Articles de yugcib

  • Les dinosaures

    Dinosaures 1

    … Dans le lit d’une rivière complètement asséchée au Texas, près de Dallas, suite à une longue période sans pluie et un fort ensoleillement et des températures élevées, ont été trouvées des traces de pas de dinosaures qui vivaient là, dans cette région au sud des USA actuels, il y a plus de cent dix millions d’années…

    Cette information ayant été communiquée lors d’un JT de la télévision en France, dernièrement, devrait donc être « fiable », d’autant plus que la personne en charge des parcs et de la faune du Texas, Stéphanie Salinas Garcia, ainsi que des employés accompagnants, ont observé ces traces…

    Qu’en pensent, de cette découverte – et d’ailleurs des dinosaures et des ères géologiques de centaines de millions d’années, et des origines de l’Homme, et de la vie biologique apparue sur notre planète il y a 3,7 milliards d’années… Les … « Créationnistes » ? (Autant chrétiens en majorité catholiques, que musulmans)…

    Soit dit en passant, il y a aux États Unis d’Amérique, le pays des grandes universités renommées, de la Silicon valley des technologies de pointe, l’une des plus grandes puissances économiques, industrielles, culturelles du monde… Il y a oui, des écoles dont l’enseignement est fondé sur le créationnisme !

    Si la Science n’est pas forcément l’ennemie de la Religion, en revanche la Religion (les religions en fait) est bel et bien depuis toujours – avant même Galilée et Copernic – l’ennemie de la Science, et quand la Religion n’a pas été ennemie déclarée (donc « tacitement ennemie) de la Science, elle s’est servi de la Science qui ne pouvait plus être contestée, afin de justifier son « explication du monde quelque peu révisée et adaptée en fonction de ce qui se découvrait et devenait difficilement contestable »…

    En effet qui aujourd’hui, en France et ailleurs, très croyant très pratiquant ( chrétien ou musulman) croit encore que la Terre a été créée il y a seulement 6000 ans, et que la femme a été créée à partir d’une côte d’Adam le « premier homme » ? ( Il n’en demeure pas moins que la Bible et le Coran, à les lire « à la lettre » notamment dans la Genèse, se lisent en 2022 comme ils se lisaient au 13ème siècle de l’ère chrétienne ou en l’an 50 de l’Hégire pour le Coran)…

     

     

  • Les fossoyeurs de la civilisation

    Standardisation

    … Le collectivisme totalitaire normalisé et l’individualisme libertaire débridé sont les fossoyeurs de la civilisation.

     

     

  • Une révolution qui s'imposerait ...

    … Mais qui « par les temps qui courent » est très loin de se faire et ne fédère d’ailleurs pas grand monde…

    C’est une révolution dans la manière de s’exprimer sur la Toile (réseaux sociaux, blogs, et plus généralement, tout écrit ou commentaire posté)… Qui enfin, « mettrait à mal » l’orthographe simplifiée, les règles grammaticales modifiées, les verbes conjugués aux temps les plus courants, les difficultés du langage aplanies, les nuances effacées, un vocabulaire réduit à un lexique de moins de 500 mots… Dans d’ailleurs non pas seulement le Français mais dans toutes les langues parlées et écrites dont l’Italien, l’espagnol, l’anglais, l’allemand qui sont les langues les plus employées dans le monde (avec le Mandarin ou Chinois)…

    Je ne sais pas si en Arabe, Hébreu, ou dans certaines langues slaves ou orientales, l’on pratique sur la Toile un langage écrit aussi simplifié et réduit que dans les langues latines…

    Autrement dit dans le monde communiquant d’aujourd’hui y compris les journalistes et bon nombre d’intellectuels médiatisés que l’on voit apparaître sur les plateaux de télévision, quel que soit le pays d’origine, il n’y a plus grand monde qui s’exprime dans les règles intemporelles de l’orthographe et de la grammaire de son pays ; certains signes, transcriptions devenant même communs à des langages de pays différents (d’où la mondialisation des « smiles » ( émoticônes) petites figurines très schématisées pour exprimer des sentiments, des émotions, des réactions à chaud)…

    Il faut donc que « tout le monde comprenne, puisse suivre »… Alors simplifions, réduisons au maximum ! … Et tant pis pour l’évolution de la pensée « construite », pour la réflexion développée ; la pensée et la réflexion s’effaçant devant l’émotion du moment, devant l’effet d’image produit, devant des formules « toutes prêtes », de « tout venant » (en général de 3 ou 4 mots)… !

    À quand une révolution pour « foutre en l’air » toute cette médiocrité, toute cette vulgarité, toutes ces banalités… Et, il faut le dire aussi, tous ces « effets spéciaux de langage et d’écriture » qui impressionnent, séduisent et « trompent sur la qualité de la marchandise » !

    Les enfants de 1948, de 1980, de 2010… Ne connaîtront jamais de leur vivant, « cette révolution là », de l’expression écrite… Déjà, les écoles actuelles n’y préparent pas !

     

     

  • Une "pute du régime" en Russie Poutinienne

     

    Daria dougnina

    … Daria Douguina, la fille d’un proche de Vladimir Poutine ( « l’ogre du Kremlin ») tuée dans un attentat à la voiture piégée…

     

    « Je trouve qu’elle fait pute du régime (du régime en haut lieu)… Il y en a d’ailleurs une autre, « dans le même genre pute du régime avec « le physique qui va avec plus l’habillement » que l’on voit souvent à la « longue longue grande table ovale autour de la quelle sont assis les dignitaires du régime triés sur le volet, l’Ogre du Kremlin se trouvant, lui, à un bout de la table, éloigné des autres »…

    Tous ces dignitaires du régime, proches de Poutine, c’est de la racaille de haut vol…

     

    La Russie : cent trente millions d’habitants dont cent millions en dessous du seuil de pauvreté (seuil de pauvreté tel qu’il est défini en Union Européenne c’est à dire en dessous de 800 euro de revenu mensuel)… Mais à vrai dire les cent millions de russes pauvres à 90 % ont moins de 300 euro de revenu mensuel…Poutine et son régime n’en ont rien à foutre de cent millions de russes pauvres …

     

    Cela dit, les autres trente millions de russes vivent à peu près question aisance, confort, logement, bagnole, consommation… Comme des citoyens des pays de l’Union Européenne les mieux développés (qui ont plus que 800 euro mensuels de revenu pour plus de la moitié d’entre eux)…

     

    Cela dit, encore, voit-on en cet été 2022, en France, beaucoup de touristes russes ?

     

    Cela dit… Encore… Un 15 août au quartier « Petite France » à Strasbourg, des femmes Qatari ou Saoudiennes en Nikab, on en voit pas mal ! Et sans complexe ! … Juste qu’en terrasse de café la paille est forcément de rigueur pour absorber du liquide, soda, coca, jus de fruit… Et que pour bouffer (pas de la choucroute à moins que ce soit de la choucroute au poisson) ça doit pas être très pratique avec le Niqab !

     

    Cela dit… Encore… Pour un artisan, un viticulteur, un commerçant, un restaurateur, un hôtelier… Qui vit de son travail, dépend d’une clientèle, vit de ce qu’il produit et exporte hors de France (si sa production « de qualité » est suffisamment importante pour qu’il envisage d’exporter), s’il gagne sa vie en proposant ses services (hébergement, entre autres)… Il faut reconnaître qu’il ne peut dédaigner et encore moins se passer de « certaines catégories de clientèle » en l’occurrence « par les temps qui courent », Qatari, Saoudienne, Russe… Aux cartes bancaires « Gold » ou « Visa Premier » dépensant sans compter…

    En effet, lorsque l’on ne vit pas de ce que l’on produit ou offre et qu’il faut vendre, en tant que salarié, ouvrier, fonctionnaire, employé… L’on peut « se permettre » alors de « discriminer » et de « faire de la morale »…

    Quel propriétaire viticulteur, par exemple, peut envisager de ne pas vendre à des Russes, à des Qatari, à des Saoudiens ?…

     

    Et, « pour franchement dire les choses »… Le « consommateur Lambda » c’est à dire la quasi totalité de chacun d’entre nous, est-il « si regardant que ça » quand il achète ce dont il a besoin, le moins cher possible et qui n’est pas fabriqué en France, venant de pays où des enfants de moins de 12 ans travaillent pour 1 dollar ou 1 euro par jour ?

     

    « Ah comme c’est affreux ! Ah comme c’est injuste ! Ah ces salauds de grands dirigeants de multinationales, lobbies, d’actionnaires, milliardaires »…

    Merde ! … Et quand tu « klaxomerdes » dans un rond point, quand tu places ton caddie de traviole mine de rien dans la file d’attente au supermarché afin de précéder celui d’à côté de toi, quand t’achètes des fraises en mars et du raisin du Chili en mai… Quand bien même t’es hyper poli bien civil à la queue à la boulangerie du coin… C’est pas « un peu salaud, un petit chouia salaud – sauf que petit chouia salaud multiplié par des dizaines de millions, ça finit par peser très lourd et à puer la crevette ammoniaquée !

     

     

  • À pied autour du monde

    … Dans le monde actuel, celui d’après la pandémie de covid ( non encore terminée ) et de la guerre en Ukraine, des Talibans maîtres de l’Afghanistan, des tensions et conflits au Moyen Orient, de l’insécurité en général, de la complexité croissante des dispositions réglementaires et obligations, restrictions, difficultés au passage des frontières, des documents justificatifs à présenter partout dans des lieux de grande fréquentation, des procédures auxquelles il faut se soumettre, des difficultés à se loger, à se déplacer dans des pays réputés dangereux…

    Les grands voyages à pied, en vélo ou par ses propres moyens à l’aventure, tels ceux par exemple, qu’ont effectué ces grands voyageurs autour du monde que sont Sylvain Tesson, l’australien Tom Deniss, l’athlète français Serge Girard… Entre autres…

    Sont-ils encore possibles, ces grands voyages autour du monde à l’aventure, à pied, en vélo, ou dans un van aménagé, en 2022 et dans les années qui viennent ?

    J’ai peine à imaginer par exemple Sylvain Tesson, traversant l’Afghanistan des Talibans en 2023 ; ou encore parcourir toute la Russie Poutinienne à travers les steppes et la Taïga sibérienne !

    La configuration politique, conflictuelle, dangereuse, insécurisante, complexifiée réglementée codifiée numérisée informatisée robotisée formatée, du monde actuel, s’avère de plus en plus défavorable à tout voyage aventureux par ses seuls moyens à pied en vélo, dans un véhicule aménagé ou en utilisant des moyens de transport locaux.

    Certes, « le monde à l’aventure » a toujours été dangereux, difficile, inconfortable, soumis à de nombreux aléas… Mais par le passé, il n’y avait pas toutes ces procédures dispositions règlements contrôles informatisés, vidéosurveillance fichage reconnaissance faciale interdictions restrictions et complexité « kafkaïennes » comme de nos jours… Avec en plus les guerres les conflits les attentats, et les événements climatiques destructeurs…

    Allez – je suis curieux de le savoir – dites moi quels sont ces grands voyageurs autour du monde, qui seraient prêts à partir en 2023 et qui envisageraient une traversée de l’Afghanistan des Talibans – à pied ou en vélo – ou un périple passant par la Syrie, l’Irak, l’Iran, le Ouigour Chinois, ou les steppes sibériennes ?

     

    … À noter que, pour un voyage « à l’aventure » par ses propres moyens, à pied, en vélo, dans un véhicule aménagé ou en train, en autobus ; c’est encore – dans la configuration du monde actuel – les pays de l’Union Européenne (et donc la France) dans lesquels un citoyen des États Unis d’Amérique, d’Australie, de Chine, du Canada – entre autres pays hors Union Européenne – peut voyager « le plus aisément » (avec moins de contraintes ) par ses propres moyens c’est dire pas par des organismes de voyage du genre touropéator…

     

    … À noter aussi qu’un Français, qu’un citoyen d’un pays de l’Union Européenne, lorsqu’il se rend par exemple aux USA ou en Australie, doit justifier de ses ressources financières selon les critères retenus par le pays d’accueil, et doit aussi surtout, pouvoir présenter en cas d’accident dont il est victime, ou d’une maladie qu’il contracte dans le pays visité, un document remis par son assureur ou par sa mutuelle santé prise en charge des soins médicaux et hospitaliers…

    Ainsi, un « baroudeur qui n’a peur de rien » très débrouillard, qui s’adapte à tout, que rien n’arrête… Si, sur un trottoir de New York, inanimé qu’il est à la suite d’une agression, l’ambulancier qui le ramasse, s’il ne trouve pas dans une poche sur lui le portefeuille du baroudeur contenant le document d’attestation de prise en charge soins médicaux hospitalisation… Eh bien notre « baroudeur » il reste sur le trottoir !

    Et idem en Australie, pays dans lequel d’ailleurs, il est quasi impossible « passé un certain âge » de se rendre hors voyage touropérator (donc par ses propres moyens) vu le risque lié à l’état de santé (il est hors de question pour les autorités australiennes de devoir assumer quelque prise en charge que ce soit, d’ un étranger de 70 ans tombant gravement malade ou victime d’un accident)…

     

     

  • Le terrorisme exercé par la nature blessée

    … Il y a le terrorisme sous toutes ses formes, qui détruit des vies humaines par des attentats perpétrés dans des lieux publics fréquentés, et dont les auteurs sont des hommes et des femmes…

     

    Mais il y a aussi une toute autre forme de terrorisme qui n’est pas d’origine humaine et que l’on peut qualifier de terrorisme bien qu’il ne s’agisse pas là, de terrorisme au sens de terrorisme…

     

    C’est le « terrorisme » exercé dans toute sa violence, n’ayant pas de cible particulière, sinon le genre humain dans son ensemble ainsi que d’ailleurs toutes les espèces vivantes, le « terrorisme » exercé par la nature blessée, qui se manifeste par les événements violents, destructeurs, que sont les tempêtes, cyclones, typhons, orages de grêle, inondations, incendies de forêts, vagues de chaleurs extrêmes, sécheresses prolongées, phénomènes climatiques dangereux et dévastateurs, devenant plus fréquents, plus nombreux en maints endroits de notre planète, souvent localisés et en déplacements d’une région à l’autre… Et ce « terrorisme » là n’a en face de lui ni police ni armée ni politique ni gouvernement ni ordre établi ni technologie « de pointe » investigatrice, de surveillance et de « cadrage » pour le combattre… C’est donc un « terrorisme » toujours gagnant et qui, tout comme le terrorisme dont les acteurs sont des hommes et des femmes perpétrant des attentats, détruit des vies humaines sans aucune distinction…

     

    Et il cogne, il frappe, il détruit, il fait des dégâts considérables, il tue, il brûle, il saccage, il noie, il déracine et couche des arbres, il enlève des toitures, il rend les maisons inhabitables, il met à mal l’économie d’une région ou même d’un pays, ce « terrorisme » là, de la nature blessée qui réagit aux coups et au mal que l’activité humaine lui font, notamment depuis 200 ans surtout et plus précisément depuis les 40 dernières années…

     

    L’on ne peut – se serait absurde – parler de « vengeance » de la nature blessée… Bien que, dans une certaine mesure, ce soit « comme une vengeance »…

    L’on ne peut non plus « se révolter » autrement que de dire tous en chœur « c’est affreux ce qui nous arrive » !

     

    Quel regard porter sur ce « terrorisme » là ? Sinon, tel celui que je porte, un regard de « témoin de son temps » qui, au vu et au su de l’actualité qui « défile » sur les écrans de télévision, d’ordinateurs et de smartphones, ou en colonnes à la Une des journaux, ou même encore « plus que parfois » au vrai, « de visu » dans la tourmente même… Une sorte – si je puis dire- de regard « d’avocat de la partie civile » lors d’un procès d’ Assises ?

     

    Les victimes, c’est à dire les morts, les sinistrés, les blessés, sont-elles toutes comme on dit « d’innocentes victimes » ? Que dire de ces « victimes » que peuvent être – et que sont pour certaines d’entre elles – (par exemple) des automobilistes rageurs « klaxomerdeurs » dans les rond- points ; des gens aux comportements incivils et agressifs, d’un égoïsme crasse, d’irresponsables pollueurs de bords de route, etc. (la liste est interminable)… Ces victimes là faut-il les plaindre lorsque leurs bagnoles sont emportées dans des torrents en furie, lorsque la grêle saccage leur toiture ou leur jardin… ?

     

    Oui « c’est affreux ce qui nous arrive » …

    Oui « c’est révoltant tous ces lobbies et tous ces dominants, ces gouvernants, cette loi du profit et de l’argent et du Marché »…

    C’est révoltant mais personne ne se révolte autrement qu’en s’exprimant sur les réseaux sociaux et en participant à quelques « manifs » de ci de là…

    C’est révoltant mais les modes, les mots d’ordre, les slogans, des pneus qui brûlent à l’entrée des dépôts d’essence… ça fait pas la Révolution !

     

    Oui « c’est affreux, c’est injuste »…

    Alors la réaction c’est le terrorisme qu’exerce la nature blessée… D’une « redoutable efficacité » et qui se substitue à la Justice des Hommes… Et qui, oui, tout comme le régime de la Terreur en 1794, « dans le lot », élimine quelques « vrais salauds » !

     

     

  • La mécanique et la chimie de la vie biologique

    … Les humains sont conditionnés, depuis qu’ils s’en sont aperçu et en ont pris conscience, par leur conception et par leur vision anthropocentriste du monde et de l’univers, c’est à dire qu’ils pensent que s’il existe de la vie au-delà de la Terre, notamment des êtres « intelligents », ces êtres seraient donc d’apparence humanoïde…

    La vision anthropocentriste est donc une réalité.

    D’où la plupart des films de science fiction où l’on voit apparaître à l’écran des êtres qui ressemblent – certes avec des différences – aux humains…

     

    Mais il y a une autre réalité qui est celle de la « mécanique » ou de la « chimie » de la vie (de la vie biologique telle qu’elle existe sur Terre et telle qu’elle peut exister ailleurs dans l’univers)…

    Et cette « mécanique » ou « chimie » de la vie biologique (végétale, animale) est la même partout où la vie a pu apparaître et se développer, puis se diversifier, se complexifier, à partir d’organismes simples à l’origine (cellules, bactéries)…

    Une vie biologique fondée sur des éléments de base partout présents dans le cosmos :

    Le carbone, l’hydrogène, l’oxygène, l’azote ; les acides aminés, les acides gras, les bases azotées, tout cela initialement constitué d’assemblage d’environ une cinquantaine de petites molécules de base ayant moins de 100 atomes de carbone, d’hydrogène, d’azote et de soufre ; puis ensuite en structures plus grandes (les protéines, les glucides, acides nucléiques et lipides)…

     

    En somme, la vision anthropocentriste des humains serait une vision « pouvant correspondre à la réalité (certes différente) d’un « ailleurs » où est apparue la vie biologique selon les lois de la physique et de la chimie, les mêmes partout… Les différences étant dépendantes d’environnements locaux particuliers, et d’événements survenant, déterminant tel ou tel type d’évolution en conséquence…

    Par exemple que serait-il advenu de l’évolution de la vie sur Terre (tous organismes et êtres vivants) si une météorite géante n’était pas tombée sur la Terre il y a 66 millions d’années sur la partie sud du continent Nord Américain, anéantissant 75 % de la vie animale ?

     

    Les événements « particuliers » et donc « déterminants pour la marche de l’évolution » sont nombreux sur chaque planète pouvant abriter la vie, et c’est bien là, ce déterminisme consécutif aux événements particuliers, qui ne répond pas à notre vision anthropocentriste (ou la perturbe)…

    Puisque la vie biologique évolue « du plus simple au départ au plus complexe dans le temps s’écoulant » il est assez logique dans le « programme » que des êtres doués à la fois d’intelligence et de conscience finissent par apparaître… Et que la complexité s’accentuant, que la vie biologique devienne – mais par l’activité des êtres doués d’intelligence et de conscience (activité technologique) - « vie post biologique » … Laquelle « vie post biologique » entrerait en concurrence avec la vie biologique encore présente en majorité dans l’univers…

     

    L’une des choses, de la vie biologique, les plus étonnantes et qui incite à une réflexion au sujet de ce que l’on peut déjà observer sur notre planète avant de le découvrir peut-être ailleurs un jour ; c’est cette concordance qu’il y a entre des organes (les yeux notamment) dont la structure est à peu près identique entre plusieurs espèces vivantes totalement différentes de formes, de taille, d’apparence et les uns étant des êtres marins, les autres des êtres terrestres…

    Ainsi les mammifères (dont l’être humain), les pieuvres et les araignées ont-ils des yeux ayant une structure à peu près semblable…

     

    Que peut signifier cette concordance parmi d’autres, existantes, d’organes ou de propriétés physiques, d’êtres vivants très différents les uns des autres ? Et qui pourrait se retrouver ailleurs que sur notre planète ?

    Y aurait-il un même processus évolutif (comme « programmé) avec la même mécanique et la même chimie de la vie, partout dans l’univers ?

     

    Y aurait-il d’autres processus d’apparition et de développement de la vie, dans une chimie différente fondée par exemple, non pas sur le carbone mais sur le silicium ?

     

     

  • Libre pensée

    … Il existe de par le monde, des penseurs tellement libres – de toute « idée reçue », de tout préjugé, de toute influence exercée, de toute idéologie, de toute religion, de tout ce qu’il convient d’être ou de ne pas être, de tout courant d’expression artistique et littéraire, de toute morale, de toute politique, et même de toute forme de libéralisme – qu’ils ne peuvent ni ne veulent à aucun prix ni au nom de quoi que ce soit, ces penseurs là, être affiliés à quelque mouvement ou courant ou mode ou obédience ou parti ou communauté ou groupement que ce soit…

    Il y a bien « La libre pensée », organe de la Fédération de la libre pensée, mouvement de réflexion en faveur de la laïcité et de libertés, créé en 1911, axé « à gauche » et ayant pour mot d’ordre « Ni dieu ni maître »…

    Mais comme disait Léo Ferré à propos de l’anarchie : « le drapeau noir de l’anarchie c’est encore un drapeau » et je dirais pour ma part, de même : « Ni dieu ni maître en mot d’ordre proclamé et repris en chœur c’est encore un mot d’ordre »…

    Soit dit en passant « s’il n’y a ni dieu ni maître, alors pourquoi aujourd’hui – c’est récent- la Libre Pensée fait-elle silence sur la situation de certains quartiers parmi les plus pauvres soumis à l’omniprésence de l’islamisme ?

    La Libre Pensée n’est donc pas davantage une « référence » que tout autre mouvement libertaire…

    Je soupçonne la Libre Pensée ainsi que d’autres mouvements « très à gauche » ou libertaires de ne point aujourd’hui dans le contexte de l’actualité mondiale, clarifier nettement leur position au sujet de l’islamisme et de ne pas s’élever outre mesure contre l’antisémitisme…

    « Ni dieu ni maître » je veux bien, mais alors vraiment/vraiment ni dieu ni maître c’est à dire ni guide ni messie ni mot d’ordre ni complaisance ni silence ni abdication ni soumission ni rien de ce qui soit disant fédère mais en vérité sépare…

    Les penseurs « vraiment libres » ne sont jamais présents sur les plateaux de télévision ni dans les tribunes des meetings, et leurs livres ou œuvres d’écriture ne sont pas dans les programmes éditoriaux des maisons d’édition… Cela dit, si d’aventure l’un ou l’autre de leurs livres ou de leurs écrits faisaient l’objet d’un tirage, ce tirage n’excéderait pas 3000 exemplaires au mieux (donc toucherait au mieux 3000 lecteurs)… Alors qu’en s’exprimant sur la toile en arrivant à « passer entre les grêlons de la censure » et sans non plus obtenir un « nombre de vues » significatif ; ils seraient suivis par davantage de personnes qu’en écrivant un livre édité en 500 exemplaires ou au mieux en 3000…

     

     

  • La parole

    … La parole tranchante mais honnête n’ouvre pas le même espace de relation que la parole édulcorée mais aussi consensuelle qu’hypocrite…

    La parole tranchante et honnête surprend, dérange et ne fait pas l’unanimité autour d’elle, et ouvre donc lorsqu’elle est entendue, un espace de relation d’autant plus limité que la parole se fait plus tranchante, plus libérée de tout ce qui peut la conditionner et donc plus insoumise à ce qu’il convient au plus grand nombre d’être écouté et suivi…

    La parole édulcorée ouvre toujours un plus vaste espace de relation d’autant plus grand qu’elle « s’habille » ou se « maquille » en conformité avec ce qui convient au plus grand nombre…

    L’exemple le plus « emblématique » de l’espace de relation qui s’ouvre (ou ne s’ouvre pas) dans le monde d’aujourd’hui, c’est celui qui dépend en grande partie des nouvelles technologies de la communication – notamment avec internet et les réseaux sociaux… Le critère fondamental de référence étant, sur les réseaux sociaux les plus suivis, le nombre de vues d’une publication en général ne dépassant guère 10 lignes et accompagnée d’image avec ou sans mouvement…

    Il est évident – plus qu’évident à vrai dire – que la parole tranchante et honnête qui dérange, surprend, indispose ; qui est méprisée, déconsidérée, « zappée »… N’aura jamais un nombre de vues très significatif sur Twitter ou sur Facebook ou sur un blog…

    Et… (ça il faut le dire aussi)… « Si elle devait, cette parole, oui (on sait jamais), avoir du jour au lendemain, un très grand nombre de vues…

    Alors ce serait :

    Soit un « effet de mode »

    Soit une révolution

    … L’« effet de mode » étant de loin le plus probable – et n’étant jamais au grand jamais le moteur d’une révolution…

     

     

  • Le conflit Israélo Palestinien depuis 1948

    … Certes les colons en Israël qui viennent occuper des territoires palestiniens, ainsi que la condition dramatique et injuste des palestiniens depuis plus de 70 ans qu’il n’y a pas d’état palestinien autrement que « théorique » selon le traité de 1948 ( Résolution 181 de l’ONU « recommandant » -notez les guillemets- le partage du territoire palestinien jusqu’alors placé depuis 1923 sous mandat britannique jusqu’en 1948 -après la chute et la disparition de l’Empire Ottoman d’avant 1919- entre un état Juif 54 % de sa superficie et un état Arabe 46 % restant)…

    Certes oui, l’occupation par les colons et la condition difficile et précaire, injuste, au quotidien depuis 70 ans, des palestiniens… C’est un mal…

    Un mal qui est dénoncé par la Gauche de France et d’ailleurs, et qui en partie alimente l’antisémitisme et – il faut le dire aussi - « une certaine « complaisance pour ne pas dire parfois un véritable soutien à la résistance armée palestinienne et au Hamas Sunnite (soutenu par les Chiites contre l’état Israélien) et au Hezbollah Chiite affilié à L’Iran…

    À noter que « dans le cadre » de l’élimination objectivée, d’Israël, par l’Iran notamment, ces deux branches armées que sont le Hamas et le Hezbollah – le Hamas sunnite et le Hezbollah chiite – religieusement et doctrinalement parlant opposées et en conflit entre elles ; se sont « alliées » (si l’on peut dire) dans la lutte contre Israël « l’ennemi commun à abattre »…

    En ce qui concerne un état palestinien qui « serait effectif et donc réel si l’on veut » (mais non reconnu officiellement par la communauté internationale) c’est juste la bande de Gaza 40 km de long et de 6 à 12 km de large, superficie 360 km carrés – la taille de Mayotte ; à laquelle s’ajoutent des enclaves territoriales (comme des « mouchoirs de poche ») disséminées en Palestine hors frontière Israël, sous des autorités locales palestiniennes… C’est donc ça, la Palestine en tant qu’état (non reconnu)…

    Les colons Israéliens occupent et s’installent durablement dans les parties de la Palestine qui ne sont pas les enclaves.

     

    Dans « cette affaire là » du conflit Israélo palestinien, qui dure depuis 1948, ne perdons pas de vue (mais il semble que toutes les gauches de France et d’ailleurs n’en soient guère trop conscientes) qu’Israël et son gouvernement actuel « tel qu’il est » et avec son armée et sa puissance militaire, constitue un « rempart », une « forteresse », contre l’Islam guerrier et conquérant… Et, que si Israël disparaissait, si la « forteresse Israël tombait », alors l’Islam dominateur envahirait ET l’Europe Et le monde… En ce sens que l’Islam deviendrait la religion dominante en Europe de par sa propagation via l’immigration accrue issue des pays du Moyen Orient et de l’Afrique (partie Nord de l’Afrique) et, véhiculées par l’immigration, sans aucun doute les factions les plus radicalisées de l’Islam…

    Alors je dis : « que vive Israël » et – non pas « tout à fait tant pis pour la cause Palestinienne (je déplore la condition injuste des palestiniens)… Mais « s’il faut prendre parti » je « penche » plutôt pour soutenir Israël – en déplorant cependant la colonisation « abusive » et « soit disant légitimée » dans les territoires hors frontière Israël…

    C’est « ma position »… D’homme d’une « gauche qui n’existe pas » et qui diffère donc des « gauche » existantes notamment au sujet de l’islamisme, des religions et des « idéologies de la tolérance – torchon agité » (Tolérance qui ferait « se retourner Voltaire dans sa tombe s’il voyait ce que de nos jours on a fait de la tolérance)…

    Et « NON et NON archi NON à l’antisémitisme, ainsi qu’à l’antisionisme « amalgamé » à l’antisémitisme !

     

    À noter que dans la population d’Israël actuellement – et c’est vrai en fait depuis 1948 – il n’y a que 6 à 10 % de religieux croyants pratiquants fervents engagés dans le fondamentalisme judaïque, et le reste de la population qui est seulement juive de tradition ancestrale… En Israël on ne va pas plus à la synagogue qu’on ne va à l’église en France !

     

    Certes oui la condition injuste, difficile, précaire, des palestiniens ; ainsi que les colons qui occupent « c’est un mal » …

    MAIS l’islamisme guerrier dominateur avec la charia et le statut de la femme dans la société musulmane (statut d’infériorité et de quasi esclavage) c’est un mal encore plus grand !

     

     

     

  • Mirabelles de Lorraine

    … Dans le « Bio » les prix de certaines denrées notamment des fruits ou des légumes, sont parfois prohibitifs…

    Un exemple :

    À La Vie Claire à Remirement dans les Vosges, le 16 août 2022, j’ai vu des « mirabelles de Lorraine » à… 9,69 euro le kilo ! Il y en avait tout un cageot, attendant les « éventuaux clients gogo » séduits par ces « belles mirabelles » production du pays…

    Soit dit en passant au marché de Bruyères dans les Vosges, se tient tous les mercredis au bout de la rue du Cameroun, un « petit marchand » qui vend sa production locale de fruits et de légumes (juste une planche sur 2 tréteaux) : ses mirabelles (les mêmes qu’à La Vie Claire de Remiremont) il les vend 2,90 euro le kilo… Et une salade 0,50 euro…

    Je veux bien croire qu’en viandes en Bio, une escalope de dinde puisse valoir 2 fois et demi plus cher qu’à Leclerc ou à Intermarché… Mais… 1 kilo d’haricots verts à 14 euro ou de mirabelles à 9,69… C’est « surréaliste » !

    J’imagine… (cela ne serait guère étonnant)… Que, dans 15 jours à La Vie Claire de Remiremont, lorsque les belles mirabelles de Lorraine, invendues, seront « plus que blettes », elles seront retirées de l’étalage et « foutues à la poubelle » !

     

     

  • La danse des canards

    Danse canards

    … Dans un village en Lozère, record du monde de participants à la danse des canards, ce « vieux tube » à « grand succès » des années 1980, que, dans toutes les soirées festives et conviviales et de repas dansants des associations, dans toute la France, l’on chantait et dansait en se dandinant le derrière soit en ronde en se tenant par les mains ou aux épaules, soit en se tortillant les fesses et les hanches à moitié accroupi les bras en avant tous ensemble au milieu de la salle.

    Il y a « deux façons de voir les choses » selon ces deux commentaires :

    - Le ridicule ne tue pas

    -De la joie dans un monde en guerre

    … Quoiqu’il en soit et quoique l’on puisse penser, il n’en demeure pas moins que cette « danse des canards » (et tout ce qui lui ressemble en « tortillage de derrière » lors de soirées festives et repas dansants de fêtes de villages, de mariages et de bals disco musique orchestration battement de cœur de pieuvre Jack Star)… Est tout à fait représentative d’une société pouvant être comparée à des passagers touristes vacanciers se dandinant – se bidonnant sur le grand pont promenade d’un immense navire de croisière en vue du Pirée, du rivage de la Crète ou de la place Saint Marc à Venise …

    Oui, c’est vrai « de la joie dans un monde en guerre »… On peut le voir comme ça !

     

    La danse des canards

    Les galeries marchandes

    Le shopping

    Gifi

    Les fringues

    Nounours et pèrnohaux

    Gadgets déco

    Les storie’s

    La vie le monde en rapp

    Les casquettes New York et les grands panamas

    Les fraises en décembre

    Les porte-containers en files dans les détroits

    Les thrillers concerts d’hémoglobine

    Les séries Télé glamour

     

    ET

     

    Les églises

    Les mosquées

    Les manoufs

    Les festiv(e)aux

     

    ET

     

    Tous les maréchaux des empires consuméristes

     

     

     

  • Salman Rushdie

    Rushdie

    … C’est avec un immense et manifeste soulagement que j’accueille la nouvelle rassurante concernant l’état de santé de Salman Rushdie, l’écrivain britannique poignardé par un fanatique de l’Islam Iranien…

    Ainsi « il va s’en sortir » ! Tant mieux pour lui ! Il pourra donc poursuivre son œuvre d’écrivain…

    Je rends hommage à tous les intellectuels, écrivains, artistes, journalistes, à toutes les femmes et à tous les hommes de réflexion, de pensée, de bonne volonté, qui œuvrent et combattent contre toutes formes d’obscurantismes religieux et autres dont certains dans le combat qu’ils ont mené, ont perdu la vie, assassinés…

     

    Je ne saurais « définir » quelle sorte de condamnation, de punition, de peine à infliger, qu’il serait « concevable » d’instituer et d’appliquer pour éliminer ces assassins fanatisés qui tuent des femmes et des hommes « de bien » !

    Je hais les obscurantismes, tous les obscurantismes – de tous les siècles écoulés, du temps présent et des temps à venir !

     

    Ce sont les totalitarismes, politiques, religieux, économiques de marché et de domination par l’argent, avec les systèmes de dictature qu’ils mettent en place, qui s’appuient sur les obscurantismes et les entretiennent…

     

    Si la responsabilité – ou plutôt il faut dire – l’absence de responsabilité - ainsi que l’immobilisme, la résignation, la soumission subie ou choisie par intérêt, du plus grand nombre de gens partout dans le monde « y est pour quelque chose » dans la domination des totalitarismes et dans l’existence et la perpétuation des obscurantismes (jusqu’à leur renforcement à certaines périodes de l’Histoire) , la responsabilité est aussi celle des meneurs, des dirigeants, des gouvernants, des grands possédants, de ceux qui détiennent l’autorité et le pouvoir qu’en aucun cas ils n’envisagent de partager avec les peuples et leurs représentants agréés…

     

    Et c’est aussi l’individualisme qui est le « moteur du totalitarisme », parce que l’individualisme prime sur le groupe, sur la collectivité ; l’individualisme de chacun sur lequel s’assoient sur leurs sièges dans leurs palais et dans leurs privilèges, les totalitarismes, tous les totalitarismes – religieux, idéologiques, politiques et régimes.

    Les deux régimes politiques économiques et sociaux qui ont dominé le monde depuis la seconde moitié du 19ème siècle, sont, l’un toujours bien présent aujourd’hui : le capitalisme ; et l’autre de 1921 à 1991 : le communisme à la russe en Union Soviétique et dans les pays de l’Est Européen, puis encore de nos jours en Corée du Nord…

     

    Le destin du capitalisme est de « crever la gueule ouverte, le ventre plein, les boyaux et le trou de bale en feu »… Pris dans la colère et dans la violence de la nature blessée, abîmée, la nature toute entière air terre et mer et êtres vivants !

    Le communisme à la russe lui, a bel et bien crevé – en 1991 – mais il « couve » encore sous les cendres, sauf le communisme Nord Coréen… Et, d’une certaine manière, le communisme Chinois fortement mâtiné de libéralisme économique de marché…

     

     

  • Un mauvais film de science fiction qui déborde de l'écran et s'invite dans la salle

    … Le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui partout sur notre planète en cette fin de premier quart de 21ème siècle, « fait figure » d’un mauvais, d’un inquiétant et d’un effrayant « film de science fiction » dont nous sommes tous à la fois les spectateurs et les acteurs…

    Mais des acteurs auxquels sont attribués – et s’attribuent d’ailleurs eux-mêmes – non plus les « oscars » des meilleurs réalisateurs sur le podium des grandes scènes commémoratives lors de festivals du Cinéma, mais en lieu et place des « oscars », des distinctions et des prix du meilleur ceci ou cela ; ni plus ni moins et rien d’autre que l’indication du nombre de vues sur la Toile (internet), sur les réseaux sociaux que sont Instagram, Facebook et Twitter principalement…

     

    Et il est absolument effrayant de constater cette exposition au quotidien, à chaque instant, 24h sur 24, en diffusion « tous azimuts » et donc « au vu et au su de tout un chacun » partout sur internet, de nos vies privées, de nos rapports intimes, amoureux, amicaux, de détails de notre vie de tous les jours avec nos proches, nos enfants, nos amis et connaissances (détails « épinglés » en événements – en « scoop »)…

    Ainsi le « spectateur voyeur Et acteur en même temps » n’ « existe » - t – il (notez les guillemets à existe) que par le nombre de vues de ce qu’il expose et diffuse… Ce qui ne me paraît être en aucune façon une « référence » ou une « valeur »… Mais une absurdité (ou si l’on veut une « non valeur »)…

     

    Et, là où je veux en venir, car c’est bien cela le plus inquiétant et le plus effrayant (le caractère même de l’épouvantable film de science fiction)… C’est que cette exposition en continu de nos vies privées, du moindre détail jugé « flippant » de ce qui se passe à l’instant même dans notre vie environnementale personnelle de « sphère privée »… Se trouve systématiquement « neunœillisé » par Google, les moteurs de recherche, les Data Center, Amazon, Alibaba… Toutes les polices, toutes les grandes centrales d’achat et enseignes de la société de consommation, tous les gouvernements, les armées, toutes les sociétés entreprises de commerce, d’industrie et de services… En fait – et de fait – par les dominants de l’économie de marché, par les totalitarismes et les régimes de dictature (entre autres de Russie, de Chine, d’Iran, de Turquie, de Syrie…)… Ou encore par les plus grandes puissances dominantes étatiques que sont les USA, l’Union Européenne, la Chine, la Russie – et leurs dirigeants et instances dirigeantes …

     

    La technologie en somme, toute la technologie (en particulier la nanotechnologie et le numérique et l’informatique) au service des totalitarismes ! … Que ces totalitarismes soient ceux de régimes de dictature, ou ceux du Marché, du Profit, du Rendement (la dictature de l’argent en somme ; sans oublier la dictature des apparences)…

     

    Ça oui, tout ça, c’est vraiment le plus épouvantable film de science fiction qui ait été jamais produit au « cinéma de la vie » !

     

    « Dans le genre » - mais « pas autant tout de même – je pense à « Soleil Vert » un film réalisé en 1973 par Richard Fleischer (titre américain « Soylent Green »)… Prix du Festival du film fantastique d’Avoriaz en 1974…

    « C’est vrai qu’à l’époque, dans ces années 70 post soixante huitardes libertines socialo progressistes et d’explosion de la société de consommation en dépit des chocs pétroliers… L’on aimait à se faire peur ! » … (et aujourd’hui encore, il faut dire)… Sauf que la peur « elle frappe vraiment à notre porte » et que la « science fiction » se fait réalité dramatique, hélas le plus souvent subie avec résignation par les peuples « dopés et anabolisés »…

     

    Le film « Selfie », une comédie des réalisateurs Tristan Aurouet, Thomas Bidegain, Marc Fitoussi, Cyril Gelblat et Vianney Lebasque ; diffusé sur France 2 à 21h 10 le dimanche 14 Août 2022, sorti en 2019 en salle ; qui met en scène une famille se produisant dans son quotidien de vie (intime et privé) sur les réseaux sociaux Instagram, Twitter et Facebook… Est « tout à fait emblématique » des travers d’une génération obnubilée par Internet, une génération – en fait toutes les générations de jeunes, de moins jeunes et de « rassis et de vieux » - qui, à tout instant même aux chiottes, ne peut « exister » sans son smartphone omni présent partout, consulté des dizaines de fois par jour et promu en « auxiliaire essentiel de vie » !

     

    Bienvenue dans le monde des totalitarismes et de la technologie au service des totalitarismes !

     

     

  • La coopération est-elle une stratégie victorieuse des espèces intelligentes ?

    … Charles Robert Darwin né le 12 février 1809 mort le 19 avril 1882, dans la « théorie de l’évolution des espèces », développait l’idée que les espèces, toutes les espèces – végétales et animales – étaient entre elles et au sein de chacune d’elles, en compétition et dans la lutte pour leur survie, dans un combat permanent et immuable…

    Cependant, le principe d’opposition, notamment avec la loi du plus fort, de la lutte pour la vie, n’est pas la seule règle fondamentale régissant la « mécanique de la vie ».

    Il en existe un autre, tout aussi fondamental, et qui lui est associé, lié : c’est celui de la coopération, de la complémentarité, de la symbiose, de l’association, entre des espèces végétales et animales ( et au sein même de chaque espèce) ; une sorte de « solidarité » naturelle, instinctive qui se manifeste dans des situations particulières de danger, de précarité, d’insécurité ; ou encore dans des situations nécessitant une coopération entre espèces, ainsi qu’au sein d’une même espèce, souvent d’ailleurs sous l’autorité naturelle d’un « mâle dominant » ou de représentants d’une espèce ayant acquis des capacités et du pouvoir sur le groupe…

     

    Les espèces les plus intelligentes (au sens de ce qui est acquis par la connaissance et par l’expérience, et par l’utilisation faite des acquits, et si l’ont veut de la capacité à transmettre, à communiquer ) sont celles qui dominent et dont l’existence dans le temps est la plus durable … À moins que ces espèces les plus intelligentes (notamment l’espèce humaine) ne mettent à mal de par leur activité prédatrice, leur environnement naturel et contribuent à la disparition d’un certain nombre d’autres espèces végétales et animales, de par une activité rendant incompatible la coexistence de l’espèce dominante avec les autres espèces… Auquel cas, la durée d’existence de l’espèce dominante se trouve « raccourcie » et provoque d’elle même sa disparition…

    Soit dit en passant, l’espèce humaine – avec Néandertal et Sapiens précédés des Australopithèques et des primates de type hominidés- est la dernière espace vivante sur notre planète, apparue…

    Le principe d’opposition et de lutte pour la vie, va de pair avec le principe de coopération, d’association et de symbiose…

     

    Si le principe de coopération peut  prendre plus d’importance pour certaines des espèces les plus intelligentes, et être préféré au principe de la compétition et de la lutte pour la vie, et ainsi, « jouer en faveur du maintien de l’espèce et de son existence dans la durée », il n’est pas pour autant une stratégie forcément victorieuse…

    Parce qu’en fait la « stratégie victorieuse » n’est jamais victorieuse sur une durée très longue (plusieurs millénaires voire millions d’années), et que lorsque la stratégie est effectivement victorieuse, elle ne l’est, victorieuse, que par un équilibre acquis entre d’une part la compétition, la lutte pour la vie, la loi du plus fort, du mieux réactif, du mieux adapté… Et d’autre part la coopération, l’association, la solidarité, la relation, l’échange, la transmission des connaissances et des savoir-faire…

     

    Les espèces les plus intelligentes, les plus développées, et les plus durables, sont celles qui, sur la Terre notre planète et partout ailleurs dans l’univers, ont réalisé le meilleur équilibre (ou l’équilibre le plus parfait) entre la lutte pour la vie (en opposition avec d’autres espèces ou en opposition entre représentants d’une même espèce) et la coopération avec d’autres espèces ou entre représentants d’une même espèce)… Ce qui n’est « pas tout à fait le cas » entre l’espèce humaine telle qu’elle est devenue aujourd’hui, et les autres espèces (animales et végétales) qui, elles, subissent à leur désavantage amplifié, la pression de l’activité humaine, une pression « prédatrice »…