Le p'tit coin de Yugcib

P1000015 1Bienvenue dans mon petit coin : ici c'est l'entrée et vous accrochez vos manteaux, vos vestes, vos impers... Ensuite je vous convie à la découverte de ces billets qui vont venir à la suite de mes "Alvéoles" dont les 3 dernières la 10, la 11 et la 12 ne figurent pas dans le sommaire...

  • Les "esprits" d'il y a 35000 ans

    … Il y a trente cinq mille ans, il n'y avait pas de Bible, pas de Coran ni aucun « livre saint »... Pas d'églises, pas de mosquées ni de temples ni de cathédrales ; pas de Chrétiens, pas de Musulmans ni de Juifs..

    … Mais il y avait les Esprits !

    Ah, les Esprits, bons ou mauvais, qui régissaient la vie des communautés humaines éparpillées sur les continents de la Terre d'alors... !

    Les humains de ces époques lointaines observaient les viscères des animaux morts et en déduisaient à quoi servait tel ou tel organe, ils connaissaient les vertus de toutes sortes d'herbes et de plantes... Mais la bactérie, le virus, le pus, le gonflement, la douleur, l'empoisonnement, tout cela c'était « les esprits »…

    Et les tremblements de terre, la foudre, le vent, la pluie, l'incendie, l'inondation, l'éboulement de roches... Cela aussi c'était « les esprits »…

    Et les esprits s’immisçaient dans la relation des humains entre eux et avec les plantes, les animaux, les objets...

    Et, entre les humains ordinaires vaquant à leurs occupations quotidiennes et les esprits, il y avait les sorciers ... Qui n'étaient que des humains, mais investis de pouvoir et d'autorité… Et sans doute en abusant…

    … En somme les esprits, c'était la Science, la science encore inconnue et comme un paysage dont on voit tout ce qui le compose dans le détail et dans son ensemble ; la science en l’ état de ce qui se voit et se ressent mais que l'on ne peut expliquer autrement que par l'existence des esprits…

    … L’on faisait dire aux esprits, il y a 35000 ans, « tout ce qu'on voulait qu'ils disent » selon les aspirations ou les intérêts du moment des uns ou des autres...

    … Avec la Bible et les curés, avec le Coran et les Imans, il s'est avéré que les intérêts et les aspirations du moment, soutenus ou confortés par la « révélation », l'écriture et le prêche, se sont affirmés avec plus de force et plus de violence... Dans un but de domination…

    En définitive les esprits d' il y a trente cinq mille ans... Quoiqu'ils m'eussent pompé l'air si j'eus vécu en ce temps-là... Je les trouve « plus crédibles » ou « mieux fondés » que nos religions et cultes actuels… Pour la simple raison qu’ils étaient pressentis comme étant des manifestations, des forces naturelles…

     

  • Les œuvres à venir

    … Dans les correspondances de Gustave Flaubert, dans une lettre à Louise Colet en date du 24 avril 1852, on lit ceci :

     

    "Aucune pensée humaine ne peut prévoir, maintenant, à quels éblouissants soleils psychiques écloront les oeuvres de l'avenir. En attendant, nous sommes dans un corridor plein d'ombre, nous tâtonnons dans les ténèbres. Nous manquons de levier, la terre nous glisse sous les pieds. Le point d'appui nous fait défaut, à tous, littérateurs et écrivailleurs que nous sommes. A quoi ça sert-il ? A quel besoin répond ce bavardage? De la foule, à nous, aucun lien. Tant pis pour la foule, tant pis pour nous surtout."

     

    ... En 1852... "Il ne croyait pas si bien dire" Gustave Flaubert, en ces temps d'une modernité en marche qui commençait à rendre possible l'accession du bavardage sur des tribunes devenant plus nombreuses, plus diverses, plus  libres, et toutes  soucieuses de visibilité...  

    Notre époque est semblable – mais en bien pire : le bavardage sied à une foule qui, certes, va plus à l'école qu'en 1852, mais n'est plus éduquée que par des faiseurs d'opinions, des personnages de télévision, et des producteurs de novellas...

    Le "point d'appui", celui qui fait la force, l'âme, la grandeur, la culture d'un peuple dans son ensemble, et qui était comme autrefois la fontaine à eau sur la place d'un village, fait de nos jours défaut parce qu'on lui a préféré des "points branlants » pour tous qui cependant sont loin de branler tout le monde et ne font pas de liens dans la foule"...

    Les faiseurs d'opinion, les personnages de télévision, les producteurs de novellas, forment une Nomenklatura sans aucun lien avec la foule mais vivant aux dépens de la foule et "en vivant fort bien" d'ailleurs...

    Et tant pis, donc, pour une foule dont on se fout… Et qu’hélas soient les porteurs de lumière plus préoccupés de l'éclairage de la scène que de la lumière qu'ils portent…

     

     

  • Faillite de la civilisation

    … Simplifier une langue vivante, une langue parlée et écrite, réduire sa grammaire, sa syntaxe et son orthographe, c’est comme vouloir planter un arbre qui n'a qu'un tronc et pas de branches, ou vouloir traverser une forêt dont les arbres sont comme des poteaux tout droits ou tout tordus sous un ciel uniformément bleu ou gris ou blanc...

    … Faillite de l'école, entendons nous dire...

    Je dirais plutôt : faillite de la civilisation... D'une civilisation qui, de l'arbre aux branches étendues et au feuillage bruissant au vent, est passée au tronc sans racines dont le haut est la tête éclatée d'un obus face au ciel, et béant de ses deux trous, l'un devant et l'autre derrière... Un trou pour avaler, un trou pour évacuer...

    Nos civilisations présentes (l'occidentale et les autres), du tronc sans racines et sans branches avec deux trous l'un devant et l'autre derrière, passent désormais à l'oursin qui lui, n'a qu'un seul trou, bouche et anus…

     

  • Alignement de planètes

    Alignement planetes

    … À défaut d’avoir pu observer visuellement en ces jours de fin juin 2022, l’alignement des planètes, je me « contente » de cette image…

    Avant hier et hier, à l’est le ciel était couvert donc… « peau d’zeb » !

    Ce matin 28 juin, le ciel était bien dégagé mais une brume légère envahissait toute la zone du ciel en laquelle devaient apparaître les planètes. Et de surcroît il eut fallu que je me lève sans doute, pour observer dans de bonnes conditions, à une heure encore de la nuit, c’est à dire sans la clarté du jour avant le lever du soleil.

    C’est vers environ 1h 30 que l’on pouvait voir Mercure, la première planète, et ensuite, l’une après l’autre, Vénus, Uranus, Mars, Jupiter, Neptune, Saturne. Donc pour les voir toutes, ce ne pouvait être qu’entre 3h 30 et 4h 45… Mais durant les quatre derniers jours avant aujourd’hui, le ciel était couvert au matin…

    Lors de ces événements que sont nuit des étoiles, éclipse de lune, lune « rouge » (en fait rousse et plus grosse d’apparence), éclipse de soleil ; je n’ai jamais eu de chance, à chaque fois au jour dit, « peau d’zeb » le ciel était couvert, la météo défavorable.

    Et dire que des « non spécialement passionnés » par de tels événements (si différents des « non événements » que sont la naissance d’un bébé princier ou le score du PSG à un match de finale) ont pu, eux, observer une éclipse, un alignement de planètes, dans des condtions favorables, sans qu’ils aient à tout prix cherché à voir !

     

  • Petit conte de science fiction en rapport avec l'avortement

    … Suite à des manipulations génétiques sous intelligence artificielle et robotique, des fœtus de 1 à 6 semaines se virent dotés de sentiments, d’émotions, de « choses en eux ressenties » et, par une  télépathie créée par l’intelligence artificielle, « communiquèrent » entre eux et décidèrent de se fédérer en un collectif ayant pour objectif de faire reconnaître leur existence, leur capacité à avoir des sentiments, des émotions, de souffrir ; et revendiquèrent leur droit à la vie…

    L’on alla jusqu’à même réellement voir des fœtus de moins de 6 semaines, expulsés délibérément, se rassembler, petits êtres avortés tout encore gélatineux de constitution, se tenant non pas par la main (non encore formée) mais par le cordon ombilical, en des manifestations de centaines voire de milliers de ces formes gélatineuses à l’apparence de méduses, criant d’une petite voix aiguë « halte à l’assassinat » et « nous sommes des êtres vivants et en l’occurrence déjà des hommes et des femmes »…

    Un autre collectif, celui là, contestataire et formé de vrais humains bien nés après 9 mois de gestation, s’organisa en commandos casseurs de robots et d’intelligences artificielles.

    D’autres collectifs, religieux ceux là, prirent le parti de l’intelligence artificielle créatrice de jeunes fœtus de moins de 6 semaines dotés d’émotions et de sentiments, intelligence artificielle qui selon eux, « devait convaincre les hésitants se posant la question de la vie fœtale de moins de 6 semaines »…

    Dieu, Allah et Jéhovah, abdiquèrent, spectateurs qu’ils étaient, de ces collectifs de religieux et de leurs chapelles toutes aussi ardentes les unes que les autres ; ainsi que de ces fœtus expulsés « manoufant/revendiquant » (sans pancartes mais « pré-regard » haut levé)…

     

     

  • Le religieux dans la vie publique

    … Comment ne pas avoir la haine du religieux lorsque le religieux s’impose et régit la vie des gens au quotidien ?

    Le religieux, rappelons le, c’est une continuité dans la religion : le Judaïsme avec l’Ancien Testament et la Torah, puis le Christianisme avec la Bible et le Nouveau Testament – qui, il faut le dire ne désactualise pas l’Ancien Testament, puis l’Islam avec le Coran…

    L’on retouve dans la Torah, dans la Bible et dans le Coran, les mêmes directives, les mêmes préceptes, les mêmes interdits… Et le même statut de la femme dans la société…

    Comment ne pas avoir la haine du religieux lorsque dans le monde d’aujourd’hui du 21ème siècle (le monde politique et social des états, des républiques, des royaumes, partout sur la planète), ce sont les intégrismes religieux qui se développent et envahissent de plus en plus, l’espace public ?

    Catholiques, Protestants, Évangélistes, Musulmans, Juifs, tous dans vos intégrismes je vous hais !

    Politiques, les unes de droite traditionnelle, les autres de gauche libérale et sociale, d’autres encore d’une gauche plus engagée à gauche ou d’une droite plus engagée dans une droite de la Chrétienté… Toutes je vous hais pour vos complaisances, pour vos tolérances, pour vos abdications ou vos compromissions en face du religieux qu’en aucune façon vous combattez et ne combattrez jamais quoique vous prétendez notamment lorsque le religieux assassine, pose des bombes (ce qui bien sûr vous choque et vous fait donner de vos polices… Mais ne disparaît pas pour autant)…

    Honte aux législateurs des États Unis d’Amérique qui envisagent de retirer le droit à l’avortement ! … À ce propos, est-ce qu’un fœtus de 6 semaines peut-être considéré comme un être vivant avec du ressenti, des émotions, alors qu’il n’est qu’un organisme en formation sans rien encore de ce qui fait, caractérise, identifie un être vivant ? Qu’un fœtus de 4 mois soit réellement un bébé bien vivant dans le ventre de sa mère, cela oui, c’est évident ; mais pas un fœtus de 6 semaines ! ( j’attends vos objections, vos scrupules, vos morales, votre sens de « l’éthique de la vie », les « ceu’s zé celles » qui, sans être des croyants en une religion, ne sont pas moins à leur manière selon l’idée dominante du moment, des intégristes autant que des intégristes religieux )…

    Honte à toutes les sociétés, à tous les pays, à tous les états ; honte au monde du Travail et de l’Emploi , qui n’ont pas instauré l’égalité des salaires entre les hommes et les femmes !

    Le statut de la Femme dans les sociétés Chrétiennes, Juives et Musulmanes intégristes ou le devenant, est un statut ignoble, totalement indigne d’une civilisation ! Je hais ce statut ! Je hais les intégrismes religieux ! Je hais les religions parce qu’au bout du compte, qu’on le veuille ou non, elles se font complaisantes et abdiquent en face des intégrismes en laissant croire qu’elles combattent les intégrismes…

     

     

  • Quel intérêt pour un auteur d'ouvrage ...

    … Quel intérêt pour un auteur d’ouvrage (de type « souvenirs, anecdotes, mémoires », ou de roman, d’essai, de récit)… Y – a – t’il, de publier un livre à compte d’auteur, ou même en format numérique « en ligne » ?

    Sachant que, dans le meilleur des cas, le livre ou l’ouvrage, publié à compte d’auteur, ne le sera vraisemblablement qu’en 300, 500 exemplaires dont un certain nombre de ces exemplaires au bout d’un an, finiront au pilon, ou seront remis à l’auteur en expédition colis à ses frais, pour être rangés dans un carton en quelque pièce de débarras ?

    Sachant, pour le même ouvrage en format numérique, qu’il ne sera téléchargé (et vu et ou lu) que par quelques éventuels lecteurs ?

    L’intérêt réel n’est-il pas celui de voir sa production écrite, vue et lue par – non pas en un an par à peine 10 à 100 lecteurs – mais en 1 jour, en 1 semaine, en 1 mois, en 1 an ; par au moins 10 fois plus de lecteurs, sur la Toile, donc sur un blog, sur un site, sur un forum, sur une page Facebook ?

    En effet, même dans le cas d’un auditoire ou d’un lectorat limité à 100, 200, 300 abonnés ou « amis », ce que l’on produit sera toujours au moins 10 fois plus vu ou lu – sur une période d’un an par exemple – que l’ouvrage à compte d’auteur, publié et en étalage 3 mois à la Maison de la Presse du coin… Que les « gens du coin » d’ailleurs, ne remarqueront qu’à peine, indifférents qu’ils sont…

     

  • Le courant de la modernité présente et en devenir

    … Dans les domaines de l’habitat et des aménagements intérieurs de maisons et d’appartements, de l’habillement – féminin surtout mais aussi presque autant masculin ainsi que des adolescents, jeunes adultes et « seniors » jusqu’à plus de 75 ans - , des modes de vie et des loisirs, de la culture, de la consommation en particulier alimentaire ; du travail, des activités professionnelles dans leur environnement (espace, relation, rapports entre salariés et cadres et patrons)… Tout cela donc évoluant dans le courant de cette modernité ambiante… Diverses, parfois en opposition, sont les manières des uns et des autres, d’appréhender, de considérer, de s’intégrer ou non, dans le courant de la modernité ambiante.

     

    Les différences – peut-être – les plus marquées, sont visibles dans le domaine de l’habitat et des aménagements intérieurs… Où en majorité dans les pays développés, la modernité ambiante est celle des grands espaces à vivre avec équipement de cuisine et salon sans séparation, des maisons à l’architecture géométrique avec de grandes ouvertures… Cette modernité ambiante «tranchant très nettement » avec les habitats « à l’ancienne » ou « ne payant guère de mine » ou encore sans aménagement déterminé, « de bric et de broc », sans le moindre esthétisme, et de surcroît peu pratique…

     

    Les jeunes adultes, notamment ceux vivant en couple et avec des enfants, privilégient ces habitats de grands espaces à vivre, ces maisons et appartements aux aménagements intérieurs actuels dans le courant de la modernité… Ainsi d’ailleurs que des personnes plus âgées vivant seules ou en couple…

     

    Il y a aussi dans le courant de la modernité présente et en devenir, celui qui est le plus évident, le plus marquant, le plus différent de ce qui, avant, entrait dans la vie quotidienne des gens ; c’est la modernité liée à la présence sans cesse croissante des technologies de la communication avec les téléphones portables, l’internet, l’informatique, le numérique, la robotique, et tous les nouveaux équipements, appareils connectés…

     

    Je ne fais jamais de discrimination, n’émets jamais de critique négative, à l’égard des personnes, jeunes ou moins jeunes, qui dans les domaines de la modernité actuelle et ambiante, que ce soit au sujet de l’apparence de leur habitation et de leur aménagement intérieur, du fait qu’ils n’ont pas d’internet, n’utilisent pas de smartphone, ne disposent chez eux d’aucun appareil technologique nouveau et en vogue ; ont fait le choix délibéré et assumé (ou tout simplement parce qu’ils n’ont pas adhéré aux nouvelles technologies), pour certains d’entre eux, de se passer d’internet et de tous ces appareils.

     

    Personnellement, le rapport qui est le mien à la modernité, demeure pour l’essentiel celui que j’ai avec l’internet et, en général, avec tout équipement technologique nouveau, accessible et dans un but utilitaire… En revanche je suis indifférent et sans motivation en ce qui concerne l’apparence (extérieure et intérieure) d’une habitation… Mais curieux, observateur, reconnaissant, cependant, lorsque je me trouve occasionnellement dans un environnement de modernité…