Mes écrits du 5 nov au 20 déc 2012

Mes écrits du 5 novembre au 20 décembre 2012

du-5-nov-au-20-dec-2012.pdf du-5-nov-au-20-dec-2012.pdf

Extraits :

La femme mutilée

 

    Soixante-dix millions de femmes sur cette planète ont subi l'ablation du clitoris (excision)...

Principalement dans les pays d'Afrique Noire, du Sénégal jusqu'à la Somalie, et dans les régions subsahariennes et du centre de l'Afrique ; et dans diverses autres parties du monde allant du moyen orient à l'Indonésie...  Sans compter les communautés disséminées à travers le monde, Europe ou Amérique, où l'on pratique l'excision...

 

 

Si la tolérance est un bien pour l'humanité, il y a des limites et l'excision en est une.  L'excision des filles et des femmes  ne peut être acceptée, tolérée et encore moins être légalisée. L'excision est une pratique qui doit être dénoncée, combattue et éradiquée... Les exciseurs -qui d'ailleurs ne sont pas forcément des hommes mais aussi dans certaines familles, des femmes elles-mêmes- sont des tortionnaires et ne méritent aucun respect pour leur personne. L'excision est une pratique honteuse, inhumaine, barbare et absurde...

 

Il faut savoir aussi que l'excision n'a rien à voir avec l'Islam (sauf sans doute chez des intégristes qui par le passé, avant d'être musulmans, pratiquaient l'excision dans une société cultuelle (sorciers, marabouts, etc.)

Les seules lignes dans le Coran à ce sujet, condamnent et interdisent cette pratique...

 

... Comment cela se fait-il, que dans les pays où l'excision est pratiquée "couramment" (comme en Egypte par exemple, ou même certains pays d'Afrique Noire pourtant "évolués")... Ces mêmes pays, enfin les gouvernements de ces pays, n'édictent pas des lois pour interdire cette pratique? (Moubarak l'a fait en Egypte, mais les Frères Musulmans subissent la pression des Salafistes)... 

Un gouvernement, qui est-ce qui le fait, sinon le peuple? (à moins que ce soit un gouvernement de dictateur ou de souverain ayant tous pouvoirs)...

 

... Voici la liste des pays dans lesquels il n'existe aucune loi condamnant/interdisant formellement l'excision:

Ethiopie, Erythrée, Mali, Sierra léone, Somalie et Soudan, où 85 % des femmes sont excisées... 

Gambie, Guinée Bissau, Kenya, Libéria, Mauritanie, Tchad, où une partie seulement des femmes sont excisées (selon leurs origines ethniques et cultuelles), 

Cameroun, Niger, Nigéria, Ouganda, Congo, où moins de 25 % des femmes sont excisées...

 

... Voici maintenant la liste des pays qui ont longtemps pratiqué l'excision des femmes, mais qui récemment (en gros après 1995) l'ont condamnée et l'interdisent désormais :

Guinée, Djibouti, Egypte (mais il y a encore en Egypte 85% des femmes excisées), Burkina Faso, République Centafricaine, Côte d'Ivoire, Sénégal, Tanzanie, Togo.

 

... En Indonésie (plus de deux cents millions d'habitants) : "ce serait en voie d'interdiction" ... Mais ce n'est pas encore fait, d'autant plus qu'un décret de 2006 interdisant l'excision dans ce pays, a été abrogé en 2008... 

 

... Il ne faut pas oublier que dans ces pays qui pratiquent l'excision des femmes et des filles et n'ont pas de loi pour l'interdire, il y a des gens qui combattent, s'insurgent contre cette pratique : ce sont en général des intellectuels, écrivains, poètes, enfin des gens "d'une certaine éducation". Ceux là, il faut leur rendre hommage, recueillir leurs témoignages, lire leurs oeuvres, et les aider dans leur combat contre l'obscurantisme religieux ou cultuel... Dans "ces pays là" ces résistants à l'obscurantisme sont souvent malmenés, emprisonnés voire assassinés... Mais le reste de la population ainsi que ceux qui dirigent, semblent bien s'accorder de ces pratiques ancestrales et "trouvent normal, obligatoire", que les femmes et les filles soient excisées : il faudra du temps pour que cela disparaisse !

Au début du 3 ème millénaire, 70 millions de femmes de par le monde, excisées, c'est un scandale ! Une aberration ! Une violence faite à l'intimité de la femme ! (Rien que de penser à "l'opération", cela me fait mal "quelque part comme si j'étais une femme" à tel point que j'en ressens en moi le déchirement, la coupure, la douleur, l'humiliation... Et j'imagine au delà du jour où une petite fille subit cela, quelle sera la vie pour elle plus tard, sans ressentir ce qu'il est normal pour une femme de ressentir...  La frustration, la soumission au mâle... Oh, quelle horreur, quelle horreur absolue, quelle insulte, quelle salissure à la Féminité !

Une femme n'est-elle pas, à elle seule, toute la féminité ? 

Exciseurs, j'ose le dire "vous n'êtes pas des humains comme les autres", et s'il y a des femmes parmi vous (et il y en a), alors ces femmes ne sont pas "tout à fait des femmes"... Je vous le dis, exciseurs : les singes qui sont comme vous des primates, "ne font pas ça à leurs petites" !

Encore faut-il noter que les gens en général dans les pays où l'on pratique l'excision, agissent par habitude ancestrale et par conditionnement cultuel et sociétal, et qu'ils n'ont  donc pas la conscience aiguë de la brutalité de leur  acte, d'où la nécessité de  "déconditionner" ces gens... Mais les plus "irréductibles" doivent être empêchés de force  puisque jamais ils ne seront convaincus de la nécessité d'abandonner cette pratique.

... Ce que je dis là au sujet de l'excision, il faut le dire ! Et qui osera, oserait... Me contredire,  défendre cette pratique ?... Au risque de s'attirer les foudres de tous ceux et celles qui pensent comme moi au sujet de l'excision...

La tolérance oui, l'horreur non !

 

L'incivilité dans les trains

 

    Parfois, le midi j'écoute "Les grandes gueules" à la radio... Aujourd'hui le "grand sujet" était "l'incivilité dans les les trains" (TGV, grandes lignes, trains de banlieue, TER, etc.) ...

Depuis le 1er janvier 2010, je n'ai plus eu l'occasion de prendre le train (c'était un Paris Montparnasse - Dax en TGV)...

Je dirais déjà une chose : "je trouve que prendre le train aujourd'hui, c'est à peine un peu moins pire que de devoir aller à l'hôpital"...

Ce qui "m'emmerde le plus" (et me fout en rage à chaque fois) dans les trains, et en particulier dans le TGV, ce sont tous ces genoux et tous ces coudes qui dépassent et contre lesquels tu es forcé de buter quand tu avances dans le couloir (fort étroit) du TGV... Eh bien moi, je vous le dis, quand je monte dans le TGV et que je cherche ma place, en avançant tant bien que mal avec mon sac à dos et éventuellement une valise, tant pis pour les coudes et pour les genoux que je heurte ! Et hors de question que je m'excuse ! D'ailleurs ce sont 9 fois sur 10 des coudes et des genoux d'homme! (les femmes sont -assez souvent- "plus chic et plus classe" sauf quelques "petites jeunes et moins jeunes", piercings et  blouson bouffant ras du nombril)... Et lorsque je suis enfin assis, et pour toute la durée du trajet, mon coude et ou mon genou, eh bien je veille à ne pas le faire dépasser dans le couloir !

... Et, pour continuer sur ce sujet... Ce qui me désole (mais que je "comprends tout de même un peu") ce sont tous ces gens (et pas forcément des jeunes) qui écoutent de la musique, qui phonitent, oreillette dans le trou de l'oreille, ou qui i-phonisent ou ordi-internettisent tout le voyage durant sans lever le nez une seule fois que tu te demandes, assis en face, s'il y a vraiment un visage en dessous du coussin de cheveux...

Certes l'on voit -encore- des personnes lisant des livres, et en particulier -oh, petit frisson d'émerveillement sinon même de régal- quelque "jeune femme chic" les jambes croisées, qui te gratifie de son "meilleur profil" de visage, et tournant une page du livre... (et de surcroît, le livre est  un livre de poésie ou de littérature)... En général ces femmes là ne sont guère en futal serré piercings impossiblement placés et blouson bouffant ras du nombril...

... Et il y aussi ceux qui dorment ou plutôt somnolent, et qui, lorsqu'ils se réveillent, regardent autour d'eux -sans rien voir d'ailleurs- et dont le regard ne croisera jamais ton regard de tout le voyage...

...Et il y a encore ceux ou celles qui, d'un air aussi pincé qu'étriqué -que cela en est presque émouvant-, sortent de leur petit sac de voyage un sandwich club qu'ils mordent plus ou moins délicatement, et dont la fragrance de cornichon ou de mayonnaise te monte aux narines...

À vrai dire, les outrecuidants, les teigneux, les exhibitionnistes de leur apparence vestimentaire ou autre, les "sans-gêne", les agressifs, les vraiment désagréables... Ne sont pas ce que l'on rencontre le plus souvent, dans les trains, en particulier dans les TGV... Quoi que dans certains trains de banlieue parisienne ce soit "autre chose" (et assez effrayant)...

Il y a seulement - mais d'une pesanteur qui n'est que rarement perçue parce qu'on s'en fout- une indifférence générale, un grand et long silence blême sans aucun rêve qui vient crever la bulle dans laquelle tu vis et tu t'existes...

 

 

 

Réflexion sur la qualité littéraire...

 

... Un bien vieux débat à vrai dire, et qui n'en finit pas d'ailleurs !... Ou que l'on éclipse dans la mesure où modes et tendances font la qualité ...

Dans "Comment lire" d'Ezra Pound, l'auteur esquisse une classification qualitative des oeuvres littéraires...

Ainsi distingue-t-il pour les auteurs :

-Les inventeurs

-Les maîtres

-Les dilueurs

-Le gros de la production littéraire

-Les faiseurs d'engouement

 

Azra Pound écrit :

 

"Il suffit de savoir à quoi s'en tenir quant aux deux premières catégories pour être à même d'évaluer au premier regard quasiment n'importe quel livre inconnu..."

 

... Je serais assez d'accord avec la classification d'Ezra Pound... Mais à quelque nuance près :

 

Les inventeurs et les maîtres, sur le dernier barreau en haut de l'échelle, ensemble... Car l'inventeur seul, ou le maître seul ne peut être au dessus à lui seul...

Ce sont les inventeurs qui sont en même temps des maîtres, "qui font faire un pas en avant à l'humanité" (ou plutôt à l'humanité par la littérature mais aussi à l'humanité par l'art, par la science, par la philosophie)...

En littérature par exemple, par le "Nouveau Roman"...

Mais cela ne peut être, ce que je dis là au sujet des "inventeurs et maîtres" une certitude ou une affirmation... Autrement dit peut-on parler d'un pas en avant pour l'humanité, par la littérature en l'occurrence, avec le "Nouveau Roman" ou tout autre genre littéraire jusqu'alors inconnu ?

Les dilueurs et le gros de la production écrite, je place tout cela sur le barreau de l'échelle situé juste au milieu.

Quant aux faiseurs d'engouement, je les place tous sur le dernier barreau de l'échelle, tout à fait en bas...

 

En somme, l'échelle n'aurait que trois barreaux, très espacés les uns des autres.

Avec de très grandes jambes et par un très grand effort, peut-être parvient-on à poser le pied sur le barreau du milieu...

Avec de lestes et -ou-jolies jambes même sans grande force peut-être parvient-on à poser le pied sur le premier barreau en bas...

Mais pour poser directement le pied sur le dernier barreau en haut, alors il faut des ailes !

 

... Nous savons tous, consciemment ou non ; que le meilleur, le plus novateur, le plus révolutionnaire, de ce qui peut être produit en matière de littérature, de philosophie, de réflexion, de science, d'art... Ne peut changer le monde, ne peut même la plupart du temps, changer la vie en soi ou changer la vie des personnes qui nous sont proches et que l'on aime... Mais seulement "ouvrir une porte ou un passage", une porte ou un passage que l'on emprunte juste durant le temps de l'émotion que l'ouverture  a suscité...

Dans le prolongement de l'émotion il faudrait déjà que la réflexion s'installe, et se mette à couler dans notre esprit comme le sang dans nos veines irriguant nos tissus, nos muscles, nos organes...

... "Évaluer au premier regard quasiment n'importe quel livre inconnu" ... Comme l'écrit Ezra Pound...

Mais des livres inconnus il y en a beaucoup... Et parmi ces livres là, des livres qui sont inconnus pour la seule raison qu'ils ne sont pas lus alors même qu'ils existent...

C'est sans doute que les "faiseurs d'engouement" ne dérangent pas, sont tous "aseptisés" et nous mènent sur les chemins que nous préférons suivre... Avec de temps à autre quelque paysage inattendu d'un côté ou de l'autre du chemin...

  

... Il faut noter cependant, l'engagement fasciste d'Ezra Pound, écrivain et critique (et musicien) Américain, de 1924 à 1945 dans l'Italie de Mussolini... Revenu dans son pays après la guerre en 1945, il fut inquiété par les autorités de son pays du fait de son engagement fasciste, mais ne fut pas jugé, et envoyé durant treize ans en hôpital psychiatrique (l'on préféra le déclarer "fou" plutôt que de devoir le traiter comme un criminel de guerre)... Après son séjour en hôpital psychiatrique il revint en Italie où il mourut à Venise en 1972...

Il n'en demeure pas moins que cet écrivain, critique, et musicien, fut le chef de file de plusieurs mouvements littéraires et artistiques modernistes dans les années vingt du siècle dernier... Il fait donc partie (à mon sens) de ces "inventeurs et maîtres" que l'on ne peut écarter à cause d'un engagement politique tel que le fascisme mussolinien, généralement condamné aujourd'hui (mais ayant néanmoins  des rejets qui ont bourgeonné puis fleuri)...

... Pour que le monde change- ou commence à changer vraiment- avec quelques écrivains, auteurs, artistes, intellectuels "chef-de-file"... Il faudrait déjà que s'écroule, et que meure peu à peu, le monde des préjugés, le monde du parti pris, le monde de l'aseptisé, le monde du soit-disant convenable, le monde du "ce qui doit se croire et se savoir", le monde de l'interdit et du condamnable pour telle ou telle raison dans l'expression par la littérature et par l'art... Et que s'ouvre cette porte ou ce passage au delà duquel la réflexion et le questionnement viendraient en prolongement de l'émotion suscitée au moment de l'ouverture du passage...

 

 

 

Chiens, chats et humains miséreux

 

     Certaines personnes en toutes nos cités, quartiers, villes et villages de France ou d’ailleurs, ont un destin misérable, solitaire et tragique…

Misérable, parce que déficientes intellectuellement ou peu favorisées par la nature comme on dit, déconsidérées dans leur famille depuis leur enfance, ces personnes là n’ont pu s’intégrer dans la communauté humaine, exercer un emploi ni s’installer comme il convient pour la plupart d’entre nous, dans une vie « normale ».

Solitaire, parce que tout ce qui  dessert ces personnes aux yeux du monde les confine en une existence sans relations, et donc sans repères affectifs, et sans domicile parfois.

Tragique, parce que les années passent, les déficiences s’accroissent, la misère et la solitude se font encore plus écrasantes, plus invalidantes.

Ces personnes là meurent souvent seules dans un recoin de leur maison, dans un logement exigu et insalubre, dans la rue ou dans un couloir d’hôpital…Après avoir vécu dans une crasse épouvantable au milieu d’objets, de hardes, de meubles déglingués et de nourritures avariées.

Pour les chiens et les chats miséreux qui n'ont pas de maison, il y a la SPA… Avant l'incinérateur...

Pour les humains miséreux et solitaires , il n’y a que le mépris, les refuges provisoires, la moquerie universelle et pour finir… La fosse commune sans nom ni inscription.

Le 21 juillet 1969, lorsque des hommes ont marché sur la lune et qu’autour du Palais de la Découverte à Paris tout le monde s’embrassait, pas de bise sur les joues des humains miséreux et solitaires… Et il en sera de même, le jour où l’homme découvrira qu’il n’est pas seul dans l’univers...

Elle est bien raide tout de même cette vie! D'un côté les restaurants du coeur, le Téléthon, l'Avent, les dîners de fête en famille... Et les sommiers qui "gniguegniguent" sous les amoureux ; et de l'autre côté nos exclus qui crèvent dans la solitude !

 

... J'avais écrit ce texte en 2005, et cette nouvelle version présentée ici, n'est guère différente à quelques mots près...

J'ai pensé qu'en cette période de l'Avent, qui précède Noël, la Saint Sylvestre et le jour de l'An, ce texte pouvait être "tout à fait d'actualité"...

 

... Bien sûr quand on pense à ces personnes miséreuses et solitaires, on pense surtout, en fait, à des gens dans une grande pauvreté, des chômeurs en fin de droits, des personnes âgées démunies et sans relations et de surcroît en mauvaise santé ; des personnes dont le comportement peut paraître dérangeant, ou qui sont intellectuellement déficientes et dont on
se moque...  Mais il y a aussi des personnes comme vous et moi, dans une "mauvaise passe" à la suite d'une "fracture relationnelle", d'un divorce, d'une trahison ; des personnes qui ont été abusées, trompées, bafouées, et qui en réalité ont un très grand coeur mais ne sachant pas toujours bien se défendre, se retrouvent isolées, meurtries, dépossédées et sans vrais amis autour d'elles... Car "c'est bien connu, quand tout va, c'est un va-et vient de copains, de connaissances,  mais quand plus rien ne va, t'es plus bon à rien, tout le monde fout le camp, se détourne de toi et alors c'est le désert ! "

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

a href="http://www.hebdo-landes.com" target="_top">Référencé sur Hebdo Landes !