Alep

Un paroxysme d'hypocrisie

      Les Chrétiens de Syrie qui soutiennent Bachar et son régime, sont-ils pour autant "pour" les bombardements d'Alep (dont ils sont d'ailleurs certains d'entre eux demeurant dans cette ville d'Alep, les victimes)?

La vérité c'est que les Chrétiens, de Syrie, d'Orient ou d'ailleurs, de partout dans le monde, surtout dans le monde "développé", sont, pour bon nombre d'entre eux, très éloignés de la pensée de Jésus Christ, pensée dont l'un des 2 principaux fondements est l'amour du prochain...

Croyants ou non ; Chrétiens, Musulmans, Juifs et autres, de pratique religieuse ou de tradition, s'accommodent de l'intolérance, de la luxure, de la fornication, du meurtre, de la guerre, de tout ce que produit la civilisation d'iniquités, de culte des apparences et de l'argent... Dans un paroxysme d'hypocrisie, de mensonges, d'imposture...

Personne n'est "pour" les bombardements d'Alep... Les Français, les Russes, les Chrétiens de Syrie, et peut-être même Bachar lui même!... Mais Bachar et les Russes bombardent, bombardent et ne cessent de bombarder...

Ce paroxysme d'hypocrisie, de mensonges et d'imposture, est un véritable terreau pour une plante que tous affirment vouloir voir disparaître mais dont l'existence cependant assure bel et bien les "arrière-gardes" dominantes des plus grands empires économiques et d'influence de la planète...

Le terrorisme contre l'hypocrisie, contre l'imposture, contre le mensonge, contre l'iniquité... N'a jamais eu, à aucun moment de l'Histoire, le "vent en poupe", en ce sens que ce terrorisme là ne s'est jamais exercé contre une iniquité orchestrée en haut lieu et barricadée dans ses forteresses... Les fanatiques en tout genre, religieux ou idéologique, ne le savent que trop bien, cela !... Lorsqu'ils se font "plante sur le terreau" contre ce qui pousse autour...

 

 

Alep et Mossoul

      Sur le terrain purement militaire, l'organisation Etat Islamique recule ; Mossoul, l'une des plus importantes places fortes de l'EI, est investie, plus de deux mille combattants de l'EI ont été tués...

En revanche sur "un autre terrain", celui là non géographique, sans frontières, et disséminé en particulier dans les pays européens, l'organisation Etat Islamique "marque des points importants" : le gouvernement américain avec Donald Trump et son état major, le gouvernement russe avec Vladimir Poutine et ses forces aériennes et son armée, n'ont plus pour priorité la lutte contre l'Etat Islamique, ce qui va forcément permettre à ses combattants, n'ayant plus les russes et les américains aux fesses, de développer leurs réseaux, de poursuivre leurs actions de terrorisme et de propagande notamment en Europe...

Soit dit en passant, l'Europe est affaiblie politiquement, militairement, économiquement (historiquement parlant sur son déclin) -la puissance militaire de l'Europe ne reposant pour l'essentiel que sur la France et la Grande Bretagne- alors que de grandes puissances politiques et économiques émergent telles que la Chine, la Russie, l'Iran...

Vladimir Poutine avait récemment déclaré qu'il était "réticent" à l'envoi d'appui aérien pour aider les Irakiens et les Kurdes à reprendre Mossoul, du fait qu'il y avait à Mossoul des populations civiles... alors qu'il n'hésitait pas par ailleurs à bombarder depuis 3 mois, Alep... Il faut croire que les civils d'Alep "ne pèsent pas le même poids" que les civils de Mossoul...

L'on pourrait se dire après tout, que les civils de Mossoul en majorité dans cette ville de deux millions d'habitants, sont "pour" l'Etat Islamique (en ce sens qu'ils subissent l'autorité de l'EI d'une manière plus passive qu'active... et qu'en conséquence ils "mériteraient" d'être bombardés... "Humainement parlant", quelle différence y-a-t-il entre les gens qui vivent à Alep et ceux qui vivent à Mossoul?

L'organisation Etat Islamique à bien réfléchir, c'est un "acteur sur la scène du monde" -si l'on peut employer ce terme- dont on laisse produire le rôle terrifiant que joue cet acteur tout au long de la pièce elle même dramatique...

 

... Obama et Poutine (et Erdogan)... avaient-ils déjà -depuis deux ans, depuis 2014- vraiment pour priorité, la lutte contre l'Etat Islamique ? Apparemment oui "dans une certaine mesure" (uniquement dans la crainte de voir se développer dans leurs pays, le terrorisme islamiste)... Mais sur le plan purement stratégique, politique, économique, en fonction de leurs intérêts et de leurs vues ; dans l'ordre mondial qui est en train de se profiler, la réduction des forces islamistes est encore moins une priorité qu'il y a deux ans...

 

a href="http://www.hebdo-landes.com" target="_top">Référencé sur Hebdo Landes !