Le caractère aléatoire de ce que l'on produit ou exprime...

... La conscience ou l'acceptation en soi, du caractère aléatoire de tout ce que l'on produit, que l'on diffuse, que l'on exprime, que l'on impulse... Me semble une nécessité... Je suis en fait convaincu du fait que l'aléatoire "procède d'un principe, d'une loi, d'un mécanisme universel, naturel et intemporel"... Et, dans ce principe (ou cette loi ou ce mécanisme) naturel, universel et intemporel, je ne pense pas qu'il y ait là un "pur hasard" c'est à dire du "n'importe quoi/n'importe comment de manière totalement anarchique inorganisé...

L' aléatoire, en somme, c'est -à mon sens- une sorte de "mécanique" mue par une intelligence qui nous échappe tant elle est complexe et se situe bien au dessus de notre entendement d'homo sapiens actuel...

L'aléatoire serait, en somme, la seule "équitable" (et réelle) justice... Même lorsque ce qui se manifeste, se traduit, dans notre quotidien de vie, est éloigné, si éloigné de ce que l'on rêve, de ce que l'on espère, de tout ce que l'on peut penser que l'on mériterait "à juste titre"...

Le "principe de base" dans la "mécanique" de l'aléatoire, en fait la seule certitude vraie, c'est que de rien, du néant absolu, rien ne vient, rien ne se réalise, rien ne commence, rien ne se développe et évolue... Car il faut nécessairement dans le "creuset" ou dans "l'officine cosmique", les éléments, la matière, les particules, les "briques"... Et tout cela s'agglomère, se structure en ensembles, mais chacun de ces ensembles ne donne pas forcément loin s'en faut, par exemple, un résultat qui s'appelle le Vivant...

La réussite grâce à une action menée et donc sa conséquence "heureuse" pour chacun de nous dans notre vie, ne peut venir que par ce que l'on met, de soi, de son énergie, du "bois dont on est fait"... sans lesquels rien, rien de rien ne peut être, ne peut se faire...

Mais, et c'est là le "hic", ce qui ne nous convient pas, ce qui souvent nous désespère, nous égare, nous immobilise ; que l'on trouve injuste... C'est bien la "non conséquence heureuse" de ce que l'on entreprend avec autant de croyance en soi, d'énergie déployée...

La "non conséquence heureuse" cependant, est "partie intégrante" de la "mécanique cosmique"...

Ainsi ces ensembles qui se forment, ces molécules, ces structures, tout cela fait d'éléments, de particules... Ne font pas tous ce que l'on appelle les briques de la vie... Mais sans la formation et sans l'existence de ces ensembles, les briques de la vie ne se feraient pas... C'est là, je crois, qu'intervient "l'intelligence qui échappe à notre entendement d'homo sapiens actuel" ...

 

 

aléatoire

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

a href="http://www.hebdo-landes.com" target="_top">Référencé sur Hebdo Landes !