Souvenirs, anecdotes, choses vécues

Récits et anecdotes de vie...

Le massif du Piton des Neiges, au début du mois d'août en 2003

Piton des neiges

... Cette année là en 2003 au début du mois d'août, donc au milieu de l'"hiver" austral, les conditions météorologiques -exceptionnelles- étaient réunies pour que tombe de la neige, à savoir une humidité de l'air importante, une accumulation de nuages, et une température durant plusieurs heures voire au moins une nuit et un jour, de l'ordre de -2 à 0 degrés, constante et cela à partir de 2500 mètres d'altitude (le sommet du Piton des neiges culmine à 3079 mètres -ou 3071- cela dépend de diverses manières de mesurer)... Et tout autour du Piton et donc du sommet, s'étendent les crêtes et les pics des murailles, tout cela à environ 2000 à 2500, 3000 mètres... En ce début août 2003, bien blanchi par la neige qui a tenu quelques jours...

Ces conditions exceptionnelles de météorologie, ne se sont pas reproduites depuis ce début août 2003 ; mais ce n'était point la première fois qu'un tel événement climatique "hivernal" se produisait sur ces hauteurs à La Réunion...

Il faut tout de même savoir que certains matins au lever du jour à partir de 1400/1600 mètres, en juillet et en août, à La Réunion, en particulier sur les hauts plateaux, la plaine des Cafres, les alentours de Bourg Murat, 1700 mètres ; l'on voit l'herbe, les prés à vaches, tout couverts de givre, la température avoisinant 0 degrés voire -1 à -2... Cependant, à l'heure de midi il fait entre 15 et 20 degrés et jusqu'à 23/25, avec un soleil plus haut dans le ciel qu'il ne l'est lors de nos hivers de moyenne latitude...

Et dire qu'en ce début août 2003, en France, en Europe, en latitude moyenne, nous subissions une canicule exceptionnelle et d'une durée de 2 à 3 semaines avec des températures de l'ordre de 40 degrés !

 

 

Héva, statue en basalte, à Hell Bourg, La Réunion

Img 20190117 125734

... Cette statue en basalte a été réalisée par Gilbert Clain.

Anchaing, l'esclave légendaire qui s'était réfugié sur le piton qui porte son nom (le piton d'Anchaing), et sa compagne Héva ; constitue le mythe Réunionnais de la lutte pour la liberté...

Héva est à la fois l'allégorie de la femme réunionnaise originelle, mais également la première héroïne réunionnaise.

Les planteurs de canne à sucre du 18 ème siècle, dont les domaines s'étendaient le long des plaines du littoral ainsi que sur les pentes un peu plus haut, étaient furieux et dépités, de constater la disparition de quelques uns de leurs esclaves partis se réfugier sur les hauteurs de l'île en des lieux quasi inaccessibles notamment sur ce que l'on appelle à La Réunion des Ilets, petits plateaux aux rebords abrupts qu'il fallait escalader en jetant des cordes le long des parois...

Les planteurs, alors, décidèrent d'employer des chasseurs d'esclaves, connaissant bien le terrain et déterminés à toucher une prime pour chaque esclave retrouvé et reconduit de force, mais également pour chaque esclave tué lors de la poursuite, dont il fallait ramener une oreille et -ou- une main coupée, pour "preuve"... (Cela, ce n'est pas de la légende mais du vrai, du réel !)...

"Gloire" donc, à ces premiers colons Français de La Réunion, du 17ème et du 18 ème siècle, dont les fortunes se sont établies par l'exploitation d'une main d'oeuvre corvéable à merci... Et dont les descendants constituent aujourd'hui la classe aisée des possédants et des "gens d'affaire"...

Bien sûr vous'm'direz "y'a eu aussi la mission civilisatrice, l'école, la culture, les bienfaits apportés -hygiène, confort, progrès technique etc. - "... Mais tout ça, c'est après la seconde guerre mondiale et surtout depuis 1960...

 

... A Hell Bourg, ce mercredi 16 janvier 2019, j'ai bien vu passer et s'arrêter dans la rue principale, deux cars de touristes Japonnais... Et le long de cette rue principale, s'échelonnaient quelques boutiques dans le genre de celles qu'on voit un partout dans les lieux touristiques et fréquentés... Mais cela n'avait rien à voir avec Cilaos, en effet à Hell Bourg qui reste un village, on y voit surtout des maisons créoles, des cases dont certaines ont été un peu restaurées, de telle sorte que ce bourg a gardé si l'on peut dire, son authenticité...

Hell Bourg 950 mètres altitude, est l'une des bourgades du cirque de Salazie dont la géographie, la configuration, est différente de celle du cirque de Cilaos : relief plus "marqué" (plus chaotique, plus fracturé, énormes remparts rocheux, pics surgissant au centre, et, avec un dénivelé de plus de 2000 mètres en "toile de fond" depuis les fenêtres des cases créoles, se dresse presque à la verticale, l'énorme massif du Piton des Neiges dont on voit le sommet...

Il n'existe pour se rendre "de l'autre côté", (vers le cirque de Cilaos, vers le cirque de Mafate), tant les barrières, pics, massifs, remparts sont compacts et le relief si tourmenté, si chaotique ; que des pistes de randonneurs ou de gens à pied, donc pas de route goudronnée ni de chemin carrossable permettant de rejoindre les trois cirques entre eux... C'est le massif du Piton des Neiges qui domine et constitue une barrière naturelle infranchissable (sauf pour les randonneurs)...

 

Ciel nuit, étoiles, lune, trajet apparent du soleil, à La Réunion

Ciel nuit la reunion

... Sur cette carte du ciel nocturne du 15 janvier 2019 vers 21h/22h, au dessus de Saint Pierre La Réunion 21,5 degrés latitude Sud -et d'une manière générale tel que l'on peut l'observer de visu en soirée lorsque le ciel est clair sans couverture nuageuse- à cette époque de l'année décembre janvier été austral ; l'on aperçoit pas très loin du zénith (point le plus élevé du ciel au dessus de la tête) vers 22h, trois étoiles bien brillantes et bien alignées proches les unes des autres, avec côté nord un peu plus loin, Bételgeuse et côté sud Rigel bien visibles et brillantes (ces deux étoiles Bételgeuse et Rigel disposées en une ligne perpendiculaire au segment formé par les trois étoiles en ligne)... Cette figure d'étoiles particulière au ciel austral (et la plus reconnaissable) fait partie de la constellation d'Orion...

Le trajet apparent dans le ciel nocturne du soir au matin, de cette figure d'étoiles, s'inscrit dans le plan de l'écliptique (zone du trajet apparent du soleil dans la journée)...

Pour reconnaître dans l'hémisphère austral les phases de la lune (si la lune est croissante ou décroissante) c'est le contraire de ce que l'on observe dans l'hémisphère nord : un C la lune est croissante hémisphère austral, un D elle est décroissante (le contraire dans le nord)...

La Réunion se trouvant en moyenne à 2 degrés et demi avant le tropique du Capricorne, soit entre 20,5 et 21,5 pour 23,5... En conséquence, il y a pour le soleil à midi, deux "passages" très rapprochés (au zénith milieu et centre du ciel) l'un une semaine avant le 21 décembre, et l'autre une semaine après... Plus on va vers l'équateur, moins les deux "passages" sont rapprochés, de telle sorte qu'à l'équateur il y a un "passage" le 21 mars, et l'autre le 23 septembre...

Par exemple Mayotte 12 degrés sud, premier "passage" début novembre, deuxième "passage" début février...

La durée du jour (soleil visible) à La Réunion atteint au maximum 13h 30 fin décembre début janvier -lever du soleil au plus tôt 5h 25, coucher du soleil au plus tard 19h 02... Et au minimum 10h 30 fin juin début juillet -lever du soleil vers 6h 45, coucher vers 17h 45...

L'équateur étant au Nord, pour un observateur situé dans l'hémisphère austral, à l'heure de midi hors période du solstice 21 décembre tropique du Capricorne (et donc à plus forte raison plus on se rapproche du 21 juin hiver austral) on voit le soleil de midi orienté vers le Nord (au lieu du sud dans l'hémisphère nord)... Et on voit le soleil s'élever dans le ciel le matin, selon une inclinaison contraire à celle qu'on observe dans l'hémisphère nord, et également contraire le soir coucher du soleil... Bien sûr, dans la zone intertropicale et à plus forte raison à l'équateur, l'inclinaison est beaucoup moins évidente (verticale à l'équateur) qu'en latitude moyenne où elle est assez nette...

 

http://www.ac-nice.fr/clea/lunap/html/Phases/PhasesActiv4.html

 

 

Un pénitencier pour enfants à Ilet Guillaume, La Réunion

Enfants ilet guillaume

... Depuis 1864 et par un décret datant du 6 juin 1865 sous le second Empire, existait au voisinage de Saint Denis à La Réunion, un bagne pour enfants...

Nombre de ces enfants âgés de 7 à 21 ans, condamnés à de lourdes peines de travaux forcés, furent utilisés pour la construction d'une route carrossable à flanc de falaise de la rivière Saint Denis, dans les dernières années du second Empire et au début de la Troisième République. Ainsi que pour l'édification d'un pont au dessus du Bras Guillaume...

Il y eut durant ces travaux, des accidents dans lesquels des enfants périrent.

Après l'abolition de l'esclavage (20 décembre 1848), il existait encore des camps de descendants (d'enfants et adolescents) d'anciens esclaves, peuplés à 90% de jeunes affranchis, créoles métis et orphelins, que la misère poussait au vagabondage, et qui, dans les villes et autour des villes, effrayaient la bourgeoisie établie, de colons, de planteurs, de gens d'affaires... Le vagabondage était d'ailleurs l'un des motifs principaux d'interpellation, de mesures de police, de condamnation...

 

... A noter sur la photo, à gauche... "Lou Boun' Diou" en soutane et la trique à la main !

 

 

L'anse des cascades, La Réunion

Dscn7270

... C'est en ce lieu que les navires à voile, partis depuis les ports d'Europe et faisant route vers l'Inde et l'Asie en passant le cap de Bonne Espérance, relâchaient ici, dans cette anse située entre Piton Sainte Rose et Sainte Rose sur la côte est de La Réunion...

Enserrée entre de hautes murailles de roche volcanique recouvertes de végétation, cette anse constituait en effet un refuge pour les navires. Tout au long des murailles quasi verticales s'écoulent plusieurs cascades, ce qui permettait aux équipages des navires, de se ravitailler en eau afin de poursuivre leur route vers l'Inde, l'Asie, l'Indonésie, les détroits, puis à travers l'océan Pacifique vers l'Australie, l'Océanie, la Nouvelle Zélande...

Aujourd'hui, l'anse des cascades est devenue l'un de ces lieux de repos, de loisirs, aménagé, où se rendent le dimanche les familles...

 

Grand'Anse, La Réunion

... Entre Saint Pierre et Saint Joseph, Grand'Anse est l'une des plus belles plages de La Réunion où viennent passer des journées en famille, amis, autour d'un pique-nique, voire d'un vrai repas, ustensiles de cuisine, cuisson en grande marmite de "cari" ; glacière imposante, bouteilles de vin et de bière, apéritifs, rhum arrangé, desserts, pâtisseries, café, thé... Ce sont de ci de là, des étalages impressionnants, l'on ne voit pas cela en métropole, du moins pas ce genre d'installation avec cuisine faite sur place.

Les gens en effet, sont là en familles et amis, en réunions de 8, 10, 15 personnes avec les enfants... Il y en a qui apportent des instruments de musique, guitare, tambour...

L'on peut voir aussi ces réunions de gens le long du front de mer à Saint Pierre, sur les bords de la rivière Langevin, enfin partout dans l'île où sont aménagés des espaces de repos loisirs...

Sur la dernière photo, l'on voit un homme agile (et visiblement entraîné), grimpant le long d'un tronc de cocotier, afin de cueillir (ou plutôt de faire tomber) des noix de coco : toute une technique pour monter ainsi !

L'on se baigne dans une eau à 26 degrés en été, donc en décembre janvier février ; et qui au plus bas en hiver, en août, est à 22/23 degrés.

 

Photos voir à : http://yugcib.forumactif.org/t977-grand-anse

 

Le Grand Coude, La Réunion

Le gd coude sitLe gd coude vueIl n'existe pas, je crois, sur la planète, en aucun endroit, une situation géographique, une configuration telle que celle-ci, à La Réunion : un village sur un plateau incliné entouré d'un précipice de tous les côtés sauf l'accès étroit en  rampe qui monte depuis l'océan, et le long de cette rampe  serpente une route aux nombreux virages en épingles à cheveux et d'un fort pourcentage de pente... Cependant à quelques kilomètres du village du Grand Coude, l'on trouve des endroits pour s'arrêter, se promener, pique-niquer... Avec des arbustes, de la belle herbe...

La rivière Langevin, La Réunion

https://vimeo.com/309686079

... A dix kilomètres après Saint Joseph partie Sud de l'île, à Langevin, s'ouvre sur une distance de quinze kilomètres jusqu'à la cascade du Grand Galet, une grande et profonde ravine entre deux hauts remparts de roche recouverts de végétation, un défilé ou une gorge au relief tourmenté, et au fond de cette gorge, coule une rivière au courant rapide : la rivière Langevin...

Tout au long des premiers kilomètres, sur la rive au bord de la route, sont aménagés des espaces d'agrément, de pique nique, et l'on y voit des boutiques de restauration, de souvenirs, et le dimanche, les jours de congés scolaires, bon nombre de gens de la région de Saint Pierre et environs, viennent en ce lieu passer la journée...

 

 

La route de Cilaos à La Réunion

Route cilaos

... Cette vidéo qui donne une idée du paysage : https://vimeo.com/309585647

... Une route reliant Saint Louis au cirque de Cilaos, de quelque 400 virages, construite de 1927 à 1932...

Dont le parcours difficile, dangereux, étroit par endroits notamment aux passages (ponts) au dessus de ravines et dans des tunnels, s'échelonne tour à tour montant et descendant tout au long d'un défilé enserré entre des murailles verticales aux parois déchiquetées recouvertes en partie de végétation, des murailles d'une hauteur de plusieurs centaines de mètres...

L'on n'arrive pas en pensée, à imaginer un tel paysage : il faut en effet l'avoir vu pour se le représenter ensuite de mémoire.

Il est absolument étonnant, inimaginable, que sur un si petit territoire (2275 kilomètres carrés, l'île Bourbon -La Réunion-) puisse exister un tel paysage de montagne, de cirques, de défilés, de ravines, aussi tourmenté, aussi déchiré, aussi fracturé, et cela dans un gigantisme que l'on ne retrouve que dans les grands massifs Himalayens, Andins ou Alpins (en encore plus fracturés et déchiquetés, ici, à La Réunion!)...

... Suite texte et autres images :  http://yugcib.forumactif.org/t974-la-route-de-cilaos-a-la-reunion

La plaine des Cafres, La Réunion

Plaine des cafres cartePlaine des cafres photo

... C'est un haut plateau situé sur les Hauts entre le massif du Piton des Neiges et le Piton de la Fournaise ; l'on y accède par la Nationale 3 reliant Saint Pierre à Saint Benoît par l'intérieur de l'île... (Le Tampon, puis les bourgades du Quatorzième jusqu'au Vingt-troisième) jusqu'avant Plaine des Palmistes où à partir de là la route redescend vers Saint Benoît...

Ce lieu doit son nom aux Cafres, qui furent aux 18ème et 19 ème siècles jusqu'en 1848, des esclaves en fuite (marrons) qui partaient se réfugier dans l'intérieur de l'île où il y avait des bois, une nature sauvage, et où il était difficile aux colons de les poursuivre... En effet les conditions de travail forcé dans les plantations des colons, étaient très difficiles, auxquelles s'ajoutaient de mauvais traitements infligés aux esclaves...

Ces plantations se sont à l'origine dès la première moitié du 18 ème siècle, avec l'arrivée des colons, établies sur les plaines côtières ainsi que tout au long des pentes avoisinantes ; des villages et des villes se sont constitués...

Toute une population d'esclaves importés en grande partie de Madagascar, est venue "soutenir" une économie de colonisation et cette main d'oeuvre servile d'esclaves africains, Malgaches, a contribué à l'enrichissement des "grandes familles" possédantes, ainsi qu'au développement des grandes compagnies du marché de l'époque (avec la marine à voile, l'exploration de nouveaux territoires, la connaissance du monde jusque dans les contrées les plus lointaines de l'Europe... C'est on peut dire, au 18 ème siècle "Blanc et Chrétien" pour l'essentiel, une véritable "économie de marché mondialisé" (et de consommation) qui voit le jour sur la planète, d'autant plus que le 18ème siècle "Blanc et Chrétien" est aussi celui des grandes puissances européennes, militaires, technologiques, industrielles...

... Soit dit en passant -réflexion personnelle- "Lou Boun' Diou, il a été plutôt du côté des riches, des puissants, des colons... Que du côté des pauvres, des non possédants,  et des populations indigènes proches de la Nature! ... Et de nos jours au 21 ème siècle, en dépit de l'abolition "officielle" (et "déclarée") de l'esclavage, en dépit du fait qu'on ne meurt plus autant de faim, de maladies, comme au 18 ème siècle... Il n'en demeure pas moins, que Lou Boun' Diou – et surtout la Pensée et l'Oeil dominants des GAFA et puissances numériques informatiques robotiques nanotechnologiques, il est, Lou Boun'Diou, plus que jamais encore du côté des dominants... Et que de surcroît il "prétend moraliser" le monde en donnant aux pauvres des "leçons" -et jetant à ces mêmes pauvres, des gadgets comme des os à des chiens  ...

 

Le parc des palmiers, Trois Mares, La Réunion

... Le parc des palmiers est une réalisation dont le projet avait été lancé en 1998 par la municipalité du Tampon, afin de créer et d'aménager un vaste parc dédié à toute la grande et nombreuse famille des palmiers, de tous les palmiers que l'on peut voir pousser sur la planète dans les pays tropicaux principalement.

L'on n'imagine pas -à priori- (si l'on ne le sait pas) à quel point il existe une telle diversité de ces palmiers...

L'aménagement de ce vaste parc ouvert au public toute l'année, est à ce jour, en 2019, encore inachevé...

Ce parc est situé sur le territoire de la commune des Trois Mares, près du Tampon.

 

 

http://yugcib.forumactif.org/t972-le-parc-des-palmiers-trois-mares-la-reunion

 

 

Ravine, monument aux morts, La Réunion

... Une ravine parmi de nombreuses, que l'on peut apercevoir le long de la côte... Celle ci se trouve à Manapany les Bains, au bout d'un chemin de promenade aménagé avec accès à une petite plage et à un rivage rocheux... Des gens y viennent en famille passer un moment...

... 

... Un monument aux morts guerre 1914 – 1918 à Plaine des Palmistes :

 

La Troisième République française lors de la première guerre mondiale est allée chercher des Réunionnais jusque dans les villages des hauts. Beaucoup de ces Réunionnais malheureusement, n'ont vu la Métropole que pour y mourir sur les champs de bataille...

 


http://yugcib.forumactif.org/t971-ravine-monument-aux-morts

Platanes à La Réunion

... A la Plaine des Palmistes entre Le Tampon et Saint Benoît à quelque 1200 mètres d'altitude, l'on peut voir sur la place publique ainsi que le long de la route, des platanes tout comme dans le midi de la France, avec en ce temps de solstice d'été austral en décembre, de belles feuilles d'un vert profond... 

Au mois de juillet en hiver austral les platanes n'ont plus beaucoup de feuilles : comme la sève arrive à monter un peu et que la lumière diurne est présente durant 10h 30, on voit ces platanes avec encore des feuilles dessechées, jaunies... 

 

http://yugcib.forumactif.org/t969-des-platanes-a-la-reunion

Maisons créoles à La Réunion

... L'on en trouve encore de ces maisons, à La Réunion, mais elles se font de plus en plus rares, disséminées de ci de là ; et certaines sont abandonnées... 

http://yugcib.forumactif.org/t970-maisons-creoles-a-la-reunion

 

Le chemin de fer à La Réunion

... Une ligne de chemin de fer reliait à la fin du 19 ème siècle jusqu'en 1976 en une voie unique Saint Benoît à Saint Pierre en passant (littoral) par Saint Denis, Le Port, La Possession, Saint Louis ; sur une distance équivalente donc, aux 2/3 du pourtour de l'île...

Il fallait environ 6 heures, avec les arrêts dans chaque ville, pour parcourir cette distance entre Saint Benoît et Saint Pierre...

Et ce lien pour lire ce qu'il faut savoir sur cette ligne de chemin de fer à La Réunion :

 

http://www.mi-aime-a-ou.com/histoire_chemin_de_fer.php

 

... Les travaux de construction de cette voie ferrée avec ponts, gares, viaducs, ont débuté à partir de fin février 1878, et c'est à partir de juillet 1882, que Saint Pierre fut reliée à Saint Benoît...

A compter du milieu des années 1950 avec le développement du transport routier, de l'aménagement des routes, et des voitures circulant, la voie ferrée a perdu en grande partie son utilité, de telle sorte qu'en 1957, la liaison Le Port – Saint Pierre fut fermée ; suivi en 1963 par l'arrêt de la liaison Saint Denis – Saint Benoît et enfin le dernier tronçon de Saint Denis à La Possession en 1976...

 

 

... La Gare de Saint Pierre, sur le front de mer, devenue aujourd'hui un lieu de mémoire et de patrimoine, et un café 

... Images, voir ici : 

 

http://yugcib.forumactif.org/t968-le-chemin-de-fer-a-la-reunion

a href="http://www.hebdo-landes.com" target="_top">Référencé sur Hebdo Landes !