Ecrits 12 sept 30 oct 2012

Ecrits du 12 sept au 30 oct 2012

https://skydrive.live.com/redir?resid=9D31F6EFB6D490A4!644

EXTRAITS :

Entre conviction religieuse et fanatisme...

 

... Il y a une grande, très grande différence.

 

  Je suis absolument atterré, bouleversé, par cette "flambée de haine et de violence" qui survient et s'étend, et embrase les esprits, à la suite de la diffusion de ce film islamophobe, ce film qui, soit-dit en passant, n'est pas une oeuvre d'art...

Mais il faut noter cependant, que cette "flambée de violence et de haine" est attisée par  des groupes extrémistes qui l'entretiennent, entrainent des foules de manifestants à travers le monde, et se livrent à des attentats contre des intérêts américains... Si les Musulmans sont tous choqués par ce film, il n'en demeure pas moins que la plupart d'entre eux, même s'ils manifestent publiquement leur colère, pensent que leur foi n'est pas compatible avec la haine et la violence.

Une véritable oeuvre d'art, qu'elle soit littéraire ou artistique, cinématographique, théâtrale, ou même qu'elle soit caricaturale, qu'elle soit l'expression d'une contestation, d'une révolte, qu'elle soit "combattante et engagée", qu'elle soit partisane même, et fondée sur de l'émotion... Parce qu'elle demeure et s'affirme "une oeuvre d'art"... Ne blesse pas un être dans sa chair, dans son esprit, dans son intimité profonde, dans sa croyance, cette croyance qu'il a au fond de lui et qui lui est chère... Certes, elle peut le déranger, l'agacer, susciter en lui de la révolte, de la résistance... Mais jamais le blesser comme on blesse, comme on maltraite avec rage, avec cruauté, un être à terre en lui donnant des coups de pied dans le ventre ou dans la tête... Ou comme on blesse aussi, un être dont on ne partage pas du tout les convictions et auquel on nuit sciemment...

Il y aurait là, toute une réflexion qui devrait s'imposer naturellement, au sujet de ce qu'on a envie d'exprimer, dans tel ou tel contexte, dans telle ou telle situation, en présence de telle ou telle personne ou ensemble de personnes, que ce soit sous une forme écrite, artistique ou autre... Autrement dit (c'est ainsi que je "vois les choses") : aller jusqu'à y mettre "jusqu'au fond du coeur de son réacteur", mais dans la contestation, dans la révolte, dans la caricature, dans l'humour le plus décapant qui soit, finir par laisser "transpirer" une "certaine mansuétude", une sorte de "bienveillance" qui ne s'assimile pas à de la complaisance ou du "laisser aller"... (une manière en quelque sorte, de ne pas blesser l'autre dans sa chair, dans son intimité, dans sa croyance profonde ; tout en s'opposant à lui ou en le "tourneboulant" ou le caricaturant)... 

La parole, ou toute forme d'expression, artistique ou non ; c'est, dirais-je, "de l'acte sans l'acte lui-même", de l'acte qui serait, si la possibilité de l'acte était, sans que rien ne retienne l'acte...

La conviction religieuse qui fait d'un être humain un croyant en un dieu (mais pas forcément un "pratiquant")... Je la conçois, je la reconnais, je la respecte... Mais je pense que la conviction religieuse n'est pas "compatible" avec la haine et avec la violence... S'il y a haine et violence, il n'y a plus "conviction religieuse" mais fanatisme... C'est à dire que la conviction religieuse, par la croyance en un dieu et par la croyance que ce dieu fonde une Loi, devient alors fanatisme, ou une sorte de dictature et l'objectif du fanatique est clair : imposer au monde sa "vision" par la force, par l'autorité, par la guerre... C'est, ni plus ni moins, l'éternel combat (meurtrier et guerrier) du "Bien" contre le "Mal"... Et, avec "l'éternel combat", l'idée que ce combat est une nécessité, une nécessité absolue et incontournable et qui doit donc opposer les combattants jusqu'à ce que "mort s'ensuive" pour l'une ou l'autre des "deux armées"... Si je m'imagine "dans la peau" (et dans l'esprit ou dans l'âme et dans la chair) d'un croyant, d'un croyant dans une réflexion profonde, dans une recherche de "vérité" (qui s'apparente à mon sens à une réflexion philosophique et culturelle)... Je n'arrive pas à concevoir un dieu qui se satisfasse d'un tel dessein, pour l'être humain (ce dessein étant celui du "combat éternel" jusqu'à l'éliminination de l'un des "deux camps")... Je concevrais plutôt un dieu qui se serait fixé pour objectif, de faire que l'être humain arrive à se libérer de l'emprise de ce destin, c'est à dire de l'emprise de la fatalité...

 

... Il y a, dans la révolte, dans la contestation, assez souvent je l'observe, du fanatisme... La révolte alors, par l'idéologie ou par la "vision du monde" qui la soutient et l'impulse, s'assimile à une religion, à une forme d'intégrisme qui engendre de la haine, de la violence, du parti-pris, de l'injustice, de l'arbitraire... Et il y a dans la révolte "quelque chose qui participe à la barbarie, à une ou à des formes de barbarie"...

En face de cette révolte là, qui semble s'imposer et participer à la "marche du monde", je m'interroge et en ce sens, je rejoins la pensée d'Albert Camus dans son livre "L'homme révolté" : la "vraie" révolte serait donc celle qui refuse ce destin imposé, orchestré, mis en scène et présenté comme le seul possible, et incontournable, fatal...

Je pense que la révolte "dans le sens où l'on l'entend et dans ses manifestations qui semblent les plus justifiées", en particulier lors de situations vécues inacceptables et dans lesquelles on peut être amené à prendre les armes et donc à tuer... Est, en somme, "comme une étape" ou "un pis aller", une sorte de "passage obligé"... Mais que, une fois cette expérience tragique vécue, un autre destin pourrait devenir possible : le destin de "l'homme révolté", de cet homme qui refuse la soumission au sens commun. Mais en ce sens, "l'ère de l'homme révolté" n'est pas encore commencée...

 

 

   

 

 

Les mots

 

    Les mots, si bien assemblés soient-ils et agréables à lire, ne sont rien sans l'esprit, sans la pensée, sans le rêve, sans le ton, sans le sens qui les anime... Mais il vaut mieux tout de même qu'ils soient "pas trop mal assemblés"...

C'est comme pour une jolie femme : cette femme n'est rien, si agréables que soient son visage et sa silhouette à regarder, vêtue tel un "as de pique"... Ou, bien pire encore, sans ce qui dans son regard, dans ce qui anime son visage, dans ce qui émane d'elle et que l'on pressent, nous fait rêver... Autrement dit, si rien ne se voit de tout cela parce que cela ne serait point ou presque, et qu'il ne demeurerait que cette beauté froide et inanimée...

Ainsi lors d'une prise de photo, lors de la réalisation d'une vidéo, parvenir à saisir ce que dit un regard, ce qui émane d'un visage, c'est faire d'une image qui n'est rien, si belle soit elle, une image vivante et qui vaut bien un beau texte de littérature avec du ton, de l'esprit, du sens et du rêve...

Mais cela, tout cela, le sens, le ton, l'esprit, la pensée, le rêve... Ne s'invente pas : cela est ou n'est point... Et si l'on force à être ce qui n'est point, c'est de l'imposture...

L'imposture est l'une des "quelques caractéristiques" de cette culture dévoyée et enfriquée qui produit d'une part une sorte d'analphabétisme béat et généralisé ; et d'autre part toute une flopée de gens de "haute volée qui font la pluie et le beau temps"...

 

Petit... ou gros bug sur Face de Bouc

 

... Des "choses privées" (messages, commentaires, divers propos, images et photos) normalement destinées à des proches ou à des amis "choisis"... Sur Facebook, ce vaste, très vaste univers de communication où tout le monde est sauf quelques uns -qui soit dit en passant on bien raison de ne point y être- se sont retrouvées catapultées on ne sait comment, dans le domaine public, de telle sorte que bon nombre d'entre elles ont pu être portées à la connaissance de tout un chacun y tombant dessus...

... "Cela me fait une belle jambe" dirais-je !

Et j'en ris, et n'en pleure point ! J'en ris très fort, parce que ça va faire "des tas d'histoires"... Et dire que "des gens très bien", hyper bien même, y sont, sur Facebook... à commencer par toutes nos grandes vedettes de la Télé, nos présentateurs Télé, nos artistes, chanteurs, animateurs, intellectuels, écrivains, etc. ...

Un vrai "foutoir", ce "Fas'd'bouc" ! ... Et je ne parle pas de Twitter, ce "ramassis" de gens de "haute volée qui font la pluie et le beau temps", et qui "nous pompent l'air" avec leurs milliers de petits messages en 140 caractères...

Facebook c'est la version 21 ème siècle de "jouer au cador"... Au départ, je pense que c'était une bonne idée de lancer sur la Toile un tel outil relationnel, mais il faut voir ce qu'on en a fait !

Oui, c'est vrai : sur Facebook moi-même j'y suis... Mais je ne m'y "promène" qu'occasionnellement, sans déodorant, même pas en "pirate", et juste que cet "univers" me sert en quelque sorte de "vitrine", un peu comme la vitrine d'une boutique genre bouquiniste des quais de la Seine dans une rue passante certes, mais une rue où l'on ne s'attarde guère à moins d'avoir une bonne raison d'y revenir...

 

 

 

 

Civilisations disparues

 

    Qu'en est-il de ces très lointaines civilisations disparues qui “auraient existé” ?

Bon nombre, à vrai dire un fort grand nombre d'ouvrages traitent de cette question, et ont été écrits pour la plupart d'entre eux par des scientifiques même, par des chercheurs, des explorateurs, des archéologues dont les travaux cependant ne sont pas toujours bien accueillis par la communauté scientifique...

En effet la science officielle, celle des facultés, des universités, la science du “sens du monde” en somme, nie l'existence de ces civilisations évoluées voire supérieures à la nôtre, qui auraient existé dans un passé très lointain... Une existence cependant, qui est avancée avec des “preuves” par les sciences dites ésotériques, occultes ou “parallèles”...

Personnellement, j'adhère à la science de la communauté scientifique mais avec quelques réserves tout de même... En revanche je n'accorde guère de crédit aux sciences ésotériques, occultes ou parallèles...

J'ai lu bon nombre de ces ouvrages dont certains d'ailleurs, “dégotés” en vide-grenier ou en brocantes, des ouvrages introuvables en librairies ou bibliothèques, d'anciennes éditions datant de plusieurs dizaines d'années ; et je dois reconnaître que dans le nombre, j'en ai trouvé quelques uns  “relativement crédibles” du moins en partie... Mais qui résistent mal à une analyse et à une réflexion profondes...

Mais dans l'ensemble je demeure assez sceptique.

L'imaginaire, la curiosité, la passion que l'on peut avoir de “ces choses d'un lointain passé”, toutes les questions que l'on se pose... Tout cela prédispose à un travail de l'esprit dirais-je, qui peut se faire insidieusement au détriment d'un travail de recherche et de réflexion s'appuyant sur des connaissances et des faits scientifiques...

Nous avons déjà bien sûr, les récits d'historiens de l'Antiquité (qui par la suite ont été repris, exploités et à partir desquels des recherches archéologiques furent faites)...

... Qu'en sera-t-il par exemple, de notre civilisation actuelle, celle qui englobe les 19ème, 20 ème et 21 ème siècles de notre Histoire... Dans "quelques milliers d'années"? (Je ne parle pas bien sûr d'une durée de temps équivalente à celle d'une ère géologique)...

Déjà, tout ce qui est en métal (fer, acier, la plupart des métaux) ne résiste pas à l'oxydation : nos boîtes de conserve, nos voitures à la casse, pylônes d'EDF, charpentes métalliques, structures métalliques de toutes sortes, seront réduits en poussière de rouille puis cette poussière s'agglomèrera à la terre... Et tout ce qui est en verre, en plastique, matériaux "composites", tout cela sera dégradé et disparaîtra au bout de quelques milliers d'années...

Quant à nos autoroutes, rails, voies de circulation, parkings de grandes surfaces commerciales, tout cela sera peu à peu enfoui sous la terre, sous la végétation, et disloqué, éclaté, et pour finir réduit en poussières et éclats divers agrégés à la terre...

Et les livres, et les ordinateurs, et les i-phones smartphones, et les clés USB, et les DVD, les CD et autres supports d'enregistrement de tout ce que l'on fait ? ...

Il ne restera rien, ou presque rien, de notre civilisation actuelle... Ce qui nous vient actuellement d'un passé très lointain, remontant à quelques milliers d'années, ne nous vient que de la pierre et de ce qui est gravé dans la pierre ; et de quelques matériaux (du moins ce qui en reste) ayant résisté à l'oxydation... Mais, au delà de ces milliers d'années de l'Histoire  toute entière, qui ne représentent qu'un temps très court à l'échelle de temps des ères géologiques, il ne demeure que des fossiles, ou encore des ossements ou des restes pris dans une sorte de gangue ou au fond de quelque cavité dans laquelle l'air et les micro-organismes ne se sont pas introduits...

Cela fait donc "fort peu", pour tenter de reconstituer une Histoire qui nous aurait précédé... Soit une Histoire d'avant la Préhistoire ou de durant la Préhistoire, et qui, bien que très différente de la nôtre, se serait apparentée (avec une autre technologie, une autre architecture, d'autres arts, une autre vie sociale et économique) à notre Histoire actuelle... 

Et puis, surtout, c'est l'écrit qui nous manque, les traces écrites, ces traces qui ne remontent que du temps des premières civilisations connues de cette partie du monde que l'on nomme "le croissant fertile" (moyen orient), ou encore du temps des Mayas en Amérique Centrale...

Et sans l'écrit, sans le gravé, point de récit, point de témoignage exprimé, point d'histoire autre que celle qui peut être reconstituée grâce à des objets, des outils façonnés ayant résisté en partie à l'épreuve du temps...

Ce sont là toutes raisons pour lesquelles je demeure très sceptique en ce qui concerne l'existence supposée ou affirmée de ces "civilisations lointaines disparues"... Sans toutefois dire "cela ne peut être" ou "c'est de la pure affabulation à coup sûr"...

Après tout... Nous, notre civilisation actuelle... Nous aurons bel et bien existé, même s'il ne reste rien de nous dans plusieurs milliers d'années...

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

a href="http://www.hebdo-landes.com" target="_top">Référencé sur Hebdo Landes !