écrits du 7 nov au 30 déc 2013

textes articles notes 7 nov 30 déc 2013

 

7 nov au 30 d c 20137 nov au 30 d c 2013 (175.37 Ko)

EXTRAITS : 

Le silence

 

C'est un immense silence qui surgit

Envahit et écrase

Je ne sais comment dire

Un silence qui surgit

Reçu comme une gifle

Un désaveu de cette violente et vertigineuse poussée

Qui te fait être et dire de tout ton être

Un immense silence qui contient tout

Et le monde et tout ce que tu n'es pas

Et la violente et vertigineuse poussée

Te paraît vaine

Dépouillée de toute sa consistance

Et tous les moteurs autour de toi bruissent et s'activent

Tous ces moteurs qui chacun à leur manière fonctionnent

Nécessaires et d'une présence qui te force

À ne plus être à ne plus dire

Ainsi vient la panne

La panne de ton moteur

Le halètement arrêté

Les pales en l'air immobiles et encore toutes chaudes

Et si tu parvenais à emplir ce silence

Ce silence comme un vide

De la présence de toi

Et de la présence de tout ce qui se voit et s'exprime autour de toi ?

Non tu n'y parviens pas

Et qui d'ailleurs peut y parvenir ?

Il y a peut-être dans ce silence qui surgit

Envahit et écrase

Je ne sais comment dire

Une réponse

Une réponse que tu n'écoutes pas

Que personne n'écoute

 

Il a loupé la manouf !

 

 

 

Il a loupé la manouf

 

La Grand' Manouf des Retraités contre l'Austérité

 

Qui devait commencer à neuf plomb' du mat' ce vingt six novembre

 

Mais il gelait gelait

 

Il gelait fort encore à neuf plomb' ce vingt six nono

 

Il s'était pas levé assez tôt

 

Le jeune retraité de la Poste qu'avait connu jadis en ses trente balais

 

La poste pététique

 

Et en fin de carrière la poste financière des Zobs Jectifs et des Compètes de la loi des Marchés

 

Il a loupé la manouf

 

Y f'sait trop froid

 

Sa bagnole pieutait dehors vitres gelées

 

Il eût fallu s'magner le cul

 

Pour s'radiner à la manouf

 

A la Grand' Manouf des retraités contre l'Austérité

 

Il avait passé trente huit ans d'sa vie à se lever tôt les matins de gel

 

Le robinet du lavabo tardant à couler chaud

 

Et trouvé trop dur trop hard

 

Jeune retraité devenu

 

De s'magner le cul pour s'radiner à la Grand' Manouf

 

De gratter les vitres de sa bagnole

 

Dame c'est que le combat

 

Le grand combat au cri de tous ensemble tous ensemble

 

Exige autant de s'magner le cul par moins dix à neuf plomb' du mat

 

Que du temps de la poste pététique des années soixante dix

 

Que du temps de la poste des Zobs Jectifs des années deux mille trois deux mille quatre

 

Où il fallait se lever tôt le matin par moins dix

 

Et en plus faire la brisée devant sa maison

 

Et merde

 

Sans être plus feignant qu'un autre

 

Le jeune retraité de la poste qu'avait connu jadis la poste pététique

 

Eh bien il l'a loupue loupue la manouf !

 

Dame c'est qu'à trois plomb' d'laprèmdiyou et de préférence sans pluie sans neige

 

C'est plus com'fort'

 

Pour les manoufs toutes les manoufs

 

Quoiqu'ça fasse un peu court pour la sieste

 

Et à part ça les copains d'la CGT

 

Ils t'oublient pas pour les dix euros d'la tombola d'décembre

 

Et jamais jamais ils lisent tes écrits pirate

 

Tes écrits pirate qui eux

 

Manouffent autrement que toutes les manoufs

 

Noël n'est pas mort

 

Et voici venir décembre le dernier mois de l'année, du téléthon, de l'Avent, de Noël, des jouets et des cadeaux...

Noël n'est pas mort et il faut le dire haut et fort contre tout ce qui nous fait dire en sourdine au fond de soi, que "Noël est mort"... Ou qui nous le fait dire comme pour exorciser l'idée que "Noël est mort"...

Noël n'est pas mort, avec ou sans sapin, avec des joujous, des gadgets, du foie gras, des "noëlleries made in China", des chocolats à la tonne ou rien de rien de tout cela...

Noël n'est pas mort, il y a encore des gens qui s'aiment, des tendresses et des affections qui ne s'affichent pas sur facebook, des familles qui "recomposées ou non", sont des monuments de relation humaine à en demeurer pétrifié d'émotion et d'admiration à leur pied...

Noël n'est pas mort, chrétien ou pas chrétien ou incroyant que l'on soit...

Noël n'est pas mort et aura le dernier mot contre toutes désespérances...

Noël n'est pas mort là où l'on croit qu'il est mort...

Puisqu'il défie les guerres, les bombes, les chutes de neige qui coupent l'électricité le téléphone et l'internet...

Noël n'est pas mort, il se révolte et renverse les barricades de l'ennemour , et relie plus fort que par les réseaux sociaux du Net, des gens de par le monde...

Des lèvres et des doigts traversent les océans et les continents et viennent se poser sur les visages , comme tombés des aiguilles du sapin...

Noël n'est pas mort, il réveille les morts ensevelis dans les vies que nous menons, et empêche les vivants de mourir quand il les lumine, au moins durant le temps qu'il les lumine...

LE  PERNOHEL

 

Une bordée de flèches sur le renne de tête du Pernohel

Le convoi part à la dérive dans les cieux glacés

La hotte du Pernohel dégringole avec sa tonne de joujoux

Le Pernohel ouvre son parachute

Il descend lentement

L’on ne voit qu'un gros derrière en chute libre

Un gros derrière tout barbouillé de chocolat au lait

Qui va puer le nez haut levé des enfants bien élevés assis sans bouger

 

Un gros crachat véreux bien gras bien vert sur la motte de beurre d’escargot qui déborde d’un grand plat ovale au rayon charcuterie d'Intermarché

Une mouche crevée sur le canard à l’orange en vitrine chez Madame la bouchère

Des crevettes qui puent le sexe sale dans leurs barquettes au rayon poissonnerie de Shopi

Des fromages démoniaques qui tremblotent sous leur cloche sur le buffet de tati

Le gâteau affaissé dont la crème coule sur une nappe souillée au réfectoire de la Maison de Retraite

Visages caramélisés et Grands Immortels de la littérature et de la peinture et du cinéma

Joujoux déglingués empilés sur le trottoir à côté des poubelles renversées dès le lendemain de la fête des Rois

Beurre d’escargot refroidi dans les assiettes de la veille au soir et Vérités Éternelles la gueule de bois et des gargouillis dans le bide

Canard à l'orange fleurant le beurre rance dans le frigo qui ferme plus et Sérénades Sacralisées c'est reparti mon kiki pour un tour de téterre

Ricomdiyou ouiv' cucuse de réception au deux de l'an du voisin tatillon

Un tracteur de gosse sans ses roues de derrière et un nounours unijambiste aux Emaüs

Adieu à la revoyure Monsieur le Pernohel

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

a href="http://www.hebdo-landes.com" target="_top">Référencé sur Hebdo Landes !