Interview de Guy Sembic alias Yugcib par The Book Edition

POUVEZ VOUS VOUS PRESENTER EN DEUX MOTS?

Anarchiste mais ni de formation ou de groupe déterminé, écrivain, auteur et poète ; philosophe sans avoir fait d'études de philosophie et d'esprit scientifique sans être de formation scientifique, je trouve suspecte l'idée de l'immortalité de l'homme en tant qu'anarchiste ; irréalisable en tant que scientifique ; purement humaine et peut être dénuée de sens tant que philosophe... Mais recevable, émouvante et très belle en tant que poète...


D'OU VIENT LE TITRE DE VOTRE LIVRE?

« Le Chien Vert »... Parce que je trottine, sens et ressens, monte sur les genoux des dames et demoiselles dont j'adore les belles toilettes ; parce que je saute tout vert et sans fioritures dans ce qui me plait et m'émeut... Et que, tel l'un de ces fidèles amis à quatre pattes, je suis tout reconnaissant et tout aimant, n'ayant jamais peur de recvoir des coups... Que d'ailleurs l'on m'administre rarement...


LES NOUVELLES SONT-ELLES LIEES?

En apparence les histoires que je raconte dans Le Chien Vert ne sont pas reliées... En profondeur et en y réfléchissant quelque peu, elles sont bel et bien reliées... Dans un même langage, un même ressenti, un même état d'esprit, une même atmosphère, un même message...


QUAND ET COMMENT AVEZ VOUS POUSSE LES PORTES DE L'ECRITURE POUR LA PREMIERE FOIS?

J'ai poussé les portes de l'écriture à l'âge de 16 ans en rédigeant un premier cahier de 192 pages à petits carreaux. Le titre était « les sentiers de l'espoir »... Un jour j'ai retrouvé ce cahier et je l'ai mis au feu. Parce que je le jugeai trop enfantin, trop banal et surtout trop personnel, trop intime et ne pouvant de ce fait n'intéresser absolument personne...

Avant de pousser les portes de l'écriture à l'âge de 16 ans, j'avais passé ma vie depuis l'âge de 6 ans à penser, réfléchir, ressentir, observer, m'interroger, me souvenir et tout enregistrer dans ma tête comme dans la mémoire d'un appareil de photo numérique.

C'est la raison pour laquelle je connais mon enfance par coeur avec tous les personnages et tous les visages qui l'ont peuplée... Je peux dire je crois bien, que mon enfance fut une enfance peu ordinaire...


QUELLES SONT LES LECTURES QUI ONT NOURRI L'IMAGINAIRE DE GUY SEMBIC?

Les lectures qui nourrissent mon imaginaire sont les livres d' histoire, de géographie, de la nature ; quelques livres de science fiction... Et plus précisément pour citer quelques auteurs que j'aime lire : Emile Zola, Marcel Proust, François Mauriac, Antoine de Saint Exupéry, John Irving, André Gide, Albert Camus, Jean Paul Sartre, Le Clézio, Prévert, Arthur Rimbaud... Et sans doute bien d'autres.


ETES VOUS UN VETERAN DU SITE D'ALEXANDRIE ONLINE? POUVEZ VOUS NOUS DIRE COMMENT EVOLUE LE LIVRE SUR INTERNET?

Je suis venu sur Alexandrie Online en 2004 et de tous les univers en lesquels je voyage sur la Toile, c'est sur Alexandrie Online que je totalise le plus de centaines de messages, de participations aux forums et de textes en tous genres.

Le livre sur Internet évolue à mon sens « comme il doit évoluer » c'est à dire naturellement et inexorablement... Mais sans cependant « porter ombrage » à l'édition traditionnelle.


COMMENT REAGISSEZ VOUS A L'ANNONCE DU PARTENARIAT ENTRE THE BOOK EDITION ET ALEXANDRIE ONLINE?

Je réagis très favorablement à l'annonce de ce partenariat. Parce que j'ai l'intuition qu'il y a bien là une alliance entre deux univers d'un même esprit littéraire... Et comme je connais bien l'esprit et les objectifs d'Alexandrie et ce qu'Alexandrie veut promouvoir... Ma confiance, mon enthousiasme et mon accueil sont d'autant plus chaleureux et sans réserve...


QU'AVEZ VOUS PENSE DE L'EDITION PAPIER DU CHIEN VERT QUAND VOUS AVEZ RECU LE PREMIER EXEMPLAIRE?

L'édition papier du Chien Vert m'a parue « très professionnelle » et d'une agréable présentation.

Un livre est un livre, dis-je... Et vu le respect que j'ai pour les livres « en tant que livres » j'en suis d'autant plus ému et émerveillé...

 



 

Les évènements, tels des feuilles tombées et roulées par le vent


 L'évènement si « évènement » il y a... Est tout de même à mon sens, bien moins anodin si je puis dire, que l'apparition « devant les copains » de la toute neuve voiture (nouveau modèle de l'année) récemment achetée... A crédit d'ailleurs.

Si en effet, à la nouvelle voiture du copain je ne « pipe pas »... Un événement littéraire tels que la parution du dernier livre d'un ami très cher ; ou le partenariat d'Alexandrie Online avec The Book Edition par exemple, m'interpelle davantage et je « pipe »...

A chacun ses émerveillements, l'intérêt qu'il porte à un événement survenant, l'émotion qui le transporte, que cet événement soit l'acquisition d'un nouveau véhicule « flambant neuf », l'installation dans sa maison d'une cuisine intégrée, la deuxième ou troisième épouse ou concubine présentée à la famille... Ou le dernier ouvrage publié chez un éditeur « connu », le dernier succés littéraire ou autre remporté...

A la fin de l'été lorsque s'inclinent les rayons du soleil et que s'allongent les ombres, les feuilles se détachent des arbres et se « ramassent à la pelle »...

Le vent les pousse, les roule, les emporte tout au long des chemins ; il y en a beaucoup de ces petits êtres craquelés, déchirés, déssechés et fripés ou même encore verts et tendres de la belle saison traversée, qui roulent dans quelque fossé ou cabriolent le long d'un caniveau en ville... Il y en a aussi quelques uns « plus heureux » si l'on peut dire, qu'un enfant, une fille, une femme, un poète, un promeneur, ramasse sur le chemin et prend en sa main, imaginant peut-être un oiseau blessé ou retrouvant dans un frémissement délicat de la petite feuille, un souvenir...

Et d'autres promeneurs sans doute plus nombreux ceux là, ont piétiné ces feuilles, les ont écartées d'un coup de pied, leur ont marché dessus sans les avoir aperçues ; d'autres promeneurs encore les ont eux aussi, comme les enfants, les filles, les femmes, les poètes... prises un instant dans leur main et peut-être comparées à de jolis coquillages, les ont emportées... Mais sur le rebord d'une fenêtre le temps les a recroquevillées puis réduites en poussière...

Ainsi vont et viennent les évènements, tous les évènements de notre vie et du monde... Ceux qui nous intéressent et nous interpellent et peut-être « changent notre vie » ; et ceux à côté desquels nous passons sans « piper mot » ou que nous « suçons tels des chocalats glacés »... Les événements sont bien comme les feuilles roulées tout au long des chemins à la fin de l'été lorsqu'elles sont tombées des arbres...


Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

a href="http://www.hebdo-landes.com" target="_top">Référencé sur Hebdo Landes !