Souvenirs, anecdotes, choses vécues

Récits et anecdotes de vie...

Un cahier retrouvé ...

... Le 30 juillet 1976 je quittai le centre de tri postal PLM à Paris, où je travaillais -de nuit- depuis juillet 1967...

Voici dans "souvenirs et anecdotes", l'une de mes rubriques d'écriture que, je dois dire, je ne sers que très occasionnellement -et "sans aller pour autant jusqu'à mettre au grand jour le coeur de mon réacteur où siègera toujours ce qui demeurera inconnu des hommes et donc inexprimé non révélé"... Voici dans cette rubrique -dans ce "registre" on va dire- quelques uns des petits mots écrits à mon sujet par mes collègues, amis pour ainsi dire, du PLM Avion où je vécus "des nuits historiques" (comme on disait alors entre nous lorsqu'on riait plus qu'on n'était payés et que le moindre événement sortant de l'ordinaire était une occasion d' "arrosage" ou faisait de la nuit de travail, presque une fête, ou une succession de clowneries ou d'expression de "talents particuliers" des uns et des autres)... Mais, soit dit en passant, le travail se faisait, et les objectifs de réalisation (en l'occurence quelque 1800 sacs postaux ouverts sur la table de répartition autour de laquelle se tenaient une quinzaine de corbeilles en fer -par vacation de 10h- étaient même parfois dépassés, ce qui nous valait de pouvoir quitter à 5h du matin au lieu de 6h)...

Ces "petits mots" les voici donc :

(Mais je ne les reproduis pas tous et seulement en partie, de ce cahier que j'ai retrouvé)...

 

... "Parmi les nombreux passages à l'Avion C, ton nom apparait en lettres lumineuses sur le livre d'or de la Brigade. .../... Avec ton langage plein de verve, le vocabulaire du nuiteux s'est grandement enrichi. .../... Tu as été de ceux qui ont tracé par leur courage, les lignes glorieuses de la lutte des postiers.../... Tu n'as eu qu'une petite part du steak, car il n'a pas été largué, malgré la superbe pancarte qui le proclamait... " (Prosper Galland)

 

... "Sembic, toi le poète, qui a fait rire le Transit et l'Avion C, toi le cycliste qui a gravi le Mont Ventoux à vélo, je te souhaite de retrouver semblable ambiance dans ta nouvelle affectation" (Flon-Flon)

 

... "Je te souhaite une bonne intégration dans ta nouvelle planète mais je suis sûr que c'est toi qui brillera le plus fort parmi tes nouvelles connaissances. Ici, sans toi, la planète Zobina du PLM va se désintégrer. Mais nous vivons dans l'espoir de voir un remplaçant qui sera digne de toi". ( Milhavet)

 

... "Sembic tu auras été un des noms célèbres de l'histoire du PLM de ces dix dernières années. Pour moi tu resteras tour à tour buveur d'orangina, poète, fabricant de shadocks et surtout l'inventeur de la planète Zobina. Tes histoires auront fait rire bien des copains, et resteront gravées dans nos mémoires". ( Massat Irenée)

 

... Si tu n'avais pas de quoi écrire je te dirais que tu nous quittes "sans bic" mais non sans regrets. Jamais départ n'aura provoqué pareil cataclysme : désintégration de la planète Zobina, anéantissement des shadocks. Il nous reste à méditer sur cette Bible que tu as écrite et dont tu t'efforçais tel un disciple du Christ, à en dispenser l'enseignement". (Boudet André , dit "Charlie")

 

... "Astrologue confirmé, il est certain que le PLM perd un grand savant en ta personne. De plus, tu étais un grand sportif, le Poulidor de l'Avion et ton vélo était également devenu vedette". ( Labry)

 

... A l'époque, en 1976 j'avais 28 ans et 2 ou 3 de ces collègues qui ont écrit dans le cahier auraient pu être mes "grands frères" (ils étaient âgés de 15 à 20 ans de plus que moi)...

Ils sont peut-être- hélas- en 2019, morts depuis...

Le PLM a été le dernier centre de tri postal parisien à fermer ses portes, en 1995... (donc 4 ans après la transformation de Postes et Télécoms en statut de "EPIC")...

En 1995, cela faisait 19 ans que je travaillais au bureau de poste de Bruyères dans les Vosges...

 

 

Un joli minou roux ...

... Un joli minou roux, avec un beau p'tit collier civilisé, et un grelot en laiton ; stationne, gambade, cherche le mulot ou la sour'rru... Dans l'espace vert (un champ) situé devant ma maison à Tartas, de l'autre côté de la route. (Il y a un lotissement en deçà du champ où de petits arbres ont été plantés de loin en loin le 11 décembre 2011 par la municipalité)...

Je vois souvent gambader ou en position de guet ce joli minou roux... Quand y' a 3 jours que je l'ai pas vu, je m'inquiète...

Un jour (c'était il y a bien 4 ou 5 mois, donc sans doute l'été dernier) je me suis approché de ce minou, qui s'est laissé caresser et même a demandé des mamours à n'en plus finir, me grimpant au pantalon, et se roulant par terre à mes pieds...

Hier, alors que d'ordinaire ce minou ne traverse jamais la route, je le vois rappliquer dans mon jardin face à la maison, il a sauté par dessus le portail... J'étais assis sur un pliant dans l'entrée (un renfoncement servant d'entrée)... Voila-t-il pas que ce minou se radine vers moi à toute vitesse, et se met à rouler sur le dos à mes pieds, je le caresse, il n'en finit plus d'effectuer des roulades et de quérir des tas de mamours... Je n'arrivai plus à le quitter, lui faire comprendre que je voulais rentrer dans la maison et a il a fallu que je le laisse là, je suis rentré, refermant la porte...

"C'est minou qui" je me suis dit, "quels sont les gens de ce minou", quelle est la maison de ce minou"... Je voudrais savoir quels sont les gens de ce minou... Il y a dans ce lotissement en face, 22 maisons...

J'ai pensé (mais je n'avais rien en main pour le faire) à écrire sur petit bout de papier (un message) avec ceci inscrit : "Votre joli minou est venu spontanément vers moi comme si j'étais le Bon Dieu et comme si d'instinct il savait que j'étais l'ami des minous" ... Avec mon numéro de téléphone mon nom et mon adresse... J'aurais plié le bout de papier que j'aurai attaché au p'tit collier civilisé ou sous le grelot en laiton...

C'est une route (une départementale à moyenne circulation) qui va de Tartas jusqu'à Orthez. Et devant chez moi y'a pas de ralentisseur surélevé en forme de boudin, les bagnoles roulent vite, et j'ai peur que ce joli minou roux avec son p'tit collier civilisé (rouge) et son grelot en laiton, prenne l'habitude de traverser la route, lui qui, jusqu'à présent ne la traversait jamais et restait à gambader dans le champ en face...

... Y'a aussi les minous d'Intermarché (une bonne vingtaine, tous n'étant d'aucune maison, et vivant en liberté)... Le soir vers 7h quand Intermarché ferme, les caissières leur apportent des croquettes, ils sont alors tous là, queue en l'air... C'est un spectacle !

Ils ont leur abri aménagé (on leur a confectionné des niches dans de gros cartons recouverts de toile plastifiée, avec de vieux pulls à l'intérieur, sous les arbustes en bordure du parking)... Dans la journée on en voit déambuler toujours un, deux ou trois... Mais sauf 1 ou 2 ils se laissent pas trop approcher... Souvent, en vélo, je viens voir les minous d'Intermarché... Y'a une association à Tartas d' amis des minous, et ils font de temps à autre une quête comme pour le restaurant du coeur, je me suis inscrit donateur...

Chez moi dans mon jardin, je mets des assiettes blanches de "petite mémé" (mon arrière grand mère décédée en 1969) avec des croquettes "de qualité" (pas de celles qui foutent la chiasse et qui coûtent que 1, 20 euro le paquet)... Pour les minous errants qui viennent, j'en vois souvent un, tigré, à la queue coupée, un autre noir et blanc, un autre tout noir... Ils se laissent pas approcher (ils ont pas topé que j'étais l'ami des minous)...


 

Paysages et mode de vie réunionnais

Dscn7518

... C'est l'une des toutes dernières prises de vues, effectuée avant le départ, dimanche matin le 27 janvier, alors que le ciel n'était pas encore chargé de nuages, car ce jour là fut à partir de 10h du matin, un jour de pluie à La Réunion sur la côte sud et ouest et en partie à l'intérieur des terres. En effet, une importante dépression très active, venait du sud ouest de l'océan indien, par en dessous du sud de Madagascar et atteignait La Réunion par le sud ouest (situation météorologique inhabituelle et pouvant parfois être à l'origine de tempête tropicale ou de cyclone : venant de ce côté là, cela peut être dangereux ; d'ordinaire cela vient par le côté opposé, par le nord est ou l'est... D'ailleurs le 25 et 26 janvier, la partie sud de Madagascar a été très affecté par cette profonde dépression s'étendant sur plusieurs centaines de kilomètres de long dans l'océan indien, et large de 200 km)...

Sur cette photo l'on peut voir juste au dessus des arbres derrière la maison au toit rouge (de tôle), le Piton des Neiges en forme de cône évasé un peu creusé au milieu...

... Ce qui m'a le plus impressionné durant ce séjour, ce sont les paysages tourmentés, fracturés, ces énormes ravines, ces défilés entre de hautes murailles quasi verticales, cette végétation luxuriante, quoique dans la partie ouest entre Saint Leu et Saint Gilles, la partie la plus sèche et donc la moins arrosée, là, on y voit une végétation rabougrie, de petits arbustes, comme dans une savane africaine... Du moins sur le littoral près des plages et sur les plaines en pente...

Ce que je retiens encore, c'est le mode de vie réunionnais, la relation avec les gens, le fait du "vivre ensemble" quelque soit son origine ethnique, culturelle, religion, etc. ... Qu'on ne retrouve pas ainsi, en métropole... En somme, la vie sur le plan de la relation humaine, est ici à La Réunion, "plus facile" et donc avec "moins de problèmes"...

 

Grande demeure d'une famille de planteurs, fin 18 ème siècle, La Réunion

Demeure panon desbassaynsDemeure panon desbassayns arriere

... Cette demeure coloniale est une ancienne propriété d'une riche famille de planteurs, les Panon – Desbassayns, dont la construction fut achevée en 1788.

Tout ce que l'on voit dans cette demeure, ainsi que tout autour jardins, autres bâtiments, évoque le souvenir d' Ombline Desbassayns, une "femme de caractère" qui "d'une main de fer" développa la fortune familiale, grâce au travail de 460 esclaves travaillant sur son domaine ...

Cette "Grande Dame" qu'à La Réunion on ne désigne que sous le nom de "Madame Desbassayns" naquit en 1755 et mourut en 1846, deux ans avant l'abolition de l'esclavage...

Elle décida de passer de la culture du café et du coton à la culture de la canne à sucre, qui très vite s'est révélée d'un rapport bien plus important que la culture du café et du coton...

Son personnage est complexe, ambigu et surtout très controversé. Pour certains elle est "providentielle" mais pour d'autres elle fut cruelle, injuste et maltraitait ses esclaves...

Ce genre de personnage "menant ses affaires d'une main de fer" et "de grand caractère" a toujours suscité deux visions différentes et inconciliables du monde et de la société ; et cela de toutes les époques de l'Histoire...

Sur le plan du jugement (du Bien et du Mal) c'est selon la sensibilité "politique et ou sociale" de chacun... Soit le bien réalisé qui l'emporte sur le mal fait, soit au contraire le mal qui a été fait, qui l'emporte sur le bien réalisé...

Mais il y a un "autre plan" qui n'est plus celui du jugement mais celui dans lequel s'inscrivent et se réalisent l'édification et l'évolution d'une société -souvent, pour ne pas dire presque toujours, à l'occasion de ce que l'on pourrait appeler "un événement fondateur" (une révolution par exemple)... Et dans ce cas, celui de la "construction" d'une société, la "voie" qui me semble la meilleure, c'est celle qu'a proposée Nelson Mandela lorsqu'il a été élu président de la République d'Afrique du Sud...

En effet plutôt que de "repartir" sur du ressentiment, sur de la vengeance, sur une violence qui change de camp, sur ce que l'on appelle " une chasse aux sorcières"... On fait "table rase" du passé, on pardonne (mais cela ne veut pas dire pour autant que l'on exclue ou que l'on efface la réalité, ce dont l'Histoire a été faite)... Mais cette voie là, celle de Nelson Mandela, est une voie difficile car elle implique forcément, de par la "nature humaine dans sa réalité", l'acceptation et la gestion de ce qui va troubler ou pervertir un ordre de société nouvellement établi...

Dans l'exemple de l'Afrique du Sud après la disparition de Nelson Mandela, il demeure tout de même les fondements essentiels de ce qu'avait réussi à édifier Nelson Mandela... Ce qui montre que la voie qu'il a proposée, est celle qui a le plus de chances de s'inscrire dans la durée...

 

 

Vues sur le cirque de Salazie, La Réunion

... La dernière photo, la 4 ème, c'est celle où l'on peut voir depuis une fenêtre de case créole à Hell Bourg, le sommet du Piton des Neiges et le massif...

Le village étant situé à 950 mètres d'altitude, et le Piton des Neiges culminant à 3070 mètres, il y a un dénivelé impressionnant et quasi vertical, d'un peu plus de 2000 mètres!

De l'autre côté du cirque de Salazie par delà le massif du Piton des Neiges et des autres murailles et pics, se trouvent d'une part le cirque de Cilaos, et d'autre part le cirque de Mafate...

Il n'existe pas de voie de communication, route ou chemin carrossable, à l'intérieur du cirque de Mafate, complètement isolé... Et pour se rendre dans ce cirque de Mafate, il n'y a que des pistes de randonneurs. Néanmoins, les habitations ou hameaux ou cases à l'intérieur du cirque de Mafate, sont ravitaillés par hélicoptère (denrées alimentaires, produits de nécessité, équipements, médicaments, secours, médecin, écoles)... Et il y a depuis peu, une antenne ou un relais téléphonie internet installé...

... PHOTOS : http://yugcib.forumactif.org/t985-vues-sur-le-cirque-de-salazie-la-reunion#1208

 

Le massif du Piton des Neiges, au début du mois d'août en 2003

Piton des neiges

... Cette année là en 2003 au début du mois d'août, donc au milieu de l'"hiver" austral, les conditions météorologiques -exceptionnelles- étaient réunies pour que tombe de la neige, à savoir une humidité de l'air importante, une accumulation de nuages, et une température durant plusieurs heures voire au moins une nuit et un jour, de l'ordre de -2 à 0 degrés, constante et cela à partir de 2500 mètres d'altitude (le sommet du Piton des neiges culmine à 3079 mètres -ou 3071- cela dépend de diverses manières de mesurer)... Et tout autour du Piton et donc du sommet, s'étendent les crêtes et les pics des murailles, tout cela à environ 2000 à 2500, 3000 mètres... En ce début août 2003, bien blanchi par la neige qui a tenu quelques jours...

Ces conditions exceptionnelles de météorologie, ne se sont pas reproduites depuis ce début août 2003 ; mais ce n'était point la première fois qu'un tel événement climatique "hivernal" se produisait sur ces hauteurs à La Réunion...

Il faut tout de même savoir que certains matins au lever du jour à partir de 1400/1600 mètres, en juillet et en août, à La Réunion, en particulier sur les hauts plateaux, la plaine des Cafres, les alentours de Bourg Murat, 1700 mètres ; l'on voit l'herbe, les prés à vaches, tout couverts de givre, la température avoisinant 0 degrés voire -1 à -2... Cependant, à l'heure de midi il fait entre 15 et 20 degrés et jusqu'à 23/25, avec un soleil plus haut dans le ciel qu'il ne l'est lors de nos hivers de moyenne latitude...

Et dire qu'en ce début août 2003, en France, en Europe, en latitude moyenne, nous subissions une canicule exceptionnelle et d'une durée de 2 à 3 semaines avec des températures de l'ordre de 40 degrés !

 

 

Héva, statue en basalte, à Hell Bourg, La Réunion

Img 20190117 125734

... Cette statue en basalte a été réalisée par Gilbert Clain.

Anchaing, l'esclave légendaire qui s'était réfugié sur le piton qui porte son nom (le piton d'Anchaing), et sa compagne Héva ; constitue le mythe Réunionnais de la lutte pour la liberté...

Héva est à la fois l'allégorie de la femme réunionnaise originelle, mais également la première héroïne réunionnaise.

Les planteurs de canne à sucre du 18 ème siècle, dont les domaines s'étendaient le long des plaines du littoral ainsi que sur les pentes un peu plus haut, étaient furieux et dépités, de constater la disparition de quelques uns de leurs esclaves partis se réfugier sur les hauteurs de l'île en des lieux quasi inaccessibles notamment sur ce que l'on appelle à La Réunion des Ilets, petits plateaux aux rebords abrupts qu'il fallait escalader en jetant des cordes le long des parois...

Les planteurs, alors, décidèrent d'employer des chasseurs d'esclaves, connaissant bien le terrain et déterminés à toucher une prime pour chaque esclave retrouvé et reconduit de force, mais également pour chaque esclave tué lors de la poursuite, dont il fallait ramener une oreille et -ou- une main coupée, pour "preuve"... (Cela, ce n'est pas de la légende mais du vrai, du réel !)...

"Gloire" donc, à ces premiers colons Français de La Réunion, du 17ème et du 18 ème siècle, dont les fortunes se sont établies par l'exploitation d'une main d'oeuvre corvéable à merci... Et dont les descendants constituent aujourd'hui la classe aisée des possédants et des "gens d'affaire"...

Bien sûr vous'm'direz "y'a eu aussi la mission civilisatrice, l'école, la culture, les bienfaits apportés -hygiène, confort, progrès technique etc. - "... Mais tout ça, c'est après la seconde guerre mondiale et surtout depuis 1960...

 

... A Hell Bourg, ce mercredi 16 janvier 2019, j'ai bien vu passer et s'arrêter dans la rue principale, deux cars de touristes Japonnais... Et le long de cette rue principale, s'échelonnaient quelques boutiques dans le genre de celles qu'on voit un partout dans les lieux touristiques et fréquentés... Mais cela n'avait rien à voir avec Cilaos, en effet à Hell Bourg qui reste un village, on y voit surtout des maisons créoles, des cases dont certaines ont été un peu restaurées, de telle sorte que ce bourg a gardé si l'on peut dire, son authenticité...

Hell Bourg 950 mètres altitude, est l'une des bourgades du cirque de Salazie dont la géographie, la configuration, est différente de celle du cirque de Cilaos : relief plus "marqué" (plus chaotique, plus fracturé, énormes remparts rocheux, pics surgissant au centre, et, avec un dénivelé de plus de 2000 mètres en "toile de fond" depuis les fenêtres des cases créoles, se dresse presque à la verticale, l'énorme massif du Piton des Neiges dont on voit le sommet...

Il n'existe pour se rendre "de l'autre côté", (vers le cirque de Cilaos, vers le cirque de Mafate), tant les barrières, pics, massifs, remparts sont compacts et le relief si tourmenté, si chaotique ; que des pistes de randonneurs ou de gens à pied, donc pas de route goudronnée ni de chemin carrossable permettant de rejoindre les trois cirques entre eux... C'est le massif du Piton des Neiges qui domine et constitue une barrière naturelle infranchissable (sauf pour les randonneurs)...

 

Ciel nuit, étoiles, lune, trajet apparent du soleil, à La Réunion

Ciel nuit la reunion

... Sur cette carte du ciel nocturne du 15 janvier 2019 vers 21h/22h, au dessus de Saint Pierre La Réunion 21,5 degrés latitude Sud -et d'une manière générale tel que l'on peut l'observer de visu en soirée lorsque le ciel est clair sans couverture nuageuse- à cette époque de l'année décembre janvier été austral ; l'on aperçoit pas très loin du zénith (point le plus élevé du ciel au dessus de la tête) vers 22h, trois étoiles bien brillantes et bien alignées proches les unes des autres, avec côté nord un peu plus loin, Bételgeuse et côté sud Rigel bien visibles et brillantes (ces deux étoiles Bételgeuse et Rigel disposées en une ligne perpendiculaire au segment formé par les trois étoiles en ligne)... Cette figure d'étoiles particulière au ciel austral (et la plus reconnaissable) fait partie de la constellation d'Orion...

Le trajet apparent dans le ciel nocturne du soir au matin, de cette figure d'étoiles, s'inscrit dans le plan de l'écliptique (zone du trajet apparent du soleil dans la journée)...

Pour reconnaître dans l'hémisphère austral les phases de la lune (si la lune est croissante ou décroissante) c'est le contraire de ce que l'on observe dans l'hémisphère nord : un C la lune est croissante hémisphère austral, un D elle est décroissante (le contraire dans le nord)...

La Réunion se trouvant en moyenne à 2 degrés et demi avant le tropique du Capricorne, soit entre 20,5 et 21,5 pour 23,5... En conséquence, il y a pour le soleil à midi, deux "passages" très rapprochés (au zénith milieu et centre du ciel) l'un une semaine avant le 21 décembre, et l'autre une semaine après... Plus on va vers l'équateur, moins les deux "passages" sont rapprochés, de telle sorte qu'à l'équateur il y a un "passage" le 21 mars, et l'autre le 23 septembre...

Par exemple Mayotte 12 degrés sud, premier "passage" début novembre, deuxième "passage" début février...

La durée du jour (soleil visible) à La Réunion atteint au maximum 13h 30 fin décembre début janvier -lever du soleil au plus tôt 5h 25, coucher du soleil au plus tard 19h 02... Et au minimum 10h 30 fin juin début juillet -lever du soleil vers 6h 45, coucher vers 17h 45...

L'équateur étant au Nord, pour un observateur situé dans l'hémisphère austral, à l'heure de midi hors période du solstice 21 décembre tropique du Capricorne (et donc à plus forte raison plus on se rapproche du 21 juin hiver austral) on voit le soleil de midi orienté vers le Nord (au lieu du sud dans l'hémisphère nord)... Et on voit le soleil s'élever dans le ciel le matin, selon une inclinaison contraire à celle qu'on observe dans l'hémisphère nord, et également contraire le soir coucher du soleil... Bien sûr, dans la zone intertropicale et à plus forte raison à l'équateur, l'inclinaison est beaucoup moins évidente (verticale à l'équateur) qu'en latitude moyenne où elle est assez nette...

 

http://www.ac-nice.fr/clea/lunap/html/Phases/PhasesActiv4.html

 

 

Un pénitencier pour enfants à Ilet Guillaume, La Réunion

Enfants ilet guillaume

... Depuis 1864 et par un décret datant du 6 juin 1865 sous le second Empire, existait au voisinage de Saint Denis à La Réunion, un bagne pour enfants...

Nombre de ces enfants âgés de 7 à 21 ans, condamnés à de lourdes peines de travaux forcés, furent utilisés pour la construction d'une route carrossable à flanc de falaise de la rivière Saint Denis, dans les dernières années du second Empire et au début de la Troisième République. Ainsi que pour l'édification d'un pont au dessus du Bras Guillaume...

Il y eut durant ces travaux, des accidents dans lesquels des enfants périrent.

Après l'abolition de l'esclavage (20 décembre 1848), il existait encore des camps de descendants (d'enfants et adolescents) d'anciens esclaves, peuplés à 90% de jeunes affranchis, créoles métis et orphelins, que la misère poussait au vagabondage, et qui, dans les villes et autour des villes, effrayaient la bourgeoisie établie, de colons, de planteurs, de gens d'affaires... Le vagabondage était d'ailleurs l'un des motifs principaux d'interpellation, de mesures de police, de condamnation...

 

... A noter sur la photo, à gauche... "Lou Boun' Diou" en soutane et la trique à la main !

 

 

L'anse des cascades, La Réunion

Dscn7270

... C'est en ce lieu que les navires à voile, partis depuis les ports d'Europe et faisant route vers l'Inde et l'Asie en passant le cap de Bonne Espérance, relâchaient ici, dans cette anse située entre Piton Sainte Rose et Sainte Rose sur la côte est de La Réunion...

Enserrée entre de hautes murailles de roche volcanique recouvertes de végétation, cette anse constituait en effet un refuge pour les navires. Tout au long des murailles quasi verticales s'écoulent plusieurs cascades, ce qui permettait aux équipages des navires, de se ravitailler en eau afin de poursuivre leur route vers l'Inde, l'Asie, l'Indonésie, les détroits, puis à travers l'océan Pacifique vers l'Australie, l'Océanie, la Nouvelle Zélande...

Aujourd'hui, l'anse des cascades est devenue l'un de ces lieux de repos, de loisirs, aménagé, où se rendent le dimanche les familles...

 

Grand'Anse, La Réunion

... Entre Saint Pierre et Saint Joseph, Grand'Anse est l'une des plus belles plages de La Réunion où viennent passer des journées en famille, amis, autour d'un pique-nique, voire d'un vrai repas, ustensiles de cuisine, cuisson en grande marmite de "cari" ; glacière imposante, bouteilles de vin et de bière, apéritifs, rhum arrangé, desserts, pâtisseries, café, thé... Ce sont de ci de là, des étalages impressionnants, l'on ne voit pas cela en métropole, du moins pas ce genre d'installation avec cuisine faite sur place.

Les gens en effet, sont là en familles et amis, en réunions de 8, 10, 15 personnes avec les enfants... Il y en a qui apportent des instruments de musique, guitare, tambour...

L'on peut voir aussi ces réunions de gens le long du front de mer à Saint Pierre, sur les bords de la rivière Langevin, enfin partout dans l'île où sont aménagés des espaces de repos loisirs...

Sur la dernière photo, l'on voit un homme agile (et visiblement entraîné), grimpant le long d'un tronc de cocotier, afin de cueillir (ou plutôt de faire tomber) des noix de coco : toute une technique pour monter ainsi !

L'on se baigne dans une eau à 26 degrés en été, donc en décembre janvier février ; et qui au plus bas en hiver, en août, est à 22/23 degrés.

 

Photos voir à : http://yugcib.forumactif.org/t977-grand-anse

 

Le Grand Coude, La Réunion

Le gd coude sitLe gd coude vueIl n'existe pas, je crois, sur la planète, en aucun endroit, une situation géographique, une configuration telle que celle-ci, à La Réunion : un village sur un plateau incliné entouré d'un précipice de tous les côtés sauf l'accès étroit en  rampe qui monte depuis l'océan, et le long de cette rampe  serpente une route aux nombreux virages en épingles à cheveux et d'un fort pourcentage de pente... Cependant à quelques kilomètres du village du Grand Coude, l'on trouve des endroits pour s'arrêter, se promener, pique-niquer... Avec des arbustes, de la belle herbe...

La rivière Langevin, La Réunion

https://vimeo.com/309686079

... A dix kilomètres après Saint Joseph partie Sud de l'île, à Langevin, s'ouvre sur une distance de quinze kilomètres jusqu'à la cascade du Grand Galet, une grande et profonde ravine entre deux hauts remparts de roche recouverts de végétation, un défilé ou une gorge au relief tourmenté, et au fond de cette gorge, coule une rivière au courant rapide : la rivière Langevin...

Tout au long des premiers kilomètres, sur la rive au bord de la route, sont aménagés des espaces d'agrément, de pique nique, et l'on y voit des boutiques de restauration, de souvenirs, et le dimanche, les jours de congés scolaires, bon nombre de gens de la région de Saint Pierre et environs, viennent en ce lieu passer la journée...

 

 

La route de Cilaos à La Réunion

Route cilaos

... Cette vidéo qui donne une idée du paysage : https://vimeo.com/309585647

... Une route reliant Saint Louis au cirque de Cilaos, de quelque 400 virages, construite de 1927 à 1932...

Dont le parcours difficile, dangereux, étroit par endroits notamment aux passages (ponts) au dessus de ravines et dans des tunnels, s'échelonne tour à tour montant et descendant tout au long d'un défilé enserré entre des murailles verticales aux parois déchiquetées recouvertes en partie de végétation, des murailles d'une hauteur de plusieurs centaines de mètres...

L'on n'arrive pas en pensée, à imaginer un tel paysage : il faut en effet l'avoir vu pour se le représenter ensuite de mémoire.

Il est absolument étonnant, inimaginable, que sur un si petit territoire (2275 kilomètres carrés, l'île Bourbon -La Réunion-) puisse exister un tel paysage de montagne, de cirques, de défilés, de ravines, aussi tourmenté, aussi déchiré, aussi fracturé, et cela dans un gigantisme que l'on ne retrouve que dans les grands massifs Himalayens, Andins ou Alpins (en encore plus fracturés et déchiquetés, ici, à La Réunion!)...

... Suite texte et autres images :  http://yugcib.forumactif.org/t974-la-route-de-cilaos-a-la-reunion

La plaine des Cafres, La Réunion

Plaine des cafres cartePlaine des cafres photo

... C'est un haut plateau situé sur les Hauts entre le massif du Piton des Neiges et le Piton de la Fournaise ; l'on y accède par la Nationale 3 reliant Saint Pierre à Saint Benoît par l'intérieur de l'île... (Le Tampon, puis les bourgades du Quatorzième jusqu'au Vingt-troisième) jusqu'avant Plaine des Palmistes où à partir de là la route redescend vers Saint Benoît...

Ce lieu doit son nom aux Cafres, qui furent aux 18ème et 19 ème siècles jusqu'en 1848, des esclaves en fuite (marrons) qui partaient se réfugier dans l'intérieur de l'île où il y avait des bois, une nature sauvage, et où il était difficile aux colons de les poursuivre... En effet les conditions de travail forcé dans les plantations des colons, étaient très difficiles, auxquelles s'ajoutaient de mauvais traitements infligés aux esclaves...

Ces plantations se sont à l'origine dès la première moitié du 18 ème siècle, avec l'arrivée des colons, établies sur les plaines côtières ainsi que tout au long des pentes avoisinantes ; des villages et des villes se sont constitués...

Toute une population d'esclaves importés en grande partie de Madagascar, est venue "soutenir" une économie de colonisation et cette main d'oeuvre servile d'esclaves africains, Malgaches, a contribué à l'enrichissement des "grandes familles" possédantes, ainsi qu'au développement des grandes compagnies du marché de l'époque (avec la marine à voile, l'exploration de nouveaux territoires, la connaissance du monde jusque dans les contrées les plus lointaines de l'Europe... C'est on peut dire, au 18 ème siècle "Blanc et Chrétien" pour l'essentiel, une véritable "économie de marché mondialisé" (et de consommation) qui voit le jour sur la planète, d'autant plus que le 18ème siècle "Blanc et Chrétien" est aussi celui des grandes puissances européennes, militaires, technologiques, industrielles...

... Soit dit en passant -réflexion personnelle- "Lou Boun' Diou, il a été plutôt du côté des riches, des puissants, des colons... Que du côté des pauvres, des non possédants,  et des populations indigènes proches de la Nature! ... Et de nos jours au 21 ème siècle, en dépit de l'abolition "officielle" (et "déclarée") de l'esclavage, en dépit du fait qu'on ne meurt plus autant de faim, de maladies, comme au 18 ème siècle... Il n'en demeure pas moins, que Lou Boun' Diou – et surtout la Pensée et l'Oeil dominants des GAFA et puissances numériques informatiques robotiques nanotechnologiques, il est, Lou Boun'Diou, plus que jamais encore du côté des dominants... Et que de surcroît il "prétend moraliser" le monde en donnant aux pauvres des "leçons" -et jetant à ces mêmes pauvres, des gadgets comme des os à des chiens  ...

 

a href="http://www.hebdo-landes.com" target="_top">Référencé sur Hebdo Landes !