La fiente

Fiente

La fiente de l'oiseau de passage

De l'oiseau de passage ou de l'oiseau revenu

La fiente avant qu'elle ne tombe dans l'assiette du pique nique

Il faudrait

Le bec tout grand ouvert

L'avaler comme si elle était du chocolat

Et le chant de l'oiseau

Un chant comme celui d'une scie

D'une scie que l'on entend si souvent grincer

Ce chant là

Il faudrait l'écouter

Te martelant de ce dont il t'assourdit

Mais l'oiseau lui

Jamais il n'interroge

Ni ton silence

Ni ton ramage ni tes rêves

Il fiente l'oiseau

Et c'est du chocolat paraît-il

 

... Je compense, je compense... l'absence d'interrogation du silence, du ramage et des rêves... Me faisant entomologiste de toutes ces fientes tombées des branches...

 

 

 

fiente

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

a href="http://www.hebdo-landes.com" target="_top">Référencé sur Hebdo Landes !