beauté

  • La beauté

    … Qu’est-ce que la beauté sinon ce qu’il y a d’heureux, qui fait du bien à voir, dans la réalité autant apparente que profonde (sachant que l’apparence est immédiatement perceptible) des êtres et des choses ? …

    Dans la réalité des êtres et des choses en tant que telle, c’est à dire indépendamment de l’émotion, du sentiment, de la vision que l’on se fait en soi, de la réalité des êtres et des choses…

    La réalité des êtres et des choses étant un Tout, un Tout qui est fait de ce qu’il y a d’heureux qui fait du bien à voir ET « de ce qui est autre » c’est à dire pouvant être qualifié de « moins heureux » ou de « pas heureux du tout » ne faisant pas du bien à voir… Ce Tout alors, peut-il être qualifié de « beau » sachant qu’il est fait aussi de ce qui n’est pas « beau » et de ce qui ne fait pas de bien à voir ?

    Autrement dit, est-ce que l’acceptation (ou la reconnaissance) dans la réalité des êtres et des choses, de ce qui est « autre que beau » voire « laid » et ne faisant pas de bien à voir ; peut, cette acceptation ou cette reconnaissance, nous porter à prioriser ou à considérer essentiellement le côté heureux, qui fait du bien à voir ?

    L’acceptation ou la reconnaissance de la réalité des êtres et des choses telle que cette réalité est « dans son essence même » et en sa totalité – et en la diversité de ce qui la compose – exclut le rejet, exclut la négation, exclut l’anéantissement ou la destruction ou l’élimination…

    À cette question ainsi posée « qu’est-ce que tu trouves beau et qui te vient immédiatement à l’esprit sans aucune hésitation ? » ma réponse – personnelle – est :

    Les visages humains

    La nature

    … Les visages, tous les visages indépendamment de « comment je les trouve ces visages » c’est à dire ce qui fait leur beauté singulière, unique, authentique – et fait passer au « second plan » ce qui ne fait pas de bien à voir, voire arrive à l’éclipser quasi totalement…

    … La nature c’est à dire les forêts, les paysages, les plaines, les montagnes, les mers ; les océans, le ciel, les nuages, les rivages, les fleurs, les animaux…

    Cela dit, au-delà de ce qui me vient en premier lieu immédiatement à l’esprit ; est-ce que tout le reste (les autres choses belles) est « secondaire » ? (ou « moins important pour moi » ? …

    Sans doute pas, « secondaire » ou « moins important » …

    Y’ a – t – il une « hiérarchie » de la beauté ?

     

     

  • La beauté du monde ? ...

    … Un être bon, d’une « belle âme », qui contribue à la beauté du monde, penseur, poète, n’agissant et ne s’exprimant jamais dans la colère et dans la violence… Jamais donc, dans la dénonciation, dans l’agressivité, dans l’imprécation… Mais toujours dans une « immmense sagesse » et dans une capacité de réflexion hors du commun…

    Un être bon peut-il « faire autorité » au sein de son entourage, parmi ses connaissances, s’il n’y a en lui aucune dureté ?

    La bonté peut-elle s’imposer d’elle même sans dureté associée ?

    Ces penseurs profonds, ces poètes de la beauté du monde, qui j’amais ne dénoncent, n’invectivent, et dont les œuvres sont si belles, si lumineuses, autant par ce qu’ils produisent et rendent visible, que par la manière dont ils se comportent au quotidien avec les personnes qu’ils rencontrent et fréquentent… M’interpellent et me font me poser cette question : « dans le monde du 21ème siècle, s’ils n’ont que la bonté sans la dureté, peuvent-ils faire autorité et être écoutés ? »

    Je me suis entendu dire – ou plus exactement l’on m’a écrit un jour : « la beauté du monde à cause de tes propos se fera sans toi »…

    Il s’agissait il est vrai, de propos assez dérangeants, iconoclastes, révoltants, scandaleux (du moins pour certaines de mes connaissances même ami(e)s de longue date)…

    Si, oui, la beauté du monde se fera sans moi – si elle se fait ; la même beauté du monde se fera aussi sans toi lorsque tu ne seras plus là… Ou se fera sans toi de ton vivant lorsque tu auras toi aussi dérogé comme j’ai dérogé moi-même à cette beauté à bout de bras exposée et cultéïsée…

    Est-ce que la beauté du monde – qui est et a toujours été – a besoin de toi ou de moi – pour exister ?

    La beauté du monde se fait de tout ce qui lui est apporté n’ayant qu’une seule fois été mais que la vie a renouvelé une infinité de seules et uniques autres fois…