Errance dessinato littératoque 1

Dans l'amphithéâtre autour de l'estrade et de l'espace technique, et dans toute la salle en gradins, désertée... Viennent les ténèbres et le silence...

Les masques des personnages qui, avant la venue des ténèbres, faisaient illusion tant ils étaient vivement colorés, devenus inutiles et s'étant d'ailleurs décolorés, commencèrent à se décomposer, à fondre dans l'humidité, dans l'obscurité et dans la chaleur ambiantes, accrochés qu'ils étaient aux panneaux d'exposition de graphiques et de cartes...

Un étrange accordéoniste se mit à jouer, de son instrument dépourvu de touches, comme si les étudiants dans la salle d'amphithéâtre étaient encore présents.

Et le chat du maître de conférence péta, faisant vibrer les ailes d'une libellule mutante, et la vibration fit parler le silence...

La Révolution n'était pas encore commencée, que déjà, l'on promenait des masques conspués au bout de fusils sans gâchette mais néanmoins dangereux...

À la vingt-cinquième heure l'anarchie... Mais quelle anarchie ?

Fallait-il ré-inventer le bœuf Apis ?

Amph

 

amphithéâtre

Ajouter un commentaire