)…

     

    Deux faits récents, assez révélateurs de la situation sont

    - La disparition inexpliquée du chef de la Défense Russe, Sergueï Choïgou et de Valéry Guerassimov, chef de l’état major Russe

    - Le limogeage par Poutine de huit généraux

     

    Marioupol assiégée et détruite à 90 %, où sont entrées – dans la ville en ruines – les forces Russes, résiste encore avec la présence de combattants Ukrainiens harcelant les Russes… Donc, pas de capitulation Ukrainienne, pas de prise effective de la ville par l’armée Russe…

    Tant que Marioupol n’est pas tombée, l’unité de front russe entre le Donbass et la Crimée n’est pas réalisée… Et c’est bien là que se joue le sort de la guerre, et, en conséquence l’avenir de Poutine (sa fin par déchéance, renversement, changement de régime politique en Russie, et peut-être sa mort )…

    Tout dépend donc de la capacité de résistance de l’armée Ukrainienne à Marioupol, pouvant réussir à desserrer l’étau comme elle a pu le faire par ailleurs en Ukraine en libérant quelques villes de moyenne importance (Irpin notamment)…

     

     

  • La compassion a des limites

    … Dernièrement (vu dans la page générale d’accueil Facebook sur laquelle sont visibles toutes les productions des uns et des autres), une aide soignante, à juste titre indignée du mépris manifesté par certains pour cette profession qui, aux yeux de ces certains, consiste à « torcher des derrières » et à effectuer des tâches rebutantes ; s’est exprimée pour dire qu’un jour peut-être ce sera vous-même qui aura besoin, précisément, que l’on lui « torche le derrière »…

    « Bien dit » ai-je réagi…

    MAIS… Je le dis aussi, en tant qu’aide soignant que j’aurais pu être en hôpital ou en EHPAD ou à domicile ; je ne me serais point vu « torcher le derrière tout barbouillé de merde » par exemple, d’un vieux papy pédophile en phase terminale de cancer vache – du trou de bale ou de la queue sinon des deux – et, peut-être aussi, le derrière de quelques vieilles personnes en EHPAD qui ont passé leur vie à pourrir la vie de leurs proches et de leurs connaissances, personnages exécrables et infréquentables qu’ils furent du fait de leur méchanceté, de leur brutalité et de leur égoïsme tout cela associé de domination… (Rire insolent, iconoclaste, cynique)…

    La compassion, la mansuétude, l’assistance… Tout cela mis en avant et sacralisé, c’est bien beau, bien moral, mais il y a tout de même des limites…

     

  • Une autre définition du pouvoir d'achat

    … Qu’est-ce en fait, que le pouvoir d’achat ? Ne serait-ce pas en vérité, la capacité selon son budget, selon les revenus que l’on perçoit, de se procurer des produits, des biens et des services autres que ceux qui sont absolument indispensables ?

    En effet, une fois déduites les dépenses absolument indispensables de chacun d’entre nous, et si l’on établit un revenu moyen, compris par exemple entre 1000 et 3000 euros mensuels (ce qui correspond en gros à ce dont dispose environ la moitié de la population française)…

    Que reste-t-il à pouvoir dépenser ?

    Sachant que les dépenses absolument indispensables sont celles liées à :

    -L’occupation de son habitation (un loyer ou une mensualité de remboursement de prêt immobilier)

    -L’alimentation et l’achat de produits de consommation de première nécessité, pour se nourrir, s’habiller, se chausser.

    -L’électricité, le gaz, le fuel, le bois et autres produits énergétiques afin de s’éclairer, se chauffer.

    -Le carburant – essence ou gasoil – nécessaire pour se déplacer en voiture afin de se rendre à son travail – sachant qu’en général, l’on travaille à 30, 40 km de son domicile, ce qui peut représenter une centaine de kilomètres par jour… Ou encore pour les citadins de grandes agglomérations, le coût des transports publics en train, métro, bus, tram (avec un abonnement).

    -Un abonnement forfait internet téléphonie fixe et mobile, devenu aujourd’hui indispensable ce qui représente une dépense de 30 à 70 euros mensuel environ selon les besoins.

     

    Il est certain que toutes ces dépenses indispensables, inévitables, que l’on ne peut qu’en partie réduire (mais en fait peu réduire), prennent pour plus de la moitié d’un budget moyen pour des personnes (trente voire quarante millions de Français), compris entre 1000 et 3000 euro mensuel.

     

    En conséquence il reste souvent, et à plus forte raison dans l’actualité présente, très peu voire parfois rien, pour des dépenses de loisirs, de voyages, d’agrément, de confort, d’équipements coûteux non indispensables.

    Or l’économie de marché – et donc les emplois, le travail, les activités induites par l’économie de marché – est une économie qui repose à 50 % sur une consommation de produits, de services et de biens non indispensables – et qui font partie depuis une quarantaine d’années, de la vie quotidienne de dizaines de millions de personnes… Ces produits, ces services et ces biens étant considérés, perçus, comme nécessaires dans la mesure où ils contribuent à une vie meilleure…

    Et c’est bien toute cette économie là, de marché, qui va être le plus impactée par la guerre en Ukraine (et qui a déjà été impactée par le covid)…

    L’impact sur les emplois va donc être important, et avec moins d’emplois, moins de revenus et moins de dépenses pour les loisirs, les voyages, les équipements coûteux…

     

     

  • pouvoir d'achat grande préoccupation des Français

    … Lorsque le résultat d’une élection montre que l’un a obtenu 46,5 % des voix et l’autre 53,5 % des voix ; cela ne correspond pas à la réalité de l’adhésion à l’un ou à l’autre…

    En effet si par exemple sur 100 personnes inscrites sur les listes électorales (soit dit en passant un certain nombre de personnes ne sont pas inscrites sur les listes électorales) il y a 35 personnes qui les unes se sont abstenues, les autres ont mis dans l’urne un bulletin blanc, nul ou invalide ; il ne reste que 65 personnes ayant exprimé leur adhésion à l’un ou à l’autre (adhésion qui, cependant, peut-être « par défaut » ou « pour que l’un ou l’autre ne passe pas).

    La vraie réalité alors, est que 46,5 % pour l’un correspond à 30,2 sur 100 d’adhésion ; et que 53,5 % pour l’autre correspond à 34,8 sur 100 d’adhésion.

    Et du fait que l’adhésion (le vote réellement exprimé) est pour moitié seulement environ, une adhésion vraiment réelle et choisie, pour l’un ou pour l’autre, il en résulte un soutien et une adhésion effectifs, pour l’élu, de 17 ou 18 personnes sur 35 ; et une adhésion effective pour le perdant, de 15 personnes sur 30.

    Il résulte de cette réalité, que le « paysage politique » de la France de 2022, n’est pas du tout celui que « brosse comme sur une toile » les médias, les mesureurs d’opinions, les observateurs, les analystes, les débatteurs sur plateau de télévision…

     

    Cela dit, dans le cadre de la campagne présidentielle de 2022, tous sans exception, mais chacun à leur manière selon leur vision du monde, de la société et de l’actualité ; font état du pouvoir d’achat grande préoccupation des Français…

    Toujours est-il que le pouvoir d’achat, désormais, et cela depuis 2020 avec le covid, et encore plus avec la guerre en Ukraine en 2022, ne sera plus – pour longtemps – ce qu’il a été (du moins pour un certain nombre de Français)… Sachant que pour un autre certain nombre de Français, il n’a jamais été, le pouvoir d’achat, covid, Ukraine ou autres causes ou non… (causes autres que celle la progression des profits et des dividendes, et de la prédation des dominants et des décideurs)…

    En ce qui concerne désormais, depuis le début de la guerre en Ukraine, la progression des profits et des dividendes et de la prédation des dominants et des décideurs, l’on pourrait logiquement penser que cette progression ralentirait (du fait de la désorganisation des circuits, des pénuries, des conséquences sur l’économie mondiale de la guerre en Ukraine)… Mais d’une manière ou d’une autre, sans doute moins directement ou par des voies différentes de ce qu’elles étaient, cette progression continuera de s’exercer et de peser encore plus durement sur ceux dont le pouvoir d’achat a toujours été déficient…

     

     

  • Ouverture d'esprit tu m'en diras tant !

    … Je m’imagine un matin d’été au petit déjeuner en chambre d’hôte en compagnie autour de la grande table commune, d’un Corse indépendantiste, d’un touriste russe pro poutine, d’un Qatari et de ses deux épouses en voile intégral niqab, d’un autre touriste celui là Vietnamien restaurateur à Saïgon proposant de la viande féline ou canine…

    Le seul de ces énergumènes avec lequel je concevrais de dialoguer, serait le Corse indépendantiste qui s’entendrait par moi percuté de cette question «  comment feriez vous dans votre état Corse, sans sécu, sans RSA, sans aides sociales, sans subventions Européennes puisque je suppose que vous ne feriez pas partie de l’Union Européenne ? »…

    Quant aux autres connards je leur dirais «  Vous n’êtes pas les bienvenus dans notre pays », le russe pro poutine il se prend la cafetière sur la tête, les fatmas du Qatari je leur arrache du visage le niqab, et le restaurateur de Saïgon qui propose du chat grillé, je lui balargue dans son assiette un gros molard…

    Et le maître de la maison d’hôte intervenant en réaction à ma colère et à mon comportement : « vous manquez d’ouverture d’esprit, quittez immédiatement ma maison »…

    … Bon sang, depuis 40 ans, cette « philosophie » du « vivre ensemble » dans le respect, la considération, l’écoute de l’Autre, l’acceptation de la différence… Prônée en particulier par les « intellectuels de gauche de milieu urbain », et « sacralisée », reprise par les grands médias au service de la propagande gouvernementale soutenue par les intellectuels non seulement de gauche mais aussi de droite républicaine, et encore par quelques – il faut le dire aussi – extrémistes d’ultra gauche, contestataires « casseurs » et « manouféens » en mal de reconnaissance, si ce n’est pas même des « pseudo anarchistes » n’ayant d’ailleurs rien compris à l’anarchie… Cette « philosophie », oui, c’est bien elle qui a perverti nos régimes de démocratie libérale (libérale dans le « bon sens »), qui a fait de la tolérance (celle qu’a enseigné Voltaire) une agitation de torchons sales brandis par des hordes d’individualistes forcenés crétinisés !

    Cette « philosophie » a eu pour résultat l’islamisme djihadiste radical, le poutinisme, le trumpisme (qui, battu par Joe Biden, n’a pas dit son dernier mot), l’Erdoganisme, le Bacharisme, le Bolsonarisme et autres horreurs de « remèdes de cheval »)…

     

     

  • La Russeillaise de l'ogre du Kremlin

    C’était mon voisin chinois

    Qui déjà du temps où j’étais capitaine de cagibi

    Sans encore tailler le vent

    Voyait rouge le bout de ma longue queue aux confins de l’arctique

    Le coccyx en feu dans ma Russie des années 1990

    Je voyais trottiner des poutineaux en barboteuses

    Qui venaient de brûler leurs landaus de petits bébés

    En lesquels ils déféquaient

    Affectés de crises de tripes

    Et gerbaient

    Pris de nausées

    À la vue de grands méchants tchétchènes

    Et les poutineaux devenus grandets

    Fusionnèrent en grand poutine que je suis

    Qui planta son sceptre en plein dans le gâteau

    C’est à présent mon voisin chinois

    Qui veut tailler le vent et je le comprends

    Ce sont les zorros de la paix hein

    Et des démons crachis ceux-là je les maudis

    Qui se sont ligués contre moi

    Et ont armé leurs djihayes

    Pour que ruisselle dans les champs ukrainiens

    Le sang de mes soldats

    Mais gare à vous si je pète

    Bien puant bien tonitruant bien vitrifiant

    Gare à vous si je vous coupe la com’

     

     

  • Écrivains et artistes Russes

    … Qu’en est-il – et quelle est l’ ampleur – de ce rejet fait – en France et dans l’Union Européenne – des écrivains et artistes russes tels par exemple Tolstoï et Dostoïevski, ainsi que des chorégraphes, musiciens, etc. … ?

    Qu’il y a – t – il de vrai en cela, et comment peut – on mesurer l’impact et la dimension de ce rejet des artistes et écrivains russes dans l’opinion publique en France et dans l’Union Européenne ?

    Quand bien même il ne s’agirait là que d’une réaction de rejet d’une minorité de gens – le plus grave dans cette affaire là étant que des intellectuels Français et Européens soient des acteurs engagés dans ce rejet – Cela est totalement inconvenant, aberrant, lamentable, révoltant, contraire au bon sens, inintelligent…

    Assurément il y a une part de vrai dans cette triste affaire. Reste à connaître exactement le « poids » de cette part de vrai…

    Cela est d’autant plus regrettable parce que, en même temps, c’est dangereux et générateur de tension – comme si cette situation conflictuelle entre la Russie et les pays de l’OTAN n’était pas déjà si tendue, si dangereuse qu’elle est depuis avant le 24 février 2022…

    L’Ogre du Kremlin se sert de ce fait (le rejet des artistes et écrivains russes) ou plus exactement se sert de ce qu’il y a de vrai dans ce fait ; pour justifier devant le peuple russe sa politique…

    Honte à cette absurde et inintelligente « bronca » des écrivains et artistes russes du temps présent et du passé… D’autant plus absurde et injuste lorsque l’on sait pour les avoir lus et vus jouer sur scène, que la grande, très grande majorité de tous ces artistes et écrivains russes, même s’ils ne le disent pas ouvertement parce que chez eux en Russie ils risquent d’être poursuivis et censurés, ne sont pas loin s’en faut « pro Poutine » …

     

     

  • Un chômeur Corse indépendantiste ?

    … Un chômeur corse bénéficiant, outre du RSA, de diverses aides sociales, ne peut être partisan d’autonomie de la Corse, et à plus forte raison être pour l’indépendance de la Corse…

    De même, tout corse bénéficiant du régime de sécurité sociale pour ses soins médicaux et hospitaliers, c’est à dire tous les corses, comme dans tous les départements Français, est forcément attaché à l’existence et à la pérennité du système de protection sociale français, à nul autre pareil dans le monde…

    Ou alors, il faudrait que ce soit un « Corse riche », suffisamment riche pour se passer de la sécurité sociale, d’indemnités de chômage, d’aides sociales… Qu’un État Corse, ou que même un territoire Corse autonome ne peut « offrir » à ses ressortissants…

    Ils me font rire, ces Corses indépendantistes ou partisans d’une autonomie ! Comment feraient-ils sans sécu, sans RSA, sans aides sociales « de la Mère Patrie » ?

    Ils bosseraient au noir, ils vivraient d’expédients, ils compteraient sur la Mafia qui « assurerait leur quotidien de vie » ?

    Ils ont les revenus du tourisme, une vraie manne ou « poule aux œufs d’or »… Mais… Qui pourrait bien dans une situation permanente de violences et de manifs insurrectionnelles, faire bientôt défaut…

    Les indépendantistes de partout – en particulier des territoires français (régionaux et outre mer) ainsi que les autonomistes, ils oublient tous qu’ils leur faudrait se démerder sans sécu, sans RSA, sans aides sociales, que le nouveau statut ne pourrait leur procurer, ou alors il faudrait que le territoire en question soit hyper riche en ressources locales, assez riche pour donner une sorte de revenu universel à chacun de ses ressortissants ! Ce qui n’est nulle part le cas… (Peut-être à la limite la Nouvelle Calédonie avec le nickel?)

     

     

  • Rupture de la relation

    … Lors d’une rupture de la relation entre un homme et une femme, en général – sauf bien sûr dans le cas d’une maltraitance ou d’une trahison subies par celui ou celle qui s’en va, et qui donc « n’en peut plus », entre autres causes ayant entraîné la rupture – l’on a tendance à être « moins bienveillant » pour celui ou celle qui quitte l’autre…

    Et cela d’autant plus si celui ou celle qui est quitté par l’autre, est son fils ou sa fille, l’autre qui s’en va étant la bru ou le gendre…

    Et peut-être plus encore, si l’on est la maman du fils ou de la fille quitté par l’autre…

    Quelle que soit la « lecture » faite par le ou les observateur(s) de l’événement – de la rupture donc ; lecture en fonction de ce qui s’est réellement passé entre l’un et l’autre… Il n’en demeure pas moins que celui ou celle qui est quitté, c’est bien lui ou elle, qui se retrouve seul et, n’ayant pas été l’acteur décideur de la rupture, a donc subi l’événement qui, parfois du jour au lendemain, a changé sa vie au quotidien…

    Une « observation » que je fais alors, ou plutôt une idée qui me vient et pour ainsi dire s’impose en mon esprit ; c’est que pour l’acteur – ou l’actrice – décideur de la rupture, désormais, l’on ne se fera plus de souci pour lui, pour elle, dont on sera indifférent à ce qu’il, elle devient plus tard, entre autre par exemple s’il, elle, se verrait atteint d’une maladie grave, d’un cancer (bien sûr, humainement ce n’est pas ce que l’on souhaite tout de même, mais si cela arrive l’on se sentirait « peu affecté »)…

    Bien sûr l’on ne peut effacer et encore moins nier ce qui a été, entre l’un et l’autre, il y a, quelques années en arrière, ce mariage, cette fête ayant réuni cent et quelques amis et proches… Le souvenir que l’on a, en tant qu’observateur, en tant que maman ou papa, de ce jour heureux où deux jeunes personnes en tenue de mariage se sont embrassées, le soir, sous un immense parapluie en dessous duquel neigeaient des étoiles lors d’une « mise en scène artistique »…

     

     

  • Les effets ou les retombées économiques de la guerre en Ukraine

    … La politique interventionniste – et agressive – des USA (Viet Nam 1967 à 1975, Balkans 1995 à 1998, Irak 2003…) … Aussi condamnable qu’elle ait, à juste titre, été, aussi peu soucieuse des droits humains et il faut le dire responsable de « crimes de guerre » … N’ a cependant – il faut le dire aussi – jamais remis en cause ou cassé, désorganisé l’économie mondiale de marché ni entraîné de graves pénuries alimentaires, gêné la circulation des produits par voie maritime ou aérienne ou routière…

    Et de même la politique expansionniste (par implantation, par investissements en divers endroits de la planète – notamment en Afrique - ) de la Chine… (Au contraire cette politique chinoise a contribué au développement – au profit de la Chine certes – de l’économie mondiale…

    De tous les conflits passés, ceux de la seconde moitié du 20ème siècle, aucun d’entre eux, de ces conflits, n’ayant été que localisé et soutenu par de grandes puissances interposées (USA, URSS), n’a impacté l’économie mondiale…

    La seule conséquence a été celle de l’augmentation du prix du baril de pétrole et des produits énergétiques… En partie absorbée, cette augmentation progressive et erratique, par un niveau de vie, notamment celui des pays développés, en amélioration (jusqu’à même abondance et diversité de produits)…

    Dans la situation présente avec la guerre en Ukraine, il est assez surprenant de voir un chef d’état – de l’un des 3 plus puissants pays du monde Chine Russie USA – en l’occurrence Vladimir Poutine ; sembler se soucier si peu de l’ordre économique mondial – qui d’ailleurs affecte son pays la Russie…

    En effet, l’américain Joe Biden et le Chinois Xi Jinping, quant à eux, quoique concurrents et adversaires, se soucient de l’ordre économique mondial…

    Pour l’un, l’américain, et pour l’autre, le chinois, une Europe affaiblie (politiquement surtout et en partie économiquement parlant), c’est une perspective pour une dominance sur le monde… Par un assujettissement de l’Europe, laquelle Europe cependant, continuera d’être le client de l’un et de l’autre, avec ses 500 millions de « consommateurs potentiels »…

    Or, dans la situation présente et cela d’autant plus dans le temps long d’une évolution catastrophique pour l’économie mondiale, il est clair que les conséquences (retombées économiques) seront sévères pour l’Europe qui ne pourra plus être le « bon client » de l’un et de l’autre…

     

    … D’où cette réflexion, cette interrogation qui me vient à l’esprit : la dominance par l’idéologie serait – elle plus dangereuse que la dominance par l’argent ?

     

     

  • Ce que la guerre en Ukraine a de différent par rapport aux guerres du passé

    … La plupart des observateurs que nous sommes, de la guerre menée par Putin’ contre l’Ukraine depuis le 24 février 2022, dont soit dit en passant les « gens de gauche » dont je fais partie, qui sont anti lobbies, anti grands groupes capitalistes, anti dominants, anti milliardaires prédateurs etc. … Ne se rendent pas compte à quel point dans un proche avenir, l’économie mondialisée de marché (de tous produits de consommation alimentaires et autres) va être durablement et très fortement affectée… Une économie rappelons – le, aux mains des dominants et des possédants les plus dirigistes et les plus décisionnels de la planète…

    Dans les grandes guerres anciennes, celles d’avant le 21ème siècle, il était dit et observé que les guerres « relançaient l’économie » parce que ces guerres permettaient aux dominants et aux puissants de s’enrichir et de profiter de ces guerres, au détriment de la majorité des populations qui demeuraient dans la misère, une misère accentuée…

    Nous ne sommes plus dans le même cas de figure aujourd’hui, avec la guerre en Ukraine…

    L’économie de marché mondialisée va être tellement cassée, désorganisée, dans la logistique, dans les approvisionnements, dans les transports de denrées et produits ; ainsi que par les pénuries consécutives affectant les grands centres de production agricole et industrielle à la suite de dévastations, de mise à l’arrêt des cultures, des fabrications ; de l’interruption des circuits que nous connaissons par voie maritime, aérienne, ferroviaire et routière, les exportations et les importations à l’arrêt… Que cette fois, même les dominants, les grands lobbies, les milliardaires ne faisant plus recette comme ils le faisaient avant la guerre en Ukraine, et cela d’autant plus si la guerre devient mondiale (en fait elle l’est déjà, mondiale, cette guerre)… Et à encore plus forte raison les populations (autant celles des pays occidentaux développés que les pays en voie de développement)… Je ne vois guère comment cette guerre là vu ce qu’elle implique de conséquences, pourrait « relancer l’économie » !

    Jadis, l’envahisseur, le conquérant pillait, s’accaparait, occupait, exploitait les richesses existant sur place (par exemple dans la seconde guerre mondiale le Reich Allemand qui mettait l’Europe à sac)…

    De nos jours avec tous ces bombardements d’une dimension de destruction aussi considérable et étendue, ce qui est à piller, à s’approprier n’est plus ou a en grande partie disparu, difficilement renouvelable…

    La dimension que prend donc cette guerre menée par Putin’ contre l’Ukraine, implique forcément une réflexion sur ce que va devenir le monde tout entier, sur de nouvelles visions de l’économie, de la politique, des stratégies à adopter désormais. Rien ne sera plus comme avant, y compris les clivages ( entre riches et pauvres, droite ou gauche, cultures et ethnies, mode de vie des uns ou des autres avec leurs différences ) auxquels nous sommes habitués depuis plus de 40 ans, dans un monde où les conflits n’étaient que locaux, sans trop grande conséquences sur l’économie mondiale de marché…

     

     

  • Retraite à 65 ans : nous sommes fixés ...

    … Ce sera donc à partir de 2030.

    Cela veut dire que sont concernées toutes les personnes nées à partir de 1968. En 2030 les personnes nées en 1968 seront âgées de 62 ans en 2030, et devront travailler 3 ans de plus jusqu’à 65 ans…

    Jusqu’en 2028 en effet, l’âge fixé pour la retraite reste 62 ans…

    Ainsi, une caissière de super marché par exemple (je donne cet exemple parce que 7h par jour en continu 5 voire 6 jours sur 7 à scanner des code – barre de produits et à sortir des listes imprimées d’achats effectués et cela durant des années)… Cela me paraît « aberrant » et sans « magie »… Une caissière de supermarché née en 1968 devra travailler, tenir encore ce poste de caissière, jusqu’en 2033…

    Je pense aussi à un enseignant (professeur des écoles, de collège, de lycée) aujourd’hui en 2022 âgé de 54 ans, qui, en 2030 âgé de 62 ans, devra tenir son poste jusqu’à 65 ans en 2033… Et devant faire son cours, sa classe, devant des jeunes de 10, 15 ans – quand on sait ce que cela représente de difficultés de relation aujourd’hui dans les classes d’école, de collège, de lycée…

    Est-ce « raisonnable » ? Est-ce « concevable » ?

    Certainement pas pour la caissière de supermarché ni pour le professeur des écoles, de collège, de lycée…

     

    Est concernée par la retraite à 65 ans une très grande majorité de la population française, soit en 2030, 70 millions de personnes moins tous ceux qui sont nés avant 1968, c’est à dire 55 millions de personnes…

     

    Pour ceux et celles qui sont « pour » la retraite à 65 ans, ou qui « acceptent  ou conçoivent », je voudrais bien qu’ils me donnent leurs arguments, autres que ceux qui sont avancés depuis déjà pas mal d’années à savoir le vieillissement prolongé de la population, l’argent qui manque pour assurer, etc. … Et autres arguments que ceux encore, de la réinsertion dans la vie professionnelle, de l’emploi des seniors supposés être des gens d’expérience…

     

    J’en reviens à la caissière de supermarché (plus de 60 ans) 7h par jour à scanner des code – barre, au professeur de collège (plus de 60 ans) devant des jeunes « difficiles » … Qui d’entre vous peut-être « pour cela » ? (Et avancer des arguments « convaincants »?)

     

    Enfin… Un « dernier détail » - si je puis me permettre :

    Autant pour la « vieille caissière » de supermarché que pour le « vieux professeur » de collège… 4 minutes nécessaires plus 2 de refagotage pour aller pisser 2 ou 3 fois dans les 7 h de boulot, pour le « rendement » (en ce qui concerne un emploi à « objectifs tendus ») c’est « pas ce qu’il y a de mieux » !

     

     

    … Prenons le cas d’un prof de gym âgé de 62 ans en 2030, devant encore attendre 3 ans pour cesser son activité…

    S’il est « en pleine forme » capable de parcourir 12 km à pied ou 50 km en vélo, de se déplacer rapidement sur un terrain de foot arbitrant 2 équipes de jeunes de son lycée, durant 2 heures… Très bien …

    Mais s’il est diabétique, sujet à des tendinites, souffrant d’arthrose « modérée », un peu essoufflé en se déplaçant sur un terrain de jeu, si de surcroît il a fait l’an passé un « petit infarctus »… Il aura du mal à entraîner ses élèves, des jeunes de 15 ans accros de scate board et d’acrobaties VTT…

     

     

  • Aides sociales, RSA, chômage

    … À propos du RSA et des aides sociales qui, selon certains, devraient être conditionnées à une recherche effective d’emploi ou même à une obligation à accepter un emploi, il y a une autre réalité que celle des personnes qui, délibérément, refusent de travailler et préfèrent vivre de ces ressources accordées par l’état…

    Si l’on ne peut en effet, nier cette réalité là, il en est une autre qui elle, exerce une pression bien supérieure à celle du refus délibéré…

    C’est celle liée au fait que la plupart des emplois proposés ou offerts, se situent généralement dans des zones urbaines et péri urbaines de dix, vingt mille habitants au moins et presque jamais ou assez rarement dans et autour de bourgades de deux, trois mille habitants, en France…

    Le « tissu résidentiel » en terme d’habitants en France, est sur l’ensemble du territoire Français, celui d’un agglomérat dispersé de zones de dix, vingt mille habitants, séparées en général par des distances de 50 km environ en moyenne.

    De telle sorte que beaucoup de gens en situation de chômage et percevant RSA et aides sociales, ne vont pas chaque jour effectuer 30 ou 40 km aller et autant retour en voiture pour aller travailler, surtout avec le prix des carburants qui augmente…

    Et si de surcroît l’emploi proposé, à 30 km du domicile, est un emploi à temps partiel, raison de plus d’un refus.

    « Le jeu vaut la chandelle », en somme, seulement si l’emploi proposé est à temps complet et si en même temps il est rémunéré au moins une fois et demi de plus que des revenus d’assistance… (Encore que, avec l’essence à plus de 2 euro le litre)…

    Ces personnes au chômage en zones rurales peu urbanisées et n’offrant guère d’emplois à proximité, sont très nombreuses en France, si l’on fait le compte de toutes les bourgades de moins de 3000 habitants réparties sur le territoire Français… Il n’y a qu’à voir le nombre et l’étendue des maisons individuelles en lotissement un peu partout dans le paysage autour de soi, hors grandes et très grandes agglomérations… Des maisons où résident non seulement des personnes âgées (des retraités) mais souvent aussi, des personnes de 40/50 ans ayant un fils, une fille, jeunes, au chômage vivant avec elles… Ou même des couples au chômage avec enfants dont la mensualité de remboursement du prêt de la maison se trouve en grande partie compensée par des allocations de logement…

    Alors pour ces personnes là au chômage, l’on comprend bien que faire chaque jour 30 ou 40 km aller et autant retour pour aller travailler, à 2 euros le litre d’essence maintenant, cela ne soit guère attirant !

     

     

  • Un nouveau pas franchi ...

    … Le 16 mars 2022, c’est un nouveau pas qui a été fait dans l’escalade de l’agression de l’Ukraine par l’armée russe commandée par Putin’… En matière de crime de guerre, puisqu’il s’agit cette fois d’une extermination en masse de civils à Marioupol, par bombardement d’un bâtiment où se trouvaient 2000 personnes réfugiées, concentrées dans des locaux à l’intérieur et dans le sous sol de ce bâtiment.

    L’explosion fut si intense et si destructrice, qu’elle causa la mort de plusieurs centaines de personnes ; il était au soir de ce 16 mars, impossible d’établir un bilan puisque les secours ne pouvaient encore intervenir sur place…

    Qui, encore, en France ou ailleurs, osera minimiser ce fait de guerre, ce bombardement meurtrier de civils, prétendre que Putin’ était « dans son droit » ou « qu’il faut encore lui parler », traiter avec lui ?…

    Oui, qui oserait s’exprimer dans un « sens différent » de celui de toutes les opinions publiques de 140 pays condamnant la guerre menée par Putin’ contre l’Ukraine ?

     

    Cela dit, la Cour Pénale Internationale de Justice de La Haye, habilitée par 123 états à poursuivre et à condamner pour crimes de guerre, n’existant pas avant 2002…

    Lorsque l’armée des USA du temps de Nixon 1969 – 1974 a napalmisé des civils au Vietnam, par centaines en brûlant des villages, des forêts et des campagnes… Lorsque l’armée française en 1955/1956 du temps de René Coty en Algérie a incendié des dizaines de villages et exterminé leurs habitants, en Kabylie et dans les montagnes de l’Atlas… Est-ce que pour autant, cent et quelques pays, peuples et gouvernements, ont fait entendre leur voix pour condamner de tels « faits de guerre » qui sont des actes de barbarie ? (peut-être « un peu plus » en 1974 pour le Vietnam, que pour l’Algérie en 1956)…

    La Cour Pénale Internationale de Justice qui siège à La Haye, chargée de juger les crimes de guerre, a été créée le 1er juillet 2002, regroupant 123 pays dont 33 états africains, 19 états d’Asie Pacifique, 18 états d’Europe orientale, 28 états d’Amérique latine et Caraïbes, 25 états d’Europe occidentale…

    Mais, ne disposant pas de sa propre police, la Cour Pénale internationale doit nécessairement compter sur la coopération des états membres pour rechercher, appréhender et traduire devant le tribunal, les auteurs de crimes de guerre…

    Rappelons que ni la Russie ni la Chine ne font partie des 123 états membres…

    Le seul fait de l’existence d’une telle instance ( une cour pénale internationale) – depuis 2002 – signifie qu’au moins « dans le principe » le genre humain dans un ensemble constitué de 123 pays et peuples, en dépit de ce qui demeure de barbarie, de cruauté, de tueries comme on le voit encore (Balkans 1998, Syrie depuis 2011 entre autres conflits locaux)… Le genre humain donc, a « un peu évolué » (si l’on peut dire)…

     

     

  • Nous tombons le masque

    Minou masque

    … Depuis lundi 14 mars, nous tombons le masque dans les commerces, les cinémas, la rue et partout sauf dans les transports publics et dans les établissements de santé…

    Pour le cas où les directions de magasins de grande surface commerciale Carrefour, Leclerc, Intermarché etc. … Ainsi que des municipalités, prendraient des mesures locales au sujet du masque qu’il faudrait encore porter, il n’existe plus de contrevenance c’est à dire plus la possibilité de faire verbaliser…

    J’applique donc les nouvelles mesures gouvernementales, ne porte plus le masque pour me rendre au supermarché du coin… Ces mesures primant toute autre mesure appliquée par des autorités non gouvernementales (que j’emmerde si d’aventure l’on me fait une « observation » m’enjoignant de porter un masque)…

    Et que quiconque, à l’endroit où je me rends, portant le masque, ne vienne me « rappeler à un ordre qui n’est plus » !

    Ce ou ces « quiconque » entendront alors dire de ma part : «  j’ai perdu 14 personnes par cancer dans ma famille et zéro personne par covid, que l’on ne m’emmerde plus avec le covid ! »

    Et j’ai envie d’ajouter «  On ne va tout de même pas élever des monuments aux morts du covid comme pour la guerre de 14 » !

    Cela dit, en ce « grand jour de libération » je ne fais point la fête que j’ai tant souhaité faire durant ces 2 ans de covid en pensant au jour où le masque ne serait plus obligatoire, car ce « grand jour arrivé » est malheureusement attristé par la guerre en Ukraine et par la vue insupportable de l’Ogre du Kremlin sans masque covid sur les télés…

     

  • C'est le pouvoir de l'argent qui fera tomber l'Ogre du Kremlin

    … En 1917, outre le fait que des centaines de milliers d’hommes de troupe – du peuple russe – revenaient du front avec leurs armes, ce qui a beaucoup contribué à la réussite de la révolution bolchevique d’octobre 1917 ; le Tsar Nicolas II a été lâché par une partie de son armée (parmi les Hauts Gradés)… Ce qui a abouti en février 1917 lors de la 1ère révolution, à un gouvernement s’appuyant sur une « bourgeoisie moyenne », lequel gouvernement souhaitant poursuivre la guerre contre l’Allemagne de Guillaume II… De telle sorte qu’en février 1917, beaucoup d’hommes se trouvaient encore engagés dans les combats contre l’armée allemande… Mais plus en octobre du fait, alors, du retrait de la Russie bolchevique, du conflit… Encore que une fraction de ce gouvernement bolchevique était encore pour la guerre…

    En 2022 la situation est différente pour Putin’ et son gouvernement ; le peuple russe étant désarmé, sans défense, en face de 300 000 policiers et gardes mobiles qui, déployés devant les foules de manifestants dans plusieurs villes de Russie, exercent une oppression brutale, d’une grande violence… Équipés qu’ils sont, dans des tenues de combats ignifugées, gilets pare balles, casques, boucliers, etc. …

    D’autre part, le « Système  Poutinien » étant très verrouillé, notamment par une garde rapprochée et par des fidèles indéfectibles et d’éventuels « dauphins » prêts à succéder à leur chef, il en résulte que la dictature poutinienne s’en trouve renforcée…

    Mais il y a – et cela est indéniable et s’est toujours vérifié par le passé – le pouvoir de l’argent, par lequel tout, absolument tout devient achetable…

    Ainsi, même un très proche, très fidèle de Putin’, peut être acheté (il suffit à cette fin, que l’un des oligarques grand patron d’industrie et d’économie de marché, milliardaire et conscient de la difficulté dans laquelle se trouve son pays, souhaitant des « réformes » et ayant « une autre vision que la vision poutinienne », « y mette le prix » pour l’élimination de l’Ogre du Kremlin…

    En effet, cela aussi est indéniable, une économie mondiale en berne, trop de territoires ravagés et rendus inexploitables pour longtemps, trop de populations dans la misère et privés de produits essentiels… Cela ne fait jamais l’affaire des lobbies et des dominants de l’économie de Marché (dont, soit dit en passant, les Chinois)…

    L’économie russe, plus encore que par les sanctions appliquées par les pays de l’OTAN, est affectée par le départ, par la fuite de dizaines de milliers d’acteurs de la vie économique (ingénieurs, cadres, professions libérales, médecins, intellectuels, artistes, enfin toute une partie de la bourgeoisie moyenne anti guerre, tous opposants pour la plupart fichés par la police du régime)… Là encore, le pouvoir de l’argent (celui des affaires) qui s’en va de Russie, une Russie qui se vide de ses élites, de ses acteurs les plus déterminants pour la marche des affaires, du pays… Par dizaines de milliers de ses citoyens qui ne ne reviendront jamais, une fois partis, dans la Russie de Putin’…

    Alors, autant que le réfugiés ukrainiens, accueillons les à bras ouverts, les opposants au Système poutinien, quittant la Russie !

     

    … Une autre réalité non négligeable, est celle encore au 21ème siècle, du pouvoir des idéologies.

    En effet nous croyons que le 21ème siècle est plus que jamais – que par le passé – le siècle du pouvoir de l’argent… Mais il est en même temps, et c’est ce que l’on voit avec le système poutinien, (et aussi, soit dit en passant avec le système Djihadiste de l’Islam radical), un siècle de l’idéologie…

    Et le pouvoir de l’idéologie est en quelque sorte indépendant voire indifférent au pouvoir de l’argent… Lorsqu’il se dimensionne dans une dominance amplifiée…

    Le pouvoir de l’idéologie est en conséquence extrêmement dangereux parce que le pouvoir de l’argent alors n’arrive pas à l’abattre et qu’il détruit le monde…

     

     

  • "Il" pue la mort et la destruction ...

    ... l’Innommable, l’Antéchrist, le Sosie d’Hitler ! … Mais il est un « colosse aux pieds d’argile » !

     

    … Toute la puissance de l’armée russe réside dans sa capacité de destruction, absolument gigantesque, au point de rayer de la carte des pays entiers, des villes situées jusqu’à 10 000 km de Moscou, et même dix fois la planète, dotée qu’elle est, cette armée, d’un arsenal d’ogives nucléaires, une trentaine de sites de lancement répartis sur une bonne partie du territoire russe…

    Cette énorme capacité de destruction, aussi, hors arsenal nucléaire, réside dans la puissance et dans la portée des armes et du matériel militaire utilisés (chars, avions, navires de guerre pouvant envoyer sur des dizaines ou de centaines de kilomètres, des missiles atteignant non seulement leurs objectifs mais en plus tout ce qu’il y a autour de constructions dont des habitations et des centres commerciaux, des routes, des ponts, des points de jonction d’autoroutes…

    Mais, en ce qui concerne la logistique, l’intendance en ravitaillement des troupes, et les effectifs en combattants, l’armée russe a des faiblesses… Elle est incapable avec 200 000 hommes engagés, d’occuper durablement l’Ukraine sur l’ensemble de son territoire… Et encore moins, d’autres pays que l’Ukraine (la Pologne, la Roumanie, les états baltes etc.)

    Même avec une armée d’un million d’hommes elle n’y arriverait pas…

    Les occupants ayant envahi et terrorisé des pays et leurs populations, se verraient harcelés par des centaines de milliers de résistants, les pertes alors, de soldats russes seraient forcément considérables.

    Un million d’hommes au maximum, c’est tout ce que peut au mieux, rassembler l’Ogre du Kremlin, par appel de – mettons 100 à 200 mille hommes volontaires , et 600 à 700 mille « appelés de force »…

    C’est la raison pour laquelle la « mise principale » dans cette guerre, consiste en l’utilisation de la puissance de feu et de destruction… Mais que ferait Putin’ alors, une fois réalisé son œuvre de destruction, de territoires aussi vastes rendus stériles, inhabités, laminés, de villes en ruines, de terres devenues inexploitables ?

    Le « cas de figure » le plus probable dans la situation actuelle, c’est celui d’un événement, d’un fait se produisant, qui entraînerait l’intervention des pays de l’OTAN (par exemple un avion de chasse Polonais abattu alors qu’il ne survole pas l’Ukraine, un missile qui, son objectif atteint à quelques kilomètres de la frontière polonaise, détruit en même temps une zone d’habitations en territoire Polonais, une colonne de réfugiés massacrée sous un bombardement alors qu’elle vient tout juste de franchir la frontière…)

    Nous sommes ces jours ci, très proche d’un « cas de figure » de ce genre…

     

  • La bienveillance (ou la compréhension des choses) par la nuance, a des limites !

    … Ceux et celles qui « condamnent Putin’ sans vraiment le condamner », ainsi que « les mêmes » ou « pas les mêmes » qui sont des inconditionnels totaux sans aucune exception de la non violence y compris une non violence même à l’égard de « parias absolus et de leurs séides »… « Ça me pose problème »…

    Ils faut qu’ils s’attendent, ceux là, celles là, à « quelques propos et productions de ma part, qui ne fassent point dans la dentelle et qui risquent de les heurter, de les choquer »…

    Outre ces sujets là que je viens d’évoquer, sur Putin’, sur la non violence inconditionnelle, il en est également d’autres, de sujets « très sensibles » à propos desquels je ne fais trop guère dans la nuance, sujets sensibles « de société » que je peux « à ma façon » « traiter » - aux yeux de certains – dans une inconvenance iconoclaste et blasphématoire (assumée) suscitant indignation et révolte…

    C’est ainsi, d’ailleurs – je me suis déjà il n’y a pas si longtemps exprimé à ce sujet – que l’on reconnaît parmi ses amis et connaissances (dont certains « de longue date - une vingtaine d’années par exemple)… Les vraiment fidèles et indéfectibles…

    Autrement dit : « les amis de longue date – de dix, vingt ans – seront et resteront toujours des amis », n’est en aucune façon une vérité ni un acquit… Ce n’est qu’une « heureuse possibilité »…

    … Enfin, en guise de conclusion à ce que je viens de dire (c’est évident et… « pour cause » )… Les « pro Putin’ franc et net » ceux là, on les voit pas « montrer le bout de leur nez – du moins chez nous en France – sur Facebook (je veux dire en fait « sur la page générale d’accueil qui est celle que je consulte »… En effet, s’ils se manifestaient ils seraient unanimement conspués et honnis !

    Si dans ma liste d’amis il y aurait (après tout c’est possible) des « pro Putin’ » ; qu’ils soient ou non « de longue date », ceux là ne sont plus mes amis…

    … Les « pro Putin’, les « pro et conciliants excusants pédos », les « pro Lobbies dominants prédateurs »… « Même engeance, même rejet, même violence exercée délibérée, même discrimination totale – antiisme absolu ! »…

     

     

  • Le peuple russe antiguerre est sans défense en face de la dictature Putin'policière

    … Le peuple russe dans son immense majorité, qui est contre la guerre menée par Putin’ à l’Ukraine, ne peut pas exprimer sa colère sans risquer 15 ans de prison (ou de goulag), toute manifestation en place publique étant durement réprimée…

    Ce qu’il pourrait faire, le peuple russe, c’est fabriquer des cocktails molotov afin de les lancer sur les policiers en face d’eux… Mais équipés comme ils le sont, les éclats de verre et les flammes dans l’explosion du cocktail, n’auraient aucun effet sur des protections ignifugées…

    Les manifestants pourraient aussi avec des camions et de grosses voitures, foncer dans les rangs des policiers… Mais dans le quart d’heure qui suit, les policiers chargeraient avec des engins blindés, des chars d’assaut…

    Le peuple pourrait encore se procurer des armes en les achetant par internet sur des réseaux clandestins, dans les uns ou les autres des 140 pays ayant condamné Putin’… Mais les transactions bancaires étant devenues impossibles pour acheter ailleurs qu’en Russie, et de surcroît, en admettant que ces armes arriveraient en Russie, ils faudrait que leur transport soit possible sur les routes de Russie pour parvenir à leurs destinataires…

    Rappelons qu’en 1917 lors de la révolution prolétarienne, les gens ordinaires étaient armés, du fait de la guerre et que les soldats revenus du front, mobilisés en masse par centaines de milliers, possédaient des fusils, des grenades, des mitrailleuses…. Et que ce n’est plus le cas en 2022 en Russie…

    Comment peut-on faire une révolution ayant toutes les chances d’aboutir, sans armes de guerre ?

    A-t- on jamais vu, comme en France ou en Allemagne, dans les manifestations contestataires, en Russie de Putin’, des policiers se faire tuer ?

    Le peuple russe est sans défense, sans arme, livré à la dictature Putin’ policière !

    Tout ce que le peuple russe peut faire – et sans doute le fait-il sans l’exprimer ouvertement – c’est maudire les mères des soldats assassins qui, en dépit de la perte de leurs fils, continuent de bénir leur ogre du Kremlin… C’est aussi, de maudire leurs compatriotes pro Putin’ en général de la « bourgeoisie moyenne ayant profité du régime de Putin’ depuis 2004 », quelques riches tout autant pro Putin’, et si ça se trouve, quelques autres « pas si riches que ça » qui – propagande mise à part – soutiennent (vraiment, réellement) Putin’…

     

     

    Haro sur les pro putin’ russes résidents dans les pays de l’Union Européenne, artistes soutenant le poutinisme, oligarques et sous oligarques riches à crever possédant de belles demeures sur la côte d’Azur et sur la côte Basque… Sus à ces salauds qui applaudissent aux bombardements de populations civiles, ou qui prétendent que les Ukrainiens sont des nazis…

    Que leurs biens et leurs personnes soient menacés et attaqués, et qu’en conséquence les forces de l’ordre dans les pays européens « ferment les yeux » sur des actions menées contre eux, et ne les protègent pas au nom de la sécurité des citoyens !

     

     

  • Retraite à 65 ans

    … Pour les caissières (et caissiers) de grandes surfaces commerciales, pour les maîtresses et maîtres d’école, pour les professeurs de collège et de lycée, pour les policiers municipaux, pour les gendarmes qui ne sont pas des gradés, pour les agents de guichet des banques (et de la banque postale et de la poste courrier), pour les femmes et hommes de ménage (« techniciens de surface », entre autres (qui exercent des activités improprement définies « non valorisantes » parce que ne nécessitant pas d’avoir fait de longues études)…

    Et d’une manière générale pour les personnes âgées de 60 à 65 ans dont le « profil de santé » est entre médiocre et moyen ( pathologies cardiovasculaires, insuffisance respiratoire, rhumatismes, arthrose, diabète confirmé, prostatiques…)

     

    L’on vit sans doute de nos jours, plus longtemps que l’on ne vivait au début du 20ème siècle, mais dans quelles conditions pour beaucoup de nos parents âgés, de personnes vivant seules et vieillissantes ?

    Indéniablement les pathologies sont de plus en plus nombreuses, diverses, et lourdes… À tel point d’ailleurs, qu’elles affectent des gens qui n’ont pas atteint 60 ans (et même des beaucoup plus jeunes)…

     

    Avant d’instituer la retraite à 65 ans – ou à 62 ans comme c’est le cas encore – il serait bien plus urgent et plus économique d’investir dans la prévention en ce qui concerne la santé publique…

    Et la prévention c’est :

    Des maisons ou centres (pôles) médicaux avec généralistes, médecins spécialisés – cardiologues, dermatologues, ophtalmologistes, spécialistes des voies respiratoires, digestives, rhumatologues, du personnel d’accueil, des infirmier(e)s, des salles d’examen, de radiologie, d’imagerie médicale…

    Un centre donc, pour 3000 habitants, afin que personne n’attende 6 mois ou plus pour obtenir un rendez vous ou passer un examen (mais dans un délai d’une semaine)…

    Cela suppose des médecins spécialistes en nombre suffisant avec (à voir) des subventions pour permettre à des étudiants en médecine de se spécialiser…

    Car l’on en manque de ces médecins spécialisés (en particulier des dermatologues … Quand on sait le nombre de cancers avancés (tumeurs épithéliales) dont l’issue est souvent fatale…

    La prévention permettrait de réduire considérablement le nombre de pathologies (et la gravité de ces pathologies) dont la conséquence évidente est le coût représenté par les soins, par les traitements (un coût exorbitant qui pourrait être évité)…

    La prévention c’est le « mal tué dans l’œuf »…

     

    … La France est le pays où la protection sociale en matière de remboursements médicaux et de prise en charge est la meilleure, à tel point que nombre de pays nous envient…

    MAIS, en contre partie hélas, la France n’est pas loin s’en faut, au top, en matière de prévention (c’est même l’un des plus mauvais)… Du fait du nombre très insuffisant de médecins spécialistes (dans certaines disciplines dont la dermatologie) impliquant des temps d’attente de 6 mois et plus pour obtenir des rendez vous (et presque autant après le rendez vous pour un examen approfondi)…

    Bien sûr, avec la création de pôles médicaux (par exemple pour 10 000 habitants dans les régions plus densément peuplées) il y a « quelques progrès »… Mais à quoi sert un pôle médical si le cardiologue ou le dermatologue ne vient dans ce pôle, que 1 fois tous les 15 jours ou tous les mois, et que cela donc, ne réduit en aucune façon, le temps d’attente pour un rendez vous ?

     

     

  • Où étiez vous quand ... ?

    … Ce type, Poutine, que j’orthographie Putin, je ne peux plus supporter de le voir (de voir sa tête) à la télé… Je ne puis me résoudre à user du mot « visage » pour parler de la tête qu’il a… Dès qu’il paraît à la télé, je détourne mon regard…

    Je ne puis supporter d’entre dire et de voir écrit « monsieur Poutine »… Poutine tout court, ou Putin, c’est déjà insupportable…

    Je ne puis éprouver le moindre respect, la moindre considération pour ce personnage, un « non interlocuteur », un paria…

    Pour dire les choses, c’est la haine totale et absolue, que j’ai pour ce personnage, ce « non humain » (je lui nie le statut d’être humain)…

    Et pourtant je suis anti haine…

    Mais pour Putin je fais une exception, quoique j’en fasse une aussi, d’exception, de Bachar Al Hassad… Et des plus salauds des pédophiles sinon des pédophiles en général… Sans oublier toujours dans l’exception, les terroristes assassins coupeurs de têtes égorgeurs Islamistes Djihadistes…

     

    Cela dit, j’ai « quelques questions à poser à beaucoup de gens, en France, en Europe et ailleurs », voici lesquelles entre autres, alors qu’aujourd’hui nous soutenons les Ukrainiens, que nous exécrons Poutine, Bachar Al Hassad, et que les islamistes terroristes nous font peur et nous horrifient…

     

    -Où étiez vous lorsqu’en 2011, Nicolas Sarkozy chef des armées françaises envoyait combattre en Libye des soldats contre ce salaud de colonel Khadafi, et que la Libye sombrait dans le terrorisme ?

     

    -Où étiez vous quand l’OTAN bombardait Belgrade pendant 78 jours en 1999 ?

     

    -Où êtes vous quand le pouvoir Chinois de Xi Jinping parque les Ouighours comme des animaux ?

     

    -Où êtes vous quand des enfants de huit ans extraient du cobalt pour vos voitures et vélos électriques ?

     

    -Où êtes vous quand la forêt amazonienne tout entière brûle avec la « bénédiction » de Jail Bolsonaro ?

     

    -Où êtes vous – sauf peut – être ? Le 8 mars de chaque année journée de la Femme – quand en France encore en 2022 beaucoup de femmes y compris dans la fonction publique ou territoriale, ont un salaire mensuel inférieur de 20 % à celui des hommes ?

     

     

  • De sombres crétins

    … Par la faute de sombres crétins, dont aucun de ces sombres crétins n’est un personnage important sur la scène du monde – quoiqu’il y ait des personnages importants qui soient bel et bien eux aussi des crétins mais des crétins sortis de grandes écoles… Par la faute de sombres crétins dont les propos à l’emporte pièce, les phrases creuses, les préjugés, les raccourcis de pensée, les crispations, les vues à court terme et les vociférations sur les réseaux sociaux, ne cessent d’encombrer toutes les routes du monde en se bousculant…

    Ce sont des millions de gens partout dans le monde, qui meurent, sont morts ou mourront, victimes d’analphabètes dont beaucoup de ces analphabètes pourtant, savent lire et écrire – si l’on peut appeler lire ce qu’ils lisent ; si l’on peut appeler écrire ce qu’ils écrivent…

    Cela dit, les personnages importants sortis des grandes écoles ont une bonne part de responsabilité dans les hécatombes sur les champs de bataille…

     

  • Lundi 14 mars, une "grande date" dans l'histoire du covid

    … C’est assurément avec une grande et heureuse satisfaction que j’accueille cette nouvelle : à partir du lundi 14 mars, le masque ne sera plus obligatoire dans les commerces, boutiques, supermarchés, marchés hebdomadaires en ville, cinémas, théâtres, bureaux, administrations, en centre ville, enfin nulle part sauf dans les établissements de santé hôpitaux maisons de retraite, transports en bus, train, avion…

    Donc pour « faire bonne figure » - en bon citoyen responsable – je vais encore me conformer aux prescriptions en vigueur jusqu’au dimanche 13 mars minuit… MAIS, dès le lundi matin 14 mars, je me rends au Carrefour du coin sans masque ! … J’imagine (ou je « subodore ») que certaines encore nombreuses des personnes que je vais rencontrer, à ce Carrefour Market ou ailleurs… continueront à porter un masque… Il faudra alors qu’aucune de ces personnes portant encore un masque, ne s’avise à me « regarder d’un mauvais œil » ! … Ni non plus que quelque autorité de ce Carrefour (vigile ou employé, gestionnaire de rayons) ne me « rappelle à l’ordre » (rappel à l’ordre devenu HS) !

    … Pour rappel : ayant perdu 14 personnes par cancer dans ma famille ainsi que dans ma famille par alliance… Et 0 personnes par covid… Que l’on ne vienne pas m’emmerder avec le covid !

    Deux ans ça a été beaucoup trop, et ça suffit !

    Cela dit, maintenant c’est pas mieux avec la guerre en Ukraine et ses conséquences pour l’Europe et pour le monde vu l’évolution que prend ce conflit dont on se serait bien passé !

     

    Certains diront – et disent déjà – (je pense en particulier aux opposants systématiques figés dans leurs contestations épidermiques et réductrices)… Certains diront «  ce sont là des mesures assouplies en vue des élections présidentielles et législatives prochaines »… D’autres encore, ceux là dans l’idée qu’ils ont du risque encore existant, usent également de cet « argument réducteur » étant celui de la campagne électorale… Ils disent, ceux là «  il y a encore 57800 personnes en 24h contaminées, 22640 hospitalisées, 2150 en réanimation et 162 décès – au 4 mars »

    Bon, « peut-être »… Pour les élections… Et ben oui pour les chiffres du covid au 4 mars…

    Et alors ?

    J’affiche un mépris et une déconsidération aussi déterminés, assumés, que profonds, à tout ce que je définis comme étant de l’opposition systématique réductrice épidermique sans véritable réflexion et analyse… Autrement dit, ces contestations qui font des « manoufs » dans la rue – et non pas des « manifestations » au sens de ce que doit être une manifestation de gens dans la rue… (Par exemple pour de meilleures conditions de travail, contre des injustices flagrantes, pour soutenir une action humanitaire, pour des droits humains, pour de la liberté d’expression, contre des criminels, contre la guerre menée par l’armée russe en Ukraine, pour de véritables causes mobilisatrices afin de défendre des gens en situation de difficultés réelles)…

     

     

  • Rappel historique, seconde guerre mondiale

    … Lors de l’invasion de la Russie par les armées de Hitler le 22 juin 1941, dès l’été 1941 en Ukraine occupée, ont été expérimentées – en Ukraine – les premières exterminations massives de juifs avec l’aide d’une partie de la population Ukrainienne antisémite (comme d’ailleurs en Pologne et surtout dans l’URSS de Staline (et avant dans la Russie des Tsars)… Bon nombre en effet, de persécutions, de pogroms, contre les juifs depuis des temps « immémoriaux » en Europe de l’Est et en Russie…

    En été 1941, l’on fusillait des juifs en masse, par centaines voire par milliers, devant d’immenses fosses de plus de cent mètres de long, en Ukraine occupée, que l’on précipitait dans ces fosses entassés les uns sur les autres, dont beaucoup enterrés vivants car il était hors de question de dépenser une balle de plus pour achever les victimes… Et ce sont des Ukrainiens antisémites qui ont conduits eux mêmes les juifs arrêtés, aux nazis…

    MAIS… MAIS… Et il faut le dire aussi et surtout : « ça » c’est le premier volet de l’Histoire ! Seulement le premier volet (qui a été mieux retenu que l’« autre »)…

    L’autre volet, c’est celui de la résistance ukrainienne aux nazis, c’est celui aussi d’une aide (secours, assistance) apportée aux juifs par une autre partie de la population ukrainienne (sans doute majoritaire)…

    En cet été 1941, déjà s’organisait une résistance armée et efficace et unie, dans les forêts et dans les montagnes des régions de l’ouest et du centre de l’Ukraine, et du sud de la Biélorussie, avec des unités équipées, structurées et qui combattait, harcelait les nazis…

    Autrement dit, l’Ukraine et la Biélorussie ont été les premiers territoires occupés par les Allemands, en 1941, à avoir une vraie résistance… Alors qu’en France, à Paris, l’on en était alors encore qu’à des « coups de main » isolés, à des meurtres d’officiers allemands dans le métro, suivis de prises d’otages et de représailles très dures…

    Au sujet de la résistance Ukrainienne à l’occupation allemande dès 1941, et de l’aide dès 1941 apportée aux juifs par une partie de la population ukrainienne, il y a un film documentaire qui est sorti en 2008 « Les insurgés » d’Edward Zwick, dont l’action se déroule dans des forêts de Biélorussie et d’Ukraine, territoires de l’URSS…

     

  • Ça sent pas très bon pour l'ours russe

    … A – t – on jamais vu, d’un printemps des poètes, sortir un très grand poète, un très grand écrivain, tel que le fut au 19ème siècle, par exemple, Victor Hugo ? …

    Soit dit en passant, l’enterrement de Victor Hugo, le 31 mai 1885, a rassemblé 2 millions de personnes, et l’enterrement de Johnny Halliday, le 9 décembre 2017, a rassemblé 1 million de personnes…

    …A – t – on jamais vu un Prix Nobel de la Paix d’une part, et des marches pour la paix d’autre part, empêcher les guerres ?

    …A – t – on jamais vu un dictateur du genre Adolf Hitler ou Vladimir Poutine… Ou encore Bachar Al Hassad ou Recep Tayyip Erdogan, envisager une autre réponse aux interlocuteurs en présence de l’un ou de l’autre, que celle de la violence et donc de la guerre ?

     

    Le printemps des poètes fait des légions de poètes et d’écrivains, tous, chacun d’entre eux, des « héros de famille » ou des « piliers enrubannés en papier cartonné » de réseaux sociaux…

    Les Prix Nobel de la Paix font des livres qui se vendent par millions d’exemplaires et des hommages sur plateau de télévision, relayés par les médias…

    Les marches pour la paix font la fortune des marchands de fleurs…

     

    Cela dit, Vladimir Poutine chef de guerre de l’armée russe, qu’aucun Prix Nobel de la Paix, qu’aucune marche pour la paix, qu’aucun discours de quelque négociateur que ce soit, ne peut infléchir, et faire renoncer à la violence par la guerre… N’a pas – loin s’en faut – derrière lui, le peuple russe dans son ensemble, tout juste quelques oligarques à ses côtés, et au mieux, dix, vingt, trente millions de russes « consentants sans être totalement convaincus »… Ce nombre, dix, vingt, trente millions, diminuant au rythme des sanctions financières et économiques imposées par les USA et par l’Union Européenne et une partie du monde…

    Il peut décréter, certes, détenant le pouvoir absolu, en tant que chef de guerre, Vladimir Poutine, la mobilisation générale de tous les hommes de son peuple, de manière à pouvoir disposer d’une armée de combattants d’une dimension toute autre que celle de 200 000 hommes… Soit dit en passant, 180 000 sont entrés en Ukraine, la réserve n’est plus que de 20 000…

    Une mobilisation générale en Russie, entraînerait des millions de russes dans les maquis, dans l’immensité de la chaîne de l’Oural, dans l’immensité encore plus grande de la Sibérie… Se soustrayant à la mobilisation…

    Ces 200 000 hommes engagés, entrés sur le territoire Ukrainien, combattant, avec leurs armes lourdes, leurs chars, leurs avions… Sont de « simples troufions » (des fantassins, de l’infanterie) pour au moins les trois quarts d’entre eux… Autrement dit, des gens particulièrement exposés aux forces de résistance, aux embuscades, à la guérilla urbaine (et dans les forêts, les montagnes ukrainiennes – voir à ce sujet la géographie de l’Ukraine notamment celle de l’ouest et du centre)…

    Le pouvoir russe leur a « bourré le mou » à tous ces hommes de troupe, promis une victoire écrasante et rapide… Mais ces hommes de troupe, une fois confrontés à la réalité sur le terrain, vont vite « déchanter » ! …

    Avec, bien agité, le « chiffon rouge » de la menace nucléaire, comment certains gradés (haut gradés) dans les états majors de l’armée russe, ne vont-ils pas s’interroger sur les visées de leur chef, et cela d’autant plus qu’une prise de conscience de la non adhésion de cent millions de russes sur cent trente millions, et des conséquences aux sanctions économiques et financières vont forcément devenir évidentes ?

     

     

  • Putin

    … « Monsieur Poutine, monsieur Poutine »… Entend-t-on dire par bon nombre de chroniqueurs, journalistes, hommes politiques…

    Merde alors ! Ce type, Poutine, Vladimir Poutine pour l’entièrement nommer, n’a rien, absolument rien de rien d’un monsieur !

    Et ça fait vingt ans qu’on entend ça « monsieur Poutine » ! Vingt ans que tous les pays de l’OTAN et les autres, n’arrêtent pas de faire en sorte de ne pas froisser Poutine ! De ne pas déplaire à Poutine !

    Merde, vingt ans que ça dure, et voilà le résultat : le retour de la guerre en Europe avec l’attaque et l’invasion agressive d’une brutalité inouïe, de l’Ukraine ! Personne n’y croyait – ou « au mieux » le « subodorait », le craignait… Et c’est bel et bien arrivé !

    Poutine – que l’on peut « orthographier et prononcer Putin soit Poutinn’ »– c’est Hitler version 21ème siècle ! Mêmes ambitions, mêmes mensonges, même démagogie, même mépris absolu du droit et de la loi !

    Maudits soient les gouvernements qui, si cela arrive, seront en Europe des gouvernements de collaboration ou de laisser faire ! Pour le cas où ce type parviendrait à imposer en Europe sa « vision du monde » totalement anti démocratique…

    Les Goulags, en Russie, ça existe toujours ! Que croyez vous que Poutine fait de ses opposants ? Il les emprisonne, les roue de coups avec sa police dans les manifestations, les envoie dans des camps ! La « différence » qu’il y a avec les goulags sibériens de Staline et de ses successeurs jusqu’en 1989, c’est qu’en 2022, les goulags sont ces « prisons modernes hautement sécurisées bardées de technologies nouvelles, où les gens sont astreints à des travaux forcés et rendus inoffensifs, conditionnés par des drogues, par des implantations de puces dans leur organisme…

    Et, comme avec Hitler, il y a les discriminations, les éliminations de minorités gênantes, de toutes sortes de personnes jugées indésirables…

     

     

  • 10 et 24 avril 2022

    … Le dimanche 10 avril 2022 au premier tour de l’élection présidentielle, à coup sûr pour ne pas dire à coup TRES sûr, je ne glisserai dans l’urne ni un bulletin Eric Zemmour ni un bulletin Marine Le Pen…

    Et le dimanche 24 avril si figure au second tour Eric Zemmour ou Marine Le Pen, ni l’une ni l’autre n’aura ma voix…

    En France depuis la période révolutionnaire 1789 – 1799, existe la liberté l’expression, par des prises de parole en public, par des écrits, par des livres publiés… Mais il faut dire qu’à partir du développement des réseaux sociaux et d’internet dès le début des années 2000, la liberté d’expression s’est inscrite dans une dimension qu’elle n’avait jamais eu auparavant et qu’en conséquence elle s’est pour ainsi dire complètement dévoyée, en ce sens que de nos jours n’importe qui peut dire ou écrire ou publier, relayer n’importe quoi y compris le pire, l’inacceptable et cela dans une grande violence, associée à la vulgarité, et de surcroît exprimé dans le mensonge et dans la désinformation…

    De 1789 à nos jours, il n’y eut en France, que durant les années de la Terreur 1793/1794, sous le premier empire de Napoléon, sous la Restauration avec Louis XVIII et ensuite et surtout avec Charles X, puis lors des 10 premières années du second empire (Empire autoritaire 1851 – 1860) et enfin entre 1940 et 1944 avec le régime de Philippe Pétain et de l’État Français de Vichy ; où l’expression libre (parole en public, écrits, livres, journaux) a été censurée et où les gens étaient poursuivis, emprisonnés voire assassinés pour s’être opposés au pouvoir en place…

    Depuis 1958 les partis et présidents au pouvoir, qui se sont succédé : UDR, UDF, UMP, LR, PS et depuis 2017 LREM ; si l’on peut leur reprocher « beaucoup de choses », il faut reconnaître que chacun de ces partis et présidents depuis plus de 40 ans, n’ont jamais censuré ni privé d’expression qui que ce soit (écrits et livres publiés, réseaux sociaux actuellement, parole prise en public, toutes formes d’expression artistique, presse, audiovisuel, etc.) … Sauf bien sûr en ce qui concerne des propos haineux, racistes, xénophobes ou d’une extrême violence et de menace de mort…

    Je ne suis pas sûr, pas sûr du tout, qu’avec le Rassemblement National (ex Front National) au pouvoir, ou qu’avec une majorité se constituant autour d’Eric Zemmour, il en soit de même que jusqu’à présent, pour la liberté d’expression orale, écrite, en publication de livres, sur les réseaux sociaux, et même en ce qui concerne l’expression artistique dans toutes ses formes, si, à l’Assemblée Nationale sont élus des gens autres que ceux que l’on a connus depuis 1958…

    Pour quel candidat, au second tour le 24 avril 2022, un libertaire, voire un anarchiste (notamment un anarchiste inclassable) peut-il – à la limite et contre son gré – voter ?

    Sans doute, je pense – à la limite et contre son gré s’il ne s’abstient pas – pour un personnage masculin ou féminin dont il est sûr que ce président ayant été élu, ne mettra pas en place un système de censure tel qu’il peut le redouter et qui limiterait fortement sa liberté d’expression, d’écrits, de productions artistiques…

    Les élus sont ceux qu’ils sont, le système est ce qu’il est, l’on peut être dans la contestation d’un ordre établi, d’une pensée consensuelle, l’on peut être un révolté… Mais, à partir du moment où l’on a en face de soi des gens de pouvoir et de décision (certes très décriés), qui nous laissent nous exprimer, qui ne nous emprisonnent pas, ne nous poursuivent pas, ne nous font aucun mal physique… Alors oui l’on peut affirmer que dans un pays tel que la France, on n’est ni chez Poutine, ni chez Xi Jinping, ni chez Erdogan !

    Que l’on se le dise, et vous serez tous d’accord avec moi !

     

     

  • A-t-on surdimmensionné les mesures prises contre le covid ?

    … En 2020, en France, 667400 personnes sont décédées, toutes causes confondues, pour une population d’environ 68 millions d’habitants.

    Durant ces deux dernières années 2019 et 2020, le nombre de décès en France, toutes causes confondues, peut donc s’évaluer autour de 1 300 000.

    Ce qui représente en pourcentage environ par an, actuellement, 1 % de mortalité en France toutes causes de décès confondues.

    Qu’en serait-il si un virus de type Ebola ou de coronavirus très aggravé aurait un taux de mortalité d’environ 50 % ?

    L’on peut imaginer alors, les gens mourir chez eux ou n’importe où en dehors de chez eux, ou encore dans les couloirs des hôpitaux, par milliers ; et au moins le tiers de la population disparaître en l’espace de deux ans… Un scénario certes peu probable dans l’état actuel des traitements médicaux, des avancées de la science en matière de lutte contre les virus… Mais tout de même possible…

    En 2018 et 2019, environ 23 000 personnes sont décédées de grippe classique.

    Durant une période de temps comparable, deux ans, depuis février 2020 jusqu’à aujourd’hui en février 2022, 135 950 personnes en France sont mortes du covid.

    Soit sur deux ans, 6 fois plus de morts par covid que par grippe.

    Selon une statistique relayée par les réseaux sociaux, le taux de mortalité du covid en France ne serait que de 0,05 %… Ce qui en vérité traduit peu la proportion de décès liée au covid par rapport à la population dans son ensemble…

    Ce taux de mortalité par covid en France (large proportion de personnes vieillissantes, tout comme dans les pays de l’Ouest Européen) serait en réalité de 1,15 %…

    Considérons et réfléchissons sur ce taux de mortalité par covid de 1,15 %, et essayons d’imaginer 50 % de mortalité (un virus de type Ebola par exemple) ou même de « seulement » 20 % voire 10 % (un virus de type corona mais beaucoup plus sévère)…

    Toutes les mesures (confinements, port du masque, couvre-feu, passe vaccinal, tests ; réorganisation de la vie sociale, télé travail, restrictions de déplacements etc)… Prises durant ces deux années 2020 et 2021 jusqu’encore cette année 2022, et qui ont si durement impacté la vie économique et sociale (en un mot nous ont « pourri la vie ») auraient alors été oh combien plus nécessaires en face d’un virus de type Ebola ou d’un corona bien plus sévère !

    Autrement dit, devant la réalité d’un taux de mortalité de 1,15 % du covid, l’on a réagi avec toutes ces mesures contraignantes, comme si l’on se trouvait en face d’un taux de mortalité 10, 20 fois supérieur !

    En février 2022, dans la localité où je demeure, je vois encore des gens porter le masque dans la rue principale de cette localité de 3000 habitants, alors même qu’ils ne pénètrent pas dans l’une des boutiques situées de part et d’autre de cette rue principale ! Une rue où, au plus fort de fréquentation de la journée, ne circule qu’à peine 30 à 50 personnes (la rue fait 300 mètres environ de longueur et 30 de large)… Et je ne parle pas de tout ce qu’il faut encore devoir faire (présenter passe vaccinal et autres contrôles) lorsqu’on se rend dans un lieu public fermé, lorsqu’on prend un train, un avion)…

    Oui, l’on a bel et bien surdimensionné, dans « cette affaire là, de pandémie de covid – soit dit en passant « pandémie » est un terme qui pour moi, évoque plutôt une maladie dans le genre de ce que l’on peut lire dans « Le Fléau » de Stephen King…

     

     

  • Le meilleur de chacun en son unicité

    … C’est assurément le meilleur dans ce qu’il a d’unique, en tout être humain, et qui n’est donc jamais banal ou ordinaire… Que l’on devrait retenir en nous, considérer, avoir présent à l’esprit, dans la relation que l’on a avec l’un ou l’autre de ses proches, de ses amis, de ses connaissances…

    Certes, dans la relation que l’on a avec des personnes inconnues de nous, mal ou superficiellement connues, l’on ne sait ce meilleur qu’il y a en chacune de ces personnes inconnues ou mal connues… Mais le fait de savoir ou de considérer que ce meilleur existe, incite – ou devrait inciter – à réflexion, notamment lorsque c’est ce qu’il y a de mauvais, d’inacceptable en l’autre, inconnu ou mal connu, qui apparaît dans une situation particulière…

    La perception du meilleur de l’autre, que cet autre soit un proche, un ami, une de nos connaissances ; en quelque sorte, réduit l’amertume, réduit le ressentiment, réduit la colère « latente » que l’on peut avoir lorsque c’est le plus mauvais, le plus difficilement acceptable, le « moins bon », qui apparaît et nous déconcerte, nous déçoit, nous met en colère, de l’autre…

    Si le meilleur est toujours singulier, « unique en son genre » et exceptionnel, n’appartenant qu’à la personne l’ayant en elle ; le « moins bon », ou le mauvais quant à lui, est ordinaire, banal, commun à tous, se retrouve d’une manière ou d’une autre en chacun de nous…

     

     

  • L'Ukraine dans l'OTAN? Non !

    … L’Ukraine, déjà, n’est pas une nation au sens de ce qu’est une nation c’est à dire un pays (comme la France, l’Espagne, l’Italie ou l’Allemagne) avec une unité sinon géographique du moins de langue parlée par tous les habitants en tous secteurs ou régions d’un pays, de culture, de passé historique de plusieurs siècles (ou au moins plusieurs dizaines d’années), d’unité réelle (ethnique ou pluriethnique formant un ensemble cohérent)…

    L’Ukraine est donc une « entité politique » aux frontières artificielles…

    Peut-on parler de « peuple Ukrainien » ? de culture et de langage Ukrainien ?

    Non.

    Le côté occidental est tourné vers l’Europe – quoique… Et a d’ailleurs fait partie de l’Empire Russe du temps des Tsars ; et, après la révolution de 1917, l’Ukraine a connu brièvement l’indépendance jusqu’en 1922 et a été reconnue internationalement, avant de faire partie de l’URSS jusqu’en 1989…

    En 1954 Nikita Krouchtchev transfère la péninsule de Crimée à la République Socialiste Soviétique d’Ukraine.

     

    Si l’on remonte plus loin dans le temps, vers le 14ème siècle, l’Ukraine était un territoire qui s’étendait de la partie sud de l’empire Lituanien à la Moldavie et à la Mer Noire.

    À l’ouest de l’empire Lituanien, il y avait le royaume de Pologne, et en dessous du royaume de Pologne, le royaume de Hongrie.

    Au nord de cet ensemble formé par Pologne Lituanie Hongrie Moldavie, se trouvait la principauté de Moscovie.

     

    Ce vaste ensemble Lituanie Pologne Hongrie Moldavie, avait pour voisins à l’ouest, tout ce qui faisait partie alors de l’Europe occidentale, à savoir les principautés allemandes, l’empire des Habsbourg(l’Autriche) ; le royaume de France, le duché de bourgogne et ses possessions aux Pays Bas ; et au Nord Est, la principauté de Moscovie (Russie d’origine)…

     

    Le côté oriental de l’Ukraine est tourné vers la Russie depuis plusieurs siècles, peuplé par des gens qui parlent russe, orthodoxes de religion, et russes de culture… (Dombass et Crimée) en particulier, qui ont été des régions de la Russie des Tsars et qui ont fait partie de cette Ukraine rattachée à l’URSS.

    Alors faut-il défendre l’Ukraine en cas d’invasion par l’armée russe sous les ordres de Vladimir Poutine ?

    Pourquoi le gouvernement Ukrainien s’obstine – t -il à vouloir à tout prix conserver dans son territoire (l’Ukraine pays « artificiel ») ces régions de la Crimée et du Donbass ? (des années déjà, de conflit avec intervention des russes en ces zones qui, rappelons le, faisaient partie de la Russie) …

    Faut-il défendre un pays qui n’est qu’un assemblage politique (et artificiel) ?

    Quel rapport, quel intérêt, pour l’Europe, l’Ukraine ?

    Qu’apporte économiquement parlant, l’Ukraine à l’Europe ? Je ne vois pas le lien, l’intérêt, avec l’Europe…

    Économiquement parlant (richesses du sol et du sous sol, agriculture, industrie) l’Ukraine traite, échange, fait son marché avec la Russie, et cela depuis des siècles… Qu’est-ce « qu’on aurait à faire là dedans, nous européens » ?

    Et si l’Ukraine qui se tourne du côté de l’Europe – parce qu’elle serait critique à l’égard de la Russie- eh bien « qu’elle s’arrange avec la Russie ! »

    Donc l’Ukraine faire partie de l’OTAN ? Non et non !

    Pas de guerre, de risque de guerre mondiale pour soutenir, défendre l’Ukraine !

    À titre de « comparaison », dans l’affaire de l’intervention de la France au Mali, il y avait 1 mort tous les 3 mois dans les opérations militaires… En cas d’intervention de nos jeunes engagés français dans un conflit avec la Russie, dans les premiers jours des combats, il y aura 10, 20, 30, 50 morts ou plus…

    Quel « prix à payer », bon sang, pour défendre l’Ukraine !

     

     

  • Le test antigénique bientôt inutile

    … Le « nouveau » - soit dit en passant « nouveau » en l’occurrence covid, est un terme qui n’a plus aucun sens – variant BA-1, n’est pas détectable par test antigénique ni PCR…

    D’où, désormais, l’inutilité du test antigénique ou du test PCR… Puisque ce variant BA-1 va circuler autant que le variant Omicron…

    Je pense à ces interminables queues devant les pharmacies et les centres de test, 2 à 3 heures d’attente pour ce « putain de test antigénique » qui bientôt, ne servira plus à rien !

    Si au moins, des dispositions étaient prises, au sujet de ces files d’attente, pour faire passer d’abord en premiers, les personnes ayant un schéma vaccinal complet devant prendre un avion pour sortir de France ou revenir en France…

    Que l’on laisse donc, « poireauter » des gens qui « par pétoche » ont décidé de se faire tester ou bien pour « faire la fête entre potes » !

    « Égalité/égalité pour tous  » dans certaines situations, c’est bien beau mais « pas juste du tout » !

     

  • Une attaque imminente de l'Ukraine par la Russie

    … Avec le déploiement et le lancement de manœuvres, opérations militaires d'envergure, des forces armées russes le long de la frontière ukrainienne ; tout cela accompagné de troupes massées prêtes à une invasion de l'Ukraine par la Russie...

    Cependant, ces troupes massées le long de la frontière, selon le gouvernement ukrainien, ne sont pas encore assez importantes en nombre d'unités et de corps, pour envahir le territoire ukrainien dans son ensemble... Mais cela ne saurait tarder...

    La France – et donc le président Macron chef des armées françaises – qui assume actuellement le commandement de la Force rapide d'intervention de l'OTAN, tout en privilégiant la diplomatie, assure qu'en cas d'invasion et d'agression de l'Ukraine par la Russie, la riposte sera réelle, et militaire... Et, à ce sujet, une réunion a eu lieu à Paris entre les conseillers diplomatiques des présidents russe, ukrainien, français, et le chancelier Allemand.

    Il semble – si ce n'est certain- que la diplomatie échoue... De telle sorte que déjà, les USA ont envoyé 8500 hommes mis en état d'alerte sur la zone sensible.

    La force de réaction rapide de l'OTAN a un effectif de 40 000 hommes.

    … Je suis personnellement très inquiet de cette situation, qui risque fort de déboucher sur une guerre mondiale...

    Les gouvernements Européens ont bien – surtout la France- de réelles capacités militaires, en moyens, armements, matériels... Mais sont tous incapables de protéger leurs populations dans leur ensemble, ainsi que les points stratégiques que sont les voies de communication, les bases aériennes, les centres industriels et de production énergétique, etc... (Donc « bonjour les dégâts » causés par les bombardements, les destructions de centres et organes essentiels pour l'économie, sans compter ce que vont subir les populations civiles)...

    L'Europe, bientôt, nouveau et gigantesque champ de bataille ? C'est hélas possible ! Et comment réagiront les autres grandes puissances mondiales dans ce conflit entre les pays de l'OTAN et la Russie ? Entre autres la Chine et l'Iran ?

    D'ici quelques mois, voire semaines, notre vie quotidienne risque de ne plus du tout être la même que celle que nous vivons actuellement, même impactée par le covid...

     

     

  • Schéma vaccinal complet

    … Les personnes ayant un schéma vaccinal complet, et donc ne pouvant qu'occasionnellement être porteuses en général asymptomatiques du virus durant quelques jours, ne devraient être soumises à aucune obligation restrictive, et se trouver totalement libres d'aller et venir où bon leur semble, en présentant bien sûr leur pass vaccinal, sans devoir porter un masque, et surtout sans que l'on leur demande en plus, un test antigénique ou PCR négatif (par exemple pour sortir de France ou pour revenir en France)...

    Aberrant, absurde, injuste, cette obligation de test antigénique, en plus de schéma vaccinal complet !

    Il n'est pas juste que les personnes ayant un schéma vaccinal complet subissent comme les autres – non vaccinées ou ayant un schéma vaccinal incomplet – certaines contraintes, restrictions, empêchements, etc...

    Pourquoi les contestataires virulents anti vax, seraient-ils les seuls à venir manifester dans la rue ?

    Nous les vaccinés schéma vaccinal complet, on ne pourait pas, nous aussi, desccendre dans la rue et manifester ?

     

  • Les gouvernements

    … Les gouvernements sont ceux qu'ils sont, partout dans le monde : souvent mauvais au dire de qui les conteste, ou ni pires que d'autres selon une majorité silencieuse...

    Seuls les gouvernements totalitaires, répressifs et dictatoriaux, très restrictifs en matière de libertés, sont exécrables.

    Les autres gouvernements, par exemple ceux des pays d'Europe occidentale, on peut les critiquer, ne pas voter pour les gens qui les représentent ou aspirent à les représenter ; mais il ne faut pas oublier qu'ils sont, ces gouvernements, à l'image de ce que sont et font les gens en général ( leurs opinions, leurs pensées, leurs comportements, leur mode de vie, leurs habitudes de consommation, leurs addictions, leurs soumissions, leurs indifférences, leurs préjugés).

    En somme les gouvernements que nous avons, c'est nous qui les faisons et auxquels tacitement pour la plupart d'entre nous, nous adhérons.

     

     

  • Entre le cancer et le covid

    … Pour moi c'est clair, « y'a pas photo » !

    J'ai perdu dans ma vie 14 personnes par cancer, dont la plupart - de ma famille et de ma famille par alliance – ces 10 dernières années.

    Et par covid je n'ai perdu personne.

    Je veux bien croire que le covid est dangereux pour les personnes dites « à risque », c'est à dire en surpoids, ayant des affections respiratoires, atteintes de diabète, de pathologies cardiaques, des personnes très âgées... Mais que l'on ne me dise pas que le covid est plus dangereux qu'une grippe lorsqu'il affecte des gens sans aucune comorbidité ou étant de constitution normale !

    En 2019 quatre cent mille personnes en France ont été soignées pour des cancers, et deux cent mille qui étaient malades du cancer depuis 1,2,3,4,5 ans, sont mortes.

    Avec les opérations, les examens, analyses, interventions, tout cela en rapport avec le dépistage des cancers... Déprogrammés, retardés, non effectués, à cause du covid... Combien de personnes dans les trois ans qui viennent, seront atteintes de cancers trop avancés et donc mourront ?

    Sans doute bien plus de quatre cent mille par an dont plus de deux cent mille mourront.

    D'autre part, et cela est loin d'être négligeable, du fait de tout ce qui a « plombé » l'économie mondiale depuis 2 ans, à cause du covid, du fait des conséquences désastreuses des mesures prises ayant impacté la société dans son ensemble, combien de gens dans le monde, vont souffrir et mourir non pas du covid mais de misère, de toutes sortes de maladies ?

     

    … En rage et en révolte contre les non vaccinés farouchement opposés à la vaccination, ayant perdu dans ma vie 14 personnes proches et amies par cancer... Et du fait aussi de constater tous ces retards pris en matière de prévention, examens, analyses, consultations, et soins ; ce qui aura des conséquences terribles pour les futures atteintes de cancer... J'en arrive à imaginer jusqu'à presque le souhaiter, ce genre de « scénario » :

    Dans un service de réanimation un « covidé » non vacciné que l'on refuse d'hospitaliser ; un autre que l'on décide de laisser mourir sous sédation...

    Bon sang, vous me faites rire jaune et acide, les donneurs de leçon d'humanité : si vous aviez dans vos familles plusieurs personnes atteintes de cancer, un deuil récent et dramatique par cancer... Vous seriez moins bienveillants, bordel, à l'égard de ces gens réfractaires anti vaccin résolus et, il faut le dire, qui nous emmerdent !

     

     

  • Rien ne change, au contraire

    … C'est bien le cadet de mes soucis, que celui de ces opposants résolus à la vaccination, qui ne peuvent plus, faute de pass vaccinal, accéder à des lieux publics tels que des cafés, des restaurants, des cinémas, etc...

    Je ne me sens aucunement solidaire d'eux, de ce qu'ils ressentent dans leur vie quotidienne faite d'empêchements et de restrictions.

    D'autant plus que, n'ayant guère le cœur à la fête et à certains loisirs, dans un contexte à la fois de situation personnelle difficile et de covid depuis 2 ans ( le covid en plus, complique énormément les choses)...

    Ma vie quotidienne se réduit à des besoins très basiques, très limités, très ciblés on va dire ; et que mes aspirations ne sont plus autres que celles, entre autres, de faire des promenades à pied ou en vélo dans la nature, de lire des livres, d'effectuer pour autant que me vienne de la motivation et de l'inspiration, des « travaux d'écriture » (et encore faut-il que ce soit le matin de bonne heure et durant un maximum de 2 heures).

    En somme ma vie quotidienne de vacciné schéma vaccinal complet, avec pass à jour, ne diffère trop guère de celle de ces gens non vaccinés qui ne peuvent plus aller nulle part !

    M'en fous et contrefous ! La motivation n'y est plus !

    Le masque partout, les trains, les avions longue distance, les spectacles de 2 ou 3 heures en respirant mon haleine sous le masque... C'est pas folichon merde !

    Ne plus voir de visages entiers... Deux ans que ça dure ! C'est une vie ça ?

    Et pendant ce temps là rien ne change au contraire du comportement des gens, de cette société d'hyper consommation de masse, de ces individualismes forcenés et insolents...

    Des cancers et de plein d'épouvantables vacheries qui font un buzz pas possible etc, etc...

     

     

  • Le pass vaccinal

    … Ainsi le pass vaccinal a-t-il été voté par 215 voix au Parlement et 58 contre...

    J'entends déjà les « clameurs vociférations hurlements d'indignation » de plusieurs millions de Français qui ne vont pas manquer de crier à la discrimination, voire certains à « comparer » cette décision d'imposer de fournir un pass vaccinal, à la preuve devant être faite que l'on n'était pas Juif en 1942.

    Scandaleux de devoir présenter un pass vaccinal ? Liberticide ? Non, absolument pas !

    Je l'ai déjà dit, il y a bien d'autres soumissions ( ou obéissances ) qui elles, sont devenues « monnaie courante » (et acceptées) par nous tous...

    En effet ce sont tous ces « neunoeils » qui nous épient, nous profilent, rien qu'avec les nombreuses applications dont on se sert sur nos smartphones, ordinateurs, tablettes... Rien qu'avec nos cartes bancaires, cartes de fidélité, etc... « On fait avec » et c'est bien moins problématique que de devoir vivre sous la menace du cancer.

    Ou encore de vivre dans un pays totalitaire où l'on peut être emprisonné, tué, torturé, sans cesse menacé, et tout cela dans l'insécurité, dans une grande pauvreté...

    Les « amis » que j'ai perdus à cause de mon adhésion sans réserve à la vaccination, à cause aussi de mon ressentiment à l'égard des anti vaccin ; que j'ai perdus dès le départ mais qui en fait ne sont pas très nombreux... Ainsi que ceux de mes « amis » que j'ai perdus à cause de certaines de mes idées exprimées... N'iront pas, c'est sûr, à mon enterrement !

    Tant pis, je peux vivre sans les revoir jamais, même s'ils ont été des amis durant 20 ans.

    Je persiste dans mes insolences iconoclastes « Charlie-hebdiques » notamment celles dont je fais état lorsque j'évoque des « covidés » en reportage télévisé répétitif, transformés en cosmonautes extraterrestres tuyautés de partout entourés d'appareils médicaux.

    C'est une honte ces reportages télévisés répétitifs ! On n'en fait pas autant avec des gens atteints de cancer en phase terminale ! Merde, un minimum de décence, bordel, tout de même !

    Comme je dis : j'ai perdu 14 personnes par cancer dans ma vie et zéro par covid !

    Qu'on ne m'emmerde pas avec le covid !

    Oui à la vaccination, oui au pass vaccinal, non archi non aux « manoufs » antivax !

    Quand à ces neunoeils qui nous épient et nous profilent, ben oui, et alors ?

    J'ai un cerveau pour réfléchir, pour peser le pour et le contre, pour faire encore des choix qu'il reste possible de faire !

    On est toujours libre dans sa tête même avec des barreaux autour. Et si tu as la force de les plier un peu, les barreaux, ils s'écarteront ! … Pas de beaucoup, c'est vrai, mais ils s'écarteront !

     

     

  • Le covid qui se moque du cancer et occupe la scène publique

    … Je trouve aberrant, totalement absurde – en plus d'être c'est évident, d'une contrainte lourde et fastidieuse – que soit exigée la présentation d'un test antigénique 48 ou 24h, à des personnes ayant un schéma vaccinal complet (3 doses dont la plus récente d'un mois).

    C'est les cas par exemple, pour un voyage aller retour en avion (sortir de France et revenir d'un pays des DOM).

    Avec un schéma vaccinal complet, à jour, valide ; quel risque fait-on prendre si par hasard l'on est durant quelques jours porteur asymptomatique, à des personnes non vaccinées ou n'ayant pas un schéma vaccinal complet ?

    Je suis sidéré de voir devant des pharmacies, du matin au soir, tous ces gens qui font une queue de 2, 3 heures, rien que pour pouvoir se rendre en des lieux où l'on peut encore accéder sans preuve de vaccination (avec un simple test négatif)...

    Très franchement j'ose le dire, si, faire ce putain de test antigénique, c'est juste par « pétoche » de contaminer des personnes à risque non vaccinées que l'on ne connait ni d'Eve ni d'Adam (donc pas des proches ni des amis)... Est-ce que c'est là « faire preuve de citoyenneté » ?

    Ah oui, le « grand/grand prétexte » sans cesse rabaché : éviter l'emcombrement des hôpitaux !...

    Est-ce que les anti vaccin résolus se préoccupent, eux, de l'encombrement des hôpitaux ?

    Je me fous complètement des personnes non vaccinées atteintes de covid, que je ne connais ni d'Eve ni d'Adam !

     

    … Le covid, c'est comme une merde de chien, insolente, inopportune, scandaleuse par la médiatisation excessive que l'on fait de ces reportages sur des services de réanimation, provocante, et qui de surcroît, pue autant qu'un rat crevé à 10 kilomètres à la ronde, et qui, telle une peau de banane pourrie, peut te foutre le cul par terre... Devant, en plein devant la porte du cancer !

    Le covid qui se moque du cancer !

    Autrement dit, le cancer sans merde de chien devant la porte, c'est déjà tout ce que l'on se doute qu'il y a derrière la porte – du cancer – sans même l'avoir seulement entrouverte ! … Et qui horrifie, qui pourrit la vie bien plus encore qu'une puante merde de chien, et qui tue bien plus qu'une peau de banane qui te fait tomber le cul par terre !

    Merde, est-ce que l'on « en fait autant » question reportages télévisés en gros plan, pour de malheureuses personnes en phase terminale de cancer ; que pour ces « covidés » en réanimation, tuyautés de partout, en combinaison blanche de cosmonaute extraterrestre, reliés à des tas d'appareils ? …

     

    … Les hôpitaux qui ne prévoient rien pour une assistance réelle et nécessaire à une personne atteinte de cancer en phase terminale (transport domicile hôpital en ambulance, admission en urgence et soins immédiats appropriés suivi d'une hospitalisation avec tout ce qu'il faut à proximité qui manque à domicile) et qui laissent les proches se démerder comme ils peuvent... Sont « en dessous de tout » ! … Ainsi que leurs gestionnaires, leurs toubibs en chef et autres intervenants qui n'arrêtent pas de te marteler « y'a pas assez de lits, les services sont débordés, on n'a pas le personnel qu'il faut, etc... ! »

    Merde ! Et tout ça à cause de ce putain de covid !

     

  • Responsabilité dans les situations difficiles

    ... Je salue la décision prise par certains opposants résolus à la vaccination, de refuser l'hospitalisation en soins de réanimation.
    Mais il faut dire qu'ils ne sont guère très nombreux, ces opposants.
    L' on peut y voir là, dans cette courageuse décision, de la responsabilité.
    Outre le manque de lits en hôpital ( réalité depuis plusieurs années), du fait du nombre important de contaminations avec le variant omicron du covid, beaucoup de soignants atteints de covid, ne peuvent exercer durant quelques jours, leur activité.
    De telle sorte que les différents services et interventions en hôpital ne peuvent plus être assurés dans des conditions normales.
    Notamment pour le traitement, pour la prévention des cancers, ainsi que d'ailleurs pour d'autres maladies graves, durables et invalidantes.
    De la part d' un opposant résolu à la vaccination, qui va jusqu'à déclarer par écrit son refus d'être soigné en service de réanimation, il y a manifestement là, une volonté d'accepter de mourir ; et dans ce cas, une "mise en sedation" (dernier recours) évite la terrible souffrance de ne plus pouvoir respirer et de "mourir comme noyé ".
    Cela dit, je déplore ( et n'approuve pas du tout ) cette réflexion - que les médias n'ont pas manqué de diffuser - du President Emmanuel Macron ( mais pas seulement lui il faut dire) "d'emmerder les non vaccinés "!
    On peut le penser mais de là à le déclarer publiquement lorsque l'on détient une autorité... C'est tout autre chose!
    Comme j'ai déjà dit, "ce putain de covid depuis 2 ans il pourrit la vie sociale, il rend difficile la relation humaine, il incite à la haine, à la violence, à l'agressivité, à la discrimination...
    Sans cependant il faut le dire aussi, éteindre les solidarités, le dévouement de quelques personnes de bonne volonté ; sans rendre inexistantes les responsabilités prises individuellement, souvent dans des situations difficiles.







  • Vous me connaissez...

    Vous me connaissez...

    Vous me connaissez,vous voyez mon visage;mais vous savez très peu de moi,juste ce que vous avez lu ou vu,de moi.
    Vous avez entendu parler de ce que j'ai fait,mais pas de ce que j'ai vécu.
    Mais je suis comme chacun de vous,tout seul dans la peau et dans l'esprit,ainsi que dans le ressenti de tout ce dont je suis fait...Jusqu'à la fin des jours que je vis.
    Et à l'interieur de tout ce dont je suis fait,comme chacun de vous,qui est immense et en partie indicible,je ne puis,comme vous,que porter mon regard vers cette sorte de frontière transparente et ténue qui est la limite entre mon intériorité et toute l'extériorité au-delà de moi.
    Et c'est là,dans et le long de cette "frontière-enveloppe",qu'apparaissent vos visages...Que s'ouvre un tout petit peu de ce que vous êtes. 
    C'est peut-être pour cela que la solitude d'être tout seul dans sa peau jusqu'à la fin de ses jours ,n'est jamais absolue.

     

     

  • L'astéroïde

    Asteroide

    … Durant le temps de la dernière révolution du monde… De la Terre autour du soleil… (Pour employer ainsi cette image « représentative » d’un « monde en soi » )…

    La trajectoire de l’astéroïde était prévisible, sa taille connue, et son impact à la surface de la Terre, attendu… Et craint…

    Et, lorsque l’astéroïde est venu déchirer le ciel de la Terre ; alors le monde (le « monde en soi ») est « comme entré dans une dimension différente d’espace »…

    Et quel « espace d’expression » peut désormais s’ouvrir, dans quelle dimension, dans quelles perspectives, et vers où, vers quoi ?

     

    Quelle considération, quelle réflexion… peut venir, de ces « bruits dominants du monde », si actuels, aussi assourdissants que répétitifs ? …

     

    Et qu’en est-il de ces autres « bruits dominants » qui sont ceux d’un « monde en soi » ? …

    L’astéroïde ayant déchiré le ciel…

     

     

  • Une culture de l'éthique

    … Nous sommes, en matière de santé publique, en Europe principalement, et donc plus particulièrement sans doute en France ; dans une culture de l’éthique se fondant sur l’accessibilité des soins à tous ( mais « à tous » c’est là l’objectif le plus élevé à atteindre) ou du moins, sur l’accessibilité des soins « au plus grand nombre possible »…

    Et à cela, dans cette culture de l’éthique, s’ajoute le fait que les soins administrés au plus grand nombre, doivent l’être, administrés, quelque soit la cause du mal, de la souffrance, de la maladie ; autrement dit même si la cause du mal est inhérente au comportement individuel (qui est jugé ou apprécié, selon certains, irresponsable, égoïste, inconscient… Comportement lié à de « mauvaises habitudes » - de s’alimenter, de consommer, de fumer du tabac, de se droguer, de boire de l’alcool, etc. …

     

    Autrement dit, l’éthique en matière de santé publique, s’articule sur l’idée – certes généreuse, morale, philosophique et tout ce que l’on voudra - « qu’il faut sauver tout le monde sans distinction, sans faire de différence entre les uns et les autres quelque soit leur mode de vie, leurs habitudes – bonnes ou mauvaises ou définies irresponsables ou égoïstes.

    Mais cette culture de l’éthique – en Europe, en France notamment – en matière de santé publique, ne se donne pas les moyens de sa pratique dans le plein sens du terme…

    En effet, lorsqu’ arrivent dans les services d’urgence, lorsque doivent être pris en charge en milieu hospitalier, lorsque doivent se rendre en consultations médicales, un trop grand nombre de gens à la fois, eh bien « ça coince ! » (pas assez de médecins, ou médecins mal répartis sur le territoire, pas assez de médecins spécialistes, d’infirmiers dans les hôpitaux, etc.)…

    Et, cette culture de l’éthique, d’autre part, s’infléchit ou est pervertie, dénaturée, faussée ; par la volonté manifeste des lobbies de la santé, des lobbies pharmaceutiques (et de leur politique se fondant sur le profit financier)…

     

    La pandémie de covid, surtout et essentiellement depuis la vaccination, a confronté cette culture de l’éthique en face de la réalité comportementale des gens au quotidien… Et, en quelque sorte « creusé un fossé » - qui existait déjà et avait d’ailleurs toujours existé- entre ceux qui seraient « plus méritants » que les autres à bénéficier de soins appropriés à leur situation de santé, et ceux qui seraient « moins méritants »…

     

    N’y a – t – il pas, si l’on peut dire, une « autre éthique » (à plus vrai dire un principe universel et naturel et intemporel), que celle, purement humaine, morale, philosophique ?

    La loi naturelle en somme… Les lois et les principes et la mécanique régissant la vie selon les capacités d’adaptation à survivre, à se perpétuer, des espèces vivantes, de chaque être vivant, selon son potentiel physique, sa réactivité, sa résistance, sa force… Ce qui, soit dit en passant, n’empêche pas des manifestations de solidarité entre groupes d’êtres vivants, ou au sein d’une même espèce (solidarité naturelle dans le principe naturel ou dans le mécanisme universel)…

     

    Dans cette pandémie de covid il est « assez évident » que les « moins méritants » sont les non vaccinés qui persistent dans leur refus… C’est ce que beaucoup pensent sans forcément l’exprimer…

    La morale et l’éthique, ce n’est pas forcément ce qu’il y a de mieux en matière de culture.

    La morale et l’éthique font les séparations, les discriminations qui découlent d’elles directement, sur fond d’hypocrisie, de préjugés, d’artifices, et dans le pire des cas, font les éliminations, les exclusions, les pogroms, jusqu’aux génocides…

    La nature des êtres et des choses dans leur réalité, dans leur fonctionnement, aussi, font des séparations, ou des « cloisonnements » mais, entre les séparations et les cloisonnements s’établit de la relation, soit une relation conflictuelle, soit une relation de symbiose, soit une relation de « statu quo », soit une relation occasionnelle, opportuniste…

     

     

  • Le pouvoir de la littérature

    … Le seul pouvoir en lequel je crois vraiment, c’est celui de la littérature…

    Bien sûr, il y a le pouvoir de l’amour, le pouvoir de la bonté, le pouvoir de la volonté, le pouvoir du travail – ou de la facture dans la réalisation de quelque chose que l’on produit- le pouvoir du Verbe, le pouvoir de la pensée… Des pouvoirs, oui, certes…

    Mais celui de la littérature s’inscrit dans une toute autre dimension, un espace infini, où le temps n’existe plus, où il y a peut-être une origine mais laquelle ?, où il n’y a rien de mesurable…

    Le pouvoir de la littérature réside dans le fait que la littérature par elle – même, par les œuvres dont elle est faite, par les plus abouties de ses factures, par le talent, par la culture, par le rayonnement de ses acteurs ; ne suffit pas, puisque écrire, produire, communiquer par l’écriture, exige toujours de se projeter dans un espace où il y a quelque chose à commencer, qui n’a pas encore été pensé, imaginé… Ou quelque chose à retrouver qui a été perdu ou oublié…

    Et c’est cette exigence qui fait le pouvoir de la littérature…

    Sans cette exigence il n’y a plus de littérature, c’est à dire qu’il n’y a plus que tout ce qui de nos jours s’écrit, qui a parfois de la portée, mais aucun pouvoir réel…

    Le « livre monde », le « livre absolu » le livre qui dit tout et explique tout, le livre en lequel sans doute tous les écrivains croient qu’ils peuvent le produire, n’existe pas, n’a jamais existé et n’existera jamais… Et, désespérer de cela, c’est renoncer à croire au pouvoir de la littérature…

    Au contraire, savoir et être convaincu que le « livre monde » n’existera jamais ; ne peut qu’être heureux, porteur d’espérance, et c’est se projeter dans le pouvoir de la littérature, que de vivre, que d’œuvrer, que de mourir dans cette espérance, cette espérance qui nous survit dont les héritiers sont les gens de demain qui seront habités de cette espérance…

    Ainsi, il y aura toujours, dans l’espace infini, dans un « en avant » fait d’avant, de présent et d’à venir ; quelque chose à commencer qui n’a pas été pensé, quelque chose à retrouver qui a été perdu ou oublié… Jusqu’à ce que le Soleil, La Voie Lactée, l’univers tout entier, ne soient plus qu’un point dans un espace sans espace et qu’à partir de ce point se forme un autre univers…

     

     

  • Grands projets, grandes stratégies

    … Les Grands de ce monde qui dirigent les états les plus puissants de la planète, avec les principaux grands acteurs de l’économie mondiale, les géants des marchés agro alimentaires et industriels et d’exploitation des ressources du sol, du sous sol et des mers, tous avec leurs projets, leurs stratégies de développement, leur géopolitique axée sur la domination de parties du monde, et sur l’influence exercée notamment sur le continent Africain par d’importants investissements et infrastructures (La Chine) … Tout cela prévu, établi, planifié, préparé ou envisagé sur les dizaines d’années à venir… Et avec ce que cela comporte de réunions au sommet entre dominants, de colloques et d’assemblées, de débats, de négociations, de décisions prises ou à prendre… Et de conflits possibles sinon certains…

    Tout cela me sidère, me laisse plus que perplexe, m’horrifie , et je trouve à la fois « risible » et tragique ( et vain )… Et d’une « dimension de bêtise et d’absurdité » qui m’étonne quand je pense à tous ces « grands cerveaux » qui sont ceux des dirigeants, des dominants, des grands acteurs, politiques, économiques, intellectuels, tous gens de pouvoir… Censés « penser ou repenser » le monde en ce 21ème siècle avec leurs « grands projets »… Mais qui sont dans le déni délibéré ou dans l’occultation tout aussi délibérée, de l’état dans lequel se trouve notre planète…

    Parce que tous ces « grands projets » vont « capoter » du fait d’une exploitation dévastatrice des ressources de la planète, déjà insuffisantes et en diminution pour certaines de ces ressources (dont en particulier les « métaux rares » pour les besoins accrus en appareils technologiques devenus indispensables, pour faire fonctionner tout ce dont on se sert aujourd’hui, les voitures, les smartphones, les ordinateurs, les machines)…

    Du fait d’une exploitation dévastatrice aussi, des forêts, des sols pour l’agriculture et l’élevage à grande échelle (l’une des principales causes d’une extinction des espèces animales en masse)…

    Du fait du changement climatique et de ses conséquences catastrophiques…

    Un déni total, une occultation délibérée, d’une violence, d’une insolence et d’une indécence inouies… De la part des « grands cerveaux et dominants » de ce monde ! Et avec ces télés et ces médias, la presse écrite et numérique et les radios qui, dans des émissions de midi de samedis et de dimanches d’une durée d’une heure, d’entretiens d’invités et de journalistes, dimensionnent ces « grands enjeux » de stratégies, de projets de développements, en « discours et échanges fondateurs » ! Quelles « daubes » tout cela !

    Et pas un mot sur les misères du monde, comme si tous ces projets et stratégies de développement devant se réaliser dans les 50 prochaines années, ne concernaient que les populations les plus aptes à consommer et à jouir des bienfaits des nouvelles technologies, en oubliant sciemment que 2 milliards d’humains sont totalement ou en grande partie, exclus de ces grandes perspectives et projets de développement dont on dit qu’il est « durable » et « adaptable aux enjeux écologiques » ! Crétinerie, tout ça, de « grands cerveaux », d’intellectuels de formations prestigieuses et de dirigeants dominants imbus de leurs certitudes… Qui, de toute manière, en 2150, seront tous morts, et leurs bouquins et leurs postcasts tous passés de mode et n’intéressant plus personne dans les générations futures, pour autant que ces générations parviennent à succéder à celles d’aujourd’hui !

     

     

     

    … La toute dernière absurdité de la société de consommation : « Achetez plus pour payer moins » !

    J’hallucine !

     

  • L'ancien et le nouveau monde

    … C’était déjà ce que je ressentais à la fin du printemps 2020, comme en 1989 pour être très précis le 9 novembre – le jour où est tombé le mur de Berlin, marquant ainsi symboliquement parlant, la séparation entre – comme je disais alors – l’ancien et le nouveau monde… Sauf que, tout de suite après ce 9 novembre 1989, l’on entrait en fait dans une période de transition, en gros les années 1990 et le début des années 2000 jusqu’en 2008… Le « nouveau monde » celui du 21 ème siècle, ne commençant vraiment qu’à partir de 2008…

     

    Né en 1948, j’ai donc passé une grande partie de ma vie dans « l’ancien monde » celui du 20ème siècle et de sa Culture, de sa littérature, de ses musiques, de la vie au quotidien (sans internet et sans téléphone portable jusqu’au début des années 1990… Et, forcément comme tous ceux de ma génération, impacté par la culture et le mode de vie au quotidien, de ce 20ème siècle… Et qui s’articulait « géopolitiquement » sur les deux blocs que constituaient, l’un le monde libéral, occidental, « capitaliste » si l’on veut, avec les USA super grande puissance et leurs alliés européens ; et l’autre le monde de l’URSS et de ses états « satellites », le monde communiste…

    Tout cela -enfin le monde du « bloc de l’Est » uniquement, s’est effondré avec le mur de Berlin…

     

    Mais ce que j’ai ressenti à la fin du printemps 2020 est d’une toute autre comparaison, et si je puis dire, d’une toute autre dimension…

    « L’ancien et le nouveau monde » ont désormais pour moi, une séparation tout à fait différente qui, cette fois, n’a pas de période transitoire, puisqu’elle s’est faite, cette séparation, brutalement…

     

    Désormais « l’ancien monde » c’est celui qui se termine à la fin de l’année 2019 ; et le « nouveau monde » c’est celui qui commence en 2020…

    Vous m’avez compris : c’est le covid et tout ce que le covid a eu pour conséquences dans le monde, dans la vie sociale, notamment… L’acteur du « grand changement, du grand bouleversement »…

    Et le « symbole » qui représente au plus visible, au plus présent, ce « nouveau monde » c’est … LE MASQUE… Le masque sur le visage, sur tous les visages…

     

    Quand il m’arrive de penser à 2019, je me dis, sans pouvoir rien y faire, comme « aspiré dans un courant m’entraînant », que 2019 c’est « comme un paradis perdu » (l’image est surdimensionnée je le reconnais) et cela me rend nostalgique…

     

    Pour l’homme -ou l’être humain – que je suis, depuis mon enfance, un rêveur, un poète, un penseur, un homme d’écriture… Une sorte de  chasseur chercheur et amoureux de visages, de ce qu’exprime un visage ; ce « nouveau monde » dont le symbole est le masque, m’est très difficile à accepter, et, en quelque sorte, mon «  anti - masquisme » est d’une toute autre dimension que celle d’une opposition contestataire, ne peut se confondre ou s’apparenter à une révolte « dans le sens de ce que signifie à proprement parler une révolte contestataire comme celle des « anti ceci/anti cela » qui défilent dans la rue et se montrent agressifs, déterminés dans leur refus de ceci, de cela…

     

    Et plus généralement, je dois dire, ma révolte (mes révoltes) ou ma condition « d’homme révolté » ne s’inscrit pas dans le sens « à proprement parler » de la révolte, des révoltes, toutes révoltes se fondant sur la contestation systématique, partisane, de genre « ôte toi de là tu m’emmerdes on met autre chose à la place » (autre chose mais quoi?) …

     

    Ainsi, 2019, la dernière année du monde sans masque…

    Mais les visages, eux, ils sont toujours là – même si on ne les voit qu’à moitié… On peut encore les rêver… Comme on rêve de ce qu’est une femme sous les vêtements qu’elle porte…

    La possibilité (encore) du rêve…

    C’est peut-être suffisant pour que ça sauve du désespoir…

    C’est peut-être suffisant pour une révolte qui est une révolte d’intériorité en soi confrontée au monde, plutôt qu’une révolte contre le monde, contre le sens qui est celui qui meut le monde, une révolte qui ne prend d’arme d’aucune sorte et qui se voudrait voir, autant que possible, éclairante…

     

     

  • Si l'humanité devenait végétarienne ...

    … Si du jour au lendemain l’humanité toute entière devenait végétarienne voire végan – impossible, surréaliste, irréaliste mais « imaginons » quand même – alors que ferait-on de 4 milliards de bovins, de 2 milliards de porcs, de 25 milliards de poulets, de 3 ou 4 milliards d’ovins, et autres animaux d’élevage, présents et bien vivants sur Terre ?

    Les laisserait- on éparpillés dans la nature, en plein champ, en plein pré, sortis des étables et des parcs, livrés à eux mêmes broutant l’herbe des prés pour autant qu’assez d’herbe puisse pousser afin qu’ils arrivent à se nourrir, tous ces bovins, tous ces ovins dispersés dans la nature ? Et tous ces cochons qui en seraient réduits à fouiner de leur groin pour trouver des glands (là où il y a des chênes) ou dans le sol, des racines, des vers, des végétaux ; et tous ces milliards de poulets picorant dans la terre… Est-ce qu’on leur jetterait du grain à la volée afin qu’ils ne meurent pas de faim ?

    En randonnée, en promenade, en sortie familiale dans les bois, dans la nature, au milieu de nombreux animaux n’étant plus d’élevage mais en liberté comme des lapins et des oiseaux, que de « oh ce joli cochon, oh cette jolie cocote, oh ce magnifique taureau, cette belle vache plantureuse, ce mignon petit agneau » s’extasiant les enfants, et les parents prenant des photos avec leur smartphone !

    J’imagine, j’imagine …

    Au nom du bien être animal et du respect de la Vie – très louable, très moral certes – on les laisserait se reproduire tous ces animaux n’étant plus d’élevage, on se dirait que la sélection naturelle s’opèrerait… Mais que de larmes à l’œil en les voyant, trop nombreux, périr de malnutrition, de maladies, et de surcroît dans un environnement conçu pour l’être humain et ses activités, dans lequel tous ces animaux seraient de toute manière condamnés à disparaître par espèces entières !

    Pauvres milliards de poulets vagabonds, pauvres vaches, cochons, veaux, moutons, agneaux, errant dans les champs, les près, les bois…

     

    Cela dit, tout cela dit… Comment se fait-il que, sur 8 milliards d’humains qu’on est sur cette Terre, avec 4 milliards de vaches et de veaux et de bœufs, avec 2 milliards de cochons, et 25 milliards de poulets… On n’arrive pas à fournir au moins un bifteck par semaine à 3 milliards d’humains qui vivent avec moins de 100 euros par mois donc pas assez d’argent pour se payer une petite entrecôte ou même des trognons de poulet au moins une fois par semaine ?

     

  • La réalité des flux migratoires

    … Au temps où, en Afrique sub saharienne (le Sahel), de l’Atlantique à la Mer Rouge et à l’Océan Indien, il n’y avait ni Boko Haram ni aucune de ces organisations terroristes islamistes affiliées les unes à Daesh, les autres à Al Qaida, qui mettent en coupe réglée, semant la terreur, assassinant en masse des populations de villages, un territoire aussi vaste que l’Europe…

    Pouvaient intervenir des organisations humanitaires, des ONG, des médecins, des soignants, des éducateurs, dans des missions, sur place, pour construire des écoles, des dispensaires, des hôpitaux, pour creuser des puits, pour aider les gens à développer leurs ressources locales, à concevoir des projets ; en somme à permettre aux gens de travailler et de gagner leur vie sans être obligés de migrer vers l’Europe…

     

    Avec l’arrivée de ces groupes islamistes radicaux et leur implantation partout dans ce territoire aussi grand que l’Europe, il n’y a plus aucune sécurité pour quelque mission humanitaire qui soit, prise pour cible parce qu’issue de cet “infâme occident d’infidèles” porteur d’une civilisation haïe et rejetée, au même titre que tout ce qui vient d’Europe et d’Amérique, de culture, de mode de vie, d’art, de littérature, de musique…

     

    Il n’ y a pas d’autre choix pour des millions de gens – en grande partie des ruraux mais pas seulement – de la côte Atlantique d’Afrique du Nord jusqu’à la Mer Rouge et à l’océan Indien, que celui pour les plus âgés, les moins forts physiquement, les plus démunis de devoir subir la domination islamiste dans sa violence et dans ses exactions et ses pillages ; ou celui, pour ceux qui peuvent payer des passeurs, les plus forts et les mieux débrouillards, de migrer dans les conditions difficiles et périlleuses que l’on sait, vers l’Europe … Car tous ceux qui restent au pays sont soit des miséreux et des faibles, trop âgés, des femmes et des malades ; soit des gens qui adhèrent à la Charia, au modèle islamique…

     

    De toute évidence, géographiquement, l’Europe est le territoire le plus atteignable (en effet, la Méditerranée ce n’est pas le Pacifique ni l’Atlantique… Et encore moins la Manche – quoiqu’on y meure en Méditerranée comme en Manche !

     

    De tout ce qui était coopération échange économique aide humanitaire, ONG, médecins, développement sur place des ressources… Non seulement en Afrique sub saharienne mais aussi dans tout le moyen Orient et en Afghanistan, que reste- t – il en 2021, depuis les guerres d’Irak et de Syrie, depuis l’implantation des Talibans en Afghanistan ? Plus grand’ chose! Trop d’insécurité, ou d’obligation, comme en Afghanistan, de devoir se soumettre aux volontés des Talibans au pouvoir.

     

    D’où ces énormes flux migratoires vers l’Europe, pour 99% de leurs populations étant des gens qui, certes, ont des cultures et des modes de vie, mais pas plus de religion, musulmane ou autre, finalement, que les “Européens moyens” qui se marient et s’enterrent à l’église, le plus souvent chrétiens, catholiques de tradition…

     

    En aucun cas la plupart des migrants – dans une écrasante majorité – venus d’Afrique, du Moyen Orient et de l’Afghanistan, ceux qui sont capables de faire le “voyage”, n’ont envisagé de demeurer dans leur village, dans leur campagne, dans leur ville, dans leur pays, sous la domination de fanatiques, d’assassins, de truands ! Ou encore sous les bombes qui détruisent leurs habitations et leurs vies, dans les zones de guerre et de combat !

    Qu’est-ce qu’on ferait, nous tous, Européens, si depuis des satellites en orbite autour de la Terre, nos villes, nos régions et nos pays étaient bombardés ainsi que nos centres économiques et de production énergétique (je pense aux centrales nucléaires) ?

    Est-ce qu’on partirait sur des radeaux, sur des canots pneumatiques, sur des embarcations de fortune, à travers l’océan Atlantique vers l’Amérique ? Ou est-ce qu’on migrerait en masse vers l’Arctique, le nord de la Scandinavie, ou vers la Russie, vers les steppes d’Asie centrale, vers la Chine ?

     

    Comme je l’ai déjà dit, les vrais barbares, les vrais assassins, les vrais truands “venus d’ailleurs” et en particulier de ces régions d’Afrique et de terre d’islam, ceux là, ils ne font pas appel à des passeurs, ils ne sont pas devant les barbelés, les clôtures électrifiées, les murs de 8 mètres de hauteur!, ceux là, ils ont des soutiens et des filières sur lesquels ils peuvent compter, de l’intérieur et par des réseaux mafieux…

    Les religions, avec la défense de la tradition à la Zemmour ou à la Le Pen… Ou les religions, encore, invoquées, brandies et revendiquées par les uns et les autres… C’est pour “faire monter la mayonnaise”!

     

     

  • Cet "Avîn't" si chrétien, de partage et d'amour ...

    … Le voici venu, depuis le 1er décembre – ou plutôt revenu parce qu’il revient chaque année 24 jours avant Noël – cet “Avîn’t” (enfin cet Avent) que maints Zemmouriens et Panthérons vont défendre bec et ongles contre les “invasions barbares” que sont à leurs yeux le “musulmantisme” et la juiverie dont ils déplorent la trop ostentatoire présence dans le paysage français dans lequel on voit, selon eux, des mosquées partout, mais des clochers et des églises qui tombent en ruine, et plus généralement tout notre patrimoine de culture et de tradition “qui se fait la malle”…

    Cet “Avîn’t” si chrétien de partage et d’amour de son prochain, dont le paysage à l’horizon est hérissé de murs, de barricades, de clôtures… Mais en son étendue, tout construit d’immenses surfaces commerciales noëllerisées où se rendent les foules ivres et pressées…

    Ce qu’il y a de sûr, mais de cela personne n’en parle sauf quelques inécoutés – zappés – déconsidérés qui refusent de se taire … C’est que les vrais truands, les vrais barbares, les vrais assassins, ils ne passent pas, en général, sous les clôtures et n’escaladent pas les murs et les barricades ; et que ceux là, y’a rien qui les arrête et ils ont des soutiens leur venant du côté du paysage où il y a les surfaces commerciales, et donc, ne font guère appel à des passeurs, ceux là !

    Si tradition, patrimoine et cultures, liés au passé, à l’Histoire, doivent être défendus, c’est vrai, il n’en demeure pas moins qu’il y a aussi une culture humaniste à défendre et qui intéresse, concerne tous les peuples…

     

     

  • Tendance droitière de la société française

    … Ces nombreux Français qui se définissent et se revendiquent “de droite” – ou qui pensent “droite” plutôt que “gauche” parce que déçus de la gauche devenue “goche” rimant avec “moche”… (Je ne parle pas des “très à droite” qui sont ceux et celles qui lorgnent du côté de la panthère)…

    Quel est leur avis – s’ils en ont un – sur les lobbies, les dominants, les ultra riches, les Big Pharmas, la libéralisation du marché de la santé et de l’hospitalier ? Crispés, vitupérants, obsédés, apeurés qu’ils sont par l’insécurité et par la crise migratoire ?

    Bon sang, ce silence qui est le leur, à ces gens de droite ou s’assimilant de droite, au sujet de la libéralisation du marché de la santé, des ultra riches et des dominants grands prédateurs ; et convaincus qu’ils sont, des soit – disant bienfaits d’une économie de “développement durable” axé sur la consommation… Ils me gonflent, ils me gonflent !

    Mais il faut dire aussi que les gens de gauche, aujourd’hui minoritaires – ou soit disant de gauche – on va dire la “gauche bobo”, la gauche “hidalguienne”, la gauche du socialisme libéral pro le Marché l’économie mondialisée développement durable pro privatisation, la gauche “emmarchisée”, la gauche consensuelle de la soft pensance… N’en parlent jamais, non plus, des ultra riches, des lobbies, des dominants grands prédateurs, des Big Pharmas…

    En somme tout le monde s’entend sur l’acceptation par fatalisme, de la domination des lobbies agro alimentaires pharmaceutiques industriels, sur la mondialisation libérale, sur la marchandisation de la santé !

    La panthère, quant à elle, bien feulante dans le sens de ce que veut entendre le peuple, est solidaire sans en faire ouvertement état, des autres grands fauves qui font la loi dans la savane…

    L’hôpital ? La gauche l’a vidé de ses lits et de ses personnels, la droite l’achève en le “titaniquant” ! Et c’est pas le Rassemblement National qui va le retaper, l’hôpital !

     

     

  • Accès à des listes de décédé(e)s du covid

    … Peut-on accéder à des fichiers ou à des listes de personnes décédées du covid ?

    J’en ai bien trouvé un, notamment pour l’année 2021, mais c’est un fichier PDF (en fait plusieurs fichiers établis selon des données (Data, base de données) qui donnent effectivement le nom de chaque personne décédée du covid, avec mention de la localité (ville) du décès accompagné d’un numéro de plusieurs chiffres, mais sans date et sans classement ni alphabétique ni par région ou ville ou département…

    Il faut donc faire défiler lentement la liste, qui est très longue et qui, de surcroît, se divise en sections (ou autres listes) tout autant sans classement…

    Il y a bien aussi des sites qui font état de décès, par département ou par ville mais toutes causes de décès confondues… Les recherches doivent tenir compte du fait que la personne ne meurt pas forcément chez elle, le plus souvent à l’hôpital en général chef lieu du département, et quelquefois dans un grand hôpital de région (déclaration de décès dans la ville où a lieu le décès)…

    Outre une recherche “pour sa gouverne personnelle autrement dit par curiosité besoin de savoir” en ce qui concerne quelqu’un en particulier que l’on a connu, pouvant être décédé du covid ; l’on peut aussi rechercher (toujours pour “sa gouverne personnelle”) si une personne en particulier que l’on a connue, a été hospitalisée pour covid…

    En effet – ça peut paraître “scabreux” ( à la limite “indécent”) de souhaiter par exemple, savoir “par une sorte de curiosité un rien malsaine”, si telle personne que l’on a connue, anti vax résolue, peut s’être trouvée atteinte du covid, voire en réanimation, ou pire, décédée… D’autant plus si cette personne a été longtemps un ami, une amie, avec qui on s’est fâché pour une question de divergence en matière de vaccination…

     

    Soit dit en passant, dans la situation actuelle en matière de vaccination (pro ou anti), une situation qui laisse apparaître une perte d’efficacité en durée du vaccin reçu, et compte tenu de la venue d’un variant dont on ne sait encore rien sauf qu’il a 32 “ouvertures” … Cette “guéguerre” entre pro vaccin et anti vaccin, avec ces discriminations, ces manoufs anti vax dans l’espace public, devient complètement absurde !

     

     

  • Patrimoine et tradition

    … Patrimoine et tradition, en France ainsi qu’en des pays qui ont une histoire sur plusieurs siècles, sur fond de religiosité et donc par des représentations dans l’espace public ; ne m’incitent guère à quelque soutien ou partage que ce soit, je ne défendrai donc jamais “bec et ongles” patrimoine et tradition sur fond de religiosité…

    Cependant, lorsque l’espace public dans un pays, la France ou un autre, voit son patrimoine et sa tradition - sur fond de religiosité - se fondre dans une diversité en laquelle domine ou cherche à dominer, une ou d’autres religions avec ses représentations, de telle sorte que son patrimoine et sa tradition – sur fond d’une religion millénaire – se voient envahis et poussés au recul… Alors je dis que patrimoine et tradition – sur fond de religiosité – doivent dans ce cas être soutenus et défendus… (Partagés, ça c’est une “autre histoire”, mais soutenus et défendus, oui)…

    Cela dit, c’est le fond de religiosité qui me gène dans ce qui est patrimoine et tradition, lorsqu’il se manifeste par des représentations de religiosité dans l’espace public…

    La religion ne devrait pas entrer dans l’espace public, ne devrait pas se fondre dans une culture, dans un patrimoine, dans une tradition, et devrait donc demeurer séparée de ce qui est patrimoine et tradition… Ce qui visiblement – dans le monde d’aujourd’hui (peut-être un peu moins que dans le monde d’avant le 20ème siècle notamment en France) - n’est pas le cas puisque le patrimoine et la tradition dans les pays de Chrétienté, d’Islam et de Judaïsme, ont conservé leur fond de religiosité, continuent de faire état dans l’espace public, de leurs représentations, de leurs symboles…

     

  • Toute sacralisation n'est-elle pas contre productive ?

    … Si la peine de mort a été abolie en 1981, ce à quoi j’ai adhéré “quoiqu’avec quelque réserve”, et depuis que pour un certain nombre de Français (pas forcément d’extrême droite) la question de son éventuel rétablissement se poserait…

    Il n’en demeure pas moins que lorsqu’un terroriste, un fou furieux armé et prêt à tuer, est abattu par un agent des forces de l’ordre, par des policiers, par le GIGN ; donc éliminé par arme à feu en pleine rue… Il n’y a pas – à mon sens – à “se poser la moindre question” (de savoir si oui ou non un agent de police, de la force armée, a le droit de tuer)… Car dans ce cas, c’est, comme le dit le code – ou la loi, ou les textes – l’acte de tuer une personne détenant une arme – à feu ou un poignard- est un acte relevant du principe de la légitime défense…

    Il n’y a donc pas à s’en offusquer, ni à juger ou à estimer, comme certains le font au nom du respect de la vie humaine ou de quelque principe fondamental de droit à la vie ; l’État, le gouvernement et ses forces de l’ordre et ses autorités mandatées, prévoyant de pouvoir tuer dans des cas de situation de violence meurtrière mettant la vie des gens en danger autour du terroriste ou du fou furieux armé…

    Dans cette société actuelle, civilisée, constitutionnalisée, principemoralisée, codée, droifondamentalisée… Assez souvent il faut le dire “plutôt soit-disant que réellement”… La “sacralisation quasi déïfication iconisation” que l’on fait de ce qu’il est convenu d’appeler “les droits humains” (ou le respect absolu de la vie humaine ou droit à la vie)… Cela me gêne quelque peu, j’ose le dire… Dans la mesure “réalistement réelle” où cette “sacralisation” s’avère “contre productive”…

    Autant agiter un nounours devant un bébé furieux tenant une aiguille à tricoter dans sa menotte ! (Faut-il “sauver le bébé” ?) - Rire iconoclaste…

     

     

  • Test covid oui, mais... Le jour d'avant le test ?

    … Soit une personne consultant son médecin traitant, pour une affection respiratoire ressemblant à une grippe, avec une poussée de température (38,5)… Le médecin prescrit un test covid, dans l’heure qui suit la consultation, le test est effectué, résultat positif à la suite du test, il s’agit du nouveau variant sud africain…

    Isolement forcé, 15 jours, bien que la personne soit vaccinée. Aussitôt, avant que la personne testée positif ne franchisse le seuil du centre de test, les autorités présentes prennent les dispositions afin que la personne soit accompagnée immédiatement dans un hôtel…

    Seulement voilà – et de cela personne n’en parle – avant que cette personne ne vienne consulter son médecin, la nuit dernière, le jour d’avant, elle portait déjà le virus et avait commencé à infecter des gens autour d’elle, des proches, des connaissances, des amis…

     

  • Iconoclasterie du jour

    … J’aurais été plus respectueux de la religion – ou moins iconoclaste – si, au lieu d’un Bon Dieu, ç’eût été une Bondiette…

    Si au lieu du Fils du Père, ç’eût été la Fille de la Mère ; autrement dit si au lieu de Jésus Christ, ç’eût été Jésue Chrille – ou pour Jésus tout seul sans Christ, ç’eût été Jésuette…

    Dans toute la Bible, dans toutes les Ecritures, ce ne sont que des prophètes, des saints, toujours des hommes, jamais des femmes, comme si la femme ne pouvait entendre la Parole, ne pouvait être Inspirée…

    Et pour les musulmans, au lieu d’Allah, ç’eût été Allaya ; et pour le prophète ou l’envoyé d’Allah, Mahomet, ç’eût été Fatma.

    Et, en tant que Créatrice plutôt que Créateur, j’aurais fait la femme et l’homme avec des yeux derrière la tête – donc 4 yeux soit 2 devant et 2 derrière – afin que ni la femme ni l’homme ne soit par derrière surpris, surprise, notamment à pied sur une piste autant pédestre que cyclable, lorsque surviennent des trottinettistes, des patineurs, des cyclistes…

    Et j’aurais fait la vache avec la queue sortie de la nuque au lieu d’au dessus du trou de bale, afin que la vache puisse plus facilement chasser les mouches autour de sa tête…

     

     

  • Comme si “delta” ça suffisait pas, voilà “omicron” qui se pointe !

    … Avec 32 possibilités de variations, le virus sud africain identifié récemment – et déjà présent dans plusieurs pays – est forcément plus dangereux que celui identifié il y a plusieurs mois, venu d’Inde, qui lui, n’a que 9 possibilités de variations…

    Il faut être réaliste : malgré les vols en provenance d’Afrique australe suspendus – alors que quelques cas de ce nouveau variant venaient d’être détectés – ce variant va progresser…

    D’autant plus que, outre le transport aérien de voyageurs arrêté, il y a quand même les liaisons commerciales (exportations notamment de produits alimentaires, agrumes, d’Afrique du Sud vers les pays Européens, et donc la France… Et l’île de la Réunion proche (2000 km) de l’Afrique du Sud qui reçoit de ce pays, quantité de produits dans des avions de transport de marchandises, lesquels avions ont du personnel à leur bord)…

    Donc, en conséquence de cela (des échanges commerciaux) l’on ne pourra pas empêcher ce variant de se répandre en Europe et dans le monde…

    Les voyageurs stop oui d’accord… Mais croyez vous que la société d’hyper consommation mondialisée fondée sur le transport aérien et maritime avec du personnel en va vient d’un aéroport à l’autre, va pour autant s’interrompre ? Non ! Imaginez “Grand Frais” et autres grandes enseignes Leclerc, Carrefour etc. … Sans produits “exotiques” dans leurs rayons ! Tous ces produits “frais et périssables” acheminés par avion !

    32 possibilités de variations mutations, par rapport à 9, c’est quand même beaucoup ! Ça laisse peu d’espoir en l’efficacité des vaccins actuellement administrés partout dans le monde – soit dit en passant “une partie du monde” seulement vous voyez laquelle – à moins que d’ici quelques mois, les scientifiques et les chercheurs ne parviennent à concevoir un vaccin mieux adapté…

    L’une de mes connaissances, au début de l’été 2021, “anti vax” résolue, me disait “ ils en font trop avec ce virus, après tout, le covid n’est pas plus dangereux que d’autres maladies”…

    Eh bien si, le covid est dangereux! Plus que ne le pense une majorité de gens !

    Bien sûr le cancer et alzheimer et d’autres vacheries, font bien plus de morts que le covid, c’est vrai… Mais il se pourrait bien qu’à la longue, le covid fasse non pas autant de morts, mais pas loin…

    Déjà 5 millions de victimes de par le monde depuis le début de la pandémie de covid, c’est très en dessous de la réalité…

    En effet, combien de gens sont morts chez eux ou dans l’espace public, c’est à dire ailleurs que dans les hôpitaux et les centres de soins ? Qui n’ont pas été recensés comme étant morts du covid ! Des quantités !

    Et, de la Chine (un milliard et demi d’humains)… “Omerta” sur la réalité du covid, les informations ne “filtrent” que par des circuits détournés ou seulement par ce que les Autorités de ce pays, la Chine, veulent bien annoncer.

     

     

  • Taux d'incidence en augmentation pour les non vaccinés ?

    … Si en Allemagne il n’y a jamais eu comme précédemment, autant de cas de covid parmi les non vaccinés, cela confirmerait une hypothèse selon laquelle les non protégés (qui étaient précédemment beaucoup plus nombreux) sont, tout en étant moins nombreux aujourd’hui, beaucoup plus vulnérables (atteignables)…

    Lors du printemps 2020 il n’y avait aucun vacciné sur 100 000 personnes, et le taux d’incidence a été au maximum de 400 contaminations…

    Et aujourd’hui sur 100 000 personnes si l’on ne prend que des non vaccinés (on peut encore les compter par tranches de 100 000) il y en aurait dix fois plus (4000)…

    D’où l’urgence de la vaccination et en particulier de la dose de rappel pour enrayer la propagation du covid.

    Cela dit – la question se pose aussi – de savoir si, sans vaccination, le taux d’incidence serait resté le même en progression, à chaque nouvelle vague…

    Ou si la vaccination n’a pas eu une incidence sur la venue de nouveaux et plus nombreux variants…

    Quoiqu’il en soit, la vaccination, même si elle a une incidence sur la venue de variants, réduit tout de même le nombre de cas graves (et de décès)…

    La réalité c’est que le taux d’incidence augmente chez les non encore vaccinés…

     

     

     

  • L'envers du décor

    … Nous entrons, avec le “Black Friday” et ensuite avec la période de l’Avent ( ou comme je dis dans mon langage “l’avîn’t”- il faudrait m’entendre prononcer ) en ce temps annuellement revenu d’hyper consommation devenant il faut bien le dire, chaque année et même saison après saison, de plus en plus exponentielle…

    Dans cette profusion démesurée de produits alimentaires, “exotiques”, venant de tous les pays du monde, les plus lointains par rapport au lieu où l’on habite ; d’étalages et de rayonnages de tout ce qui se vend – pour la maison, pour les loisirs, pour le jardin, pour “toutou et minou”, pour faire des cadeaux, pour toutes ces “noëlleries” de Jardiland Dubis Gifi et compagnie… Sur fond de grandes enseignes lumineuses, de flashs et de spots et de décorations et d’immenses panneaux publicitaires,de parkings emplis à perte de vue, d’embouteillages autour d’innombrables ronds points aux abords de surfaces commerciales de la taille d’une ville…

    Dans cette profusion démesurée, insolente de “prix écrasés”, de nouveautés et de gadgets, et, il faut le dire aussi, de produits gastronomiques, de bijouterie, d’équipements de dernière technologie, d’étalage en somme, de tant de richesses… Dans l’insolence de cette civilisation occidentalisée judéo islamo chrétienne consumériste qui nous “offre” – si l’on peut dire- le “bouquet final” de son feu d’artifice (oui, le bouquet, il est vraiment final)…

    Il ya.. Il y a…Il y a…

    Il y a les exclus de tout ça!

    C’est à dire – et il faut le dire et je le dis ;

    Toutes les personnes qui se battent contre des cancers (et leurs proches)

    Les migrants qui meurent en mer

    Les moins de six cent euro par mois

    Les sans domicile vivant dans la rue

    Les situations dramatiques et particulières dans lesquelles les gens se débattent suite à de graves conflits familiaux, des divorces, des séparations, des abandons, des trahisons

    Les éclopés, les esseulés, les malmenés, les vieux dans les maisons de retraite médicalisées alzheimérisées

    Alors pour tous ces gens là, vous comprenez, le “black friday”, le foie gras, les pèrnohaux et les nounours hauts et gros comme des tonneaux, les consoles de jeu, et toute cette profusion de bouffe et de gadgets technologiques… C’est “une autre planète”! L’étranger ! L’ailleurs! Insolent, hostile !

    Toute cette profusion de consommables de la civilisation judéo islamo chrétienne occidentalisée consumérisée formatée généralisée, avec tout son décorum et son tapage et ses promesses et son illusoire à la cent balles dans le dada… C’est fait pour une population qui pète de santé, qui n’a pas d’autres soucis que ceux relatifs à l’aménagement de leur baraque, ou au choix d’un séjour de vacances à la neige ou aux îles !

    Elle est pas faite du tout pour les éclopés, pour les exclus, pour les gens qui se battent contre des cancers, cette société (cette “sauce y était de cons qu’sont en Sion la Nouvelle Jérusalem du consommable à gogo prix cassés cartedefidélisée)…

     

     

  • Interrogation du jour

    … Pourquoi autant de contaminations au covid, alors que tout le monde porte un masque ?

    C’est tout de même un comble, que de voir tout le monde avec un masque qui, “normalement” devrait protéger les autres autour de soi… Mais qui, finalement, n’empêche pas les contaminations au covid !

    Est-ce que la différence serait si importante que cela, en nombre de contaminations, sans masque, en comparaison à avec le masque ?

    Quand on sait que des personnes “très prudentes et très obéissantes” aux mesures de protection prescrites et ordonnées, que l’on voit en masque dans la rue, en masque cent mètres avant d’entrer dans la boulangerie ; sont atteintes par le covid, en dépit de tout ce qu’elles font pour ne pas être contaminées… Il y a de quoi se poser des questions !

     

  • Entre deux risques, l’un très petit et l’autre très grand, “y’a pas photo” !

    … Si vous avez, parmi vos proches, très proches, ou encore dans vos connaissances, des amis, des personnes que vous estimez, qui sont réfractaires, totalement réfractaires à la vaccination et si vous n’arrivez pas à les persuader de se faire vacciner ; attendez vous à ce que ces proches, ces amis, prochainement, contractent le covid…

    Le pire étant lorsqu’un fils, une fille, anti vaccin résolu, empêche sa mère ou son père âgé, de se faire vacciner (il y a des cas comme cela, il faut le savoir)… Eh bien ce fils ou cette fille, n’aura plus que les yeux pour pleurer lorsqu’il, elle, verra sa mère ou son père en service de réanimation et mourir du covid… Sans compter que lui ou elle même, ce fils, cette fille peut aussi être atteint(e)…

    Si le prétexte principal du refus du vaccin est lié à la crainte du risque d’effet indésirable et pouvant être mortel, de l’injection du vaccin ; il est vraiment aberrant, surréaliste, absurde, de risquer à pratiquement 90% de “choper” le covid, afin d’éviter de risquer à 0,01% des effets indésirables et mortels après injection du vaccin !

    Nous ne sommes plus actuellement, comme lors des vagues précédentes où moins de 50% de gens étaient vaccinés, et où le covid, tout en étant très contagieux, n’atteignait que, au pire, 400 personnes sur 100 000 non vaccinées…

    Si l’on réalisait ces temps ci une enquête portant, non pas sur 100 000 vaccinés et non vaccinés confondus, mais sur 100 000 rien que des non vaccinés, ce ne seraient plus 400 personnes, contaminées, mais beaucoup plus, peut-être dix fois plus !

    Comment peut-on expliquer autrement, le nombre de contaminations actuel, évalué le 23 novembre, à plus de 30 000 cas, sinon par le fait quasi évident, que forcément les contaminations au covid touchent dix fois plus de gens non vaccinés qu’avant ?

    Pour moi c’est clair : avec moins de non vaccinés, ça fait peut être moins de monde qu’avant, mais ce moins de monde va y passer en quasi totalité (dont certains vont mourir)…

    Et l’on pourra alors, quand toute la population sera immunisée soit par le vaccin soit par contamination, comparer le nombre de morts par effet indésirable du vaccin, et le nombre de morts par covid…

    Je le redis : comment peut-on “préférer” pour éviter un gros risque, éviter de prendre un petit risque?

     

     

  • Qui, ne se trompe pas de combat ?

    … Les non vaccinés finiront tous par être contaminés au covid. Et moins il en restera, plus ceux qui resteront “choperont” le covid dans une forme grave et risquent de mourir un sur deux d’entre eux parmi les plus sérieusement atteints…

    Est-ce cela, une “politique” de résistance et d’opposition à l’injonction vaccinale et, par extension à un “ordre du monde” auquel adhèrent tant d’antis ( anti vaccin et anti beaucoup de choses ) tous préférant risquer de mourir, les “anti vax” en demeurant fidèles à leur conviction… Ou croyant comme on croit au père noël, que le covid les épargnera ?

    Ou, pour tous les “anti ceci/anti cela”, se crispant et se figeant sur leurs convictions, même confrontés à des faits et à des évidences qu’ils ne veulent pas reconnaître… Et croyant que l’avenir leur donnera raison contre tous ?

    Ne se sont-ils pas trompés de combat, les opposants à la vaccination ?

     

    Et d’ailleurs, à propos de combat, de résistance et d’opposition à un Ordre des choses, qui ne se trompe pas de combat ?

    Et est-ce que l’intelligence humaine, est-ce que savoir, est-ce que comprendre, est-ce que douter ou s’interroger… Est-ce que faire état de ce que l’on sait, de ce que l’on comprend, de ce dont on s’interroge, cela détermine clairement le combat qu’il convient de mener ?

    Il n’y a pas de certitudes, il n’y a pas de “voie royale” dans quelque combat que ce soit, dans quelque résistance ou opposition que ce soit…

    Il y a… Que l’on est tout seul dans sa peau jusqu’à la fin de ses jours, et, que la parole, que l’écriture, ne sont pas les seuls moyens d’expression…

    Tout seul dans sa peau jusqu’à la fin de ses jours : c’est bien cela, la réalité… Et dès lors que la réalité est occultée, arrangée, contrefaite, ou surdimensionnée, ce sont les obscurantismes – ou les lumières aveuglantes - qui “montrent le bout de leur nez”… Alors peut commencer le combat… Contre les obscurantismes, contre les lumières aveuglantes…

     

     

  • Vers une immunité collective quoiqu'il arrive ?

    … Dans une petite commune des Vosges ( Courcelles sous Châtenois) une famille (trois personnes :les parents et leur fils, sont décédés du covid, en l’espace de quelques jours…

    Ils n’étaient, aucun des trois, vaccinés…

    Ce qui me conduit à penser que, lors de cette flambée nouvelle de contaminations au covid, depuis deux semaines, et qui s’accélère ; les personnes encore non vaccinées ( environ 15 millions sur un total de 66 millions sachant que 51 millions sont vaccinés) doivent forcément être dix fois plus nombreuses à être infectées, que lors des vagues précédentes de l’épidémie…

    Ce virus décidément, en face d’un potentiel réduit, de 15 millions de personnes, n’ayant plus comme avant 30, 40 millions de personnes non protégées ; semble “mettre toute la gomme” sur une fraction de la population non protégée…

    Si cela s’avérait vrai, avec plusieurs millions de vaccinés en plus selon les objectifs recherchés (d’ici 3 mois mettons), qu’est-ce que ça va “flamber” alors, dans ce qui restera encore de personnes non protégées ! Comme si un étau se resserrait plus fortement sur ce qui reste de population non protégée !

    À tel point qu’en définitive ce sont tous les non vaccinés qui vont être infectés, les uns après les autres jusqu’à ce qu’il n’en reste plus un seul à atteindre…

    Cela veut dire que quoique l’on fasse ou ne fasse pas, contre le covid, il va arriver un temps où toute la population sera immunisée (les uns par le vaccin, les autres, naturellement)…

    Immunisés, que nous serons tous… Mais pour combien de temps ?

     

     

  • Le niveau insupportable atteint par la tolérance, de nos jours

    Tolerance

    … C’est l’esbrouffe, c’est la hargne, c’est l’épidermique, c’est l’émotionnel, c’est le sensationnel, et parfois la haine, et souvent le péremptoire, le raccourci… Quand ce n’est pas le non dit, l’omerta ou le silence complice… Tout cela sur fond de massacre de la langue et de la grammaire française avec la bénédiction de quelques intellectuels “progressistes” invités de plateaux télé et écrivant des bouquins de politicaille ou relatifs à des sujets de société… Qui se substitue à la réflexion ou qui la remplace et la méprise voire même la proscrit et la honnit…

    Tout cela ayant fait de la tolérance un torchon sale agité en étendard derrière lequel se pressent des hordes de crétins ne risquant, aucun d’entre ces crétins, d’être offensé et de se voir interdit de hurler…

    Si Voltaire, le Grand Voltaire alias Jean Marie Arouet, philosophe et promoteur de la tolérance, voyait ce que nous avons fait de la tolérance au 21 ème siècle, il se retournerait dans sa tombe!

    Au moins, au 18ème siècle, les gens “de la Haute” aussi hypocrites, perfides et fielleux qu’ils étaient… Écrivaient et parlaient correctement – et même plus que correctement – la langue française!

     

     

  • Le vaccin, oui ; mais les monopoles des Big Pharmas” et les brevets, non !

    … Les non vaccinés résolus dans leur refus du vaccin, représentés par les personnes les plus influentes et les “mieux crédibles” des milieux médicaux et scientifiques, s’appuyant sur leurs argumentations et sur des faits constatés… Devraient se poser cette question :

     

    “Faut-il, afin de ne pas courir le risque aussi minime qu’il soit mais réel, d’effets secondaires graves pour -mettons – 0,001% de gens (dont des enfants et des jeunes en général peu atteints dans des formes graves du covid), accepter de prendre un autre risque, celui là plus élévé, de voir un nombre important de personnes, sans vaccination, gravement atteintes et décédant du covid” ?

    Autrement dit de faire le choix d’un risque minime mais réel, en refusant le vaccin?

    En effet, pour un père ou une mère qui ne veut à aucun prix faire courir le risque à son enfant, risque minime- du vaccin (effet indésirable entraînant la mort), cela se comprend…

    Et de même pour l’un de ses proches n’étant pas très âgé et sans “comorbidités”, ou encore pour lui, elle même…

     

    Oui, les non vaccinés résolus devraient se poser cette question !

     

    Aux personnes qui ont eu des proches, vaccinés, affectés par des effets secondaires graves à la suite de l’injection du vaccin ; rares mais en mesure de témoigner… Je leur dis sincèrement que je suis désolé, vraiment désolé pour elles – c’est le moins que je puisse dire…

    Mais, en ce qui me concerne, “pro vaccin résolu que je suis”, si après avoir reçu la dose de rappel, “il m’arrive quelque chose” de totalement imprévu, et de grave ; je demeurerai toujours pour la vaccination, je ne “retournerai pas ma veste” ! Parce que je suis convaincu de la différence importante qu’il y a entre deux risques (le risque lié à l’administration du vaccin, relatif à des effets indésirables et graves, et le risque sans vaccination, bien plus élevé d’être atteint du covid et d’en mourir)…

     

    Cela dit, il existe des traitements efficaces contre le covid, hors vaccination, qui ne sont pas prescrits… Et qui ne font pas l’objet de débats et de controverses, qui ne sont pas évoqués, pris en considération par les médias…

    En effet, le problème de ces traitements, c’est qu’ils ne sont pas trop, loin s’en faut, générateurs de grands profits financiers, et que de toute évidence, les “Big Pharmas” ne veulent pas en entendre parler de ces traitements, ainsi que les gouvernements et une partie du corps médical et de quelques scientifiques qui les soutiennent, ces géants décideurs de la santé des gens, de qui pourra bénéficier ou non ou moins, de ce qu’il a de meilleur !

    Le vaccin oui, mais les brevets et la grande propriété et les monopoles, non! Et, conjointement ou même hors vaccin, les traitements qui s’avèrent efficaces !

     

     

  • COP 26 Glasgow : échec et mat

    … Lorsqu’un président de la conférence mondiale pour le climat, en l’occurrence fin octobre 2021 à Glasgow, le Britannique Alok Sharma, à l’issue de la séance, à l’annonce du résultat (un échec patent), se met à pleurer devant le micro en prenant la parole devant des journalistes et un public, assailli par le chagrin qu’il était, Alok Sharma… Cela est impressionnant, dramatique et interpelle…

     

     

    Ainsi les objectifs envisagés (réduire les émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030, de manière à ce que la température moyenne de la Terre n’augmente pas – d’ici 2030 – de 1,5 degrés)… Ne pourront pas être atteints…

    En 2040 et peut-être même avant, ce n’est pas de 1,5 degré que va augmenter la température moyenne de la Terre mais de 3, 4 degrés voire plus…

    Toutes les villes côtières verront leurs quartiers situés en bordure de l’océan Atlantique, et de la Méditerranée, envahis par les eaux… Ainsi que les plages, réduites en étendues, et les rivages, modifiés… Bordeaux verra sa place des Quinconces (la plus grande place, en surface, d’Europe, où se joignent les lignes de tramway) recouverte par 20 à 30 cm d’eau…

     

    Et quel avenir, déjà à partir de 2030, pour le marché de l’immobilier, notamment sur la cote Basque où actuellement encore, le prix des terrains constructibles atteint des sommets ?

    Quel avenir, au quotidien, dans la partie sud de la France où durant les mois d’été, de mai jusqu’à octobre, les périodes de grande canicule, au lieu de durer 3 jours ou une semaine comme ce fut le cas ces dernières années, s’étendront sur 3 semaines, un ou deux mois sans interruption, avec des températures en Nouvelle Aquitaine, de 42 degrés à l’ombre, de 45 degrés en Provence et cote d’Azur ; et autour de 40 degrés dans les autres régions y compris dans le Pas de Calais, le Nord et la Lorraine ? (quant à la température diurne -et nocturne – à l’intérieur des villes, n’en parlons pas, une vraie fournaise!)…

     

    Qui, en 2040, voudra encore s’installer – pour la retraite ou pour le travail – dans le midi de la France ?

    Les riches pourront cependant s’installer dans les régions de moyenne montagne par exemple dans le Morvan, dans le nord du Dauphiné, les Hautes Vosges, ou en Normandie, dans le Pas de Calais, les Ardennes… Quoi que…

     

    Quoique… Parce que, outre l’augmentation des températures estivales et une plus grande fréquence des périodes caniculaires, en toutes régions vont sévir de fortes intempéries dévastatrices (orages très violents, inondations, tornades) ainsi que des incendies de forêt sur de grandes surfaces boisées de résineux…

     

    Nous sommes à la fin de ce premier quart de 21ème siècle, dans les dernières années où nous pouvons encore connaître le mode et le niveau de vie qui sont les nôtres depuis 40 ans (confort, consommation alimentaire et de produits de toutes sortes, sécurité relative)… Il n’en sera plus de même après 2030, et pire après 2040…

     

    Il est en effet à craindre que des pénuries de denrées et de produits, suite à une désorganisation générale dans la logistique, dans le transport et dans les approvisionnements, ainsi que de nombreux dysfonctionnements survenant, tout cela dans une insécurité sociétale, viennent à perturber l’économie et à avoir des conséquences sur la vie quotidienne des gens ; du fait, également, des ressources et capacités énergétiques devenues plus limitées, ne couvrant plus les besoins…

     

     

     

    Même parmi les riches, une sélection s’opèrera, de telle sorte que les plus privilégiés d’entre eux, les dominants et les possédants dont les fortunes s’évalueront en milliards – de dollars ou d’euro – “tireront leur épingle du jeu”…

     

    C’est sans doute à tout cela que pensait Alok Sharma, à l’issue de la conférence mondiale pour le climat, fin novembre 2021…

    Et c’est vrai qu’un personnage d’une telle importance, ayant présidé cette conférence mondiale, qui se met à pleurer devant un micro en face d’un parterre de journalistes, ce n’est “pas ordinaire” – c’est le moins qu’on puisse dire!

     

     

  • À propos des gestes barrière

    … Se laver souvent les mains tout au long de la journée… Très bien si l’on revient chez soi, de courses… Très bien dans les musées et les endroits publics (cinémas, bars, restaurants, médiathèques, galeries marchandes de surfaces commerciales), où il y a des toilettes…

    Mais lorsque tu te trouves en tant que touriste, ou de sortie en ville, longtemps dans la rue, dans une manifestation extérieure, un marché, un spectacle en plein air, ou allant de boutique en boutique, partout où il n’y a pas de toilettes à proximité (cas très fréquent, d’autant plus qu’en bien des endroits publics d’extérieur les toilettes sont fermées “pour cause d’incivilités”), alors, comment vas- tu – faire pour te laver les mains souvent ? Te trimballer avec une bouteille d’un litre et demi de flotte en permanence ? (au bout de 3 ou 4 lavages de mains, la bouteille est vide, et il n’existe plus nulle part, comme au début du 20ème siècle, de fontaines publiques)… La seule solution consiste à se munir d’un flacon de gel qu’on met dans son sac à main ou à dos.

    La distanciation ? Cela suppose d’avoir systématiquement le réflexe de se tenir à moins de 2 mètres d’une autre personne à proximité (ce réflexe là n’est absolument pas automatique et d’ailleurs il s’avère impossible dans les transports publics aux heures de pointe et… Le jour du “black friday” ou d’ouverture des soldes dans le “rush pour entrer dès la levée du rideau! (par exemple)…

    Le masque ? Il ne protège que partiellement, et avec 7 personnes sur 10 vaccinées, ne plus le porter ne fait plus de mal à grand monde (l’on imagine mal une personne de 90 ans en surpoids, diabétique, aux poumons fragiles, se déplaçant à pied difficilement, présente, debout, au milieu d’une foule ou dans un magasin, une galerie marchande, non accompagnée, durant une heure quelque part hors de chez elle)…

     

    … Et les plus de trois cent mille personnes sans domicile, vivant dans la rue, en France, comment font elles ?

     

     

  • Polémiques autour de "iel" et autres sujets de société

    … L’Histoire humaine depuis le début des grandes civilisations post néolithiques, est jalonnée de grandes controverses qui en leur temps ont occupé les esprits et agité les opinions publiques..

    L’on peut citer parmi ces grandes controverses, celle dite de Valladolid, un débat politique et religieux qui s’est déroulé en Espagne au milieu du 16ème siècle pour déterminer les règles permettant de dominer et de convertir au Christianisme les Amérindiens du Nouveau Monde (le continent Américain) et le partage entre grandes puissances (à l’époque le Portugal et l’Espagne) de part et d’autre d’une ligne située en gros au milieu de l’océan Atlantique Est et Ouest…

    Puis celle qui agita l’opinion publique en France avec “l’affaire Dreyfus” de 1898 à 1906, un conflit politique et social…

    Et encore la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat, de 1905 qui a généré comme une guerre civile en France durant plusieurs années et qui d’ailleurs se poursuit avec les débats au sujet de la laïcité et du fait religieux s’invitant dans le débat public, de nos jours…

    Controverse également au sujet des flux migratoires qui sont aujourd’hui ceux du Moyen Orient et de l’Afrique vers l’Europe…

    Controverse sur la PMA et sur la GPA (procréation médicalement assistée et procréation par gestion par autrui)…

    Controverse sur l’avortement, sur l’homosexualité, notamment en Pologne par exemple, ainsi que dans les pays d’Islam ou de Catholicisme intégriste…

    Controverses de plus en plus diverses et multiples sur bien d’autres sujets de société autour desquels la société se divise, se fracture.. (celle du “iel” et de l’écriture inclusive entre autres)

    Controverse sur la vaccination…

    Dans toutes ces controverses, les uns et les autres, dans leurs oppositions radicales et déterminées, avancent leurs argumentations, leurs statistiques, les données dont ils disposent dont certaines il faut le reconnaître sont en partie fondées, appuyées de témoignages, de vécu…

    La caractérisque principale et générale de toutes ces controverses, c’est qu’elles débouchent toutes sans exception, sur des polémiques épuisantes et sans issue, des positions figées des uns et des autres…

    Cependant, dans le contexte de l’évolution du monde, de la société, qui est celui d’aujourd’hui, et qui est en même temps lié à l’environnement (le devenir de la planète – l’écologie, le bouleversement climatique, l’épuisement des ressources naturelles)… Un contexte il faut dire “assez dramatique et très inquiétant pour la survie de l’espèce humaine”… Toutes les controverses qui agitent les opinions publiques, qui divisent et fracturent la société, qui font les individualismes forcenés, les consommateurs que nous sommes d’idéologies de toutes sortes, avec nos engouements, nos crispations, nos batailles sans vainqueurs ni vaincus (et les comportements qui en découlent)… Tout cela si l’on y réfléchit vraiment… Quel en est le poids réel en face de ce qui nous menace et risque de nous faire disparaître… “Les enfants de Dieu pour les Croyants – créés selon les Croyants, à l’image de Dieu leur concepteur créateur) ou les humains que nous sommes, êtres vivants dotés de pouvoirs, de capacités, que n’ont pas les autres êtres vivants -qui eux, ont d’autres pouvoirs et capacités que nous n’avons pas – êtres vivants, et humains, “scientifiquement et biologiquement parlant” …

     

    … Il semble que “l’heure n’est point venue” de “tout mettre sur la table”, de se livrer et de se confier entre nous, “à cru et à cœur et sans fioritures”, et, de par delà nos si énormes différences, de mettre aussi sur la table le “stress”(les interrogations, les souffrances) qui nous est commun à tous… Et, finalement nous “jeter dans les bras les uns les autres” …

    Non, l’heure n’est pas venue…

    Ça sera donc… Titanic, avec pas assez de canots de sauvetage…

     

  • Une question qui me reste en travers de la gorge

    … Comment, de quelle façon et par quoi, les dizaines de milliers de personnes en Belgique, Pays Bas, Allemagne, France, Suisse, Luxembourg et autres pays européens, nouvellement contaminées covid ces derniers jours, ont pu être, chacune d’entre elles “formellement détectées/identifiées” comme ayant été infectées ; sachant que :

    - Un nombre infime de personnes, par rapport à une population locale, par jour, se fait tester ou est testé lors d’une entrée en milieu médical.

    - De nombreuses autres personnes, se sentant comme “un peu grippées sans plus” (cas très fréquent), ne consultent pas de médecin et ne se font pas tester pour savoir si c’est le covid ou non.

    Étant donné le nombre de symptômes similaires entre le covid et les affections grippales, rhumes et bronchites, trachéites etc. … Comment un médecin – s’il y a consultation – peut-il diagnostiquer par simple auscultation, une atteinte de covid ?

    En ce qui concerne les tests, depuis qu’ils sont payants (20 euro le test) et non remboursés en cas de “motivation personnelle” (pour pouvoir se rendre dans un lieu où est exigée une preuve de non contamination), plus personne ne se fait tester “rien que pour savoir” ! On le voit bien : le nombre de test par jour a considérablement diminué en France, depuis que les test sont payants pour “motivation personnelle”.

     

    D’autre part, sur les dizaines de millions de vaccinés que nous sommes, environ 75% de la population française, combien de gens sur ces dizaines de millions, durant les 6 ou 8 mois précédents, ont-ils une fois contracté le covid sans le savoir ? Il doit même y avoir des “cas de figure” où des gens se sont fait vacciner peu de jours après avoir contracté le covid sans le savoir…

    Et ces mêmes dizaines de millions de gens, pour 99% d’entre eux – ce qui est logique – à aucun moment ne se demandent s’ils peuvent être porteurs du virus (on peut se douter que oui, mais cela ne prend guère d’importance, n’inquiète pas trop)… D’ailleurs, partout où l’on flashe le QR code à l’entrée, personne au contrôle ne demande la preuve de non contamination au gens qui présentent leur QR code vaccinal… Autrement dit, “tu viens de choper le covid sans le savoir, tu es quinze jours porteur sans être malade puisque tu as été vacciné, et le pass portant le QR code te permet l’accès”… ,

     

    D’autre part, encore, des études montrant qu’au bout de six mois, l’immunité acquise par le vaccin diminue, cela donne parmi les vaccinés de plus de six mois, notamment les plus fragilisés d’entre eux, de nouveaux cas forcément… Mais là une autre question se pose, c’est celle de l’immunité acquise (et pour combien de temps) après une contamination ancienne (qui s’est traduite ou non par des effets)…

     

    Il est à craindre – ce que l’on constate avec le temps – au bout de 6 mois, un an, que ni le vaccin, ni une contamination initiale n’immunise durablement (pour 10 ans et encore moins pour la vie entière) !

     

    … Mais alors… Si vraiment les autorités sanitaires annoncent ces nombres de contamination, c’est qu’elles le font sur des bases ou des données “fiables”… Mais lesquelles ? S’il n’était pas possible par exemple, de parler de 20 000 ou de 30 000 – par jour… Aucun chiffre ne pourrait être avancé!

    Tout le monde sait que des tas de gens contractent le covid sans savoir que c’est le covid! (et ça, on ne peut le mettre en chiffres!)

     

     

  • La liberté d'informer

    Reportages

    … Avec les lobbies de l’Audiovisuel et de la Presse, qui ont la main sur tout ce qui se publie, se diffuse, se voit à la télévision, s’entend à la radio et qui oblige les journalistes, les chroniqueurs à se conformer à une “ligne éditoriale” – ou de convenance ; ainsi d’ailleurs, de la part des géants de l’information – presse – audiovisuel, à l’égard des gens ordinaires ayant la possibilité de s’exprimer dans les “courriers de lecteurs”, tribunes émissions publiques de radio, pages dialogue de journaux…

    Les députés élus de l’Assemblée Nationale, les maires et détenteurs de quelque autorité, personnalités du monde de la littérature… Qu’ils soient (les élus) “Macronistes” ou autres (quand bien même ils seraient “Mélenchonistes” – enfin tout ce que l’on voudra)… Tous les intervenants qui s’expriment sur tel ou tel sujet, à propos de quelque fait d’actualité que ce soit… Sont tous “profilés”, épiés, et n’ont qu’une liberté très réduite, quand elle n’est pas, cette liberté, empêchée, muselée, sous le coup de poursuites judiciaires… Ou assez souvent, comme reprise en compte par intérêt…

    C’est ainsi que, de plus en plus – on le voit bien d’une année à l’autre – les lanceurs d’alerte, les témoins de l’inacceptable, observateurs et rapporteurs de conditions de travail exécrables chez Free et chez LIDL entre autres, d’abus de toutes sortes des dominants, des exploitants, ne peuvent s’exprimer (s’ils y arrivent) sans risquer d’être condamnés par la Justice (souvent il faut dire, sur dénonciation anonyme ; ou encore par des robots, des intelligences artificielles logarithmées)…

    Cette loi sur le “secret des affaires”, avant d’être introduite dans les Textes, pré- existait déjà et exerçait sa pression sur les organes de presse et de diffusion de l’information.

    La démocratie, la vraie, celle qui est évoquée dans les Textes, dans les Ordres, dans les constitutions… N’a jamais existé, ou n’a été qu’apparente…

    La démocratie, la vraie, celle qui n’est pas une apparence, une illusion, reste à conquérir par la force, mais peut – être autrement que par la force des armes, que par les mouvements de foule et de meutes, que par des révolutions n’ayant d’autre conséquence que de substituer un nouvel ordre à un ordre… Et de nouvelles prisons à des prisons, de nouvelles exclusions à des exclusions…

     

  • "Iel" je t'emmerde !

    … Je hurle de rage à “IEL” et autant pour l’écriture dite “inclusive” !

    En pensée je brûle les nouveaux dicos qui ont “officialisé” le pronom “iel” !

    Je hurle haut et fort sur la place publique : “ nos éminents grammairiens et académiciens progressistes réformistes sont des assassins de la langue française !”

     

    … Il y a de ces colères très fortes qui s’apparentent à de la haine… Encore faut-il distinguer la haine contre des personnes – c’est à dire des êtres humains – de la haine contre des comportements, des agissements, des manières de penser, des pratiques, des idées (idéologies), des systèmes, des principes, des modes… Que l’on combat, contre lesquels on s’insurge…

    Le problème c’est que derrière des comportements, des agissements, des manières de penser, des pratiques, des idées, des systèmes, des principes, des modes ; il y a des personnes…

    À défaut de s’en prendre directement, frontalement, à des personnes – ce que l’on serait enclin à faire dans un agissement violent – on s’en prend à une représentation : en l’occurrence, à propos des acteurs en tant que personnes, de l’institution de l’écriture inclusive et du pronom “iel” désapprouvés, la “représentation” c’est le dictionnaire qui est mis en diffusion officielle, reconnue ; et que l’on souhaite détruire, brûler en pleine rue après l’avoir ôté de la librairie ou du magasin où ce dictionnaire figurait en rayon…

    Brûler, détruire, est un acte “fort” (de violence), un acte pouvant être qualifié de haineux, mais qui traduit, à mon sens, davantage un mouvement d’extrême colère ou de révolte, que de la haine proprement dite du ou des personnages en tant qu’acteur(s)…

    “Idéologiquement – ou philosophiquement” parlant, je pense que la haine ne peut être justifiée, ne peut être laissée, livrée à elle même… Elle peut juste, “à l’extrême limite” être “concevable” parce qu’elle est inhérente à la nature humaine (les autres êtres vivants que l’humain ne haïssent pas)…

    Inhérente donc reconnue en tant que réalité…

    Dans un certain sens, “il faut” – façon de parler- l’accepter, la haine, en tant que réalité (et par extension, accepter l’existence du mal)…

    Et de l’acceptation, de la reconnaissance, de la réalité de la haine, vient – ou peut venir- la conscience même de ce qu’elle est, de ce qu’elle implique, la haine… Alors s’ensuit – ou peut s’ensuivre – la réflexion sur l’implication…

    Alors s’ouvre, avec la réflexion, une “porte” sur ce qui n’a pas été exploré… C’est alors que la haine peut commencer à refluer…

     

     

  • Réflexion sur le langage écrit et parlé, sur les règles, sur les apports et sur les singularités

    … Les grammairiens et les académiciens, ainsi – parfois – que les tenants d’une littérature aux règles immuables et incontournables sur le plan de la logique, de la syntaxe, de la forme et du sens – en somme de la beauté, de la pureté, de la richesse, de la diversité et en même temps de l’unicité de la langue écrite (et parlée)…

    Non seulement les grammairiens et les académiciens mais aussi les auteurs, les écrivains et les poètes attachés “viscéralement” et inconditionnellement à l’authenticité, à la pureté de la langue – française ou autre… Tout en s’affirmant les garants de la pureté et de ce qu’il y a d’intemporel, d’immuable, de la langue – et qui selon eux, “n’est pas négociable”…

    Contribuent – parfois- à une ou à des évolution(s) de la langue… Soit par des apports, soit par de “nouvelles” formes (ou formulations)…

    Le “problème” que pose l’apport ou la “nouvelle” forme (ou formulation) dans le langage écrit (et parlé) est lié au rapport qui s’établit entre la règle, la logique, le sens, la perception et l’acceptation par le lecteur ou par l’entendant… D’une part ; et ce qu’apportent l’élément, le terme, la formulation, nouveaux et introduits dans le langage… D’autre part.

    Tout est dans ce rapport…

    Ce qui n’entre pas dans le rapport (qui, dans ce cas “déroge”, dérange, en s’écartant du sens, de la logique, en n’étant que de l’effet recherché, ou même en étant l’expression d’une singularité inhérente à la personnalité même de l’exprimant)… Ne peut, en aucun cas, être comme “officialisé” – en somme, entrer dans la normalité, dans la règle, dans le Dictionnaire… Mais doit demeurer indépendant (pouvant certes, être reconnu mais seulement reconnu en tant que singularité)…

     

    Si je hurle de rage à “iel” et à l’écriture inclusive ; si j’accuse (dans la colère) les grammairiens et les académiciens progressistes réformistes d’être des assassins de la langue française en se “fondant dans le moule” des modes, des engouements, de la modernité dans ses évolutions et en instituant et en officialisant de nouvelles règles…

    Je hurlerais autant de rage si, par exemple, les mêmes “décideurs” et arbitres et gardiens” devaient instituer et officialiser mes propres expressions personnelles et langagières, en somme la grammaire et le vocabulaire du personnage que je suis…

     

    La singularité peut être reconnue… Elle doit même l’être… Mais elle ne peut être “officialisée” ou devenir la règle, ou une règle…

     

     

  • Coup de gueule du jour

    … Bon sang, mais d’où “ils” les sortent ces chiffres sur le nombre de contaminations au covid, en augmentation ces derniers jours ?

     

    Sachant que, pour le “quidam” que je suis multiplié par plus de 5 millions de mes concitoyens non vaccinés ainsi que par plus de 60 millions de vaccinés ; les uns non vaccinés pour la plupart d’entre eux ne se font plus tester (à 20 euro le test), les autres vaccinés se faisant encore moins tester pour savoir s’ils seraient porteurs (en effet en tant que vacciné je me fous complètement de savoir si je suis éventuellement porteur et en nul endroit où je me rends on exige que je prouve que je suis pas porteur, on me demande juste un pass sanitaire dont je dispose et que je présente là où il faut)…

     

    Et d’autre part – et c’est bien là un constat que l’on peut faire déjà pour soi même et autour de soi d’une manière plus que générale – si on se sent “un peu patraque, un peu fiévreux”, comme pour un rhume en somme, est-ce qu’on va consulter un médecin pour autant ? Et donc, si c’est le covid, qui le saura?

     

    Comment peut-on identifier le covid sans test, sans aucune analyse de laboratoire, seulement sur la base d’un diagnostic de type médecine générale, c’est à dire par auscultation ?

    Est-ce qu’un simple médecin de médecine générale peut, sans test, sans analyse ordonnés, diagnostiquer (comme il le fait pour une colique ou un rythme cardiaque anormal) une atteinte de covid ? Absolument pas !

     

    Alors dans ces conditions, vous comprenez, le chiffre sur le nombre de contaminations des derniers jours, est un non sens, ne peut révéler aucune réalité vraie !

    Les seuls chiffres valables et fiables sont ceux du nombre d’entrées en hospitalisations pour covid (dans ce cas oui, identifié par test et analyse) et le nombre de morts en service de réanimation…

     

    Et puis, pour vraiment “dire les choses à cru et à cœur et sans fioritures”… Depuis deux ans que ça dure cette histoire de covid, pour une maladie qui fait 2% de morts “officiellement” et sans doute le double voire le triple à l’échelle mondiale, cela n’en fera jamais autant, de morts, que le cancer, que la malnutrition, que les guerres, que la misère, que toutes les maladies graves et invalidantes réunies, tout cela, toutes ces vacheries abominables ayant un taux de mortalité supérieur à 50% !

     

    Ainsi pour une vacherie (le covid) qui tue à 2% et au pire à 5% de la population mondiale, et rend malade vraiment malade un dixième de la même population mondiale, l’on a pris tout un ensemble de mesures contraignantes qui ont foutu en l’air l’économie et la vie sociale, qui nous a tous “pourri la vie” et nous la pourrit encore ! Alors que tout le reste (le cancer, alzheimer, la malnutrition, la misère, les guerres, les maladies graves) nous pourrit la vie bien davantage dans un quotidien fait de drames et de situations suite à ces drames, très difficiles pour des dizaines, des centaines de millions de gens…

     

    Quelle disproportion ahurissante que celle de tout ce qu’on fait contre le covid en rapport avec la mortalité, avec la dangerosité réelle du covid!

    Et depuis deux ans, ces milliers d’heures de plateaux télé d’émissions notamment sur BFMTV, LCI, CNEWS, etc. autour du covid - des télés aux mains de grands lobbies de l’audiovisuel et de l’information… ( Télé tu – es – laid comme je dis )…

    Absurde! Délirant! Hallucinant, tout ça !

     

    Et ce qui me gave, dans tout ça, c’est de voir tous ces gens “vertueux et obéissants” souvent donneurs de leçons de morale à leurs façons qui se ressemblent toutes, qui, aussi stoïques que raisonnables, “font avec”, s’adaptent, et qu’on voit par exemple avec déjà le masque 50 mètres avant d’entrer dans la boulangerie ou le supermarché !

     

    Et pour conclure dans ce même mouvement de colère du jour… À tout ce qu’il faut subir à cause de ce putain de covid, en plus/en plus, y’a la campagne électorale, un autre genre de covid si l’on peut dire (la “Zemmourite”) et bientôt, premier semestre 2022, le mundial de foot au Qatar… Et, ce très prochain “black friday” fin novembre ou début décembre (avec bien sûr le masque et des pèrnohaux made in Bangladesh)…

    Enculatory Lavatory Vécécireur !

     

     

  • Les étrangers

    Les etrangers

    … En voyant cela, j’ai pensé à une pub – que l’on ne voit plus parce que les pubs ça va ça vient et qu’il en sort sans cesse des nouvelles à la pelle – une pub qui doit dater des années 2006, 2007… Qui représentait en une affiche de 4 X 4 mètres, Johnny Halliday OPTIC 2000 promo lunettes…

    Je m’étais dit à l’époque : “Si OPTIC 2000 avait pris MA POMME au lieu de celle de Johnny Halliday, pour son affiche de pub, ça lui aurait coûté beaucoup moins cher à OPTIC 2000 !”…

    En effet, j’aurais “posé” dans l’atelier photo de la célèbre marque de lunettes (que tout le monde connait et dont on voyait partout, dans les abris de bus, la grande affiche 4 X 4)… Pour un tarif disons, de quelques centaines d’euros seulement…

    En conséquence, OPTIC 2000 aurait réalisé une économie substantielle en me prenant, moi Yugcib (ou Guy Sembic) sur la Toile, plutôt qu’une “bête de scène” telle que Johnny Halliday… Bon, ça c’est “un volet” de la conséquence… L’autre “volet” étant celui lié au fait que “ça faisait en même temps de la pub pour “l’homme d’écriture que l’on peut apercevoir sur la Toile car, en lieu et place d’avatar, c’est ma pomme que l’on voit, en vrai de vrai (rire)…

    Cela dit, d’aucuns m’auraient rétorqué : “oui mais Johnny Halliday en 4 X 4 Optic 2000, ça fait plus d’effet qu’un type dans mon genre, c’est pourquoi Optic 2000 préfère payer très cher la pomme de Johnny Halliday pour vendre ses lunettes”…

    Comme quoi, du fait que dans la réalité les gens ayant besoin de lunettes, ce qu’ils voient le plus dans l’affiche, c’est sa dimension et l’endroit où elle est collée (par exemple un abri de bus en grande métropole urbaine)… Au fond, Johnny oui, ça tape, c’est percutant c’est vrai, mais c’est peut-être pas ça qui détermine… Alors autant qu’OPTIC 2000 à l’époque, m’eût pris, moi, plutôt que Johnny!

    Allez, je veux bien “poser” pour une grande marque : je prends pas cher, je suis très compétitif ! Je fais même “au black” si on veut ! Sans contrat!

     

    … À propos de ces gens, étrangers, maghrébins pour la plupart, si mal perçus mais “faisant les affaires” des patrons et des propriétaires de domaines agricoles, viticoles… Qui les prennent “au noir” pour des tâches pénibles sans qualification… Je me souviens de cette information qui, à l’époque, dans les années 1960/1970, circulait et était à la connaissance de tout le monde :

    Les gros viticulteurs et propriétaires terriens de grands domaines, dans le midi de la France, Languedoc, Roussillon, Provence, employaient pour des salaires de misère, à l’heure ou à la journée, sans contrat, “au noir” donc, des quantités de maghrébins, en général des marocains et des algériens venus clandestinement en France, pour effectuer ces travaux pénibles qu’aucun Français à l’époque n’aurait accepté de faire…

    Ils étaient “logés”, tous ces gens, dans des “algécos”, des baraquements en tôle ou en bois, et travaillaient dans les champs, dans les vignes, du matin très tôt au soir tard, par tous les temps, en hiver, avec le gel et la neige, le grésil, le vent…

    “Comme par hasard” ces grands propriétaires et ces gros patrons vignerons, ils étaient tous pour le Front National, anti migrants, n’aimaient pas les Arabes, qu’ils prenaient pour des voleurs et des feignants, avaient soutenu les gros colons en Algérie, et sans cesse dans leurs propos, disaient qu’il y avait trop d’immigrés en France…

    Cependant, ils étaient les premiers à utiliser cette “main d’œuvre” bon marché, qui ne leur coûtait rien en prestations sociales et en “charges” ; ils les faisaient même venir d’Afrique du Nord par des réseaux de passeurs…

    Je ne pense pas que “cela a beaucoup changé” 50 ans plus tard! Quoiqu’on dise (les gouvernements, les autorités, etc.)… Des mesures prises au sujet de l’immigration et des politiques menées depuis 50 ans…

     

     

  • Les réseaux sociaux, un terreau

    … Il peut paraître à juste titre, déplorable, que les réseaux sociaux puissent être comparés à du terreau favorisant le développement de ces pousses nauséabondes que sont la traque et la délation…

    Ce qui, il faut dire, est “manifestement le cas”…

     

    Cependant, faut-il s’offusquer lorsque traque et délation visent des “cibles” telles que, par exemple, des mutileurs de chevaux ou des pédophiles avérés ?

    Et même, “encouragent” à la constitution de patrouilles et de groupes organisés, pour s’en prendre par “opérations et agissements violents”, à des personnes absolument indéfendables et dangereuses, telles que des pédophiles avérés ?

     

    Une majorité de gens en France et ailleurs, ne “fermerait – elle pas les yeux”, sur ce genre de traque et de délation à l’encontre par exemple, de mutileurs de chevaux et de pédophiles avérés, traque et délation qu’au fond d’eux mêmes ils concevraient de “laisser faire” ?

     

    Ce qu’il y a de sûr – je l’exprime ainsi publiquement et j’assume – c’est que, question “cibles” ou “boucs émissaires”… De tout temps à jamais, l’on n’a jamais visé ou tiré sur les cibles qu’il aurait fallu viser… Toujours “celui qui pense et qui vit pas pareil et qui gêne”, les Juifs, les Homosexuels, les migrants, toutes sortes de gens “en marge de la société”, et même jusqu’à des handicapés, des personnes fragiles et “un peu dérangées”, etc… J’en passe y’en a des quantités…

     

    Les “vrais/vrais dangereux”, les vrais prédateurs, les vrais inacceptables, les vrais indéfendables… En vérité – c’est ce que l’on constate – sont considérés comme des malades qu’il faudrait soigner, et, “bizounoursement parlant”, l’on croit qu’ils pourraient être “récupérables”…

     

    L’on ne fait guère preuve d’autant d’humanité, en comparaison, hélas, et fort injustement, envers les juifs, les homosexuels, les “pas catholiques” qui dérangent, et même dans la société “civilisée” où l’on vit, des handicapés lourds, des personnes fragiles (d’ailleurs délaissées et méprisées jusque de leurs proches)…

     

    Soit dit en passant, à propos d’indéfendables et de cibles à viser… Jamais non plus trop, à l’égard des multi milliardaires, des actionnaires, des dominants possédants décideurs, de ces personnages à la tête des Big Pharmas et autres redoutables et exécrables prédateurs humains n’ayant rien d’humain… Qu’il conviendrait d’éliminer radicalement de la surface du globe, avec les pédophiles et les plus cruels et barbares des assassins, et quelques affreux et dangereux voyous, caïds, meneurs de bandes, ennemis de la France et de la société, gens totalement irrécupérables et forcément récidivistes lorsqu’ils sont relâchés au bout de 10 ou 15 ans !

     

    Il n’y a jamais eu d’”épuration convenable” ! Sauf peut-être sous la Révolution avec la Terreur en 1793, ou dans les débuts du Bolchevisme après octobre 1917… Sans doute certes, d’effroyables époques, durant lesquelles des innocents ont péri, mais tout de même où un certain nombre de vrais salauds ont été, durant la Terreur, “raccourcis”, et sous les Bolcheviks, jetés dans des camps en Sibérie, ou “passés par les armes”…

     

    L’extrême violence en tant que “moyen” de lutte contre l’inacceptable, notamment durant des périodes troublées, de crise sociale, de révolution, de désordres… Est parfois hélas, comme un “passage obligé”, incontournable, dans un certain sens “purificateur”, mais le plus souvent il faut dire, occasionnant “quelques dégâts collatéraux”…

     

    L’extrême violence donc, en tant qu’étape, n’étant que provisoire, mais ne devant jamais par la suite, être durablement instaurée, planifiée, organisée…

     

     

  • Actualité covid, suite et suite ...

    … Que signifie : “il faut protéger 15% de la population française” (contre le covid), soit 15% de non vaccinés ?

     

    Toute la réponse – exacte- réside dans ce constat :

    15% de la population française, suffit pour que les hôpitaux arrivent à saturation suite à un afflux de malades du covid…

    Cela veut dire qu’il n’y a pas, avec seulement 15% de la population, suffisamment de lits et de personnel médical pour faire face à un afflux de personnes atteintes de covid dans des formes graves nécéssitant leur prise en charge en service de réanimation…

    C’est dire, rien qu’avec 15%, de l’insuffisance manifeste, évidente, des moyens, en lits disponibles, en personnel médical !

    Alors qu’est-ce que cela serait si, au lieu de 15% c’était, comme en Autriche ou pire en Roumanie, de plus de 35% ?

    Le “vrai scandale” il est là : dans l’insuffisance des lits et du personnel médical ! Et il est aussi dans le fait que des traitements efficaces contre le covid y compris des formes graves, indépendemment de la vaccination, ne sont pas prescrits, ou appliqués!

    En revanche, brancher d’un tas d’appareils technologiques avec de la tuyauterie dans tous les orifices, à des malades transformés en cosmonautes extraterrestres sur des lits médicalisés ou des chariots, et faire des gros plans de reportage sur les télés… Ça, “on sait faire” !

     

     

  • Actualité covid, suite ...

    … Venant d’apprendre (JT de 20h France 2, dimanche 14 novembre), qu’en Autriche l’on oblige les non vaccinés ( 35% de la population) à rester confinés chez eux (sortie uniquement autorisée pour achats produits alimentaires et de première nécessité), et trouvant cependant, tout de même, cette mesure “un peu sévère”, je ne suis pas outre mesure “choqué” par cette décision prise dans ce pays à l’égard des non vaccinés…

    Autrement dit je “ferme ostensiblement les yeux” à la connaissance de cette mesure… N’étant guère, je l’avoue (ou ne me sentant guère) solidaire des non vaccinés…

    Si en France l’on devait adopter une telle mesure à l’égard des 15% de gens non vaccinés, je ne désapprouverais donc pas…

    Ce qui, vraisemblablement, obligerait les non vaccinés, comme en Autriche, à présenter une autorisation de sortie pour nécessité (achat de produits indispensables)… Et à défaut, se voir infligés d’une amende…

     

    D’autre part, la France, confrontée à un reprise de la pandémie de covid constatée dans les pays limitrophes (Belgique et Allemagne notamment), la France qui a le taux d’incidence le moins élevé (98 pour 100 000) – forcément puisque chez nous en France, 85% de la population est vaccinée – va se montrer plus sévère au passage de ses frontières à l’égard des autres européens, et, cela, oui, j’approuve…

     

    “Ras le bol” depuis le début de cette pandémie de covid, et surtout depuis que de plus en plus de gens sont vaccinés, de devoir encore supporter en tant que vacciné, sous prétexte que l’on peut quand même être porteur du virus… Et le masque, Et toutes ces mesures contraignantes, Et “devoir faire attention” etc… Ras le bol !

     

    De surcroît, si le gouvernement en France n’envisage pas un autre confinement concernant l’ensemble de la population (comme ce fut le cas pour le dernier cette année), ce nouveau confinement n’a pas pour autant été exclu… Ce qui signifie que si cela devait être le cas, alors en dépit de 85% de la population vaccinée, il faudrait encore s’y résoudre et le supporter, ce confinement “sans distinction entre les vaccinés et les non vaccinés” ! Un comble! Si cela devait avoir lieu j’appelle les vaccinés que nous sommes à 85% d’entre nous, à manifester en masse dans toutes les villes de France et de s’opposer avec fermeté et résistance aux contrôles policiers ordonnés dans le cadre de ce confinement possible, absurde, totalement injuste !

    Nous en sommes à un stade, vu le nombre de gens vaccinés, où l’on peut “le laisser courir jusqu’à ce qu’il s’éteigne de lui-même, ce putain d’covid” !

     

    De toute manière, et que personne ne me dise le contraire… Le cancer et alzheimer font bien plus de morts que le covid! (Rappel : mortalité covid en France 2%, cancer 50% sachant que les autres 50% mourront quand même pour les trois quarts d’entre eux, dans les 5 – 10 ans qui viennent)…

     

    Me déclarant non solidaire des 15% de Français non vaccinés, je reconnais cependant qu’une telle déclaration exprimée publiquement, est disons “plus aisée” à exprimer lorsque l’on n’a pas dans son entourage proche, des parents et des amis non vaccinés… En effet, un quidam que l’on ne connaît ni d’ève ni d’adam, non vacciné, atteint de covid, “on s’en fout” (prétendre ne pas être indifférent est hypocrite)…

     

     

  • Alimentation, médicaments

    … Si la consommation de tabac, d’alcool et de drogues telles que le canabis… Et de tant d’autres choses “très mal vues, interdites en lieux publics ; choses sujettes à leçons de morale répétitives et à discrimination”… Est, certes, tout cela, nocif à la santé…

    Alors pourquoi ne déplore – t – on pas avec autant d’énergie combative, pourquoi ne dénonce – t – on pas avec autant de vigueur et de détermination…

    -Le paracétamol présent dans le doliprane, dans l’efferalgan, dans le dafalgan, dans l’actifed, dans l’humex, dans le fervex… Que tout le monde prend contre la douleur, contre les rhumes, contre la fièvre… Qui rapporte 6 milliards de dollars par an aux géants de l’industrie pharmaceutique… Et sont tout aussi nocifs à la santé, provoquant des maladies du foie et des reins notamment ? …

    -Les additifs, colorants, antioxydants, exhausteurs de goût… Présents dans la plupart des produits alimentaires vendus non seulement en grandes surfaces commerciales mais aussi dans les épiceries, boulangeries, boucheries charcuterie en ville… Et même en “alimentation bio”… Tout cela représentant en moyenne par an et par personne, une consommation d’environ 4kg… Produits ultra transformés de l’industrie agro alimentaire aux mains de grands groupes internationaux réalisant des profits considérables ? Également nocifs à la santé, responsables de nombreuses pathologies dont les cancers et la maladie d’Alzheimer ?

     

  • Actualité covid novembre 2021 en France

    … Est-ce que 85% des Français, vaccinés contre le covid, doivent “veiller” à ce que 15% de Français non vaccinés, ne contractent pas le covid par “porteur – vacciné- interposé ?

    Autrement dit, afin de “protéger” au mieux ces 15% de Français non vaccinés (dont la plupart il faut le dire sont des “irréductibles” (des “anti” déterminés) ; faut-il continuer à “faire attention” pour le cas où dans notre entourage, il y aurait une ou deux personnes de ci de là, dont ne ne sait pas qui elles sont ; “faire attention” c’est dire porter un masque dans la rue, dans un lieu non fermé, accepter encore des mesures “générales” contraignantes…En tant que vaccinés ? …

    Quoiqu’il en soit, avec ce “putain de covid”, j’ai toujours pensé que dès l’origine, fin 2019 et début 2020, il y avait dans cette “histoire” “quelque chose de pas catholique” dans ce virus…

    Et par la suite au fil des mois écoulés, le seul fait selon lequel 10% de gens contaminés n’ayant pas contracté une forme grave (ce qui représenterait environ – en France – plus de 600 000 personnes) ont eu par la suite des séquelles (lésions de tissus cérébraux, troubles neurologiques, toux chronique, essoufflements, douleurs thoraciques, troubles digestifs entre autres)… M’incite à penser que ce virus – de la famille coronavirus comme les virus grippaux- ne se comporte pas de la même façon que les autres virus de cette même famille…

    Est-ce “naturel” ?

    En ce qui concerne les déterminés, irréductibles, farouchement opposés à la vaccination, ils n’ont pas, tout comme d’ailleurs les favorables et pro vaccin, toutes les informations qu’il conviendrait d’avoir…

    Il y a cependant un point sur lequel d’une certaine manière je les “rejoins” (si je puis dire), c’est sur celui relatif à la “politique” fondée sur le profit des “Big Pharma”, absolument gigantesque, révoltant, indécent…

    Pourraient-ils, ces irréductibles, le demeurer avec autant de conviction personnelle, si la vaccination covid avait été considérée comme un “bien humanitaire” devant faire l’objet d’une diffusion, d’une gestion, par l’ensemble de la collectivité humaine, et non pas par des grands groupes privés avec dirigeants, décideurs et actionnaires ?

    À l’origine, du temps de Louis Pasteur, et encore durant la première moitié du 20 ème siècle, il n’y avait pas ces “Big Pharma”…

    Ma “conviction personnelle” sur l’utilité et sur l’efficacité du vaccin (des vaccins), s’articule sur les travaux de Louis Pasteur et de ses successeurs et chercheurs, scientifiques… Et donc, sur les résultats obtenus grâce à ces travaux de recherche…

    J’imagine tous ces irréductibles, actuellement 15% de gens, devoir accepter de ne plus pouvoir, sans “pass”, accéder à des cinémas, des salles de spectacle ; prendre des trains, des avions, d’utiliser les services de transport en commun (les bus, métros, tram, en ville)… Et pire, ne plus pouvoir – sauf en cas d’évacuation en urgence sanitaire – se rendre à une consultation en centre médical, en hôpital pour une intervention programmée, pour une visite à un proche, etc… Quelle galère ! Et quel risque pris en l’absence forcée, de suivi médical, d’examens préventifs, pour chacune de ces personnes résolument réfractaires à la vaccination…

    Ainsi, d’un côté le “pass” assure, certes, mais d’un autre côté, il s’avère “contre productif” puisqu’il prive de soins et de suivi, des gens susceptibles de se voir atteints de cancer ou d’une autre affection grave, par absence de consultation et d’examen préventif ou diagnostiquant…

    Je déplore que, depuis le début de la vaccination et ensuite depuis l’instauration du pass sanitaire obligatoire, il y ait toutes ces crispations, ces discriminations, ces conflits, ces agissements agressifs, des uns et des autres… Et si peu de vraie réflexion, de volonté à “comprendre au mieux les choses”… Et, il faut le dire, d’absence de certaines informations (non communiquées, ou faussées ou passées sous silence)…

     

     

  • La conscience de l'existence de l'autre

    .. La conscience réelle de l'existence de l'autre, de ce dont cet autre est constitué, pouvant être comparé à l'arbre fait de son ’écorce recouvrant le tronc et de son bois sous l'écorce jusqu'en son cœur ... N'est pas innée en nous, ne l’est jamais, innée en nous, à vrai dire...

    Il est plus difficile de l'acquérir, cette conscience réelle de l'existence de l'autre, que de réussir ou de construire sa vie.

    Mais la conscience de l'existence de l'autre, ne rend pas forcément meilleure, plus profonde, plus durable, la relation à l'autre...

    Elle est comme un point lumineux que notre regard parvient à percevoir, sur une ligne d'horizon parcourue de cimes de différentes formes, et de brumes de diverses nuances de blanc, de gris, de bleuté, parfois de quelques incandescences au moment où le soleil se lève ou se couche...

    Le point lumineux, perçu, révèle – peut-être – l'existence d'un passage, le passage par lequel s'ouvre, ce "monde de l'autre" qui, habituellement et surtout par individualisme et par une conscience surdimensionnée, aiguë de soi, nous est étranger...

     

     

  • Le corps et la pensée

    Saramonowicz

    … Complexées par leur physique ou peu sûres de plaire, nombreuses sont les personnes, et peut-être encore davantage les femmes que les hommes, qui “compensent” par des gestes devenus automatiques, des “façons d’être” – d’un mouvement de tête, d’une mèche de cheveux relevée, d’une jambe croisée sur l’autre – par exemple ; ou encore par des parements, par de l’habillement, par un style de coiffure…

    Mais il y a aussi des personnes qui sont complexées par la pensée qu’elles portent en elles et à laquelle elles ne croient pas et donc, préfèrent ne pas exprimer ; ces personnes là étant assez nombreuses – et d’ailleurs peu visibles – contrairement à toutes ces autres personnes qui, elles, fortes qu’elles sont de leurs pensées qui, soit dit en passant, sont bien davantage des pensées que de la pensée ; ne sont jamais complexées, souvent dans l’ostentation…

    Il y a cependant une chose qui, “évidente sans l’être”, compense au mieux et au plus vrai, un “physique ingrat” ou une pensée en soi à laquelle on ne croit pas… C’est… Le regard… Ce que les yeux disent…

    Les yeux, le regard, n’ont pas d’âge, sont de tous les visages… Toute leur force, toute leur portée, tout ce qu’ils expriment, les yeux et le regard, se fonde sur leur capacité de résistance à ce qui les éteint, à ce qui les aveugle, à ce qui les éblouit…

     

     

  • Une question d'actualité

    … Une femme de 54 ans, en situation de chômage depuis 2 ans, se voit proposer par Pôle Emploi Landes, un travail “à temps complet réduit”, de 30 heures par semaine, chez Labeyrie. Il s’agit de tenir un poste de découpe de canard avec prise de service à 4h 30 – du matin – du lundi au vendredi jusqu’à 10 h 30…

    Rémunération – pour 30 h hebdomadaires sur 1 mois : 1290 euros.

    Cette femme âgée de 54 ans vivant seule, demeurant dans une bourgade située à 25 km de Saint Geours de Maremme lieu d’implantation de l’une des 11 usines de Labeyrie, perçoit un revenu de RSA de 551 euro mensuels ainsi qu’une APL (aide personnalisée au logement) de 250 euro, ce qui porte son revenu total mensuel à 801 euros…

    C’est la troisième offre qui lui est faite par Pôle Emploi, durant ces 6 derniers mois…

    Elle a refusé les deux premières offres, elle refuse la troisième…

    Elle dispose d’une vieille voiture qui a du mal à démarrer certains jours, et avec le prix de l’essence qui augmente, 250 km à effectuer chaque semaine, donc 1000 km dans le mois – pour aller travailler – cela représente 102 euro par mois de frais de transport (essence)…

    Elle préfère en conséquence, demeurer chez elle en percevant 801 euro par mois, et ne pas devoir se lever le matin à 3h 30 pour aller faire ce travail de découpe de canard à la chaîne, très fatigant, très peu motivant et répétitif…

    La réforme sur l’assurance chômage prévoit que, très prochainement, cette femme refusant un emploi proposé, verra son RSA diminué ou même supprimé.

     

    Trouvez vous cela “juste” ?

     

    Si vous dites oui, j’attends vos arguments…

     

    “Le travail doit payer davantage que des revenus d’assistance” – c’est ce qui a été dit …

    En l’occurrence, dans le cas de cette femme de 54 ans se voyant proposer un travail chez Labeyrie, c’est “un peu vrai” (1290 euro en travaillant, 801 euros en restant chez elle)…

    MAIS… Vous parlez d’une “motivation”, d’un “emploi à valeur ajoutée”, d’une “perspective d’avenir”, d’une “dignité retrouvée”… Et autres “scies”… Qu’un tel “boulot de galérien” chez Labeyrie !

     

     

  • "Repenser" la relation

    … Tout ce qu’il y a de mal en ce monde l’est tellement, mal, que l’on ne croit plus en la visibilité du bien…

    Et pourtant le bien domine… De peu, mais il domine, du fait de ce que réalisent dans la mesure de leurs moyens et de leurs possibilités, les gens de bonne volonté…

    Le mal est davantage que le bien, évoqué et surtout “scénarisé”, faisant la Une de l’Actualité, ne manquant pas d’agitateurs d’épouvantails et de torchons crasseux…

    Ainsi se répandent et explosent les haines, se fracture la société…

    Ainsi dans la “France profonde” des terroirs qui se sont urbanisés, tout comme dans les “cités” des grandes métropoles, gagnent les peurs, les méfiances, les incivilités, les violences…

    Par le mal scénarisé, télévisé, internetisé, écrit en bouquins…

    Haine de la France, haine de la Société, mais jamais “haine de la haine”…

    La haine peut-elle être “justifiée” ?

    “Repenser” la relation entre l’Hier et l’Aujourd’hui, entre les uns et les autres de telle sensibilité et de telle culture, entre les pays voisins ou éloignés, entre le particulier et l’universel, entre l’ordinaire et le singulier ou l’hors du commun, entre le peu et le beaucoup, entre le peut-être et l’assurément, entre la question et la réponse…

    “Repenser” la relation… C’est ce que font les gens de bonne volonté, sans scénarisation, et pas forcément en l’écrivant dans des bouquins, pas même, le plus souvent, en “l’intellectualisant”…

    “Repenser” la relation… Mais pas dans la compromission ni dans la complaisance, pas dans l’ostentatoire ni dans le discours, pas dans le “oui mais…”

    “Repenser” la relation… Dans le réalisme, dans la difficulté du réel…

     

  • Le bruit des trousseaux, film de Philippe Claudel

    … Le cinéma (les films), la Littérature (les romans)… Même au plus proche de la réalité… Par la représentation que donnent les réalisateurs de film et les romanciers, des situations, de la vie des gens au quotidien, des drames, des événements, de tout ce qui se passe dans tel ou tel environnement… Le cinéma et la littérature donc, invitent à défaire une image que l’on se fait, ancrée en nous – ou un préjugé – pour lui substituer à cette image, une autre image qui, elle, si proche qu’elle soit de la réalité, ne reflète pas exactement le réel pour ce qu’il est, mais le réel “sous un angle de vue”…

    Et, en même temps que l’image substituée, donnée par le réalisateur ou par le romancier, à l’image que d’ordinaire l’on se fait ; vient une réflexion, mais une réflexion cependant, qui ne s’installe pas forcément dans notre esprit de manière durable, parce que la réflexion est empreinte d’émotion, d’impact sur notre sensibilité…

    Il est difficile de rendre la réflexion indépendante de l’émotion et de la sensibilité, il est difficile de rendre le réel – et l’image donnée du réel – indépendants de l’”angle de vue”…

     

    … C’est là ce que j’ai “perçu” – comme j’ai essayé de l’exprimer ci dessus – en voyant hier soir, lundi 8 novembre sur France 2 à 21h 10, le film de Philippe Claudel “Le bruit des trousseaux”…

    … J’essaye d’imaginer – c’est tout de même “un peu difficile” – un prof dans le genre de celui du film, donnant des cours de français (rédaction, écriture, grammaire, connaissance d’auteurs, lecture de textes, etc.)… Dans une classe de collège avec une trentaine de jeunes de 14, 15 ans, presque tous quasiment illettrés, dealers, d’une brutalité et d’une violence extrême, haineux de la France et de ses valeurs, ne suscitant aucune empathie… Ou encore en face de quelques jeunes délinquants tout aussi violents, brutaux, illettrés, haineux, incarcérés et choisis – on ne sait comment et sur quels critères – pour suivre des cours de français (je précise : de jeunes délinquants n’ayant rien à voir avec les élèves du prof du film dans la prison de Nancy, des adultes et des jeunes)…

    Essayer de “mettre en parallèle” ce que l’on voit dans le film et ce que l’on voit dans la réalité, me semble “une gageure”…

    Certes, dans le film, il y a “du sens” – et, on va dire, “de la portée”, de la réflexion suscitée quoiqu’empreinte d’émotion en rapport avec ce que l’on peut ressentir de la personnalité de ces gens incarcérés, des situations en lesquelles ces gens se trouvent…

    Mais dans le réel, le réel tel qu’il est… Où est-elle la “personnalité” de ces jeunes en rupture totale ne suscitant absolument aucune empathie, où est la personnalité de ces détenus irrécupérables, dangereux et d’une cruauté, d’une barbarie inimaginable ; tels qu’ils existent vraiment ?

    De quelle “personnalité” peut-on parler ? De quelle… “humanité” ?

    Le réel dans ce qu’il a de plus insoutenable, de plus abject, n’est-il pas comme un “trou noir” dans l’univers, un “trou noir” duquel rien ne peut s’échapper, et dans la “dynamique” de ce “trou noir”, est-il possible de concevoir qu’une “énergie comparable à celle de la lumière” puisse se développer ?

    Pourtant ce que l’on voit dans le film – et c’est sans doute là ce qu’il y faut voir (mais qui n’est alors plus comme un “trou noir”) – peut arriver à “traduire” ce dont on peut être témoin dans le réel… Et en ce sens, oui, le cinéma et la littérature ont un rôle à jouer… Essentiel, nécessaire…

     

     

     

  • Mon cher canard, Labeyrie, tu m'en diras tant !

    … Des entreprises telles que Labeyrie dans les Landes, qui emploient 350 salariés ; au lieu, par leurs dirigeants, de tenir ce discours exaspérant et répétitif au sujet de “ces jeunes qui ne veulent pas se lever le matin pour aller travailler”; devraient plutôt augmenter significativement les salaires de leurs employés, dont en particulier des femmes prenant leur service à 4h du matin sur des postes de découpe de canards et d’autres tâches de manutention et de conditionnement !

    Labeyrie : une entreprise de 11 usines en France, qui emploie 1440 salariés dans son groupe, réalisant des profits importants et, cotée en bourse depuis 1999, privilégiant le montant du dividende à verser aux actionnaires, et en conséquence pratiquant une politique de bas salaires…

    Si la crise du covid et surtout celle de la dernière grippe aviaire – certes réelle (mais aussi – le covid - pour beaucoup d’entreprises) sert de prétexte à ne pas accorder d’augmentation de salaire et de versement de prime, il n’en demeure pas moins que les profits eux, sont toujours là, et d’actualité !

    Si l’action de Labeyrie, en bourse, est passée en un an, de 36 à 27 euro, qu’en est-il du dividende, quand on sait que bon nombre d’entreprises du CAC 40 cotées en bourse, font du versement des dividendes leur priorité au détriment de la part de capital en actions dans un portefeuille financier, et surtout encore plus au détriment de ce qui est versé en salaires ?…

    La valeur de l’action est le reflet de la conjoncture – en principe – mais les dividendes eux, sont le reflet de la manière dont on traite, dont on paye les travailleurs… En effet la différence est flagrante entre la progression des salaires (2,5% au maximum sur un an) et la progression des dividendes (jusqu’à 40% sur un an)…

    Le jeune (ou le moins jeune) qui refuse de se lever le matin pour aller travailler, est un “fait de société” parmi tant d’autres, certes déplorable, mais c’est bien là un fait de société qui est “mis en avant” par les patrons, par les dirigeants d’entreprises mais aussi qui revient souvent dans une opinion publique entretenue dans le préjugé… Et qui contribue à mettre en désaccord les gens à propos du travail; à créer des tensions, des clivages, des discriminations, de la violence, de la crispation…

    Si au lieu de privilégier le profit, la rentabilité et les dividendes, les entreprises avaient pour objectif – dans leur intérêt – de mieux payer leurs salariés et d’améliorer les conditions de travail ; sans doute verrait-on un peu moins de gens refuser un travail et préférer continuer à percevoir des aides, des allocations… Sans compter les déplacements de l’ordre de 20, 30 km ou plus, en voiture, souvent, aller retour chaque jour, pour tenir des positions de travail à temps partiel “éclaté” (en 2 périodes différentes de la journée) et être payé sur la base d’un SMIC c’est à dire pour les 2/3 ou la moitié du SMIC selon les cas ou les offres d’emploi…

    Le scandale, le vrai, il est bien davantage dans celui des dividendes et des profits accrus, que dans celui du jeune qui refuse de se lever le matin !

     

     

  • Copy Cockpit com, je te crève le cockpit !

    … Venant de prendre connaissance en faisant défiler la page d’accueil de Facebook, de ceci :

     

    “Laissez l’intelligence artificielle rédiger des contenus de grande qualité en quelques secondes pour vos landing pages, vos actualités de blog, vos annonces sur Facebook et sur Google, vos textes SEO, vos newsletters… Avec Copy Cockpit com Français …

     

    JE SUIS LITTERALEMENT HORRIFIÉ !

    … Et, absolument horrifié que je suis, JE CENSURE ! J’appelle au refus de laisser l’intelligence artificielle et les robots, décider du “talent” d’un “auteur qui n’en est plus un” !

     

    Pour information, “landing page” c’est une page isolée sur un site, un blog, un forum, une page Facebook, indiquée par un lien sur lequel arrive un visiteur…

    Et un “texte SEO” c’est un petit texte de 3, 4, 5 lignes, de présentation, paraissant dans les différents moteurs de recherche…

    Et une “newsletter” c’est une lettre d’information périodique (en général en début de mois) sur un site, un blog, un forum, à laquelle sont abonnés des membres ou des visiteurs du site, du blog, du forum…

     

    … Adhérer au “principe” de Copy Cockpit com Français (ou d’une autre langue parlée et écrite) ainsi qu’à ce que peuvent “offrir” des robots” de création littéraire et artistique ; c’est se résoudre à n’être qu’un auteur, un créateur purement fictif… C’est accepter qu’un certain nombre de crétins, de mystificateurs, d’imposteurs, ou même que des gens sans aucun talent, sans aucune disposition particulière, et surtout sans aucun travail d’écriture et de création, d’imagination… Deviennent des “génies”…

    De tels “génies” je les “pied – au cul – te”, je les exclue de toutes les scènes publiques !

     

    … Je nie rageusement et formellement, et avec une totale et absolue radicalité, la capacité, si réelle soit-elle, de l’intelligence artificielle et des robots, de “remplacer”, de “surpasser” ce qu’il y a de plus authentique et de mieux, dans l’intelligence humaine… Autrement dit, l’intelligence humaine est “peut-être copiable, clonable technologiquement parlant ; mais elle est irremplaçable, et intemporelle, et en constante évolution depuis les premiers Sapiens d’il y a 200 000 ans…

     

    … En tant que producteur d’écrits et de dessins, j’ai l’ambition – ambition qui n’a rien à voir avec l’ambition dans son sens commun – de “dépasser” (ou pour user d’un langage moins châtié) de “niquer” l’intelligence artificielle et les robots… Et celle aussi, “d’intelligence”, des applis de tout pour tout, des logiciels – béquilles, de tous ces “neunœils épieurs profileurs censeurs”, qui pourront toujours, certes, entrer dans mon intimité et dans ma vie et mes activités au quotidien… Mais jamais, jamais/jamais pour autant, ne pourront “m’investir jusqu’au tréfonds du cœur de mon réacteur” !

     

    Je vous invite, les uns et les autres, à une “démarche” similaire à la mienne (de résistance à la domination de la robotique) en ce qui concerne vos productions de quoi que ce soit qui vaille la peine d’être connu tant soit peu ! “Niquez les, les robots, faites la pige aux intelligences artificielles, vous en avez, beaucoup d’entre vous, la capacité ! Plus que vous ne croyez !”

     

  • Vers une nouvelle perspective, élargie, de la généalogie ?

    … La généalogie par le lien de famille, par la recherche de ses ancêtres en commençant par son père et sa mère et ensuite par les parents de son père et les parents de sa mère et ainsi de suite, par la consultation des actes civils numérisés des centres d’archives départementales ( actes numérisés depuis 1793, et même en certaines régions ou villes, avant 1793 sur des actes numérisés de registres paroissiaux)… La généalogie donc, par le lien de famille, “par les temps qui courent” avec les “familles recomposées”, les divorces, les remariages, les concubinages, les “liaisons” de courte durée, les éclatements et dispersions des familles, les enfants de père ou de mère inconnu ; adoptés par des couples homosexuels, donc de différentes origines indéterminées, par PMA voire par GPA… La généalogie va devenir (devient déjà) depuis une vingtaine d’années et plus, pour celui qui s’y hasarde ou entreprend de la réaliser, une entreprise difficile, quasi impossible…

    À peine déroulé, un peu tiré, le fil de la bobine est déjà coupé…

    Pour “pallier” à l’inexistence ou au défaut du lien réel de famille (lien par le sang, par l’hérédité, par les gènes, les chromosomes), si l’on veut, si l’on envisage de réaliser une généalogie qui “ressemble à une généalogie”, il va falloir désormais “inventer ou se créer d’autres liens”, en somme “des liens affectifs” et de rattachement à un arbre généalogique existant…

    Pour les arbres généalogiques par lien familial et de sang, cela tout le monde peut le constater, lors de la naissance d’un enfant issu d’une union de mariage – ou de concubinage – ce sont deux familles, deux arbres qui se joignent : celui du père de l’enfant et celui de la mère de l’enfant, ces deux arbres ayant été étrangers l’un de l’autre auparavant…

    Alors, en vertu de ce rapprochement entre deux arbres, pourquoi par exemple un enfant adopté qui a donc ses ancêtres du côté de sa mère et du côté de son père (le géniteur) ne pourrait-il pas rattacher à sa généalogie naturelle – que d’ailleurs souvent il est incapable de faire par défaut de renseignement – l’arbre de son père adoptif (ou de sa mère adoptive) ? … Ce qui, à l’avenir, “offre” si l’on peut dire, une nouvelle perspective, élargie, à la généalogie…

    Si l’on réfléchit bien, n’avons nous pas, les “Sapiens”, depuis près de 200 000 ans, une “assise génétique” commune, autrement dit “nous sommes pour une partie commune de même famille, aussi nombreux que l’on soit (aujourd’hui 7,8 milliards d’humains)”…

     

     

  • Ouverture difficile de barquette et de pot

    Opercule

    … Il faut assurément une certaine habileté, ou dextérité, de la main, des doigts, afin de parvenir à ôter l’opercule ( le film plastique ou en aluminium ) fermant une barquette de produit alimentaire ou un pot de yaourt ou une boîte de conserve ; cet opercule se trouvant d’ailleurs sous le couvercle de la barquette, du pot, de la boîte de conserve…

    Pour les personnes âgées, aux doigts gourds, déformés, ainsi que pour les gens pressés et souvent peu “familiarisés” avec ce type de fermeture, c’est rageant !

    C’est là que l’on reconnaît celui ou celle qui, habile et “au courant de tout/qui sait tout faire” – et “en fait état” avec ostentation, ne manque pas de prendre “un petit air de condescendance” à l’égard du, de la malhabile dont il se moque, dont il fustige l’impatience, le “manque d’intelligence à comprendre le principe”…

    Il “ne fait pas bon”, dans la société actuelle, en toutes choses, tous modes opératoires, d’être “peu familiarisé” ou “pas bien au courant”, surtout lorsqu’autour de soi, sont présents et en action, des gens aussi conscients que forts de leur aisance, de leurs certitudes confortables, de leur savoir -faire”, de leur habileté à tout manier, à tout comprendre “du premier coup”…

    Le pire, je crois, avec “tout par internet”, c’est pour les gens – et pas forcément des “vieux” – peu familiarisés ou incapables par ignorance, de procéder désormais (de tout faire) par internet…

    Il “ne fait pas bon” non plus, d’être handicapé – physiquement ou mentalement – quoique tant ait été fait pour les handicapés… Assurément il y a encore “beaucoup de travail à réaliser” en matière de relation humaine, de considération, de compréhension, d’accueil, de générosité et de bonté, d’approche, de reconnaissance de ce qu’est cet autre que soi dans son “intériorité” et dans son intimité… À vrai dire, le “travail” est encore “considérable” !

     

     

  • Les Droits, le Droit

    … Les Droits – humains et autres – y compris les droits fondamentaux, n’ont de sens et de portée, que dans une société “relativement évoluée”…

    C’est avec regret que je dis – mais je le dis - : “dans l’état de médiocrité et de la déliquescence de la société actuelle dans le monde, les Droits, inscrits dans les constitutions républicaines et démocratiques de la plupart des états dont les gouvernements s’appuient sur ces constitutions, perdent leur sens, ont une toute autre portée que celle qu’ils devraient avoir… À vrai dire ils sont, les Droits, surdimensionnés ou galvaudés, ce qui contribue à la destruction par à-coups, par séismes, par crises, de la société”…

    On ne plaisante pas, on ne complait pas, on n’arrange pas, on ne fait pas n’importe quoi avec les Droits…

    À titre de comparaison si l’on veut, du premier quart du 21 ème siècle de la civilisation judéo islamo chrétienne occidentalisée consumérisée, avec l’époque, la société, du règne de Philippe Le Bel du royaume de France de 1268 à 1314, ou encore avec l’époque des Mérovingiens du Haut Moyen Age, l’on peut dire que ces deux dernières époques, de Philippe Le Bel et des Mérovingiens, ne sont guère très différentes, en l’état de la société, que notre époque actuelle… Il y a juste, de nos jours, les gibets, le supplice de la roue, les écartèlements, les bûchers, en moins… Mais l’inquisition (ou ce qui lui ressemble) en commun à plusieurs époques de notre histoire (dont la nôtre)…

    Les Droits, ceux qui existaient jadis, et qui ont été, quand ils existaient, ceux des époques antérieures à notre époque, ont toujours été “en rapport” si l’on veut, avec l’état de la société dans ces différentes époques. On peut les juger aujourd’hui en fonction de nos “valeurs”, ces droits qui ont existé et ont été inscrits sur parchemin en des sortes de chartes, “primitifs”, “assez grossiers”, “à l’état d’ébauche”… Mais ils ont été en rapport avec l’état de la société de l’époque…

    Il n’en est plus de même, des Droits aujourd’hui, en ce sens que, dans l’état de médiocrité et de déliquescence de la société à la fin de ce premier quart de 21 ème siècle, les Droits ne sont plus en rapport avec l’état de la société, mais surdimensionnés, ou galvaudés, ou pervertis, et, le plus souvent, de pure façade… Avec ce qu’il conviendrait d’appeler une “icônisation” du statut d’être humain” au point d’en arriver à considérer un extrémiste terroriste fondamentaliste religieux assassin décapiteur, ou un pédophile étrangleur violeur comme un être humain…

    Que le “statut d’être humain” soit reconnu, certes… Mais tout de même pas “icônisé” !

    Ce sont les décideurs, les penseurs de la société et de la civilisation, les intellectuels progressistes démissionnaires, complaisants, silencieux en face de l’inacceptable, qui ont encouragé et entretenu les aspirations individualistes et consuméristes des gens, ainsi que les revendications des minorités agressives, et qui ont donc contribué à un surdimensionnement des Droits…

     

  • L'auto critique, un exercice difficile

    … C’est avec circonspection, que, quasiment toujours, mon regard se porte sur des personnes censées être “de pensée et de réflexion” – et l’étant pour certaines d’entre elles, vraiment – qui “se remettent en cause”, se dévalorisent, font part publiquement de leurs défauts, dans un élan de “mea culpa”, d’autocritique… Tout en mettant – soit dit en passant – “en valeur” ce “meilleur d’eux mêmes” qu’ils ont en eux – et qui, il faut le dire – ne rend pas les autres autour d’eux meilleurs, ni eux-mêmes d’ailleurs…

    Sont-ils sincères ? N’y a-t-il pas, ne faut-il pas y voir, dans cette inclination à “se remettre en cause”, quelque supercherie, quelque effet de mise en scène ? …

    C’est vrai que cela peut paraître “convaincant”, juste, crédible, et, somme toute “assez valorisant”, de s’autocritiquer, de “contester”, de surcroît avec une petite touche d’humour et de dérision, son propre “système” – tout comme d’ailleurs l’on conteste “Le Système”…

    La conscience de ses forces tout comme celle de ses faiblesses, fait les orgueilleux, de faux humbles, des imposteurs, si elle s’expose, se montre, s’exporte, se “tartine”, bien en vue… Ce n’est que lorsque cette conscience se nuance et s’analyse, qu’elle se fait discrète sans cependant être imperceptible aux autres, qu’elle peut alors faire de nous, ce que nous sommes vraiment, authentiquement…

    L’autocritique est un exercice difficile, sans doute plus difficile que la critique de l’autre, des autres…

     

     

  • Ce bébé qui va bientôt naître

    … M’étant rendu, ce mardi 2 novembre, dans un magasin d’alimentation bio afin d’acheter du pain, je me suis trouvé à proximité d’une dame d’environ 35 ans, enceinte, visiblement proche du terme de sa grossesse…

    Un enfant qui va donc vraisemblablement naître à la fin de l’année 2021, peut-être bien avant la Noël…

    Je n’ai pu m’empêcher de penser à ce que sera la vie de cet enfant né en 2021, qui va traverser tout ce qui reste du 21 ème siècle, âgé de 29 ans en 2050, alors entrant dans la “vie active” et qui peut-être parviendra à l’âge de cent ans en 2121…

    Avec les prévisions en ce qui concerne le changement climatique, dans ce que sera la France de la seconde moitié du 21ème siècle…

    J’imagine cet enfant devenu adulte, à l’âge de 30 ans en 2051, exerçant telle ou telle profession ou activité, demeurant dans l’un de ces nombreux nouveaux lotissements pavillonnaires s’étendant à perte de vue jusqu’à plus de 20 kilomètres d’un “cœur de ville” (un gros bourg rural)… Nous sommes fin juin 2051, le congé d’été approche…

    À Sainte Tarte de la Midoue (le gros bourg) en région Nouvelle Aquitaine, situé à quelque 60 km du rivage océanique, il fait en ce 30 juin 2051 une température – à l’ombre du catalpa devant la maison de Brayan né le 2 décembre 2021, - de 41 degrés celsius… Il n’a pas plu depuis la mi avril…

    Brayan se demande où il va se rendre durant son congé de trois semaines qui débute le 10 juillet…

    Cela fait déjà cinq ans qu’il a éliminé la “côte d’Azur” où dans les campings c’est tellement la fournaise même la nuit, que très peu de vacanciers se risquent à séjourner en été dans toute la partie Sud Est de la France.

    Soit dit en passant, à Hossegor ou à Capbreton sur la côte landaise, cela ne vaut guère mieux, les campings ne font plus recette…

    Et à Bordeaux, où Brayan s’est rendu l’an dernier chez sa cousine qui habite de l’autre côté de la Garonne à Floirac, la place des Quinconces où se rejoignaient des lignes de tramway, se trouve sous les eaux (environ 30 cm)…

    Peut-être en montagne, finalement, se dit Brayan, dans les Alpes ou dans le Dauphiné ou dans le Morvan.. Mais rien n’est moins sûr, l’an dernier en juillet, dans le Morvan et dans le Dauphiné, trois tornades ont sévi et dévasté plusieurs campings…

    Passons “quelques années”…

    2110… Brayan, âgé de 89 ans, dont le revenu de pension de retraite lui permet à peine de “vivoter”, ne peut compter que sur des bénévoles d’une association locale d’aide et d’assistance aux personnes âgées, pour ses besoins élémentaires au quotidien… Les aides – de jadis, du temps des années 2020 – du Conseil Général et autres organismes - qui palliaient à l’insuffisance des ressources, sont devenues quasi inexistantes après 2050, du fait de l’abandon du secteur public au profit de la privatisation accélérée des maisons de retraite médicalisées, des EHPAD, des hôpitaux et des centres de soins, tous désormais gérés par de grands groupes internationalisés, des lobbies tout puissants et leurs assemblées d’actionnaires…

    À Sainte Tarte de la Midoue, un jour d’août 2112, particulièrement caniculaire, la température ayant atteint 49 degrés Celsius, Brayan fut retrouvé étendu, mort, sous le catalpa dont les feuilles, brûlées par le soleil, jonchaient le sol…

     

     

  • Les cons d'antan, les cons d'aujourd'hui

    Une citation de brassens

    … Des cons il y en a toujours eu…

    Il faut tout de même dire que, pour qui ne se croyant pas con mais en étant peut-être un d’une certaine façon, le con c’est toujours l’autre : celui qui ne voit pas pareil, voire celui qui est différent et qui , du fait de sa différence, gêne…

    Il faut dire aussi que chacun a sa définition du con… Et que pour rien au monde, un con effectif se voit lui-même en tant que con… À moins qu’il ne reconnaisse de lui même qu’il est con mais alors est-il vraiment sincère en le reconnaissant et n’y a-t-il pas quelque imposture à le reconnaître ?…

    Cela dit, des “vrais cons” -tout le monde sera d’accord là dessus sauf bien sûr les vrais cons – il y en a… Et nous sommes nombreux à nous trouver d’accord sur une définition du “vrai con”…

    Combien de cons autour de nous ? Aujourd’hui plus qu’avant ? Si oui, cela ne peut-être dû qu’à l’augmentation de la population… D’ailleurs, avec davantage de monde sur Terre, forcément, s’il y a plus de cons, il y a aussi plus de “pas cons”…

    Si l’on se sentait incité à la mansuétude, à une compréhension du monde (notamment en se posant la question “pourquoi les cons”) – sans pour autant avoir de la complaisance à l’égard de certains comportements – l’on pourrait dire des cons et même des “vrais cons”, qu’ils sont le produit de la civilisation, de la société et des systèmes… Mais bon, de là à dire “que ce n’est pas de leur faute s’ils sont cons…” On ne peut aller jusque là !

    Georges Brassens étant mort le 29 octobre 1981, lors de l’entretien qu’il eut avec Louis Nucéra, les cons n’avaient pas encore à leur disposition les réseaux sociaux, les blogs, et internet en tant que moyens d’expression…

    Ni non plus, il faut le dire aussi, les “pas cons”…

     

  • La beauté du monde, gagnera-t-elle sur la noirceur ?

    … Lorsque tu t’entends dire (en fait, en le voyant écrit) que la beauté du monde gagnant sur la noirceur se fera sans toi, et cela à cause de propos que tu as eu, choquants, dérangeants, un jour où tu as comme on dit “un peu pété les plombs” (ce qui arrive à tout le monde)… Ça donne assurément à réfléchir…

    Je ne sais pas, pas du tout, si, vraiment, la beauté du monde parviendra à gagner sur la noirceur… Peut-être… C’est possible…

    Mais je sais que la noirceur qui est la mienne, incluse dans toutes les couleurs de mon tableau , et donc inséparable de la composition du tableau, si elle participe à la noirceur du monde, de ce monde étant un tableau huit milliards de fois plus grand que le seul mien ; il n’en demeure pas moins – et je le dis – que dans la noirceur du tableau du monde tout entier, il y a du noir plus noir que l’encre du plus noir de tous les cosmos…

    Cela dit, un cosmos où il y a beaucoup de noir, bien plus que celui dans lequel se trouve notre galaxie la Voie Lactée, doit être un cosmos en formation et en expansion, n’ayant pas encore assez grandi pour que d’autres couleurs, irisées, éclatantes de leurs rouges, de leurs pourpres, de leur bleus, de leurs oranges feu et de leurs jaunes , y soient aussi présentes que le noir…

     

  • Le multiculturalisme

    … Je hais le multiculturalisme des cultures alternatives, exotiques, du genre petits toutous de cirque empanachés exécutant un numéro d’adresse devant un public ébahi ; cette culture de spectacles et de mise en scène avec effets de lumière de flashs et de spots, cette culture de divertissement pour bobos gochdrouate, cette culture festivolaillère, patchworkiste, consommable médiatisée, des Îles et des pas Îles, des Cités, des marchés nocturnes de stations balnéaires, de ces musiques battements de cœur de pieuvre ; cette culture des extrêmes et des singularités et des sensations fortes, cette culture d’effets de langage et de style, de faconde et de développement personnel, d’habillements et de coiffures très en vogue … Tout cela avec les pluralités et les diversités qui leur sont associées, bardées d’individualismes outranciers, de jeunisme insolent, de voyeurisme, d’émotionnel surdimensionné…

    Ce multiculturalisme là, ainsi défini par ce qui le différencie de la Culture ou des Cultures, ne crée pas de lien, ne rapproche pas les gens, mais au contraire dissout les liens ou les rompt, sépare et isole les gens… De telle sorte que, par exemple, dans des manifestations festives de productions artistiques “alternatives” où les gens viennent “consommer du spectacle”, chacun dans son groupe d’amis, dans son “entre soi” ou en visiteur spectateur passif et isolé, n’a strictement aucun contact avec qui que ce soit des autres personnes aux alentours…

    Alors qu’avec la Culture ne pouvant être confondue avec le multiculturalisme, se crée du lien, du partage, du contact, dans une dimension de relation qui n’est plus celle de spectateurs uniquement ou essentiellement consommateurs…

    Le multiculturalisme, c’est Grand Hôtel du Merdier, avec ses serveurs en livrée, ses suites, ses salons, son bar, ses menus, son wifi illimité, son dancing, son bowling, ses fastes… Et tous les envers de ses décors…

    Le Grand Hôtel du Merdier s’est démocratisé, il propose le menu du jour à 25 euros et des chambres à 90 euros la nuitée…

    Et c’est toute une “grammaire” autant de langage que de comportement, qui “prend la relève” et s’installe…

     

     

  • Halloween

    … Sans adhérer à cette fête de Halloween, de la soirée et de la nuit du 31 octobre au 1 er novembre, je ne suis “pas contre” et ne rejette pas… Comme par exemple le “black friday” de fin novembre ou de début décembre, “black friday” pour lequel je fais un véritable rejet détestation ; ou encore la “fête des grands pères&rdqu