hypocrisie

"Il ne manquait plus que ça" !

     "Il ne manquait plus que ça !"... Le Parti Socialiste qui faisait tout de même partie depuis 1971 congès d'Epinay, du "paysage politique Français"... Avec "tout ce qu'il y a de plus légal, de plus sérieux, de plus honorable question règles et chartes et organisation en principe démocratique et sans taches et magouilles (tout cela bien sûr en apparence et comme avec Label)... Comme tous les partis légaux officiels et reconnus droite et gauche extrême droite et extrême gauche... Le Parti Socialiste a surévalué à la primaire du 22 janvier 2017 le nombre de votants.

En effet la Haute Autorité du Parti annonce dimanche soir 22 janvier "entre 1,5 et 2 millions de votants" ; le lendemain on annonce "en vérité" 1,6 million de votants... rectifié 1,4 par un ou deux grands quotidiens nationaux (ce qui semble "plus proche de la réalité il faut dire)...

Mais la "vérité des vérités" au final, c'est... 1, 24 million de votants, pour autant que l'on soit encore tout à fait sûr de ce chiffre...

En définitive, la "haute autorité", 48h après, soit hier le 25 janvier, annonce 1,65 million de votants... (Rien n'est vraiment clair)...

Moralité dans cette affaire, c'est que la participation (nombre de votants) à ce premier tour de la primaire de la Gauche, en proportion du nombre d'inscrits en France sur les listes électorales (44 millions de personnes), est tout à fait dérisoire, et ne valide absolument pas la candidature du vainqueur (Benoît Hamon ou Manuel Valls) à la présidence de la république pour le 1er tour fin avril 2017...

Déjà pour la primaire de la droite, 4 millions de votants ce n'était pas comme on l'a dit "si faramineux que cela" (tout juste "normal")... alors pensez, 1,24 pour qu'apparaisse Hamon et Valls au 1er tour de la primaire de la Gauche, c'est tout bonnement "ridicule" !

Comment des gens qui pourtant ne sont pas des imbéciles, dans les hautes sphères du PS, ont-ils pu ainsi, croire qu'en annonçant un taux de participation proche de 2 millions et en faisant tout pour que ce soit crédible... que la vérité n'éclaterait pas au grand jour ?

Ubuesque! Surréaliste! Irresponsable!

... Et, pour "arranger les choses" ne voilà-t-il pas que l'on apprend – par le Canard Enchaîné- que François Fillon aurait employé sa femme (plus de 5000 euro/mois) mais qui n'aurait pas été vue travaillant effectivement, d'où la suspicion d'un "emploi fictif"... ("Boule puante" ou pas... Toujours est-il que le doute est semé)...

... Pour changer de sujet (mais à bien réfléchir on est bel et bien dans le même ordre de sujet)... Il y avait mardi 24 janvier sur France 2 à 21h "Cash Investigation", sur la razzia sur le bois, et sur la réalité de tous ces grands labels censés garantir ceci/cela, que ce soit pour le bois ou tout autre produit : tous ces labels c'est du pipeau, de la frime, de la poudre aux yeux, du mensonge. C'est purement effrayant, et ce reportage de Cash Investigation c'est bien la réalité de la manière dont le monde fonctionne, du haut en bas des échelles sociales (bien sûr ça commence par le haut)... Le problème c'est qu'en 1901 on était 1 milliard et demi d'humains sur Terre, et qu'en 2017 on est 7 milliards... Et que du bois y'en a partout dans tout notre environnement quotidien jusque dans les emballages de ce qu'on bouffe et boit...

On veut quasiment tous une "belle Terre avec développement durable, où on respecte ceci/cela, où il faut des tas de labels de garantie, de morale, d'éthique"... Derrière tous ces labels il y a des ingénieurs, des chercheurs, tout un salariat, toute une information, toute une logistique... En somme toute une crédibilité tout un sérieux tout un irréprochable toute une police... MAIS TOUT CELA C'EST UNE VASTE HYPOCRISIE ! Et dans cette horreur, par ce "crime orchestré planifié contre l'Humanité" des milliers de gens meurent chaque jour quelque part sur cette planète (surtout en Indonésie, Afrique, Amérique du Sud, Asie du Sud Est, enfin, partout où il y a des ressources à exploiter)... Je vous garantis que tout cela, ça finira très mal un beau jour, peut-être bien avant les années 50 de ce siècle ! ... Autant dire que si "nos jours sont comptés" -à tous que nous sommes- ... Les jours des assassins et des voleurs sont aussi comptés...

Merde! C'est Chrétien, c'est Musulman, c'est croyant, tout ça ?

Pourris, vendus, irresponsables, assassins, foutriquets, génocideurs, ou au "moins pire -mais pire quand même" complices ! Tous ces grands de ce monde, tous ces G8/G20/cop 21, ces chefs d'état ces millardaires ces actionnaires ces labelliseurs ces orchestreurs ces décideurs... Et tous leurs séides, leurs complices avec les intellectuels, les donneurs de leçons de morale, les idéologues les religieux et encore même quelques artistes et personnages charismatiques qui, mine de rien, adhèrent à la pensée iniquo-unique mondialisée labellisée libérale consomojetable poubelles déchets nucléaires consommation de masse toxico prédatrice dictatorisée Troumpique Poutinique Erdoganique ou social libérale à la Macron ou à la Hollande ou la Valls ! Avec la soit disant médecine des laboratoires pharmaceutiques Sanofi et compagnie et leurs pilules qui font crever les gens et font naître des gosses rachitiques ou infirmes...

 

 

Angélismes et hypocrisies

      Que l'on arrête "d'angéliser" (en gros d'élever des monuments de louanges et de vénération voire de sacralisation) à la gloire, en hommage, à tel ou tel écrivain, auteur, artiste, penseur, philosophe, personnage charismatique... Parce qu'il est en face de son public, envers ses proches, effectivement et réellement irréprochable, exemplaire par son comportement, et d'autant plus encore qu'il a (ou qu'il aurait) du génie, du talent...

Comme je disais (et écrivais) une fois : "nous sommes tous chacun de nous des êtres ordinaires, en ce sens qu'il y a en nous en dépit de ce qui n'est point ordinaire -et qui procèderait effectivement d'une essence- , en dépit de ce qu'il y a d'unique, d'émouvant, d'exceptionnel en nous... Du banal, du vulgaire, voire de l'inacceptable..."

Nous avons tous en nous de... "l'inordinaire" (un "inordinaire" susceptible effectivement d'être "angélisé")... Mais assumer ouvertement et résolument son "ordinarité", c'est à dire ce qu'il a de banal, de vulgaire, d'inacceptable, de si peu "valorisant" en soi ; c'est prendre le risque de rater les trois ou quatre petites marches par lesquelles on accède au Podium... Un risque que peu d'entre nous prennent.

... Il faut en finir avec toutes ces hypocrisies qui puent la crevette sexe sale ou la mayonnaise éventée, crevette ou mayonnaise que l'on absorbe comme si c'était du "caviar pour tous" ; il faut en finir avec tous ces "angélismes de bon ton et de bon teint", avec tous ces "cocktails de salons" où l'on se congratule par devant et s'égratigne par derrière...

Il faut en finir avec tous ces "vases sacrés" qui ne sont là en fait, que pour qu'on mette cent balles dans le dada pour que ça branle deux minutes...

Il faut en finir avec ces "cultes de soi", avec ces affèteries, ces effets de mode, ces révolutions que l'on prétend faire avec "ce qu'on a dans les tripes" (alors même qu'on n'a rien dans les tripes)...

Soit dit en passant jamais/jamais on se cague sur son propre système, jamais/jamais on se botte son propre cul et encore moins devant tout le monde... C'est à peine si on arrive à faire de "l'autodérision" pour arriver à prouver "qu'on n'est pas dans les clous" !

Il y a tout le temps ces connes de trois marches pour monter sur le podium, ces marches qu'on veut pas rater quand par "miracle" y'a quelqu'un qui te poussote un peu !

... Je suis persuadé que, parmi les scandalisés et les ulcérés de ce qui est exprimé de telle manière en particulier et dans l'humour le plus crasse qui soit ; il y en a -plus qu'on ne l'imagine- qui, au fond d'eux-mêmes, si ce qui est exprimé ainsi devait être acté, et serait acté sans que rien ne s'y oppose... seraient les premiers en définitive, à "trouver normal" que cela se fasse ainsi...

Car ces scandalisés et ces ulcérés ne le sont, scandalisés et ulcérés, QUE pour "se mettre dans les clous" par rapport à une pensée dominante, par rapport à un "sens convenu (et aseptisé) du monde".

Ces scandalisés, ces ulcérés là, avec leur air à ne pas y toucher, leur soit-disante morale, leurs soit-disantes valeurs et principes auxquels ils déclarent souscrire, ce sont ceux-là qui crient "haro sur le baudet" quand le baudet "dérape"...

Comme je disais, il ne faut surtout pas rater les trois ou quatre marches par lesquelles on accède au podium, et cela d'autant plus que, "par miracle" et contre toute attente interminable et incertaine quant au résultat espéré, quelqu'un enfin te poussote jusqu'au plus près des trois ou quatre marches...

Alors, que ne ferait-on pas, que ne dirait-on pas, que ne montrerait-on pas de soi, de "plus convenable et de plus crédible possible", pour pouvoir mettre le pied déjà, sur la première des trois ou quatre marches menant au podium ?

... Une autre attitude, au contraire, et qui a "le vent en poupe" (peut-être encore davantage) consiste en une démolition systématique et organisée et médiatisée, de tel ou tel personnage, écrivain, artiste, humoriste... parce qu'il "ose dire certaines vérités" et parce que le succès qu'il a auprès d'un public, contrevient à un mode de pensée dominant...

Démolition ou angélisme, on ne "voit que ça", bien bardé de toutes les hypocrisies assorties, de toutes les crispations, de tous les fanatismes, de toutes les modes, de tous les engouements et désengouements tout aussi assortis... Et, au bout de l'allée centrale, la grande scène avec ses marches de chaque côté... Et tout au long de l'allée en bordure des rangées de fauteuils, les strapontins... Et au fond de la salle, ceux qui sont debout derrière des têtes plus hautes et mieux placées... Et enfin, ne l'oublions pas, ceux qui sont dehors n'ayant pu entrer... et que d'ailleurs on ne fait pas entrer...

a href="http://www.hebdo-landes.com" target="_top">Référencé sur Hebdo Landes !