La sortie du bois

 

... Nous sommes tous des êtres ordinaires... Et ce qu'il y a d'ordinaire en nous, le plus souvent, recouvre ce qui pourrait ne pas être ordinaire...

A un certain moment, les êtres ordinaires que nous sommes, sont tous "pris au piège" : le piège, ce piège qui est la sortie du bois, et en cette sortie du bois, on donne forcément de la voix... Dans le bois, il n'y avait que des chants d'oiseaux ou de bêtes, et parfois l'éclatement d'un arbre ou d'un coup de fusil... et presque toujours, cette solitude comme entre des murs aux portes et fenêtres fermées...

Heureux - peut-être? - celui, celle qui "aime à demeurer dans le bois" et se soucie peu de la sortie du bois...

Heureux les muets car ils parlent avec leurs yeux... S'ils ne connaissent pas le langage par signes et ne lisent pas sur les lèvres... Et n'écrivent pas.

... Et j'ajoute ceci :

Le drame, tout le drame dans la relation entre les êtres... C'est que les êtres ordinaires que nous sommes ne parlent d'eux-mêmes que (ou presque que) comme ils ne devraient pas en parler : c'est cela qui est ordinaire... et en général, sans destin autre qu'immédiat (et encore!)...

En ce sens, on peut dire (je crois)... que tout essai d'autobiographie, que ce soit par un livre, un blog ou un "journal"... N'a presque jamais la dimension qu'il devrait avoir...

Je pense au Journal d'Anne Frank, ou au Journal des années noires de Jean Guéhenno par exemple... Mais il y en a d'autres heureusement, et sans nul doute des moins connus : là, oui, il y a une "dimension" ...

Cependant... On peut trouver dans Facebook ou dans les forums du Net (quelquefois)... Cette "dimension" là (par de toutes petites réflexions, de tout petits mots - venus "du fond des tripes"... Et aussi dans la vie des gens, dans la rue, au comptoir d'un café, autour d'une table familiale...)



Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

a href="http://www.hebdo-landes.com" target="_top">Référencé sur Hebdo Landes !