Pensée, réflexions, notes, tags

Mots de la vie, interrogations diverses et parfois essentielles...
  • DRIVE

    Mac Drive ou fast – food drive : bouffer en bagnole

     

    Astronaute – Drive : péter sur la Lune

     

    … Mais comment, en bouffant en bagnole, ne pas se dégueulasser le menton si l’on n’a pas une gueule de crapaud – buffle pour mordre dans un Big Mag trois étages ?

     

    … Et comment péter sur la Lune, si l’on n’a pas un orifice dans son scaphandre au niveau du trou de bale pour expulser la pète… Et comment, d’ailleurs, les particules olfactives de la pète peuvent-elles se diffuser – et fleurer - au dessus du sol d’un astre sans atmosphère ?

     

  • "Peupler sa solitude"

    …La meilleure (enfin, l'une des meilleures...) façon de "peupler sa solitude" c'est de l' "habiter" de tous ces visages, de tous ces êtres que l'on rêve de rencontrer, et d'en faire des "interlocuteurs" pouvant être "quelque chose qui ressemble à Dieu" auquel on écrirait comme l'on prierait - pas forcément pour demander quelque chose...


     

  • Voir des cœurs, voir du bleu

    … Voir des cœurs là où ces cœurs ne sont pas visibles parce que celles et ceux qui les ont, ces cœurs, les ont recouverts de glaise, de boue ou empierrés… Ou cachés… Ou s’en sont défaits soit pour se protéger, soit pour en faire des bouquets de feux enchantant les regards, ou encore même assez souvent pour les remplacer par des bouquets de verges…

    … Voir du bleu là où le bleu s’est grisé, nacré, ou s’est fait d’un bleu si lumineux qu’il a brûlé les yeux…

    Quel voir difficile est-ce, auquel on se refuse, parce que, les yeux, ouverts, laissent tant de larmes couler et que jamais ne vient quelque petit doigt doucement écraser sur l’aile du nez, la virgule que fait la larme…

    Quel voir difficile mais si nécessaire !… Afin de sauver du désespoir… Ou de l’illusoire et de l’aléatoire qu’il y a à “s’exister”…

     

     

  • La disparition des règles

    … Lorsque les règles disparaissent, après avoir le plus souvent été contournées, modifiées, arrangées, “escamotées” ou même bafouées ; après qu’elles aient servi de “façade” et que l’on les aient “mises à toutes les sauces”… Après que l’on s’y soit quasiment tous les uns et les autres partout dans le monde, plus ou moins conformé ; après qu’elles aient fait référence dans nos esprits, constituant dans nos “paysages de la vie” des repères – mais soit dit en passant, des références et des repères “discutables” et ouvrant de vaines, épuisantes et interminables discussions …

    Lorsque les règles finissent par ne plus être, vidées de leur contenu…

    Alors s’installe ce qui s’apparente (ou plus exactement ce qui est apparenté) à l’anarchie, mais qui, en aucune façon, n’est l’anarchie…

    Une triste, lamentable, désolante, révoltante, absurde parodie de l’anarchie…

    La disparition des règles suppose, à vrai dire implique, d’atteindre un niveau d’évolution de la pensée, de l’esprit, de la relation humaine, de la vie en société ; un niveau aussi, de liberté et de responsabilité étroitement et indissolublement liés… Tels ; que les règles soient devenues inutiles…

    Les règles, c’est aussi comme les religions : à un certain niveau pouvant être atteint d’évolution de la pensée, de l’esprit, de la relation humaine, de la vie en société, au niveau le plus élevé qui soit de liberté et de responsabilité, de connaissance acquise, de transmission et de partage de la connaissance… Les religions deviennent inutiles, et il ne reste alors plus que la croyance – peut-être en “quelque chose qui ressemble à dieu” dont on voit le visage dans le ciel, les nuages, les arbres, les animaux, l’air, l’eau, la terre, les femmes et hommes et enfants autour de nous…

     

  • Nos modes de vie

    Nos modes de vie

    Défaits

    Désinformés

    Décolorés

    Déreflexionnés

    Dérêvés

    Désimaginés

    Déracinés

    Désillusionnisés

    Déconstruits

    Déprogrammés

    Dévitalisés

    Dénaturés

    Déréglés

    Déterrés

    Déshumanisés

    Désherbés

    Délimités

    Dépossédés

    Décontactés

    Dévisagisés

    Déregardés

    Désensibilisés

    Désyllabisés

    Déparolés

    Désorthographés

    Dégrammairisés

    Déchic-qués

    Désémerveillés

     

    Mais

     

    Encloisonnés

    Asceptisés

    Consumérisés

    Lotissés

    Violés

    Formatés

    Marchandisés

    Virtualisés

    Hyperconnectés

    Fliqués

    Epiés

    Chartisés

    Mayonnaisés

    Vinaigrés

    Empués

    Encués

    Enrôlés

    Encagés

    Tatoués

    Cosmétiqués

    Rédés

    Tracés

    Raidis

    Audidusteropelfiatisés

    Embaraquocloturés

    Portaillisés

    Electronisés

    Codés

    Toutoui-je monte la gardisés

    Moralisés

    Pournoupensés

    Ethiquités

    Etiquetés

    Radioscopés

    Dilués

    Uniformodiversifiés

    Frelatés

    Obscurantisés

    Amen-isés

     

    Et

     

    Qui ne seront peut-être jamais démasqués

     

     

  • S'assumer soi-même tel que l'on est

    … Il me vient une interrogation – ainsi qu’un doute – sur le fait de s’assumer soi-même tel que l’on est, en se présentant, se produisant, s’exprimant en public, et cela délibérement, par choix conscient… En laissant apparaître – jusqu’à même revendiquer – ses imperfections (de comportement, de langage, d’écriture ), ses maladresses, enfin, ce côté en nous mêmes qui “ne joue guère en notre faveur”…

    Peut-on, oui, s’assumer soi-même tel que l’on est, en toute sincérité, sans aucune arrière pensée?… Le plus “naturellement du monde” ? …

    S’assumer soi-même tel que l’on est, ne participe-t-il pas à cette “image de marque” que l’on s’attache à donner de soi ? … Et dans ce cas, ne serait-ce pas un stratagème, un subterfuge ?

    Et dans le stratagème, ne viendrait-il pas l’idée de “faire ressortir le bon côté de soi” avec ses forces, ses qualités, avec ce qu’il y a “d’unique”, de particulier en soi… Ainsi “mis en valeur”, en opposition avec ce “qui ne met pas en valeur” et que l’on laisse apparaître…

    Il y aurait “beaucoup à dire” sur ce que l’on appelle, sur ce que l’on définit “image de marque”… Beaucoup à dire et à réfléchir…

    Je préfère dire, plutôt “qu’image de marque” : signature …

     

  • Sidaction

    … Avec le sida qui apparut dans les années 1980, ce fut “la capote sur le nœud”…

    Avec le covid qui apparut à la fin de l’année 2019, ce fut “la capote sur le visage”…

    Avec la capote sur le nœud, la “purée” restait dans la capote qui n’était pas poreuse – sauf “matériel” de mauvaise qualité…

    Mais avec la capote sur le visage, du fait de la porosité de la capote, c’est seulement une partie de la respiration qui reste dans la capote.

    Cela dit, je salue la répétition chaque année, depuis bientôt 40 ans, de la semaine Sidaction fin mars…

    Car le sida tue toujours… Encore…

     

  • Visages

    … Quand reverrons-nous des visages entiers ?

    Lorsqu’une grande partie, majoritaire, de la population, aura été vaccinée ?… Mais dans combien de temps ? Six mois, un an ? …

    Faudra-t-il encore porter un masque, lorsque les formes graves de covid auront beaucoup diminué ? …

    Depuis quarante ans que chaque année, des épidémies de grippe “classique” surviennent ; cela nous a-t-il pour autant obligés à porter un masque ?

    Revoir enfin des visages entiers…

    Pour toutes celles et ceux d’entre nous qui ne sont pas indifférents à la vue des visages des gens qu’ils rencontrent, croisent dans les rues, dans les espaces publics…

    Revoir des sourires, et non plus seulement des regards…

    Des regards auxquels d’ailleurs l’on ne faisait déjà plus attention, avant mars 2020…

    Mais que, peut-être l’on se décidera à considérer ?…

     

    … Le sourire n’est-il pas aussi… Une Culture ?

     

     

  • Un autre tweet du jour

    Dans ton cabinet entouré d’un jardin mal biné où tes pommes nouvelles sont étouffées par le chient-dent et le liseron, tu nous sors une crotte en carotte dans un grand effort de sphincters.

     

  • Mon tweet du jour

    “Je croirai aux mesures sanitaires contre la propagation du covid lorsque l’on refusera à un Qatari doté de sa carte Visa Premier, l’entrée sur le territoire Français, et qu’on lui cherchera des poux au sujet de son certificat de vaccination ou de son test négatif au corona"

     

  • Lumière, obscurité

    … Lorsque l’on porte son regard sur l’obscurité en soi, pour autant que nous vienne la conscience de l’existence de cette obscurité… Qu’en est-il réellement, de la lumière que l’on prétend alors porter au devant de soi en reconnaissant l’obscurité en soi ?

    Cette lumière n’est-elle pas, le plus souvent, un éclairage de scène ?

    Et que dire du regard que l’on porte sur ce qu’il y a d’obscur en l’autre, qui, à force d’être projeté autour de soi et d’occuper l’espace public, nous rend toute lumière en l’autre, invisible ?

     

     

     

     

  • La porte étroite

    La porte du bonheur est une porte étroite [ Jean Ferrat ]

     

    Cette porte si étroite est comme une pellicule ou un film encore plus fin et plus tranparent que la pellicule de plastique qui recouvre un pot de confiture.

    Le film est un “passage entre deux mondes”.

    Mais nous ne le voyons pas, ce film.

    Alors nous croyons être dans le même et unique monde.

    L’artiste, le poète, ou l’écrivain, nous fait passer par les mots, par les images, ou encore par des figurines ou des objets confectionnés, dans l’existence du monde que l’on ne voit pas.

    Mais cela ne veut pas dire que seul, l’artiste, le poète ou l’écrivain, a ce pouvoir de nous faire passer de l’autre côté du film transparent.

    Car l’artiste, le poète ou l’écrivain n’est pas le seul “passeur”.

    En effet tout être vivant, et donc la femme ou l’homme “ordinaire” que l’on est…

    Avant même d’être artiste, poète ou écrivain… Pour autant que l’on peut l’être…

    A une lumière en lui…

    Parfois – c’est vrai – une lumière à peine visible, ou méconnue…

    Ou que l’on aperçoit mais que l’on ne regarde pas.

    À vrai dire ce sont des “éclats de lumière” plutôt qu’une “rivière” de lumière…

    Et, ces “éclats de lumière” sont tels les morceaux d’un “puzzle” reconstituant le film transparent et traversable.

    Et la reconstitution n’est jamais complète, elle demeure inachevée…

     

  • Saint Valentin en masque

    Saint valentin... Pas d'haleine, pas de danse de narines ...