Une mauvaise farce

 

J'organisai ma mort afin qu'elle fût crédible...

Mais je ne mourus point...

Alors je sus...

Tout ce qu'ils dirent.

La farce était mauvaise, finalement...

Il me fallut me "ré-exister"...

Puisque j'étais censé être mort...

Alors je fis comme si ne savais pas que je savais...

Mais je n'en pensai pas moins...

Je les aimais encore plus fort, je leur pardonnais tout...

Enfin je les comprenais...

Mais je n'étais plus "moi"...

J'étais "un autre"....

Un autre qui devrait sans doute, mais dans une "moins mauvaise farce", organiser sa mort... sans mourir".

 

 

La farce était perverse

 

J'acquis le pouvoir de faire mourir...

Il me suffisait d'y penser très fort...

À l'effacement...

Et je les fis mourir donc...

Mais ils ne moururent que comme je souhaitais qu'ils mourussent...

Et sans mourir parmi ceux auprès desquels ils vivaient...

Et peu m'importait que pour eux je fusse mort...

Sans être mort...

Et ayant dû me ré-exister...

 

 

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

a href="http://www.hebdo-landes.com" target="_top">Référencé sur Hebdo Landes !